Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24003030 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 14 rue Notre-Dame
Cadastre : 1845 SU 294 ; 1986 AC 215

L’édifice, parfaitement inscrit dans le parcellaire médiéval de la bastide, conserve des vestiges de placards muraux, d’un évier et d’embrasures de baies situant sa construction à la fin du Moyen Âge, sans doute au 15e siècle. Les façades est et ouest ont été modifiées dans la première moitié du 19e siècle par le percement de nouvelles ouvertures.

Période(s) Principale : 15e siècle
Secondaire : 1ère moitié 19e siècle

La maison est inscrite dans un "moulon" situé au sud-est de la place des Cornières. Au nord, il est séparé par une androne de l’édifice voisin, tandis qu’au sud la parcelle restée vide permet d’observer l’ensemble de son mur gouttereau. Hormis quelles réfections en brique, les maçonneries sont majoritairement constituées de moellons de calcaire taillés et assemblés avec soin.

La façade tournée vers la rue Notre-Dame conserve plusieurs vestiges remarquables : au rez-de-chaussée, la porte sud conserve une embrasure couverte d’un arc segmentaire. A l’étage, la grande fenêtre, dotée d’une large embrasure et dont il manque aujourd’hui la croisée, était accolée d’un jour aujourd’hui dissimulé sous l’enduit ; un corbeau isolé fait saillie en façade. A l’intérieur, le mur sud concentre les aménagements les plus anciens dans sa partie médiane : une série de corbeaux, qui situent le niveau du premier plancher, mais aussi un grand placard mural couvert d’un arc brisé et, surtout, un évier à tablettes qui présente en façade une décoration soignée et singulière de godrons. Dans la partie postérieure de l’édifice, le mur arrière conserve une cheminée rectangulaire très sobre qui a pu remplacer un équipement plus ancien, peut-être accolé de tablettes ; un placard mural à niches latérales la jouxte. Le mur pignon est, tourné vers le "carreyrou", a fait l’objet de remaniements mais conserve quelques dispositions anciennes : notamment deux jours à chanfrein haut-placés au rez-de-chaussée. A l’étage, la grande fenêtre centrale – ancienne croisée ou baie géminée – conserve une embrasure couverte d’un arc segmentaire. Il semble qu’avant les récents travaux de restaurations elle ait été accolée d’un placard mural. Outre ces éléments conservés dans les murs de l’édifice, quelques fragments de cloisons légères en pan de bois témoignent de la distribution antérieure de la maison ; toutefois, ces vestiges sont trop ténus pour qu’on puisse la restituer en totalité et en préciser la chronologie.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste