Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de maître dite Château Bidou

Dossier IA33007158 réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • chai
    • cuvage
    • puits
    • grange
    • écurie
    • pigeonnier
    • logement
    • mur de clôture
Genre de maître
Précision dénomination château viticole
Appellations château Bidou
Parties constituantes non étudiées cour, chai, cuvage, puits, grange, écurie, pigeonnier, logement, mur de clôture
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Bourg
Adresse Commune : Villeneuve
Lieu-dit : Bidou
Cadastre : 1819 A 507, 512 ; 2011 A1 999, 1000

Les bâtiments qui composent la propriété forment un ensemble de constructions juxtaposées, édifiées à différentes périodes, entre le 17e et le début du 20e siècle.

Le pigeonnier, avec sa porte en arc plein-cintre, semble la partie la plus ancienne, du 17e siècle ou du début du 18e siècle. La dépendance à l'est, probablement d'anciens chais, conserve la trace d'une porte charretière murée, permettant de dater la construction du 18e siècle. La façade sur cour du corps de logis, dans sa régularité et avec ses oculus, est datable de la fin du 18e ou du début 19e siècle.

Sur le cadastre de 1819, le bâti est composé d'un ensemble de bâtiments irrégulier, donnant sur un jardin à parterres. Selon l'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret, le domaine viticole appartient à Étienne Sinan. Dans les éditons de 1874 et 1898, la propriété est entre les mains de la famille Dumontet. L'illustration publiée dans cet ouvrage en 1898 montre la demeure avec ses anciennes dispositions et prolongée des dépendances. C'est donc vraisemblablement à la charnière des 19e et 20e siècles, peut-être pour Gabrielle Dumontet (connue comme peintre et sculptrice), mentionnée en 1898 comme propriétaire, que le corps de logis est remanié tout en conservant sa façade, et qu'une nouvelle demeure est édifiée, en partie sur l'emplacement de l'ancienne. C'est alors que le domaine prend le nom de Château Bidou. Enfin, la construction d'un logement secondaire au sud-est, dit Villa du Marronnier, établi sur une autre cour, vient compléter l'ensemble dans le 1er quart du 20e siècle.

Période(s) Secondaire : 17e siècle , (?)
Secondaire : 1er quart 18e siècle , (?)
Secondaire : 18e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle

Le château est situé à l'entrée du hameau, sur un vaste parcelle d'angle, fermé au nord, à l'est et à l'ouest par un mur en moellons. A l'intérieur, une maison à étage carré dont la façade principale est tournée en direction du nord, donne sur un parc arboré. Des dépendances abritant les anciens chais et cuviers ainsi que les anciennes écuries se prolongent à l'ouest. A l'arrière de la maison, le reste d'une façade, tournée en direction du sud, appartient à l'ancienne demeure du domaine : la façade rythmée de cinq travées est composée d'un rez-de-chaussée surmontée d'oculi. La porte d'entrée est sommée d'une corniche. Plusieurs dépendances prolongent cet ancien logis à l'ouest dont un logement, appelé "Villa du Marronnier" et un pigeonnier.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans
croupe
États conservations inégal suivant les parties

Estuaire

TRAVEE 0
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extrait de la 7e édition de l'ouvrage Bordeaux et ses vins de Cocks et Féret

    - COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 7e éd. Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles, p. 592-594 :

    "Château-Bidou (Mme Gabrielle Dumontet) : 30 tonneaux".

    "Le cru du Château-Bidou, situé sur un coteau très élevé d´où l´on a sur la Gironde une vue magnifique, comprend 12 hectares de vignes replantées depuis déjà neuf ans (1888), en cabernet, merlot et teinturin (malbec), pour la plus grande partie. Ces vins sont de très bons grands ordinaires. Ils ont du corps, de la finesse et gagnent longtemps en bouteille.

    Le rendement annuel moyen est de 30 tonneaux environ".

    - Supplément à la 7e édition, 1901, p. 78 : Ch. Bidou, lire : Laval-Dumontet.

Références documentaires

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).

    P. 592-594.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer - Beschi Alain