Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de maître, actuellement restaurant scolaire et logements, dit Vieil Hôpital

Dossier IA24001368 réalisé en 2011

Fiche

Genre de maître
Précision dénomination restaurant scolaire
Appellations Vieil Hôpital
Parties constituantes non étudiées grange, étable, pigeonnier, portail
Dénominations maison, restaurant, logement
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Saint-Amand-de-Coly
Cadastre : 1818 A2 474, 475 ; 1986 ZC 107, 110

A la fin du 14e siècle, Raymond Vignerot, abbé de Saint-Amand, fait construire un hôpital à proximité de l'abbaye. Par une bulle du 15 septembre 1381, toute aide à cette fondation est gratifiée, par l'antipape Clément VII, de 100 jours d'indulgences. Les sources n'indiquent pas l'emplacement de cet établissement que la tradition locale situe là où s'élève l'actuelle maison de maître. Celle-ci a peut-être été bâtie par un membre de la famille Laborde au cours du 17e siècle (Delmas). A droite du portail, le pigeonnier porte le millésime 1627. Si le logis montre quelques vestiges datant peut-être de cette période, tel l'accès à la cave surmonté d'un arc en plein-cintre, l'ensemble a été largement repris au 18e siècle ainsi que dans le dernier quart du 19e siècle comme l'attestent les deux millésimes (1892 et 1898) visibles au rez-de-chaussée du logis et près de la porte de l'ancienne étable. Le cadastre de 1818 figure une emprise plus réduite du bâtiment agricole attenant. Avant ces transformations, l'édifice est la propriété de Pierre Chanteloube, maire de Saint-Amand, qui installe l'école à l'étage de sa maison de 1848 à 1879. Après son acquisition par la municipalité, le "Vieil Hôpital" est entièrement restauré. Aujourd'hui, il accueille la cantine scolaire et des logements locatifs.

Période(s) Principale : 17e siècle , (?)
Principale : 18e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1627, porte la date
1892, porte la date
1898, porte la date

On accède à cet ensemble depuis un portail en plein-cintre donnant sur une cour. A droite, un pigeonnier de plan carré et couvert en lauze jouxte le portail. A gauche, une dépendance a été transformée en garage. L'habitation présente un plan en L, complété à l'est d'une ancienne grange-étable aménagée en logement. Seule la partie ouest du logis est bâtie au-dessus d'une cave voûtée d'un berceau en anse-de-panier. Au pied de la façade occidentale, rythmée de trois travées, un escalier extérieur permet l'accès au rez-de-chaussée. Côté est, ce niveau est équipé d'un évier et présente les traces d'une cheminée disparue. L'ensemble est bâti en moellon de calcaire et couvert en ardoise. Deux rangs de génoise couronnent les murs du logis. Son pignon sud est surmonté d'une croupe brisée. La grange-étable possède un toit indépendant à demi-croupes.

Murs calcaire moellon
calcaire pierre de taille
Toit ardoise
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans brisés croupe brisée
toit à longs pans demi-croupe
Escaliers escalier de distribution extérieur : escalier de type complexe, en maçonnerie
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • DELMAS André. L'abbaye de Saint-Amand-de-Coly en Périgord Noir. Périgueux : Société Historique et Archéologique du Périgord, supplément aux bulletins de l'année 1978, 1978.

    p. 72-73
(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Marabout Vincent