Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes d'Arsac

Dossier IA33004654 réalisé en 2013

Fiche

Voir

Aires d'études Sud Médoc Estuaire
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Arsac

De nombreuses maisons figurent sur le cadastre de 1827 à leur emplacement actuel. Pour autant, il est difficile d'affirmer que ces constructions remontent au début du 19e siècle voire à la fin du 18e siècle. Peu de dates portées ont été repérées sur les édifices. Une vague de construction ou de reconstruction semble toutefois s'être amorcée vers la seconde moitié du 19e siècle jusqu'au début du 20e siècle. Cet essor est probablement lié au dynamisme du milieu viticole à cette époque et l'économie qu'il procure.

Dès les années 1970 et jusqu'à ce jour, la proximité de la métropole bordelaise a favorisé un élan de construction de pavillons sur de grands espaces. Ce type de lotissement a nécessité un défrichement des zones de landes et de pins majoritairement à l'ouest de la commune.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Sur la commune, l'étude a dénombré 43 maisons, 2 fermes et 5 établissements à vocation vinicole.

Ce corpus nous révèle la présence nombreuse de logis en rez-de-chaussée, très souvent en alignement, avec ou sans surcroît accompagnés de leur(s) dépendance(s). Ces dernières se situent de manière fréquente dans le prolongement du logis (chai, grange), en appentis ou encore en fond de jardin (hangar). Ces dispositions se révèlent prégnantes en écart.

En périphérie immédiate du centre du village, certaines maisons possèdent leurs dépendances type hangar en fond de jardin ou encore un toit asymétrique couvrant une remise, un bûcher, etc.

Dans le centre bourg, des maisons plus soignées possèdent parfois un étage, régulièrement un comble à surcroît et s'alignent sur la rue. La présence d'un puits (commun ou privé) est fréquente.

Les matériaux employés sont très largement le calcaire pour le logis (pierre de taille pour les façades, moellon ou brique pour les pignons) ; les dépendances utilisent essentiellement la brique et l'essentage en planches. Cet usage de la brique témoigne de l'activité sur la commune d'au moins trois briqueteries / tuileries jusqu'au début du siècle dernier.

Toits tuile creuse
Murs calcaire pierre de taille enduit
moellon
Décompte des œuvres étudiées 7
repérées 37
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian