Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes de la commune d'Anglade

Dossier IA33006208 réalisé en 2011

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Anglade

Les maisons et fermes ayant conservé des éléments d'Ancien Régime (le principal marqueur chronologique est la baie en arc segmentaire délardé) représentent moins de 10% de l´ensemble des édifices repérés. Les bâtiments visibles sur le plan cadastral de 1828 représentent environ 60% de l'ensemble du bâti. Cependant, la très grande majorité de ces édifices ont été remaniés dans la seconde moitié du 19e siècle, comme l´attestent les nombreuses dates portées relevées sur les façades (au nombre de 27, allant de 1850 à 1901). Un maçon tailleur de pierre du milieu du 19e siècle a laissé plusieurs cartouches millésimés semblables ; il est aussi l'auteur probable de cheminées richement décorées repérées dans la commune. L'analyse de la matrice cadastrale (registre des augmentations et diminutions) montre l'importance des chantiers intervenus dans les décennies 1850-1870. Les maisons datées de la première moitié du 20e siècle représentent seulement 5% de l´ensemble. Un petit corpus de maisons de l'entre-deux-guerres est identifiable par leurs ouvertures en arc polygonal, caractéristiques de l'époque.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

154 maisons individuelles, 13 ensembles constitués de 28 logis et 4 fermes ont été recensés dans la commune. Pour la très grande majorité, les bâtiments de dépendance ont une vocation viticole, mis à part ceux localisés dans les marais qui ont une vocation agricole en lien avec l'élevage. Pour les maisons localisées dans les écarts, les dépendances (grange, écurie, hangar), mis à part le chai, sont situées dans le prolongement du logis ; elles peuvent être plus rarement isolées, l´ensemble des bâtiments étant organisé autour d´une cour. Les maisons en rez-de-chaussée représentent 70% de l´ensemble. Parmi celles-ci, 10% seulement comportent un étage en surcroît, alors que 75% sont dotées d´un comble à surcroît. La forme de toiture la plus courante est le toit à longs pans, disposé de manière asymétrique, l´arrière abritant le chai ou un espace de stockage. 25% des logis sont couverts d´une croupe et 25% sont dotés d´un appentis abritant également le chai. Les façades principales sont tournées pour la plupart vers le sud-est et parfois vers le jardin, à l'opposé de la voirie. Elles sont dans la grande majorité enduites. Les éléments décoratifs récurrents, notamment pour celles datant de la seconde moitié du 19e siècle, sont les bandeaux médians ou formés par l´appui des baies, les corniches moulurées ornées de denticules ou de modillons et parfois les pilastres d´angle. Pour les façades plus ornées, les portes peuvent être surmontées d´une corniche. Aussi, les cartouches des dates portées sont généralement décorées. Les façades des maisons datant de la première moitié du 20e siècle présentent des baies sommées d´un arc polygonal à trois pans et des encadrements harpés.

Toits tuile creuse, tuile mécanique
Murs calcaire pierre de taille
moellon enduit
Décompte des œuvres bâti INSEE 413
repérés 186
étudiés 15

Annexes

  • Liste des dates portées

    Dates inscrites sur les façades des logis :

    1809, 1850, 1849, 1850, 1851, 1854 (2 fois), 1856 (2 fois), 1859, 1860, 1862 (2 fois), 1866, 1872 (2 fois), 1874, 1875, 1876, 1877 (2 fois), 1878, 1880 (2 fois), 1882 (2 fois), 1889 (2 fois), 1891, 1901.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer