Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, puis presbytère

Dossier IA24003048 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations presbytère
Parties constituantes non étudiées remise
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 6 rue Saint-Joseph , 17 rue de L'Ormeau-du-Pont
Cadastre : 1845 SU 235 à 237 ; 1986 AC 239, 240

En plusieurs endroits, les maçonneries de l'édifice et sa composition rappellent d'autres maisons du bourg datées du Moyen Âge ; son emprise initiale correspond d'ailleurs aux prescriptions du parcellaire médiéval. Toutefois, le vestige le plus significatif - une belle croisée (très remaniée) ornée de bâtons écotés - n'est pas antérieur à la limite des 15e et 16e siècles. Propriété de la communauté villageoise, l'édifice est remanié au cours du 18e siècle (quelques baies à arc segmentaire en témoignent) puis, surtout, au 19e siècle, probablement après son affectation comme presbytère dès 1838 (registre des augmentations et diminutions). La maison est alors agrandie vers le nord par l'ajout d'une petite aile plaquée contre son mur gouttereau et une remise est implantée dans la cour qui la jouxte ; une partie des baies de la partie postérieure, tout comme le balcon qui surmonte la porte principale, sont également aménagés au cours de ce siècle.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

L'édifice forme l'angle du "moulon" situé à l'est de l'église Saint-Dominique et délimité par les rues Saint-Joseph et Saint-André ; il est tourné vers la rue Saint-Joseph à l'ouest, de l'Ormeau-du-Pont au sud, et est longé à l'est par un "carreyrou". L'édifice est composé d'une maison de plan rectangulaire, auquel une remise est associée. Étant donné le relief naturel dans cette zone, la partie postérieure de l'édifice est en rez-de-chaussée surélevé. La cour et le jardin qui le jouxtent au nord sont clos et communiquent avec la rue par le biais d'une porte charretière couverte d'un arc segmentaire.

La maison

La maison connaît un premier état dont l'emprise correspond au parcellaire médiéval. Les remaniements successifs, et notamment la partition de la maison en deux logis séparés qui ont évolué selon des logiques propres, ne permettent plus d'apprécier l'organisation du bâtiment au Moyen Âge ; le parement intérieur du mur gouttereau sud conserve la trace de plusieurs arcs, peut-être des arcades de boutiques. A l'étage, près de l'angle est, une fenêtre à croisée décorée de bâtons écotés rappelle la vocation résidentielle de cet espace. Cet ouvrage est néanmoins très remanié et des éléments de sculpture fantaisistes jouxtent désormais l'ornementation originale.

Les remaniements apportés à l'époque moderne sont ténus ; ils se traduisent surtout par des percements nouveaux dans le mur gouttereau sud et par l'installation d'équipements domestiques (un évier par exemple). L'état du 19e siècle est plus évident à retrouver : outre l'ajout d'une petite aile contre le mur gouttereau nord (qui présente des chaînages antérieurs aux baies actuelles) ainsi que de nouveaux percements à l'ouest, qui composent une façade désormais à travées, plusieurs pièces sont dotées de cheminées droites très simples ou d'éviers muraux à tablettes.

La remise

Construite à côté de la maison sans y être adossée, la remise est située dans l'axe de la porte charretière de la cour. L'édifice, de petites dimensions, a été réaménagé dans les années 2010 mais conserve un toit à longs pans et deux croupes.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile creuse
Étages sous-sol, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe

La fenêtre à croisée ornée de bâtons écotés est la seule de ce type repérée à Monpazier.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste