Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Garbaillou

Dossier IA64002929 inclus dans Village de La Bastide-Clairence réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Maison Garbaillou, Maison Sabarots
Parties constituantes non étudiées forge, boutique
Dénominations maison
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Adresse : Rue Notre-Dame
Cadastre : 1835 A 508 ; 2016 A 473

Selon plusieurs monographies concernant l'histoire du village, une porte de la bastide au Moyen Âge et sous l’Ancien Régime se situait entre cette maison et la Maison Dominique, ce qui rendait cette partie de la rue particulièrement étroite.

Une plaque dans le mur est porte la date de 1580, correspondant probablement à la construction de la maison. Son premier nom, "Sabarots", apparaît dès 1594 dans les archives de la confrérie de Saint-Nicolas.

Elle est représentée sur le plan cadastral de 1835 selon une emprise bien plus importante au sud. Dans la matrice, elle est la propriété de Jean-Pierre Sabarots, valet de chambre, puis du forgeron Antoine Heguy, enfin des Dorgambide-Candelé vers 1850.

Après son acquisition par la famille Dufourcq, toute la partie sud-est de la maison a été détruite dans les années 1970, afin de dégager la façade de la Maison Chilo-Noguès appartenant aux mêmes propriétaires et située en contrebas, à l'ouest. A cette occasion, d'importants remaniements ont été effectués.

La partie nord a abrité une forge, de 1900 à 1984, ce qui a probablement entraîné des remaniements dans son architecture. Le dernier forgeron en activité était M. Heguy ; une partie de la production était destinée à la boutique de quincaillerie, qui occupait la partie sud-est de la maison.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle , (détruit)
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1580, porte la date

Maison implantée dans la partie basse de l’agglomération, à proximité de la rivière La Joyeuse.

L'élévation principale au sud, sous pignon, est asymétrique, avec le pan est de la toiture plus court que le pan ouest. Les ouvertures sont en béton. Au deuxième niveau, consistant en un étage en léger encorbellement, un décor de faux pans de bois est plaqué.

Les murs gouttereaux comportent quelques éléments plus anciens. A l'est, au premier niveau, les ouvertures sont en pierre en arc segmentaire, surmontées de fenêtres à encadrement en bois. Le deuxième niveau présente également un placage de faux pans de bois dans la continuité de l'élévation principale. Une date portée inscrite sur une plaque occupe le dessous de la fenêtre de la travée de gauche. Les assemblages de sablière avec poteau à tenon-mortaise traversant et chevillé sont visibles sous les solives.

A l'ouest, les ouvertures sont en béton de différentes dimensions et non alignées, une terrasse a été aménagée, réorientant la maison vers la rivière.

La partie nord est percée à l'est de larges ouvertures en bois, tandis que le mur nord en béton, aveugle, a été aménagé comme fronton de pelote basque.

A l'intérieur, dans la partie sud, une cheminée formée de corbeaux posés sur des jambages en calcaire bouchardés et chanfreinés, a probablement été remontée. Un ensemble comprenant un placard et une pierre d’évier est visible dans le mur ouest. Dans la partie centrale et nord, les poutres avec des clous plantés en grand nombre et alignés ont été gardés, en rappel de son ancienne activité de forge, ils servaient effectivement à suspendre les différents outils. A l'étage, un tirant métallique prolonge le poinçon moisé de la charpente et traverse le plancher, en renfort de la structure.

Murs grès moellon enduit
béton parpaing de béton enduit
bois faux pan de bois
Toit tuile creuse
Étages étage en surcroît
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
États conservations remanié
Techniques
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
Bibliographie
  • DARNERE F. La Bastide Clairence au XIVe siècle. T.E.R. Bordeaux : Université de Bordeaux, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine : TU DAR
  • LALANNE Guy (dir.). La Bastide Clairence. Ciboure : Jakintza, 2018.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.