Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Hazan-Maribère

Dossier IA64002940 inclus dans Village de La Bastide-Clairence réalisé en 2018

Fiche

Appellations Maison Hazan, Maison Hasan, Au Chalumeau, Maison Hazanberria, Maison Maribère
Destinations magasin de commerce, galerie d'art
Dénominations maison
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Lieu-dit : Adresse : Rue Notre-Dame
Cadastre : 1835 A 471 ; 1835 A 472 ; 2016 A 411 ; 2016 A 1358

Le nom de cette maison apparaît dès 1512 dans les archives de la confrérie de Saint-Nicolas. L'architecture de la partie sud est effectivement datable de cette époque, par sa typologie, par la mise en œuvre des pans de bois et par les croisées à meneaux.

Elle figure sur le plan cadastral de 1835 selon une emprise similaire à l'actuelle. Dans la matrice, elle appartient à Marie Darritchon, qui possède aussi la Maison Maribère, mitoyenne. Ces deux propriétés semblent avoir été séparées au début du 20e siècle, lorsqu'elles passent aux mains de deux propriétaires différents. Elle est représentée sur une carte postale de cette époque, selon ses dispositions anciennes.

La maison a abrité une quincaillerie nommée "Au Chalumeau", équipée d'un poste à essence, tenue par Alphonse Dattas de 1945 à 1964.

Elle a connu d'importants remaniements en 2004, lorsque le rez-de-chaussée a été réaménagé en galerie d'art, et les étages supérieurs en deux logements distincts. La création des balcons de la partie nord date de cette époque.

Période(s) Principale : 16e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle

Cette maison située au centre du village, occupe deux unités du parcellaires originel de la bastide. Sa façade asymétrique est couverte d'une toiture dont le pan sud est plus long que le pan nord. L'élévation principale à l'est, sous pignon, est divisée en deux parties, correspondant à deux anciennes maisons.

La partie sud comporte un rez-de-chaussée remanié en béton, ouvert par une porte étroite à gauche et par une large fenêtre accotée d'une baie aveugle en anse de panier en grès. L'étage est en encorbellement sur sablière ornée d'une frise d'accolades, ancrée dans la tête de mur de gauche à ressauts en quart-de-rond. Ce niveau constitué de pans de bois en croix-de-Saint-André sur trois registres est éclairé par une croisée à meneaux à gauche et par une demi-croisée à droite. Deux pannes visibles dans la paroi du surcroît composaient probablement l'ancien pignon. Le surcroît constitué de pans de bois simples est éclairé par une petite fenêtre dans la travée de droite.

L'élévation sud, donne sur la venelle. Un banc adossé ou "taoulé" occupe la partie inférieure d'une large fenêtre à encadrement en grès en arc segmentaire, surmontée d'une petite pierre circulaire sculptée d'un motif rayonnant. Elle est jouxtée à sa gauche d'une porte en anse de panier. Une porte plus à l'ouest en grès plus clair, plus récente, présente sur son linteau en arc segmentaire une citation en langue basque : "NAFARROAKO ITURRI ZAHAR/RETIK UR BERRIA EDATEN DUT", qui peut être traduit par : "Je bois l'eau nouvelle des vieilles sources de la Navarre". Des motifs de virgules encadrent cette inscription. Le deuxième niveau est ouvert par deux croisées à meneaux, l'une en grès et l'autre en bois. Une pierre d'écoulement d'évier est visible sous une fenêtre de petite dimension. Le pan long de la toiture est interrompu par une importante lucarne, créant un pignon au centre, composé de pans de bois simples. Une chaîne d'angle apparente sur la gauche témoigne d'une extension vers l'ouest.

Toute la partie nord a été remaniée dans les années 1980 : l'élévation est a été particulièrement modifiée par la création d'une porte en arc plein-cintre, jouxtée à sa droite d'une niche avec statue de la vierge et à sa gauche, d'une fenêtre en arc segmentaire. Aux deuxième et troisième niveaux, deux galeries sont abritées par l'avant-toit. Les ouvertures sont à encadrement en bois. Les ouvertures sont protégées de grilles en ferronnerie.

Murs grès moellon enduit
bois pan de bois
béton parpaing de béton enduit
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
États conservations remanié
Techniques sculpture
Représentations accolade, rosace
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
Bibliographie
  • LALANNE Guy (dir.). La Bastide Clairence. Ciboure : Jakintza, 2018.

    P. 195.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.