Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison Chilo-Noguès-Bonnecare

Dossier IA64002895 inclus dans Village de La Bastide-Clairence réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Maison Chilo, Maison Nogues, Maison Bonnecare
Parties constituantes non étudiées chocolaterie, atelier
Dénominations maison
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Lieu-dit : Adresse : Rue du Moulin , Rue de derrière
Cadastre : 1835 A 511 ; 2016 A 1123, 1249 Ensemble divisé en deux parcelles.

La maison apparaît dès 1589 sous le nom Chilo dans les archives de la confrérie de Saint-Nicolas ; ce nom désigne en basque sa situation, une "dépression" en contrebas du village. Ce nom est ensuite changé pour "Nogues", désignant les noyers plantés à proximité.

Il s'agissait d'une maison d'artisans dont l'activité a pu évoluer selon l'économie locale : le travail de la laine pour la production de la bonneterie, suivie de la fabrication du chocolat. Toute la partie sud de la maison fut construite au cours du 18e siècle afin de pouvoir loger deux générations de la même famille.

Cette maison est représentée sur le plan cadastral de 1835 selon une emprise plus réduite que celle actuelle. Dans la matrice, elle est la propriété de Pierre Dufourcq (1782-1852).

Un chemin la longeant au nord était emprunté par les femmes du village se rendant au lavoir qui se situait au bout de la parcelle de la maison. Il en reste un vestige sur la berge.

Lorsqu'au début du 20e siècle la famille revient de Paris pour s'installer dans son village d'origine, d'importants remaniements sont effectués sur la maison, la partie est est assainie, une galerie est construite, reposant sur d'épais piliers en pierre.

Dans les années 1930, est construite l'extension nord, avec un balcon vers l'ouest, donnant sur la rivière. Une passerelle permettant de relier directement la galerie du premier étage à la rue est montée. Des latrines sont aménagées au-dessus de l'écurie à l'ouest.

Un projet architectural ambitieux est imaginé pour faire de cette ancienne ferme une véritable villa de villégiature. Dessiné par les architectes Soupre de Bayonne, il correspond à la vogue du style néo-basque, très représenté sur la côte. Cependant, il ne sera pas mené à terme, au profit d'aménagement plus ponctuels.

Au début des années 2000, la maison Chilo et son extension sud, appelée Bonnecare (du nom de la famille alliée aux Dufourcq au 19e siècle), ont été séparées afin de les rendre indépendantes. Des aménagements intérieurs ont été nécessaires pour cela.

Période(s) Secondaire : 18e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Soupre Jean,
Jean Soupre (1894 - 1961)

Architecte bayonnais, né le 27 mars 1894 et mort en 1961, frère jumeau de Joseph Soupre (1894-1960).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Soupre Joseph,
Joseph Soupre (1894 - 1960)

Pascal Gabriel Antoine Joseph Soupre, architecte bayonnais, né le 27 mars 1894 et mort le 2 janvier 1960 à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis), frère jumeau de Jean Soupre (1894-1961).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Maison située en contrebas du village, longée à l'ouest par la rivière La Joyeuse. Son plan complexe est lié à ses différentes phases d'extensions.

La maison centrale présente un plan massé tripartite, avec l'adjonction de deux extensions successives vers le sud, et d'une autre au nord. L'élévation principale à l'est sous pignon est en retrait entre deux ailes en avancée de part et d'autre d'une courette. Le rez-de-chaussée est encadré par deux piliers en pierre à bossage rustique. Ce niveau en soubassement est ouvert par une porte centrale à encadrement en bois, avec une fenêtre de chaque côté. L'avant-toit très débordant abrite la galerie régnant sur tout le deuxième niveau de la façade. Ce niveau est entièrement à pans de bois, tout comme le troisième niveau de comble en surcroît. Les ouvertures sont en bois, non alignées et de tailles différentes.

L'aile sud présente une travée de deux fenêtres à encadrement de bois ; elle est couverte par une toiture à croupe. L'aile nord est constituée d'un premier niveau ouvert par une large porte en bois ainsi que d'une porte plus étroite. Le deuxième niveau présente un placage de faux pans de bois dans la continuité de l'élévation principale ainsi qu'une niche concave, abritant une statue de la Vierge Marie. Le troisième niveau se termine par une galerie formée par le mur en retrait, sous la croupe du toit reposant sur deux poteaux.

Depuis le jardin, l'élévation sud est composée de trois travées, divisées en deux niveaux. Le premier niveau est percé de trois ouvertures dont l'encadrement en pierre forme des arcs segmentaires, la porte au centre est surmontée d'une grande plaque de marbre gravées d'inscriptions en latin, correspondant à une campagne de travaux de 1757. Les trois fenêtres du deuxième niveau sont quant à elles à encadrements en bois.

Murs grès moellon enduit
bois pan de bois
calcaire moyen appareil bossage
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
États conservations remanié
Techniques
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
Bibliographie
  • DARNERE F. La Bastide Clairence au XIVe siècle. T.E.R. Bordeaux : Université de Bordeaux, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine : TU DAR
  • LALANNE Guy (dir.). La Bastide Clairence. Ciboure : Jakintza, 2018.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.