Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24003007 réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 33 rue Notre-Dame
Cadastre : 1845 SU 459 ; 1986 AC 329

Si l'édifice est rigoureusement inscrit dans la trame parcellaire médiévale, seul l'arc brisé qui forme, à l'ouest, l'arrière du pontet et semble faire corps avec la maçonnerie du bâtiment, pourrait dater du Moyen Âge. Côté rue Notre-Dame, la maison présente une façade composée au 18e siècle : les travées sont rythmées par des fenêtres couvertes d'arc segmentaires (celles du rez-de-chaussée ont été restaurées) et la porte conserve, gravée dans l'entablement, la date de 1761. L'état des sections du cadastre de 1845 précise que, outre l'appartenance du rez-de-chaussée et du premier étage à deux propriétaires différents - phénomène courant -, le "passage" (sans doute le "pontet"), est occupé par une tierce personne.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1761, porte la date

L'arrière de l'édifice, côté "carreyrou", est aujourd'hui enduit de ciment sur toute sa hauteur, rendant les maçonneries illisibles. L'élévation est, côté rue Notre-Dame, est en revanche remarquable : la maison se distingue par la présence d'un "pontet", qui augmente sensiblement sa largeur, par l'emploi quasi-exclusif d'un calcaire jaune en parement comme en encadrement d'ouvertures, et par l'organisation de sa façade en travées. Ces travées sont percées aux deuxième et troisième niveaux de grande fenêtres et de petits jours couverts d'arcs segmentaires. Au rez-de-chaussée, deux éléments rompent l'homogénéité des travées : le débouché du "carreyrou" d'une part, marqué par un grand arc en plein cintre, et la porte de la maison d'autre part, dont l'encadrement est orné. La maison possédait autrefois une cour intérieure, maintenant couverte.

Murs calcaire moellon
Toit tuile creuse
Étages sous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
appentis
Techniques sculpture
Représentations pilastre, ordre ionique, volute, vase, rinceau
Précision représentations

Les deux pilastres qui flanquent la porte d'entrée sont sommés, en guise de chapiteau, de très simples volutes ; l'entablement est formé de deux vases sculptés (celui de droite présente quelques rinceaux végétaux) réunis sous une corniche.

Paul Roger (1900-1978), écrivain et président de l'Académie des Lettres et des Arts du Périgord, est né dans cette maison.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée

Références documentaires

Périodiques
  • GARRIGOU-GRANDCHAMP Pierre. "L'architecture domestique des bastides périgourdines". Congrès archéologique de France, 1998.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste