Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et fermes de Lamarque

Dossier IA33003732 réalisé en 2010

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Lamarque
Cadastre : 1826 ; 2009

Les bâtiments recensés sont pour la plupart visibles sur le plan cadastral de 1826 : la configuration du bourg et des écarts est quasi identique avec celle d´aujourd´hui. En outre, une majorité de maisons possède la même emprise au sol. Sur les 150 maisons-fermes inventoriées, 9 conservent des éléments du 18e siècle (baies en arc segmentaire ou plein-cintre) et 2 portent la date de 1787. Les maisons de vignerons situées dans le bourg (dites châteaux Felletin, Cap de Haut, Pigneguy-Mercadier, Capdeville, du Vieux-Gabarey) sont datées du 18e siècle ou de la première moitié du 19e siècle. La majorité des constructions ont été transformées, démolies et reconstruites dans la seconde moitié du 19e siècle, période de prospérité économique pour la commune : les matrices cadastrales indiquent en effet de nombreuses constructions nouvelles ou augmentations de construction de 1847 à 1890, et notamment entre 1876 et 1880. Une ferme et 9 maisons portent des dates : 1787 (deux fois), 1810, 1821, 1832, 1837, 1870, 1878 et 1880.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

144 maisons, dont 9 ensembles de "maisons" constitués de 24 logis, et 2 fermes ont été recensés ; les éléments étudiés se portent sur 9 maisons et une ferme, en raison de leur décor, ancienneté et spécificité. Parmi les maisons, on distingue les maisons de maître, les maisons de vignerons, appartenant à des domaines viticoles, les maisons ayant abrité un commerce, les maisons de garde-barrière. Elles sont en rez-de-chaussée ou à étage carré, surmontées parfois d´un comble à surcroît et plus rarement d´un étage d´attique. Dans la rue principale du bourg, les maisons sont en alignement par rapport à la voie et attenantes les unes aux autres ; certaines sont situées sur une parcelle d´angle. A l'arrière se trouvent des dépendances et des cours.

A proximité de l'église, un îlot s'organise entre rue et cour : il est composé de maisons dont les façades donnent sur la rue et sur une cour dotée d´un puits ; certaines maisons présentent une façade en rez-de-chaussée sur rue et une façade à étage carré sur cour. Un certain nombre de maisons ont abrité un commerce et conservé la vitrine du rez-de-chaussée.

Dans les autres rues, les maisons sont en alignement ou perpendiculaires à la voie. Dans les écarts, notamment aux Calinottes, les bâtiments sont tous perpendiculaires à la voie, constitués de plusieurs logis avec dépendances, donnant sur une cour. Les maisons sont bâties en pierre de taille de calcaire, rarement en moellons, et souvent recouvertes d´un enduit. L´ornementation des façades est assez similaire : bandeau mouluré et bandeau formé par les appuis des fenêtres, pilastres d´angle, ouvertures aux chambranles moulurés avec agrafes, corniches à modillons ou denticules, génoises. La toiture est souvent composée de deux pans asymétriques recouverts de tuiles creuses. Les maisons de maître sont couvertes d´un toit à longs pans à croupes, percées de lucarnes. Les maisons de maître sont accompagnées de dépendances (écuries ou remises séparées). Les maisons de vigneron, appartenant à un domaine viticole, sont accompagnées de chais, bâtiment regroupant cuvier et chai à barriques, attenants ou non. Des hangars agricoles, écuries ou remises peuvent être disposés autour d´une cour. Les autres maisons peuvent être également accompagnées de petits chais, reconnaissables par la baie de décharge par laquelle était réceptionnée la vendange. Les deux fermes repérées sont composées d´étables-granges, de hangars agricoles et d´écuries ; les fonctions des bâtiments ont souvent évolué dans le temps : ainsi, à la Ferrière, le bâtiment agricole a remplacé un bâtiment viticole.

Murs
Décompte des œuvres bâti INSEE 467
repérées 146
étudiées 10
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer