Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Darrieux

Dossier IA64002926 inclus dans Village de La Bastide-Clairence réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Maison Darrieux, Maison Darrius, Maison Sallejusan
Parties constituantes non étudiées jardin, grange
Dénominations maison
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Adresse : Place des Arceaux
Cadastre : 1835 A 464 ; 2016 A 419

Cette maison porte le nom de l'une des plus anciennes familles bastidotes : un certain Johan d'Arrius figure en effet dans la liste des premiers habitants. Elle est citée dès 1482 dans les archives de la confrérie de Saint-Nicolas. Elle est détenue en descendance directe par la famille noble des Darrieux jusqu'en 1740, époque où elle passe à la branche des Bordus Darrieux.

Dans son état actuel, la demeure est datable de la seconde moitié du 18e siècle, ce qui est confirmé par un acte notarié de maître Guitard, notaire à Urt, actant le paiement de travaux de réfection effectués entre 1770 et 1775 pour Angélique de Habains, veuve d'Arnaud de Bordus Darrieux.

La maison est représentée sur le plan cadastral de 1835 selon une emprise similaire à l'actuelle. Dans la matrice cadastrale, elle est indiquée en possession des héritiers de Timothée Darrieux-Juzon, également propriétaires de la Maison Habains (provenant de l'héritage de Marie de Habains, grand-mère de Timothée et mère d'Emmanuel Darrieux-Juzon), ainsi que de la Maison Suzanne dans le quartier Agnescous.

Durant la Seconde guerre mondiale, pendant l'occupation allemande, la Kommandantur y est installée. Des remaniements ont été effectués après le rachat de la maison par la commune en 1987, pour l'installation d'un centre multi-services ouvert en 2001.

Période(s) Principale : 15e siècle , (détruit)
Secondaire : 3e quart 18e siècle

Cette maison est située au cœur du village, sur la place des Arceaux. Elle se démarque par ses dimensions importantes, occupant trois unités parcellaires de la bastide. Elle partage son androne au sud avec la Maison Judas et au nord avec la Maison Colombots.

Son élévation principale à l'est sur la place est très régulière. Les extrémité de la façade ont obturé les issues des anciens andrones latéraux. L'élévation présente quatre travées divisées en trois niveaux. Partie basse des murs de la façade, chaînes d'angle, bandeaux et encadrements harpés sont en pierre de Bidache. Le premier niveau ouvre par trois grands arcs plein-cintre sur les couverts, correspondant aux trois ouvertures du rez-de-chaussée : celle de de gauche donne sur une boutique, celle du milieu sur un couloir traversant menant au jardin à l'arrière, celle de droite sur le local de l'office de tourisme. Le deuxième niveau est percé par quatre fenêtres en arc segmentaire à claveaux à crossettes. L'étage est délimité par un bandeau inférieur et supérieur. L'étage en surcroît est percé de quatre fenêtres reprenant la formule du deuxième niveau, mais de dimensions bien plus réduites.

L'élévation ouest est, quant à elle, composée de cinq travées divisées en trois niveaux. Avec la même régularité, toutes les ouvertures sont à claveaux en arc segmentaire. Le soubassement en moellons est ouvert de soupiraux percés sous les fenêtres. Le rez de chaussée est surélevé, avec deux fenêtres de part et d'autre de la porte centrale, accessible par un degré de cinq marches. L'étage compte cinq fenêtres tandis que le niveau de combles est éclairé par trois petites baies.

Le jardin géométrique renforce l'axialité de la façade postérieure. Une passerelle enjambe la rue des Frères, donnant sur la deuxième partie du jardin, dans lequel a été construit la Salle culturelle Inessa de Gaxen. Une grange est implantée au sud de cette parcelle, longée par la route d'Hasparren.

Murs grès moellon enduit
calcaire moyen appareil
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, étage en surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours, en charpente
Autres organes de circulations ascenseur
États conservations remanié
Techniques menuiserie
Représentations étoile
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
Bibliographie
  • LALANNE Guy (dir.). La Bastide Clairence. Ciboure : Jakintza, 2018.

    P. 138-139.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.