Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les demeures de Talais

Dossier IA33007070 réalisé en 2012

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Dénominations demeure
Adresse Commune : Talais

Certaines demeures, dont l'ancien château Monsourdaine, dateraient de la seconde moitié du 18e siècle (baies en arc segmentaire). Mais des remaniements ont été apportés au cours du 19e siècle.

A cette époque également sont édifiées la majorité des demeures de Talais, qui se distinguent des maisons par leur étage carré et le soin apporté au décor de façade notamment. Elles sont localement appelées "Château" et commandaient un domaine viticole. Les demeures localisées au Soc et au nord de l'église seraient des constructions du début du 19e siècle, tandis que les autres demeures sont élevées dans la seconde moitié du 19e siècle, principalement dans le quatrième quart. Le Château de Talais aurait été construit sur les plans de l'architecte Edouard Bonnore. Les châteaux de La Lézardière et des Pargaux ont été détruits à la suite des bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle

Parmi les 10 demeures étudiées, trois types architecturaux peuvent être distingués :

- celui du bâtiment de plan massé à étage carré, composé de cinq travées en façade, avec ou sans lucarnes : châteaux de Talais, du notaire Gaillard, de La Lézardière et des Pargaux. Si le décor est à peu près identique pour les quatre demeures (bandeau médian, pilastres d´angle, corniches à modillons ou denticules, ouvertures ornées d´une agrafe), les châteaux de la Lézardière et de Talais sont dotés d'une tourelle en bossage greffée sur la façade postérieure. Le château de Talais est flanqué de deux autres tours. - celui du pavillon à étage carré flanqué d'ailes en rez-de-chaussée : demeure de la rue du 11 novembre 1918, châteaux Monsourdaine et de Thalys. La demeure de Monsourdaine possède en plus un pavillon et une tourelle d'escalier adossés sur la façade postérieure.

- celui de la demeure en rez-de-chaussée ou étage carré bâtie en pierre de taille, présentant une travée centrale en ressaut. La demeure située au n°65 route du Bourg se distingue par la richesse de son ornementation sur la façade principale. Les demeures sont pour la plupart accompagnées de dépendances en rez-de-chaussée (chai, écurie, remise) dans le prolongement ou à l'écart.

Décompte des œuvres repérées 10
étudiées 10
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer