Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24003044 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 15 rue Saint-Jacques
Cadastre : 1845 SU 548, 550 ; 1986 AC 134, 431, 461, 463

La maison, à peu près inscrite dans le parcellaire médiéval, ne présente aucun caractère antérieur au 18e siècle. Les baies, cheminées ainsi que le grand escalier, sans doute construit à cette époque, composent un ensemble plutôt homogène. Si quelques modifications sont à noter au cours du 19e siècle (cheminée en bois du rez-de-chaussée), l'essentiel des travaux de remise en état datent de la fin du 20e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

La maison appartient à un "moulon" délimité par les rues Saint-Jacques et saint-Pierre, au sud-ouest de la place des Cornières. Côté rue, l'édifice présente des dimensions proches de celles du parcellaire médiéval ; côté jardin, la maison est augmentée vers le sud d'une petite aile. Les élévations tournées vers la rue ou le jardin présentent majoritairement des baies dotées d'arcs segmentaires. La maçonnerie est réalisée en moellons de calcaire, sans soin particulier porté à la construction. A l'ouest et à l'est, les brisis du toit sont ajourés par une lucarne dont les piédroits sont flanqués d'imposantes volutes ; un motif en éventail surmonte le linteau.

Le rez-de-chaussé s'ouvre par un vestibule menant, au centre de l'édifice, à un espace qui accueille un vaste escalier en bois à plusieurs volées. La pièce du fond, tournée vers le jardin, est un salon qui a fait l'objet de réfections importantes (cheminée, plafond) ; une niche (ancienne ouverture ?) légèrement ébrasée et couverte d'un arc en brique est décorée d'une mosaïque en coquillages représentant une croix de l'ordre de Malte environnée de symboles. Le mur de refend est en pan-de-bois hourdi de moellons de calcaire. L'aile est occupée par une cuisine dont l'évier sous niche a été supprimé. Reste, adossée au mur nord, une cheminée dont les jambages sont ornés d'une colonnette terminée par de petits congés près du sol ; le linteau est une plate-bande légèrement délardée. Côté rue, la petite pièce qui jouxte le vestibule a été très remaniée ; elle conserve encore une cheminée (déplacée) en bois, dont les piédroits sont des colonnettes à base prismatique et la hotte le support de sculptures variées : griffons, dragons, fleurs de lys et entrelacs.

L'étage est organisé autour d'un couloir central, parallèle aux murs gouttereaux. La pièce côté rue est une vaste chambre, qui conserve une grande cheminée dont le manteau imite le marbre. La pièce est augmentée, vers l'ouest, de deux alcôves qui longent le couloir. Une petite salle aveugle borde le couloir au sud, faisant face à la cage d'escalier et notamment à la petite volée menant au comble. La grande pièce tournée vers le jardin est une bibliothèque qui conserve des meubles de rangement sur trois côtés et, au nord, une cheminée à manteau de bois. La petite aile sud abrite une chambre.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile plate, tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans brisés croupe brisée
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Cette maison est un bel exemple de demeure de notable, bâtie au 18e siècle, qui compose avec les contraintes de l'urbanisme planifié de la bastide : les dimensions de la parcelle primitive sont globalement respectées mais le rapport à l'espace public est modifié. La façade tournée vers la rue présente, en effet, une ouverture minimale, tandis que l'absorption d'un ancien "carreyrou" et le traitement de la façade ouest côté jardin offrent un vaste espace d'agrément en cœur de la ville.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste