Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les puits, lavoirs et fontaines de Plassac

Dossier IA33006944 réalisé en 2012

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Dénominations puits, lavoir, fontaine, vivier
Adresse Commune : Plassac

Le plus ancien aménagement hydraulique repéré dans la commune, en dehors de ceux réalisés pour alimenter la villa gallo-romaine, est la fontaine du château de Gazin, de la fin du 17e ou du 18e siècle.

Des puits, aménagés dans un muret de clôture de maisons et accessibles depuis la rue, pourraient dater de la fin du 18e siècle ou du début du 19e siècle. Le puits voûté de la côte du Paradis semble plutôt datable de la seconde moitié du 19e siècle.

Le plan cadastral de 1832 et l'état de section qui l'accompagne indiquent nombre d'installations liées à l'eau comme des puits, des lavoirs, des fontaines et des viviers : par exemple une fontaine (section A, parcelle n° 149), un lavoir et une fontaine appartenant à la famille Papin de Lagaucherie (section A, parcelle n° 537) ainsi qu'un autre lavoir appartenant à cette même famille (section D, parcelle n° 641). Ces aménagements hydrauliques ne sont plus visibles aujourd'hui, à l’exception du lavoir situé au nord de Chopine. Des viviers, au nombre de trois, figurent aussi sur le plan cadastral, dont deux sont toujours en état, aux châteaux de Monconseil et de Gazin. Le troisième (qui se situait sur la parcelle n° 471 de la section A) n'existe plus.

Un château d'eau a été construit à la fin du 19e siècle par l'entrepreneur Jean Chaudet pour alimenter le domaine de l'île Verte. A la fin des années 1930, un château d'eau a été construit sur un des points culminants de la commune, près de Beaumont, destiné à l'adduction d'eau publique.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

Dans la commune, l’ensemble des puits sont individuels. Ils sont circulaires avec un mur de margelle en pierre de taille. Très peu ont conservé une superstructure métallique. Des puits couverts par une voûte ont été repérés à l'école ou aux maisons sises n°2 rue Boyer, n°35 rue Mandraude. Ces derniers ont la particularité d’être aménagés dans le mur de clôture et de n’être accessibles que depuis la rue. Un autre puits voûté a été repéré au n°19, côte du Paradis.

Les viviers des châteaux de Monconseil et de Gazin sont des bassins rectangulaires. Celui de Gazin a conservé son pavement pierre et son système d’alimentation en eau.

Quant au lavoir situé à Chopine, ce dernier est à l’état de vestiges.

Décompte des œuvres repérés 25
étudiés 3

Annexes

  • Relevé des puits, lavoirs et fontaines sur le plan cadastral de 1832

    Section A, parcelles n°:

    149 : fontaine (Coiceau)

    471 : vivier (Alexandre David négociant à Blaye)

    537 : lavoir et fontaine (Papin de Lagaucherie et consorts)

    Section B, parcelles n° :

    547 : vivier (François Arnaud)

    641 : lavoir (Papin de Lagaucherie)

    720 : vivier (Despaignet)

    907 : moulin à eau (Faure Jean aîné, Étienne et Antoine Morteson)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Pétition pour les réparations à une fontaine, 4 juillet 1816.

    Archives départementales de la Gironde : E dépôt 7368
  • Règlement d'eau : enquête relative aux dégradations au moulin de Cugnet, 2 janvier 1857.

    Archives départementales de la Gironde : E dépôt 7371
  • Dossier pour l'abaissement d'un radier et la conservation d'un lavoir sur le ruisseau de Briasse, 1899.

    Archives départementales de la Gironde : SP 721
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline