Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, ancienne mairie, puis école des Frères de la Doctrine Chrétienne, puis bains douches

Dossier IA33005907 inclus dans Ville réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Destinations mairie
Parties constituantes non étudiées logement
Dénominations bains douches, école, maison
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Adresse : 29 rue Ferdinand-Buisson
Cadastre : 2012 AW 27 ; 1825 D1 84, 85

Des bâtiments figurent à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825.

En 1838, la commune acquiert cette maison pour y installer la mairie. En 1861, elle l'échange contre une autre maison appartenant au curé Gabriel Gachet : la mairie y est alors transférée. L'année suivante, celui-ci cède finalement l'ancienne mairie à la commune afin d'y installer l’École des Frères Chrétiens (donation du 4 novembre 1862, Me Dubosq, notaire à Pauillac). Ces derniers y demeurent jusqu'en 1895. Le bâtiment abrite également les écoles communales et a servi aussi d'hôpital. Après le départ des Frères Chrétiens, il est utilisé pour le logement des institutrices et l'école maternelle.

En 1931, le conseil municipal décide la création d'un établissement de bains-douches à bon marché à l'emplacement de l'ancienne école maternelle, rue Ferdinand Buisson. Un devis de travaux est fourni par M. Picard, architecte de la ville, pour un budget de 320144 f. Les travaux sont achevés en 1934.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Picard, architecte, attribution par source

Le bâtiment à deux étages carrés présente au rez-de-chaussée une porte encadrée de deux fenêtres rectangulaires surmontées d'un entablement soutenu par des consoles sculptées et une frise avec l'inscription ÉTABLISSEMENT MUNICIPAL DE BAINS DOUCHES. L'ensemble est couronné par un fronton formé d'un cuir découpé avec médaillon sculpté d'un motif de voilier à 3 mâts encadré de cornes d'abondance et surmonté d'une couronne. Les fenêtres du 1er étage présentent des chambranles moulurés avec appuis saillants et clé centrale en ressaut. Les baies du 2e étage sont dotées de garde-corps métalliques. La façade est couronnée d'une corniche à modillons sculptés et de motifs de fleurettes. La façade postérieure est dotée d'une tour abritant certainement l'escalier.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 2 étages carrés
Couvertures toit à longs pans
Techniques sculpture
Représentations fronton médaillon bateau couronne corne d'abondance fleur
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Délibération concernant l'acquisition de la maison dite le Couvent pour y établir la mairie, 11 février 1838.

    Depuis de longues années, la commune tient à loyer une maison extraordinairement resserrée dont la distribution intérieure ne permet la possibilité que d'établir qu'un seul bureau qui sert à la fois de secrétariat, de cabinet pour le maire et de bureau pour le commissaire de police ; une salle existe à l'étage mais elle est occupée pour les auditions de M. le juge de paix, qui à son tour est obligé de déloger et de tenir ses audiences dans le bureau commun lorsqu’il y a réunion du conseil municipal ; une maison assez vaste située dans la rue St Martin est en vente et pourrait convenir pour l'établissement de l'hôtel de la mairie ; maison qui a appartenu au nommé Barrière dit Lily (?) qui la vendit à Mme Machet (?) pour l'établissement d'un pensionnat de jeunes demoiselles.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Achat par la commune de la maison de commerce Machever Compagnie d'une maison avec jardin rue St Martin servant actuellement de mairie, 8 mai 1845.

    Par acte notarié du 14 novembre 1838 (Me Roux, notaire à Pauillac).

    AD Gironde, 2 O 2618, Donation du curé Gachet à la commune, 4 novembre 1862.

    Me Dubosq : maison avec cour, hangar, latrines et autres dépendances le tout en un tenant et située à Pauillac rue Saint-Martin, confrontant ensemble du levant la maison à celle de la veuve Saint-Jean, mur mitoyen entre deux, et la cour aux jardins et cour de la dame Raymond, mur mitoyen entre deux, du couchant à la maison de la veuve Chanove mur mitoyen entre deux et encore au jardin de la dite veuve Chanove mur mitoyen entre deux jusqu'à deux mètres de hauteur seulement le surplus appartenant aux immeubles donnés du midi à la rue Saint-Martin et aux bâtisses de la veuve Saint-Jean du sieur Sicaud et de la veuve Chanove, mur mitoyen jusqu'à la hauteur de clôture seulement et du nord au jardin du presbytère, mur mitoyen entre deux ; M. Gachet a reçu en échange les immeubles donnés de la dite commune de Pauillac aux termes d'un contrat passé devant Me Roux notaire à Pauillac, le 28 octobre 1861, enregistré, transcrit au bureau des hypothèques de Lesparre le 28 novembre même année vol. 168 n°91. Il a augmenté ces immeubles par des réparations et des nouvelles constructions récemment faites ; la commune de Pauillac avait acquis la maison et la cour autrefois en jardin de la Société de Commerce Machet et compagnie dont le siège était à Bordeaux, rue Saintonge n°6, suivant contrat au rapport du dit Me Roux notaire à Pauillac en date du quatorze novembre 1838, enregistré transcrit au bureau des hypothèques de Lesparre le 6 décembre même année, vol. 50 n°2 (...) ; La société de commerce Machet et compagnie était propriétaire de ces immeubles, savoir : de la maison pour l'avoir fait construire sur deux petites maisons par elle acquises du sieur Pierre Barrière, ancien tailleur et habits et de la delle Anne Cécile Barrière sa fille, ayant demeuré l'un et l'autre à Pauillac par contrat au rapport de Me Dubois, ancien notaire à Bordeaux en date du 30 avril 1832, enregistré transcrit au bureau des hypothèques de Lesparre le 20 juin même année, vol. 38, n°63 (...) Ces deux maisons furent recueillies il y a plus de 60 ans par feue Marie Croizet épouse du dit sieur Pierre Barrière dans la succession de Françoise Raymond sa mère épouse de Siméon Croizet ; elles furent ensuite réparées et augmentées pendant le mariage des dits époux Barrière (...) et le jardin acquis de la famille Desse.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Don de Gabriel Gachet à la commune d'une maison avec cour, hangar, latrines et autres dépendances, le tout en un tenant situé rue Saint-Martin à la charge de la commune de ne pas changer de destination qui sert en ce moment d'école de garçons tenue par les frères de l'Ecole Chrétienne, acte du 4 novembre 1862 passé devant Me Dubosq, notaire à Pauillac ; donation acceptée.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, M. Hostein, maitre de musique, directeur de la fanfare de l'école des Frères de la Doctrine Chrétienne, désirerait occuper l'ancienne mairie située rue St Martin ; mais ancienne mairie destinée à servir d'hôpital, 8 février 1875.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Immeuble Saint-Martin, 17 août 1878.

    Le 28 octobre 1861, acte passé devant Me Dubosq, notaire à Pauillac : le curé Gachet échange avec la commune une maison située à l'angle sud-est de la rue St Martin et de la place qui a pris depuis le nom de place St Gabriel contre un autre immeuble bordant la même rue et placé entre les propriétés de la veuve St Jean et de la veuve Chanove, immeuble appartenant depuis longtemps à la ville ; le 4 novembre 1862, maison donnée définitivement à la commune à condition qu'elle serve à perpétuité d'école gratuite de garçons tenue par les Frères de la Doctrine Chrétienne ; projet également de fonder un hôpital.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Origine du traitement des Frères de l'Ecole Chrétienne, 12 novembre 1889.

    Arrivés à Pauillac le 15 novembre 1858 : 3 frères ont débuté rue du Peyrat dans la maison de M. Goureau, courtier en vins ; cette maison a été achetée depuis par M. Mondon qui l'habite en ce moment ; école qui était gratuite, ouverte en 1859 ; février 1863, l'école est transférée rue St Martin dans la maison donnée par M. Gachet à la commune avec deux conditions : impossibilité de changer la destination de la maison pour servir à autre chose que l'école de garçons des frères et obligation d'entretenir à perpétuité dans cette maison et à ses frais une école gratuite de garçons ; accepté par la commune le 17 décembre 1862.

    AD Gironde, 2 O 2618. Extrait du registre des délibérations : concernant l'entretien de l'école des Frères des Ecoles Chrétiennes, 12 novembre 1889.

    Rappel de la donation par le curé Gachet en faveur de la commune de Pauillac en vue de l'établissement et l'entretien des Frères (actes des 4 et 29 novembre 1862 Me Dubosq) : don d'une maison située rue St Martin, sous conditions ; 3 décembre 1862 le conseil municipal accepte la donation ; le 6 mai 1863 le maire demande l'autorisation de construire des classes dans une partie du jardin du presbytère en face de la maison donnée à la commune par M. Gachet et servant d'école gratuite dirigée par les frères. M. Gachet consent à céder le terrain nécessaire pour cette construction ; construction des classes et réfection de la maison donnée par Gachet réalisées par M. Bernard(La Tendresse) ; Frères auparavant installés dans une maison rue du Peyrat ; histoire de l'arrivée des Frères à Pauillac en 1858.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Réclamation à propos de la décision du préfet de demander aux Frères de l'Ecole Chrétienne de quitter l'immeuble de la rue St Martin, 17 février 1890.

    Lettre du préfet datant du 22 octobre 1890 ; reconnaissance des services rendus par les Frères notamment lorsque l'école fut transformée en hôpital et qu'ils ont soigné les malades et varioleux.

    AD Gironde, 2 O 2618, Lettre au préfet de Gironde concernant la mise à disposition d'un immeuble communal aux congréganistes, 6 février 1891.

    La commune avait mis gratuitement à la disposition des congréganistes un immeuble communal pour y installer une école privée. Mais après que le Conseil d'Etat eût décidé dans son avis du 19 juillet 1888 que les communes ne pouvaient pas subventionner les écoles privées, la jouissance de l'immeuble fut retirée aux congréganistes ; l'immeuble pourrait en revanche leur être loué.

    AD Gironde, 2 O 2618. Le maire de Pauillac donne à loyer pour 4 ans à partir du 1er avril 1891 à M. René Bernard, propriétaire et négociant à Pauillac la maison dite "ancienne école des Frères", 29 rue St Martin, 1er avril 1891.

    Composée d'une cave, d'un rdc, d'un et 2e étage et au nord une grande cour ayant sortie sur la rue Montauroy et dans cette cour, une vaste construction où étaient autrefois installées les classes.

    AD Gironde, 2 O 2618. Proposition que l'ancienne école des frères serve d'école temporaire pendant les travaux d'assainissement de l'école maternelle et de l'école primaire, 1892.

    AD Gironde, 2 O 2618. Registre de délibérations du conseil municipal à propos de l'école des Frères, 16 septembre 1892.

    Projet de donner en location aux Frères de la Doctrine Chrétienne l'immeuble situé au coin de la rue Montauroy dont le loyer est plus faible que celui de la maison actuellement occupée par eux et de livrer entièrement l'ancien immeuble scolaire de la rue St Martin aux écoles de filles et à l'école maternelle.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Ecole des filles, 8 février 1893.

    Immeuble de la rue St Martin où se trouvent à la fois les Frères des écoles congréganistes et les écoles communales ; refus des Frères de la Doctrine Chrétienne d'habiter un autre local ; M. Périer offre pour la somme de 300 francs le local habité par Mme Lestéguy : un rez-de-chaussée, avec cuisine, 2 pièces et une petite cour ; trois pièces avec un cabinet au premier étage ; deux pièces et une cuisine spacieuse au 2e étage ; en arrière du corps de logis principal, une vaste salle ayant autrefois servi d'école et très bien disposée puis l'établissement d'une chapelle ; le conseil décide qu'il y a lieu de loger les institutrices dans la maison de la rue Montauroy non acceptée par le Comité des écoles congréganistes et de demander à ce dernier une prorogation de bail pour les salles d'écoles et la salle d'asile occupant le côté nord de l'immeuble loué à M. Bernard ; l'ancien local scolaire situé sur le côté ouest de la place Gabriel Gachet devenant entièrement libre par suite du maintien des écoles de filles dans l'immeuble du côté est de la même place, des arrangements pourront être pris, afin de louer ce vaste immeuble soit à l'administration des postes et des télégraphes soit à toute autre personne.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Départ imminent des frères de la maison de la rue St Martin pour laisser la place aux logements des institutrices communales, 1er juin 1895.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1925-1936, Proposition du conseil municipal au curé Doyen d'être logé dans le bâtiment du rez-de-chaussée de l'ancienne école maternelle rue St Martin et qui autrefois servit d'habitation aux Frères de la doctrine Chrétienne, 21 juin 1929.

    Permettrait de transformer le local du presbytère actuel en une salle des fêtes au rez-de-chaussée et au 1er étage des salles de réunion pour les diverses sociétés locales.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1925-1936, Le conseil municipal décide la création d'un établissement de bains-douches à bon marché à l'emplacement de l'ancienne école maternelle rue Ferdinand Buisson, 28 novembre 1931.

    Devis fourni par M. Picard, architecte de la ville pour 320144 f.

    AD Gironde, 2 O 2619. Projet d'installation de bains douches : devis descriptif et estimatif, 28/11/1931.

    Reprise d'un ancien bâtiment ; sculpture du motif central avec armes de la ville, boules tournées, corbeaux et inscription ; architecte : Marcel Picard.

    AD Gironde, 2 O 2619. Cahier des charges pour installation du chauffage central, de Bains et de Bains Douches dans l'établissement de Bains Douches de Pauillac, 12/07/1933.

    Dressé par l'architecte communal Marcel Picard.

    AD Gironde, 2 O 2619. PV de réception définitive de la construction et de l'aménagement de bains-douches, 30/03/1934.

Références documentaires

Périodiques
  • FAURE Michel. "L'école des Frères de Pauillac". Les Cahiers Méduliens, n°45, juin 2006.

    p. 63-72
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire