Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de maître, dite château du Mas-de-Bénévent

Dossier IA24001244 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Genre de maître
Appellations château du Mas-de-Bénévent
Dénominations château, maison
Aire d'étude et canton Montpon-Ménestérol - Montpon-Ménestérol
Adresse Commune : Saint-Martial-d'Artenset
Lieu-dit : Bénévent
Cadastre : 1843 C1 355 ; 1988 ZH 105

Le domaine du Mas-de-Bénévent a appartenu à la famille de la Doire, anoblie en 1671, puis à celle d'Arlot après que les filles de Léonard de la Doire se soient mariées avec les fils d'Hélie d'Arlot, seigneur de Cumond au début du 18e siècle. La demeure est signalée en 1730 par Lagrange-Chancel. Un acte notarié de 1744 évoque la présence d'un repaire noble, non loin de l'emplacement du domaine actuel. Le château devient la propriété de la marquise de Taillefer à partir de 1775. Sept métairies dépendent alors du domaine. La famille vend l'ensemble au début du 19e siècle, qui figure sur le plan cadastral de 1843. Ernest Guillomon en fait l'acquisition à la fin du 19e siècle.

En 1890, il fait construire une gentilhommière à proximité, à laquelle il adosse un château en 1903, qui présente des similitudes avec la demeure de Beausoleil (commune de Saint-Sauveur-Lalande). Il semblerait qu'un unique architecte mussidanais ait travaillé à ces deux ouvrages. L'étang tout proche a sans doute été aménagé durant cette période, à proximité du ruisseau du Pazaillac. Dans les années 1960, Guy Cluzeau achète les deux châteaux, dont l'ancien, en ruine, est détruit.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle

Le domaine du Mas est situé à 500 mètres au sud du hameau de Bénévent, qui borde l'Isle sur sa rive gauche. La demeure est composée de deux corps de bâtiments adossés bâtis sur un soubassement : au sud, un pavillon en rez-de-chaussée percé de trois fenêtres sur chaque façade et couvert d'un toit en pavillon ouvre sur une terrasse ; au nord se tient le château comprenant un étage carré et un étage de comble.

L'ensemble est bâti en maçonneries de moellons enduites. La pierre de taille est réservée à l'encadrement des ouvertures et aux chaînes d'angles (bossages en pointes de diamants pour le corps de bâtiment septentrional). La pierre de taille participe également du décor du château, en association avec la brique (jeux de couleurs, assises d'appareils alternés). Sa façade principale compte trois travées aux fenêtres rectangulaires dont les allèges sont dotées de balustres. Depuis la travée centrale, on accède au château par un perron. Cette travée est faite d'un avant-corps en brique rouge et jaune coiffé d'une lucarne ouverte au sein d'un fronton triangulaire brisé. Ce dernier fait écho à l'ornementation de la porte d'entrée dont la brisure du fronton cintré est ornée du monogramme "EG", du nom du commanditaire Ernest Guillomon. Une frise en brique disposées sur l'angle souligne la corniche moulurée soutenue par une série de modillons. Des tourelles d'angle sur cul-de-lampe cantonnent cette façade. Elles présentent un décor en brique et pierre de taille en alternance et sont couvertes de toits coniques en ardoise. Les façades occidentale et orientale, à travée unique, sont pourvues de bow-windows pentagonaux au rez-de-chaussée. Elles sont surmontées de balcons protégés par un garde-corps, on y accède par une porte-fenêtre située à l'étage carré. Une lucarne couronne la travée, percée dans l'étage de comble. Le toit à longs pans et croupes en ardoise est orné d'une crête et d'épis de faîtage à chaque extrémité.

Murs calcaire pierre de taille
brique
moellon enduit
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans croupe
toit conique
Techniques ferronnerie
Précision représentations

Crête et épi de faîtage en ferronnerie.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte de Belleyme, planche n°21, 1762-1783.

  • A.D. Dordogne. Plan cadastral napoléonien de Saint-Martial-d'Artenset. Dessin et encre sur papier, 1844. Section Le Mas, feuille C1.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 5013
  • IGN. Carte topographique de la France à 1/50 000 : Montpon-Ménestérol. Série orange, feuille 1735. 2e éd., Paris, IGN, cop. 1981.

Bibliographie
  • GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Universis, 1992, fac-similé de l'édition de 1873 (Monographies des villes & villages de France).

  • GUILLAUMARD Hubert. Saint-Martial d'Artenset en Dordogne, de 1800 à 2000. Notre-Dame-de-Sanilhac : 2004.

  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Becker Line - Pagazani Xavier - Provost Marion