Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24003146 réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

  • Maison
    Monpazier, 12 rue Saint-Jacques

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées jardin
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 10 rue Saint-Jacques
Cadastre : 1845 SU 492 ; 1986 AC 163

Quelques rares traces dans les maçonneries du côté du "carreyrou", un jour chanfreiné et un oculus côté rue, ainsi qu'un placard dans le mur gouttereau sud laissent penser que la maison fut construite au Moyen Âge ou à l'époque moderne. L'édifice a fait cependant l'objet d'importants remaniements au 18e siècle, repérables dans le gros-œuvre par le recours au calcaire jaune et les percements en arc segmentaire, qui gomment les dispositions antérieures. Des modifications plus légères (une remise au sud-ouest, une véranda au sud) interviennent aux 19e et 20e siècles.

Période(s) Secondaire : Moyen Age, Temps modernes , (?)
Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

L'édifice forme l'angle sud-ouest du "moulon" qui jouxte la place des Cornières au sud. Il est composé d'une maison et d'un grand jardin enserrés par les rue Saint-Jacques, de la Lumière et un "carreyrou". L'implantation de la maison semble respecter la régularité du parcellaire médiéval, mais aucune androne n'est conservée au nord.

Au rez-de-chaussée, quelques traces subsistent d'un premier état de l'édifice aujourd'hui impossible à restituer avec précision : ainsi du petit jour carré à encadrement chanfreiné sur l'élévation ouest, du placard rectangulaire pourvu de niches latérales dans le mur gouttereau sud ; non loin, près de l'angle ouest, l'encoche pratiquée dans la maçonnerie témoigne d'un ancien système de fermeture.

L'essentiel des dispositions actuelles date de réaménagements intervenus au 18e siècle. Les façades sont largement recomposées à cette date : à l'ouest, des contraintes dues peut-être à l'aménagement intérieur génèrent une façade irrégulière, tandis qu'au sud, côté jardin, les travées sont plus régulières. A l'intérieur, un escalier en bois est comparable à d'autres visibles dans quelques maisons du bourg. Plusieurs pièces livrent des cheminées en pierre et à linteau orné.

Murs calcaire moellon
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en charpente

Cet édifice semble étroitement lié à son voisin (n°12/SJa), puisque des percements sont réalisés à l'étage pour les réunir. Seule une étude plus détaillée mettrait en évidence l'ampleur du programme architectural projeté au 18e siècle ainsi que l'identité et la profession du commanditaire.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste