Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons de la commune de Villeneuve

Dossier IA33007153 réalisé en 2012

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Dénominations maison
Adresse Commune : Villeneuve

Quelques rares baies en arc plein-cintre, conservées principalement sur des bâtiments de dépendances, constituent les témoins discrets d'un bâti rustique des 17e et 18e siècles. Une maison du bourg porte un millésime du 17e siècle, mais il s'agit d'un remploi. Seulement 5% des maisons repérées dateraient du 18e siècle, repérables aux ouvertures en arc segmentaire et aux corniches. L'habitat est constitué sur le plan cadastral de 1819 de nombreux petits logis et de dépendances juxtaposés ou agglomérés aux sein des hameaux. Le 19e siècle représente 75% de l´ensemble du bâti rural repéré. Le 3e quart du 19e siècle a été notamment une période importante de reconstruction et de constructions neuves, souvent de maisons de maître, ainsi que le confirme l'analyse des matrices cadastrales. Les maisons bâties dans la première moitié du 20e siècle sont plus rares (5%).

Trois dates portées ont été recensées sur des logis : 1872, 1893, 1905.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

62 maisons et 4 ensembles "maisons" constitués de 11 logis ont été recensés. Dans leur très grande majorité, les bâtiments annexes ont, ou ont eu, une vocation viticole. On trouve également des maisons ayant servi de logements d'ouvriers, notamment à Castaing pour le château de Barbe ou au Clos du Cheval Blanc. Par ailleurs, une maison à Castaing a abrité la régie de la centrale électrique dans les années 1920.

Les maisons sont disposées en alignement sur la voie ou perpendiculairement à celle-ci. Les façades principales, très souvent tournées en direction du sud, donnent sur une cour dotée d´un puits. Les dépendances (chais, étables et remises) peuvent être situées dans le prolongement ou à l´écart du logis.

64% des maisons sont couvertes d´un toit à longs pans, souvent asymétriques, et 36% de croupes. Parmi cet ensemble, 28% sont dotées d´un appentis à l´arrière, abritant les espaces de stockage ou le chai.

Quant à l´élévation, 56% sont en rez-de-chaussée (10% de ceux-là sont dotés d´un comble à surcroît) et 51% à étage carré : les maisons à étage se trouvent habituellement dans le bourg ou à proximité. Également, dans de rares cas (6%), des maisons disposent d'un niveau de soubassement abritant le chai. Le rez-de-chaussée surélevé est dans ce cas desservi par un escalier extérieur.

Les façades antérieures, souvent enduites, sont ornées d'un sobre décor de corniches moulurées, médians ou de bandeaux formés par l´appui des baies. Les façades des maisons de maître sont habituellement en pierre de taille et présente et se démarquent par des pilastres d´angles, des ouvertures à chambranles, des corniches à modillons ou à denticules, empruntant au vocabulaire classique.

Toits tuile creuse, tuile mécanique
Murs calcaire
enduit
pierre de taille
moellon
Décompte des œuvres bâti INSEE 194
repérés 62
étudiés 5
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer - Beschi Alain