Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons à encorbellements et pans de bois du bourg de Montignac

Dossier IA24001276 réalisé en 2011

Fiche

Voir

Aires d'études Vallée de la Vézère
Localisation Commune : Montignac

Autant qu'on puisse en juger sans analyses dendrochronologiques et en l'absence de documents ou de caractères stylistiques particuliers, les maisons à pan de bois de Montignac pourraient aussi bien dater du Moyen âge, de la période de reconstruction qui a suivi la guerre de Cent Ans, du 17e, du 18e ou encore du 19e siècle. Cinq maisons présentent des décharges simples, neuf - pour la plupart du 18e siècle - des décharges à tournisses, et sept des décharges en croix de Saint-André. Le type de la maison au rez-de-chaussée en moellons et pan de bois à l'étage est de loin le plus fréquent. Les maisons à coursières ont fait l'objet d'une étude distincte. Dix maisons à coursières en bois ont été recensées à Montignac. Il y en avait sans doute beaucoup plus : certaines ont disparu, d'autres sont dissimulées sous un enduit.

Période(s) Principale : 14e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 15e siècle , (?)
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Quarante maisons à coursières en bois ou en pan de bois sont recensées dans le bourg de Montignac. Parmi elles, seules six sont dotées d'un pan de bois en encorbellement, dont deux (le 1 et le 9 rue du Marteau) possèdent un encorbellement formant passage. Les maisons à coursières étaient ouvertes, et ont été fermées en partie ou en totalité à des dates diverses. Neuf d'entre elles surplombent les berges de la Vézère, un étang ou la dérivation de la Laurence qui traversait autrefois Montignac. Les coursières s'appuient sur un mur bahut ou un niveau de soubassement (3 exemples), ou bien sont en encorbellement, soutenues pas des aisseliers (4) ou des pilotis (3). Le hourdis d'origine des maisons à coursière ou en pan de bois a dans la majorité des cas été remplacé par des moellons, à quatre exceptions près.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Ferlier Ophélie