Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lycée professionnel Ambroise-Croizat

Dossier IA40002001 réalisé en 2015

Fiche

Appellations Ambroise-Croizat
Dénominations lycée
Aire d'étude et canton Nouvelle-Aquitaine
Adresse Commune : Tarnos
Adresse : 92 Avenue Marcel-Paul
Cadastre : 2016 AM 472;593;637;638;640
Précisions

Depuis l'implantation d'un site sidérurgique à Tarnos en 1881 par la Compagnie des Hauts Fourneaux, Forges et Aciérie de la Marine et des Chemins de fer, la commune a connu un fort développement industriel qui s'est accompagné de la création de formations professionnelles.

Ainsi, un centre d'apprentissage des Forges de l'Adour est créé en 1932 au sud de l'avenue Jean Jaurès (actuel centre de loisirs). Il forme les ajusteurs, chaudronniers et forgerons jusqu'à la fermeture du site en 1964. Avec la reconversion de la zone industrielle vers différentes filières, un nouvel établissement professionnel lui succède place Albert Castets (actuelle école de musique). Devenu trop exigu, un nouveau lycée est construit en 1991-1992, 300 mètres plus loin, sur le crassier des anciennes Forges, par la région Aquitaine, sous la direction des architectes Michel Camborde et Jean-Michel Lamaison. Le terrain de sports est aménagé en 2003 puis le duo d'architectes ajoute un internat en 2005. Enfin, une halle des sports est conçue en 2015 par le cabinet d'architectes Andrieu Lacoste.

Période(s) Principale : 4e quart 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle
Dates 1991, daté par source
2003, daté par source
2005, daté par source
2015, daté par source
Auteur(s) Auteur : Camborde Michel, architecte, attribution par source
Auteur : Lamaison Jean-Michel, architecte, attribution par source
Auteur : Andrieu Lacoste, agence d'architecture, attribution par source

Le lycée Ambroise-Croizat de Tarnos est situé au nord de la cité des Forges, sur l'ancien crassier des Forges de l'Adour. Respectant la dénivellation du terrain, il se présente sur deux niveaux : à l'est, le hall d'entrée mène à une cour supérieure fermée par le CDI et l'internat tandis qu'à l'ouest, la cour inférieure est entourée par le bâtiments des enseignements généraux et les ateliers.

L'entrée se fait par un vaste parvis donnant accès à un hall doté d'un patio central avec des arbres. Ce hall, ainsi que le CDI et le réfectoire, bénéficient de larges baies vitrées qui contrastent avec les murs en béton enduit ou l'essentage en aluminium des murs des ateliers. Les toitures sont en zinc, à sheds dans le cas des ateliers.

Globalement, le lycée privilégie les lignes horizontales et parfois courbes comme pour la forme du réfectoire et le toit du CDI.

Murs béton béton armé enduit
métal parpaing de béton essentage de tôle
Toit zinc en couverture, béton en couverture, verre en couverture
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 2 étages carrés
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
toit bombé
shed

Références documentaires

Bibliographie
  • CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête identitaire post-décentralisation. Thèse d'histoire de la l'art sous la direction de Marc Saboya, Université Bordeaux 3, 2009.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maison-Soulard Laetitia