Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Lycée François-Magendie

Dossier IA33009614 réalisé en 2019

Fiche

Précision dénomination Lycée François-Magendie
Appellations Lycée François-Magendie
Dénominations lycée
Aire d'étude et canton Nouvelle-Aquitaine
Adresse Commune : Bordeaux
Adresse : 10 rue des Treuils
Cadastre : 2018 DY 35 ; 1851 V1 152

Un premier lycée est construit par les architectes Yves Salier, Adrien Courtois, Alfred Gilet et Henri Hourtic en 1960-1961 (voir l’article de l'Architecture d'Aujourd'hui). L'établissement est alors édifié dans un contexte de forte démographie et répond d'une part à l'exigence d’accueillir un grand nombre d'élèves et d'autre part à l'obligation de correspondre aux normes alors en vigueur pour les établissements scolaires (trame de 1m 75, nombreuses et larges baies vitrées...). Le bâtiment, déclaré obsolète et dégradé 30 ans plus tard, est démoli en 1996-1997.

Un nouvel établissement est construit en 1997-1998 par les architectes Brochet-Lajus-Pueyo avec Michel Sadirac, Nadine Guardiola et Michel Dupuy de Vazères. Le 1% artistique consiste en deux œuvres réalisées en 2005 par Benjamin Moukarzel et Malika Pedley « Notre quotidien » ou « Le langage des ombres » et Alix Divers « Les nains ». Les figures en métal (les nains) sont fixées aux grilles du lycée, les vignettes en sérigraphie (langage des ombres) ornent une série de ces piliers métalliques formant la grille.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 1960, daté par source
1998, daté par source
Auteur(s) Auteur : Salier Yves,
Yves Salier (1918 - 2013)

L’agence d’architecture Salier, Courtois, Lajus et Sadirac est fondée en 1964, par Yves Salier (1918-2013), Adrien Courtois (1921-1980), Pierre Lajus (1930-) et Michel Sadirac (1933-1999), originaires de Bordeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Courtois Adrien,
Adrien Courtois (1921 - 1980)

L’agence d’architecture Salier, Courtois, Lajus et Sadirac est fondée en 1964, par Yves Salier (1918-2013), Adrien Courtois (1921-1980), Pierre Lajus (1930-) et Michel Sadirac (1933-1999), originaires de Bordeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Hourtic Henri,
Henri Hourtic (09/09/1914 - 18/05/1971)

Henri Hourtic est architecte de la ville d'Arcachon à partir de 1945. École nationale des Beaux-Arts de Paris, ateliers Bigot et Courtois (dplg en 1942)

-lycée climatique d'Arcachon, 1947-1952 (A. Larcher, P. Domenc, architecte en chef)

-aménagement et extension du groupe scolaire Victor-Duruy, Arcachon, 1949-1953 (A. Larcher)

-école maternelle, cité Claveau, Bordeaux, 1952-1954

-cité Carnus, Arcachon, 1956-1958 (A. Larcher, J. Touzin)

-lycée François Magendie, Bordeaux, 1956-1963, (A. Courtois, A. Gilet)

-logements pour la C.I.LO.F., Cazaux (La Teste), 1958-1959

-logements pour la C.I.LO.F., La Teste, 1959

-logements pour la C.I.LO.F., Hourtin, 1958-1962

-agrandissement de l'Institut de biologie marine, Arcachon, 1962-1963

-halle à la criée au poisson, Arcachon, 1961

-chapelle du sanatorium Armaingaud (aérium Saint-Vincent de Paul), années 1960


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte
Auteur : Brochet-Lajus-Pueyo,
Brochet-Lajus-Pueyo

https://www.blp.archi/agence

Olivier Brochet, Emmanuel Lajus et Christine Pueyo (née en 1956, 1957 et 1958) conjuguent la vigueur créative, une expérience professionnelle multiprogramme et le talent très contemporain de mobiliser, pour chaque projet, les compétences de leur agence et celles de consultants ou de partenaires particulièrement qualifiés et engagés. Car la qualité d’un projet, son éthique dira-t-on, va de pair avec l’échange, avec l’acquisition de connaissances et de pratiques renouvelées. L’écoute de la demande de la maîtrise d’ouvrage est primordiale, certes, mais avec une qualité « d’indiscipline » qui est le corollaire de l’invention, le garant de la solution spécifique. Les trois associés ont créé leur agence en 1986 à Bordeaux avec, à peine trois ans après leur diplôme, un solide parcours formateur dans des agences parisiennes et bordelaises. Aujourd’hui, en 2017, leur agence compte 41 personnes ; elle se déploie dans une vaste surface d’un entrepôt de la zone portuaire bordelaise dont ils ont assumé la réhabilitation, le hangar G2, au bord du Bassin à flot, un bâtiment rude et lumineux qui accueille de nombreux studios de création, design, graphisme et architecture ainsi que l’agence d’urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux. Ce site hier en friche se fait vivant et animé, avec une poétique urbaine sans mièvrerie à laquelle ils sont sensibles et où ils prennent plaisir à travailler. La notion de plaisir rejoint chez eux un credo théorique, discret, mais fondateur : l’objectif de toute intervention, quelle que soit son échelle, est d’apporter plus de qualité au contexte – qualité architecturale, mais aussi et bien sûr qualité urbaine, qualité de l’usage, qualité sociale ou environnementale. Sans oublier ce « petit quelque chose » qui relève du sensible – le tactile, la couleur, l’échelle humaine, la fenêtre sur l’imaginaire. Dans un article publié en 1990 dans Techniques et Architecture, à l’occasion de l’une de leurs premières réalisations, j’avais souligné chez ces jeunes architectes une « relation décidée au contexte, faite de respect et de mise à distance ». Cette attitude n’a pas changé. De plus, les multiples projets auxquels ils se sont confrontés, réalisations, concours gagnés ou perdus, commandes publiques et privées, équipements culturels majeurs ou de proximité, logements et quartiers sociaux, l’ont confortée et alimentée par les expériences de terrain et la réflexion critique.En chaque projet, on découvrira une intime obligation qu’ils se créent et qui dépasse leur obédience aux programmes – l’obligation de perméabilité aux quotidiens, aux climats, aux offres techniques locales, aux sensibilités culturelles et intellectuelles. Et une belle résistance à imposer, en souplesse, et leurs méthodes et leurs convictions.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Sadirac Michel
Michel Sadirac , né(e) 1933 (1999 - )
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Guardiola Nadine,
Nadine Guardiola

En 1965, le grand prix du CEA distingue l'originalité et la force de l'oeuvre collective de l'agence Salier-Courtois-Lajus-Sadirac, qui se dispersera trois ans plus tard. A partir de 1969, Michel Sadirac enseigne (il a durablement marqué la jeune génération d'architectes bordelais) et ouvre son agence. Il exerce d'abord seul, bientôt rejoint par Nadine Guardiola, avec laquelle il signe ses principales réalisations, toutes situées dans la région bordelaise. Dernière en date, le lycée Magendie à Bordeaux (avec Dupuy de Cazères et Brochet-Lajus-Pueyo, architectes). Enchaînant harmonieusement des volumes simples autour de patios abondamment plantés, ce bâtiment avait été retenu, parmi une quinzaine de réalisations, pour le prix de l'Equerre d'argent 1998.

Paru dans :

https://www.lemoniteur.fr/article/disparition-michel-sadirac.156899


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Dupuy de Cazères Michel,
Michel Dupuy de Cazères

En 1965, le grand prix du CEA distingue l'originalité et la force de l'oeuvre collective de l'agence Salier-Courtois-Lajus-Sadirac, qui se dispersera trois ans plus tard. A partir de 1969, Michel Sadirac enseigne (il a durablement marqué la jeune génération d'architectes bordelais) et ouvre son agence. Il exerce d'abord seul, bientôt rejoint par Nadine Guardiola, avec laquelle il signe ses principales réalisations, toutes situées dans la région bordelaise. Dernière en date, le lycée Magendie à Bordeaux (avec Dupuy de Cazères et Brochet-Lajus-Pueyo, architectes). Enchaînant harmonieusement des volumes simples autour de patios abondamment plantés, ce bâtiment avait été retenu, parmi une quinzaine de réalisations, pour le prix de l'Equerre d'argent 1998.

Paru dans : https://www.lemoniteur.fr/article/disparition-michel-sadirac.156899


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Divers Alix,
Alix Divers

Auteur des sculptures en métal peint fixées sur poteaux métalliques démontables du lycée François Magendie de Bordeaux (1% artistique 2014-2015)

http://www.magendie.net/etablissement/architecture


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Moukarzel Benjamin
Benjamin Moukarzel

Benjamin Moukarzel travaille dans secteur d'activité de la création artistique relevant des arts plastiques, Bordeaux

http://www.magendie.net/etablissement/architecture


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Pedley Malika
Malika Pedley

secteur d'activité de la création artistique relevant des arts plastiques.

http://www.magendie.net/etablissement/architecture

Malika Pedley Chargée de formation et de la recherche Malika Pedley a grandi avec l’anglais et le français. Après une année à travailler dans le domaine de l’éducation en Italie, elle décide de poursuivre des études de sciences du langage. Après un master où elle s’est intéressée aux familles bilingues et à la place donnée aux langues à l’école, elle termine un doctorat à l’Université Bordeaux Montaigne qui traite d’écriture créative et de multilinguisme en Ecosse.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Gilet Alfred,
Alfred Gilet

Alfred Gilet est associé a Henri Hourtic, Yves Salier et Adrien Courtois pour la construction du premier lycée François Magendie 1960-1961.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le lycée François Magendie est situé dans le quartier Saint-Genès de la ville Bordeaux, au sud-ouest.

Pour le premier lycée, les bâtiments sont disposés orthogonalement autour d'une cour sur une superficie de terrain de 10 000 mètres carrés sur une forte pente nord-sud. Les bâtiments sont construits en éléments de béton préfabriqués selon une trame de 1m 75. L'ossature est en acier. La barre principale comprend 5 niveaux (112 mètres sur 9) largement vitrée. L'ensemble correspond au "style international" alors en vogue.

La nouvelle construction a conservé la disposition du premier lycée. La couverture "en nappe" couvre l'ensemble des bâtiments laissant des patios arborés, la conservation de la végétation étant un prérequis. Les bâtiments en béton laissé brut comportent 2 niveaux d'élévation vitrés. Des claires-voies en bois protègent les baies. Le parvis est abrité par un toit léger en béton soutenu par des piles métalliques minces.

Murs béton
Toit matériau synthétique en couverture
Étages 2 étages carrés
Couvertures terrasse
Techniques sculpture
Précision représentations

La sculpture (nains en céramique) et la sérigraphie entre dans le cadre du décor du 1% artistique.

Statut de la propriété propriété de la région

Références documentaires

Documents d'archives
  • Travaux, 1993, 1997.

    Archives de la région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux : 2672 w, 2743 w
Bibliographie
  • CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête identitaire post-décentralisation. Thèse d'histoire de la l'art sous la direction de Marc Saboya, Université Bordeaux 3, 2009.

  • CHAIGNE Yann. Le lycée François Magendie de Bordeaux : de la construction en 1960-61 à la reconstruction en 1997-98. Mémoire de Maîtrise, Université Bordeaux 3, 2003-2004.

  • COUSTET Robert, SABOYA Marc. Bordeaux la conquête de la modernité : Architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l'agglomération de 1920 à 2003. Bordeaux : Mollat, 2005.

    P. 317 Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine : 33 8.3 BOR COU
  • JACQUAND-GODEFROY Corinne, KAPPLINGER Klaus. Jeunes architectes français young french architects. Basel : édition Birkhauser, 1999

Périodiques
  • Le lycée François Magendie à Bordeaux : L'architecture d'Aujourd'hui, mai 1963

  • LAURENT Norbert. Le dialogue des pleins et des vides, Lycée François Magendie, Constructions modernes, n°100, 1999.

  • LORIERS, Marie-Christine. Trame subtile : lycée Magendie. Techniques et Architecture, n°444, 1999.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Charneau Bertrand