Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de maître des Escures

Dossier IA24004083 inclus dans Écart de la Mijardie réalisé en 2013

Fiche

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées grange, étable, puits, séchoir à tabac, fournil
Dénominations maison, ferme
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Aubas
Lieu-dit : Les Escures
Cadastre : 1813 A3 1077 ; 2013 ZC (01) 85
Précisions

Le bâtiment principal, composé d'un pavillon de plan rectangulaire flanqué d'une tour circulaire (à l'est) et d'un corps de logis bas (à l'ouest), remonte peut-être au XVIe siècle. Aujourd'hui, seuls une porte à chanfrein droit et l'appareillage de gros moellons équarris et rubéfiés par endroit suggèrent cette datation. D'après des textes du XVIIe siècle, il appartenait alors à "maistre Jehan Martin, praticien [un homme de loi], habitant à présent au lieu des Escures, parroysse des Bas" (mentions des 17 septembre 1641, 4 juin 1646 et 21 janvier 1647). Ce sont les mentions les plus anciennes retrouvées du lieu. Le 21 janvier 1647, Antoinette Nadal rédige son testament "au lieu des Escures [...], dans la maison de Jean Martin, praticien", son époux. Roturier, le domaine des Escures prend pourtant l'aspect des petits domaines nobles du voisinage. Avec ses hauts volumes flanqués par une tour circulaire, le bâtiment principal était également placé entre cour (au nord) et jardin (au sud), et bordé directement à l'est par des vignes, selon une organisation déjà rencontrée à Lascaux et au Planchat, sur la commune de Montignac. La planche n° 23 de la carte de Belleyme levée en 1768 indique que le domaine était bien roturier. Celui-ci est alors au plus près de grandes parcelles de vignes plantées sur le coteau exposé au sud. En 1813, les "Martin de Lescuras" demeurent à Montignac mais en sont encore propriétaires. A cette date, la cour était déjà bordée par une grange-étable (encore en place), au nord, seule dépendance accompagnant le bâtiment principal à ce moment. L'ensemble a fait l'objet de deux campagnes de remaniements importantes. La première, au cours du XIXe siècle : les grandes fenêtres et la porte qui ouvrent le pavillon rectangulaire au sud, ainsi que les fenêtres du corps de logis bas datent de ce moment, comme l'agrandissement de la grange-étable vers l'est et la construction de nouvelles dépendances à l'est de la cour. La seconde campagne, au début du XXe siècle (vers 1930 ?), a consisté à l'ajout d'un petit pavillon rectangulaire (sommé de quatre petites tours carrées) adossé à l'ouest du grand pavillon primitif. A une date indéterminée, les lauzes qui recouvraient les toits du corps principal (vestiges en partie basse), la grange-étable (reprise des pignons) et le corps de logis bas (reprise du pignon) ont été remplacées par de l'ardoise et de la tuile mécanique.

Période(s) Principale : 16e siècle , (?)
Principale : 17e siècle , (?)
Secondaire : 3e quart 19e siècle , (?)
Secondaire : 2e quart 20e siècle

Le domaine des Escures est isolé dans la campagne, situé à mi-croupe (à une altitude de 115 m) de la grande colline du Cheylard (celle-ci culminant à 210 m, sur la commune des Farges) qui domine la rive droite de la Vézère. Le bâtiment principal, de plan rectangulaire, comprend un rez-de-chaussée et un étage carré, le comble n'étant pas habitable. Les murs, en moellon recouvert par un enduit ocre, sont raidis par des chaînes d'angle irrégulières et ouverts par des baies en pierre de taille. Les toits pentus du corps et de la tour circulaire sont couverts en ardoise.

Murs calcaire moellon enduit
Toit ardoise
Couvrements
Couvertures toit en pavillon croupe
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Étude Veyssière, Montignac (1641-1653).

    fol. 322 (mention du 17 septembre 1641) Archives départementales de la Dordogne : 3 E 2267
  • Étude Veyssière, Montignac (1641-1653).

    fol. 442 : acte du 4 juin 1646. Archives départementales de la Dordogne : 3 E 2267
  • Étude Veyssière, Montignac (1641-1653).

    fol. 19 : Testament d'Antoinette Nadal, épouse de Jean Martin, 21 janvier 1647. Archives départementales de la Dordogne : 3 E 2267
Documents figurés
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche n° 23, levée en 1768, gravée et publiée en 1785-1789 Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
  • Plan cadastral ancien de la commune d'Aubas, 1813.

    Section A, dite de l'Escuras (1ère feuille) Archives départementales de la Dordogne : 3 P 30186 à 30197
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Pagazani Xavier