Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de maître

Dossier IA33004413 réalisé en 2013

Fiche

Dossiers de synthèse

Genre de maître
Précision dénomination château viticole
Parties constituantes non étudiées chai, fontaine, lavoir, pièce, pièce d'eau
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Adresse Commune : Saint-Genès-de-Blaye
Lieu-dit : Sesque
Cadastre : 1832 C 1085 à 1088 ; 2013 OC 1000 à 1002

La maison de maître constitue le centre d'un domaine agricole, sans doute à vocation principalement viticole dès l'Ancien Régime. Le corps de logis paraît datable du 3e quart du 18e siècle, d'après les ouvertures en arc segmentaire et le motif à coquille stylisé de la cheminée, mais la façade principale, régularisée, masque des modifications et des reprises qui restent perceptibles dans les maçonneries de l'élévation postérieure. Le plan cadastral de 1832 montre ainsi des éléments formant sailli sur l'arrière, supprimés depuis. D'autres dépendances sur cour, qui figurent aussi sur le plan en vis-à-vis de l'aile des chais, ont également disparu. Par ailleurs, une pièce d'eau allongée, signalé comme vivier dans les matrices cadastrales, existe déjà en contrebas. L'ensemble est alors divisé en 2 propriétés distinctes, entre Pierre Dufresne, avocat de Blaye, qui en détient la majeure partie, et un bordelais dénommé Cael.

Le domaine n'est pas mentionné parmi les principales exploitations viticoles de la commune dans les éditions du Cocks et Féret de 1850 et 1868 ; en revanche, il apparaît comme cru bourgeois en 1874, divisé en 2 propriétés, entre les mains d'un certain Séguy et d'une certaine madame Caëlle. L'aile du chai semble une reconstruction contemporaine de cette période, de même que le réaménagement de la pièce d'eau. Les dommages causés par le phylloxera furent vraisemblablement fatals à la production viticole, puisque l'exploitation ne figure plus dans l'édition du Cocks et Féret de 1898.

Le domaine est aujourd'hui appelé "Château de Terre Blanque", du nom de la parcelle voisine.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle , (?)

Le domaine occupe le versant sud d'un coteau calcaire occupé par des vignes, à proximité d'une source située en contrebas. La demeure se compose aujourd'hui d'un corps de logis rectangulaire d'un étage avec comble à surcroît, et d'une aile de dépendances en retour d'équerre comprenant les chais. D'autres dépendances, séparées du logis mais reliées par un mur de clôture, existent à l'ouest. La façade principale sur cour, côté est, compte 5 travées. Les ouvertures sont en arc segmentaire délardé, alors que les oculus du surcroît sont circulaires. La source est abritée par un édicule maçonné alimentant un lavoir, dont le trop-plein alimente une pièce d'eau de forme annulaire.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à longs pans pignon couvert
Escaliers escalier dans-oeuvre, escalier tournant à retours, en charpente
Typologies C3

Estuaire

TRAVEE non applicable
FORBAIE non applicable
POSRUE non applicable
POSPARC non applicable
POSTOPO coteau
ORIENT non applicable
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien, 1832.

    section B Archives départementales de la Gironde : 3 P 405
Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 432
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Beschi Alain