Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24003018 réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 23 rue Saint-Jacques
Cadastre : 1845 SU 567, 568 ; 1986 AC 118

Les arcs brisés qui constituent le premier niveau du couvert situent la construction de la maison au Moyen Âge. Cependant, les dispositions de ce premier édifice ne peuvent plus être appréhendées, au vu de l'importance de la reconstruction opérée au 18e siècle : l'élévation sud en travées, la généralisation des percements en arc segmentaire et le toit à pans brisés lui confèrent une grande homogénéité. Quelques percements supplémentaires, à l'ouest ainsi que dans la façade nord du pontet, sont datables du 19e siècle, tandis que l'intérieur a connu également d'importants réaménagements.

Période(s) Principale : Moyen Age , (?)
Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

L'édifice forme l'angle du "moulon" qui borde la place des Cornières à l'ouest ; il est augmenté à l'est (côté place) d'un couvert qui enjambe la rue Saint-Jacques et, à l'ouest, d'un pontet qui couvre le "carreyrou". Une androne sépare le bâtiment de la maison qui le jouxte au nord, tandis qu'au sud la façade est alignée sur la rue de la justice.

Le parement extérieur des maçonneries du couvert est constitué d'un bel appareil de pierre de taille de calcaire blanc. Le rez-de-chaussée présente trois arcs brisés ; celui tourné vers la place a un profil très aigu. L'angle abattu qui facilite au rez-de-chaussée le passage entre la rue de la justice et la place des Cornières, est coiffé d'une trompe dont l'intrados évoque un motif de coquille saint-jacques. Sous le couvert, une trémie aménagée dans le plancher de l'étage laisse apparaître une large console, support d'une ancienne cheminée aujourd'hui disparue. L'étage n'est ajouré côté place que par une seule fenêtre couverte d'un arc segmentaire.

Au sud, la longue façade présente des maçonneries contrastées mais des percements très homogènes : les murs du couvert sont traités en moyen appareil de pierre de taille mais toute la partie postérieure de l'édifice est construite à l'aide de moellons à joints beurrés. Les baies, du rez-de-chaussée au comble, sont majoritairement organisées en travées ; toutes sont couvertes en arc segmentaire.

Le pontet, qui prolonge la maison vers l'ouest, est percé d'ouvertures rectangulaires au nord et à l'ouest. La maison est ouverte sur le passage couvert formé par le pontet au moyen d'une porte à encadrement chanfreiné.

A l'intérieur, la circulation entre les niveaux est assurée par un seul escalier qui dessert l'étage de soubassement, le demi-niveau qui accueille l'entrée, le rez-de-chaussée surélevé, le premier étage et l'étage de comble. La cage est couverte d'une fausse-voûte lambrissée en coupole intégrée dans le comble. Dans la partie antérieure de l'édifice, encore occupée récemment, la distribution est assurée par un long couloir qui borde le mur gouttereau nord ; les quelques pièces, dotées de planchers à lames larges, ne conservent que quelques cheminées récentes. Dans la partie postérieure (à l'ouest de la cage d'escalier), inoccupée car les accès en sont condamnés, subsistent des pièces aux murs lambrissés et aux cheminées et fenêtres décorés de décors en plâtre très dégradés. Un ancien commerce occupe le rez-de-chaussée surélevé.

Murs calcaire moellon enduit partiel
calcaire moyen appareil
Toit tuile plate, tuile creuse
Étages étage de soubassement, entresol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans brisés croupe brisée
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours avec jour, en charpente
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1904/12/21
Précisions sur la protection

Façade et galerie couverte (A 567) : classement par arrêté du 21 décembre 1904.

Références documentaires

Bibliographie
  • OUDIN Philippe. Etude préalable : restauration du bâti architectural des immeubles situés autour de la place des Cornières. 2003, 2 vol.

  • PONS Jacques. La bastide de Monpazier : Document final de synthèse : la bastide de Monpazier. 1997, 2 vol.

Périodiques
  • GARRIGOU-GRANDCHAMP Pierre. "L'architecture domestique des bastides périgourdines". Congrès archéologique de France, 1998.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste