Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes de la commune de Braud-et-Saint-Louis

Dossier IA33006800 réalisé en 2011

Fiche

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Braud-et-Saint-Louis

Les cartes d'Ancien Régime depuis la fin du 17e siècle, représentant tout ou partie du territoire communal actuel, figurent déjà du bâti sur les croupes bordant l'estuaire, mais aussi dans le secteur de marais récemment asséché et mis en culture, sur des parcelles aux noms caractéristiques. Pour autant, les constructions de cette époque sont rares : sur les 148 maisons repérées dans le bourg et les écarts, seules une vingtaine conserveraient des éléments de cette période (maçonneries, baies à arc segmentaire délardé, corniches, décors...). L'indication la plus ancienne de construction concerne la maison de maître du Domaine de La Paillerie, dont l'état initial daterait de 1727. Des maisons jumelées du 3e quart du 18e siècle, situées au lieu-dit le Port, se singularisent par la qualité de leur mise en œuvre. Pour plusieurs maisons, la datation n'a pas pu être précisée entre la fin du 18e siècle et le début du 19e siècle.

Le plan cadastral de 1827-1828 montre un bâti dispersé dans le marais et déjà dense dans les écarts. L'habitat est généralement constitué de petits logis et de dépendances juxtaposées. Si la plupart des maisons figurent déjà sur le plan, une majorité d'entre-elles semblent reconstruites ou remaniées après 1850 : elles représentent environ la moitié des repérées. Les données relevées dans la matrice cadastrale couvrant la période de 1830 à 1890 confirment les observations de terrain : les constructions nouvelles sont importantes entre 1856-1860 et, surtout, entre 1876 et 1880, les augmentations de constructions, moins nombreuses, sont surtout signalées entre 1861-1865 et 1871-1875. Quant aux démolitions, elles interviennent principalement entre 1866-1870 et 1876-1880. Cette phase de renouvellement du bâti est à mettre en relation avec le développement agricole du territoire, en particulier avec l'essor de la viticulture. Plusieurs maisons de maître sont ainsi mentionnées à la tête de crus entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle, à l'exemple du Domaine du Bois Cormier.

Les maisons datant de la première moitié du 20e siècle repérées sont au nombre de 25. La plupart de celles du début du siècle, à l'image des logis juxtaposés des Hérits, ne se démarquent pas véritablement du bâti antérieur. Ce type de construction perdure jusqu'aux années 1940, comme le montre l'exemple de la maison aux Pâques, parallèlement à des réalisations aux allures de villas de villégiature, telle la maison du Fief de Bouinot, ou à des formes plus caractéristiques de l'esthétique de l'entre-deux-guerres, comme au Château le Pinier ou à la maison du 16 avenue de la République. En outre, sur les 18 dates portées relevées sur des bâtiments, 12 concernent cette période : on les trouve sur les façades (6) mais aussi sur les dépendances (4) telles que les granges et les hangars, notamment au Marquet et aux Loges. Par ailleurs, l'enquête orale a permis de consigner plusieurs noms de maîtres d'œuvre ayant œuvré dans la commune à cette époque : Pierre Verdon à Lardiller, Léonce Lauquier au Château, Mazure au Buchaud, André Dubois aux Loges, Sauzeau au Pinier.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

126 maisons et 19 ensembles constitués de plusieurs logis associés, ainsi que 4 fermes ont été recensés dans la commune. Les maisons, pour la plupart à fonction agricole et viticole, sont dans la très grande majorité orientées au sud. Elles sont accompagnées de dépendances telles que des chais, des granges, des étables, des hangars qui adoptent très souvent la même configuration : les chais sont généralement adossés au logis dans la partie en appentis, tandis que les granges, étables et hangars sont disposés dans le prolongement de la maison, généralement sur piliers maçonnés avec essentage de planches. Il arrive également que les maisons soient pourvues d´une annexe en rez-de-chaussée, disposée dans leur prolongement, abritant habituellement la cuisine.

Parmi toutes les maisons, 85% sont en rez-de-chaussée dotées d´un comble à surcroît ou, plus rarement, d´un étage en surcroît, tandis que 15% ont un étage carré.

La première catégorie se distingue par une organisation linéaire composée de travées et d´ouvertures s´organisant de manière rectiligne et de logis contigus les uns aux autres. Le décor maçonné est composé d´un solin, d´un bandeau formé par les appuis des baies, d´une génoise ou d'une corniche moulurée. Pour les maisons les plus anciennes, les baies sont en arc segmentaire et des trous d´envol pour les pigeons sont aménagés au niveau du comble. Les maisons bâties à la fin du 19e siècle ou dans la première moitié du 20e siècle possèdent très souvent des chaînes d'angle et des encadrements harpés.

La seconde catégorie de maisons correspond aux maisons de maître construites durant la période de prospérité économique qui intervient principalement après 1850. Elle adopte la caractéristique suivante : façade principale bâtie en pierre de taille, travées ordonnancées, ouvertures surmontées d´une agrafe ornée, bandeau médian ou bandeau formé par les appuis des baies, corniche sculptée, pilastres aux angles, parfois porte-fenêtre de l´étage précédée d´un balcon et toit à croupes couvert de tuiles mécaniques.

La troisième catégorie est celle de maisons construites dans la première moitié du 20e siècle qui présentent une travée centrale formant pignon et des encadrements harpés. D´autres, localisées principalement dans le bourg, à la volumétrie plus complexe, sont sur deux niveaux et associent pignons, avant-corps, porche dans-œuvre. Elles présentent un toit débordant avec aisseliers et des baies couvertes d´un arc polygonal à trois pans.

Le Domaine de la Paillerie constitue un unicum dans la commune : la demeure comprend un rez-de-chaussée surélevé sur cave à vin desservi par un escalier extérieur sur chacune des façades principales et les dépendances sont séparées, organisées autour d´une cour.

Dans les marais, les logis peuvent être indépendants ou accompagnés de parties agricoles dans le prolongement ou séparées, l´ensemble donnant sur une cour ouverte.

Typologies Ensemble composé de logis juxtaposées, dépendances à l'arrière dans le prolongement de la toiture, Maison à étage, pierre de taille, décor, dépendances à l'arrière dans le prolongement de la toiture et dépendances séparées
Toits tuile mécanique, tuile creuse
Murs calcaire moellon
pierre de taille
enduit
Décompte des œuvres bâti INSEE 730
repérés 148
étudiés 25

Annexes

  • Liste des dates portées de la commune de Braud-et-Saint-Louis

    Dates portées relevées lors de l´enquête de terrain :

    1727, 1797, 1828, 1837, 1868, 1877, 1894, 1905, 1912, 1926, 1930, 1932, 1934, 1942, 1946, 1948, 1953, 1958.

  • Typologie des maisons et fermes de la commune de Braud-et-Saint-Louis

    Logis et dépendances :

    -Logis avec dépendance adossée à l'arrière : 1

    --Logis avec dépendance à l'arrière dans le prolongement de la toiture : 6

    ---Logis avec chai à l'arrière dans le prolongement de la toiture : 3

    -Logis juxtaposés : 6

    --Logis juxtaposés en rez-de-chaussée : 9

    ---Logis juxtaposés avec dépendance dans le prolongement : 11

    ---Logis juxtaposés avec dépendance à l'arrière dans le prolongement de la toiture : 8

    ----Logis juxtaposés avec chai à l'arrière dans le prolongement de la toiture : 5

    -Logis et dépendances juxtaposées : 15

    --Logis et dépendances juxtaposées avec dépendances adossées à l'arrière en appentis ou dans le prolongement de la toiture : 13

    -Ensemble de logis juxtaposés avec dépendances à l'arrière dans le prolongement de la toiture : 5

    --Ensemble de logis juxtaposés avec logis et dépendances à l'arrière dans le prolongement de la toiture : 3

    -Maison a étage (ou étage en surcroît ou de comble) : 6

    --Maison à étage, façade en pierre de taille, travées, décor, avec dépendance(s) adossée(s) à l'arrière : 2

    ---Maison à étage, façade en pierre de taille, décor, avec dépendance(s) adossée(s) à l'arrière en appentis ou dans le prolongement de la toiture : 4

    Annexes du logis :

    -Cuisine dans le prolongement : 13

    -Cuisine séparée du corps principal : 2

    Dépendances :

    -Grange-étable dans le prolongement : 8

    -Grange-étable à l'arrière : 3

    -Dépendances sur cour : 9

    -Dépendances séparées : 1

    -Hangar dans le prolongement : 10

    -Hangar adossé : 2

    -Chai dans le prolongement : 2

    -Chai en retour : 1

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrices cadastrales : augmentations et diminutions, 1852-1891.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 073
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer - Beschi Alain