Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison à coursière haute en encorbellement et pan de bois

Dossier IA24001277 inclus dans Ville de Montignac réalisé en 2011

Fiche

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Montignac
Lieu-dit : centre bourg
Adresse : 22 rue de l' Archiprêtre Noël
Cadastre : 1813 C 78 ; 2011 AP 123

Cette grande maison date peut-être du Moyen âge, mais fut sans doute en partie rebâtie au cours de la seconde moitié du XVe siècle, comme le suggèrent sa structure en pan de bois, sa charpente à chevrons formant ferme qui portait encore de la lauze dans les années 1970, les latrines se déversant à l'origine dans l'étang dit de la Saboterie (actuelle place Carnot) qui est l'aboutissement de la dérivation du Laurence (dont la création remonte assurément au Moyen âge), la pierre d'évier au premier étage, la fenêtre barlongue à chanfrein sur le pignon, et côté rue Noël la porte à chanfrein et l'appui de fenêtre mouluré du premier étage. Le plan d'alignement de 1835 prévoyait de démolir une partie importante de la maison du côté de la rue Noël, mais ce projet n'a pas été réalisé. En 1923, l'étang de la Saboterie est comblé, et la dérivation de la Laurence est enterrée (AD 24, 12 0 322). Après cette date, la maison est modifiée par l'ajout d'une porte supplémentaire sur la place Carnot. En 1965, la maison subit d'importantes modifications : percement de trois larges portes de garage au rez-de-chaussée, reconstruction intégrale de la coursière, réfection de la charpente et de la toiture.

Période(s) Principale : 14e siècle , (?)
Secondaire : 2e moitié 15e siècle , (?)
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

L'entrée principale de cette maison d'angle se trouve sur la rue de l'Archiprêtre Noël, seul accès avant le comblement de l'étang de la Saboterie en 1923. Les murs sont constitués essentiellement de moellons de calcaire au rez-de-chaussée, et en pan de bois à l'étage sur une grande partie de la façade rue Noël (pan de bois avec demi-décharges en croix de Saint-André) et sur le pignon (avec décharges simples). Côté place Carnot, la coursière en bois est soutenue par des aisseliers sur des consoles en quart-de-rond. La maison était à l'origine couverte en lauzes. Dans l'épais mur de refend se loge le conduit d'une cheminée aujourd'hui disparue. Au premier étage, il divise deux pièces et intègre une tête sculptée en remploi.

Murs calcaire
appareil mixte
pan de bois
moellon
Toit tuile plate
Étages 1 étage carré, étage de comble
Couvertures toit à longs pans
Typologies maison à coursière haute en encorbellement et pan de bois
Techniques sculpture
Représentations tête
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Ferlier Ophélie