Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, dite Château Pauillac

Dossier IA33005674 inclus dans Hameau de Dauprat réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • chai
    • cuvage
    • puits
    • portail

Dossiers de synthèse

Précision dénomination château viticole
Appellations Château Pauillac
Parties constituantes non étudiées chai, cuvage, puits, portail
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Lieu-dit : Dauprat
Adresse : rue de Dauprat
Cadastre : 2012 BE 246 ; 1825 Gbis 1255 à 1258

Des bâtiments figurent à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825 : il s'agit d'une maison et d'un chai appartenant à M. Panelier (parcelles 1255 et 1258), d'une maison avec cour et bâtiment rural appartenant à M. Paul Desse (parcelles 1254, 1256, 1257), capitaine de port à Pauillac.

L'actuelle maison est construite à la fin du 19e siècle, après 1890, probablement par la veuve d'Abel Hilaret qui en est propriétaire.

Acquise en 1971 par la famille Peyronie, propriétaire de Fonbadet, elle est appelée "Château Pauillac", renseignement donné oralement lors de l'enquête d'inventaire en 1974.

Dans les éditions de l'ouvrage de Cocks et Féret, à partir de 1874, un cru Haut-Pauillac, et en 1898 un Château Haut-Pauillac sont mentionnés appartenant à Jacques Moreau, puis à sa famille ; ce qui ne correspond pas aux informations relevées dans les matrices cadastrales concernant cette maison. En 1908, un Château Pauillac appartient à Louis Roux.

Dans les années 1920, l'étampe "Château Grand-Pauillac" semble être associée à cette demeure et évolue ensuite en "Château Pauillac".

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle

La maison à étage carré et couverte d'un toit à croupes en ardoise est encadrée de deux parties basses, l'une en simple rez-de-chaussée, l'autre avec un niveau en surcroît. La façade principale, orientale, donne sur un jardin délimité par un mur de clôture. On y accède par un portail avec piliers en pierre de taille. La façade présente cinq travées, l'une d'elles ouverte de baies plus étroites (correspondant peut-être à la cage d'escalier). Les ouvertures sont en arc segmentaire et chambranle mouluré. Les angles du rez-de-chaussée sont soulignés par un traitement en bossage. Un bandeau médian ainsi que les appuis de fenêtres de l'étage formant bandeau séparent premier et second niveau. L'étage est doté de deux portes-fenêtres avec balconnet. La toiture en ardoise est agrémentée d'une lucarne en zinc encadrée de deux souches de cheminée en pierre de taille. Un bâtiment aveugle percé d'une seule porte sur le pignon sud pouvait abriter un chai.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
moellon
Toit tuile creuse, ardoise
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon

Estuaire

TRAVEE 5
FORBAIE arc segmentaire (porte) ; arc segmentaire (fenêtre) : chambranle mouluré (porte) ; chambranle mouluré (fenêtre)
POSRUE en alignement
POSPARC en retrait
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Matrices cadastrales

    Demeure correspondant à la parcelle G1256 du plan cadastral de 1825.

    -État de sections, volume 2 : maison avec cour (G1257) appartient à Desse.

    -volume 3 : Paul Desse, capitaine de port à Pauillac ; mutation de propriété en 1843.

    -volume 6 : Joseph Caula à Bordeaux ; mutation de propriété en 1867.

    -volume 4 : Jean Marian le Riche à St Julien ; mutation de propriété en 1875.

    -volume 7 : Jacques Verrière, boucher à Pauillac, Dauprat ; mutation de propriété : 1882.

    Jacques Verrière vend en deux temps :

    -1882 : maisons (G1255 et 1256) à Hilaret Abel vve, née Verrière à Cordeillan ; la maison semble être démolie en 1890 ; la demeure actuelle aurait été construite par la suite (volume 18).

    -1913 : Moreau André célibataire, rue St Laurent : G1254, G1256 (sol), G1257 (cour), G1258 (bâtiment rural).

  • Mentions du Château Pauillac ou Haut-Pauillac dans les éditions de Cocks et Féret

    -Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins, 1874 : Haut-Pauillac appartenant à P. Moreau ; cru A Pauillac appartenant à J. Moreau.

    -Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins,1881 : dans la rubrique des crus bourgeois supérieurs et 1ers artisans : Haut-Pauillac, (Jac. Moreau, 30 tonneaux)

    -Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins, 1886 : idem

    -Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins, 1893 : idem (35 tonneaux)

    -Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins, 1898 : Chât.-Haut-Pauillac (Héritiers Jacq. Moreau), 35 t.

    -Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins, 1908 : Château Pauillac appartenant à Louis Roux, brasseur à Lesparre (15 t.)

    -Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins,1922 : aucune mention.

  • Actes notariés

    AD Gironde, 3 E 68155. Dépôt vente S.S.P Hilaret-Moreau, 28 juillet 1911. Étude de Me P.-J. Chevallier, notaire à Pauillac.

    Marguerite Verrière, veuve de M. Pierre Hilaret, demeurant au château Bellevue Cordeillan, a déposé auprès de Me Chevallier l'un des originaux d'un acte du 1er mai 1911, concernant la vente par Marguerite Verrière à M. André Moreau-Grenier, propriétaire demeurant à Pauillac, place Franklin n°4:

    -d'un corps d'immeubles situé à Dauprat comprenant une maison de maître composée au rez-de-chaussée de quatre grandes pièces et un vestibule, au premier étage de cinq chambres et un grenier, cour au levant de la maison, remise dans cour, cuvier, chai et grange du côté du couchant ;

    -d'un jardin situé au même lieu ;

    -d'une petite maison située au dit lieu ;

    -et d'une grande cour située aussi à Dauprat ;

    pour la somme de 18500 frcs.

    Conservation des hypothèques de Lesparre, 11 juin 1925.

    Vente de André Moreau et Marie Valladon à Jeanne Marie Louise Blondin un domaine dénommé "Château Grand-Pauillac", consistant en maison d'habitation, bâtiments d'exploitation, jardin, dépendances et vignes en friches en diverses parcelles. La maison ou château et ses dépendances et les diverses constructions à usage de chai, cuviers, maisons de domestiques, jardins, potager et d'agrément, vergers, forment un ensemble situé au lieu de Dauprat, Saint-Lambert (...)

    + parcelles

    sont comprises dans la présente vente toutes les marques, étampes, appellations d'origine et autres quelles qu'elles soient relatives au domaine vendu, sans aucune exception ni réserve, sauf la marque Château Haut St Lambert.

    Origine de propriété : Madame veuve Jacques Moreau, née Vallandon ; Jacques et André Moreau, frères germains avaient eux-mêmes recueilli la majeure partie du dit domaine dans les successions confondues de M. Alphonse Moreau leur père et de Madelle Noëly Elisabeth Moreau, leur tante.

    une partie acquise par M. André Moreau de Mme Marguerite Verrière, veuve de Pierre Hilaret (...).

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e édition).

    p. 250
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire