Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24001384 réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiées grange, étable
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Terrasson-Lavilledieu
Adresse Commune : La Cassagne
Lieu-dit : le Resset
Cadastre : 1825 C1 329, 330 ; 1986 C1 702, 703

Au regard de la qualité des éléments constitutifs du corps de logis, la nature nobiliaire de cet ensemble ne peut être exclue. Pour autant, la carte de Belleyme n'indique pas "le Resses" comme un repaire noble. Tous les caractères stylistiques de ce logis (voir la description), ainsi que la structure du bâtiment et la mise en œuvre (moellon pour les murs et pierre de taille pour le reste) suggèrent une construction homogène de la fin du XVe siècle, voire du début du siècle suivant. A l'ouest, un bâtiment complétait encore cet ensemble au début du XIXe siècle (il est visible sur le plan cadastral de 1825).

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Principale : 16e siècle

Un premier corps de logis de plan rectangulaire abrite un étage de soubassement, ouvert par une porte en arc brisé clavée et chanfreinée à l’est, un rez-de-chaussée surélevé, accessible à l’ouest par un escalier extérieur et par une porte à chanfrein droit, et un étage de comble ouvrant par une porte sur le vide dans le mur pignon sud. Au rez-de-chaussée, une grande pièce à vivre présente deux éléments remarquables : une fenêtre (une ancienne demi-croisée) dont l’embrasure porte des traces de décor polychrome à chevrons (sur enduit au mortier de chaux) ; une cheminée monumentale gothique adossée au mur sud, dotée de piédroits à colonnette sur base prismatique ; une pierre d’évier en place ; une petite fenêtre à linteau en accolade sur l’extérieur.

Un long corps de logis, très remanié, haut de seulement un rez-de-chaussée, lui est adossé au nord et pourrait lui être contemporain, ou légèrement postérieur, d’autant que ce corps abritait autrefois la cuisine qui lui manquait. Ce bâtiment, qui présente deux portes et une fenêtre à chanfrein droit, comprend en effet les vestiges d'un pisé, d’un évier, d’un placard et d’un potager à côté d’une cheminée, autant d’éléments qui ne laissent aucun doute sur la fonction de la pièce principale de ce corps de logis. Une troisième cheminée fut peut-être réalisée à la fin du XVIIIe siècle, au moment où l’on perça le mur gouttereau oriental par une grande fenêtre à linteau en arc segmentaire et feuillure pour volets extérieurs, qui assurément date de cette période.

Murs calcaire
moellon
pierre de taille
Toit calcaire en couverture, ardoise
Étages en rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Cassagne, dessin aquarellé, 1825.

    section C1 Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 999 à 1006
(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Becker Line