Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les demeures de Saint-Seurin-de-Cadourne

Dossier IA33006648 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Dénominations demeure
Adresse Commune : Saint-Seurin-de-Cadourne

Le terme demeure correspond à des architectures issues d'anciennes maisons nobles remaniées et à des maisons de maître commandant un vignoble. Elles se distinguent des simples maisons par un traitement architectural soigné (façades, toitures en ardoise, pavillons, tours) mais également par leurs abords (parc, dépendances).

La seigneurie de Bardis est attestée au 16e siècle, donnant naissance à celle de Verdus. L'abbé Baurein fait mention vers 1784 de ces deux seigneuries. Il cite également les maisons nobles de Coufran, de Lescalette, de Sénilhac. Il indique aussi qu'"Il y avait outre cela dans cette Paroisse un ancien château appelé Vallenon, qui appartenait à Mme de Charmail. Elle l’a fait démolir, et en a fait combler les fossés, en telle sorte qu’il n'en existe aucun vestige et qu’il n’y a plus que des vignes dans le local où il était construit".

Les éléments architecturaux les plus anciens conservés sont ceux de l'ancien château de Charmail, aujourd'hui compris dans le domaine de Bardis : on y trouve notamment les vestiges d'une tour ainsi qu'un pigeonnier datant probablement du 17e siècle. Le pavillon couvert d'ardoise de Bardis date sans doute aussi de cette époque, complété par la chartreuse édifiée au 18e siècle puis remaniée au 19e siècle. A Coufran, des éléments datent probablement du 18e siècle (baies en arc segmentaire) mais le pavillon central à toiture brisée en ardoise ainsi que la tour carrée sont des ajouts de la 2e moitié du 19e siècle. Le logis de Verdignan a vraisemblablement la même histoire avec des remaniements apportés dans un style néogothique dans la 2e moitié du 19e siècle.

La seconde moitié du 19e siècle est marquée par plusieurs constructions ou reconstructions : châteaux Réal, Pabeau, du Mont, Charmail, Bel Orme Tronquoy de Lalande, Grandis.

Certaines de ces demeures ne sont plus le siège d'une production viticole.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Les demeures des châteaux Bardis, Bel Orme, Coufran et Grandis sont bâties selon le type architectural de la chartreuse en rez-de-chaussée ou rez-de-chaussée surélevé. Ils sont agrémentés de tours, de pavillons, d'avant-corps.

Les autres demeures sont à étage : le logis du château Verdignan présente un plan en L avec tourelle en encorbellement et tour d'angle. La demeure de Charmail est flanquée de deux tours circulaires et dotée d'un portique sur la façade est. La façade du château la Tour du Mont est marquée par une travée centrale couronnée d'un fronton triangulaire.

Le matériau de gros-œuvre est généralement la pierre de taille. Les façades sont ornées de bandeaux, de chaînes d'angle et de corniches moulurées.

Les demeures donnent souvent sur une cour fermée par un mur ou une grille avec portail à piliers. Elles sont accompagnées de parcs ou de jardins arborés et de bâtiments de dépendance.

Décompte des œuvres repérées 10
étudiées 10

Références documentaires

Bibliographie
  • BAUREIN Abbé. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1.

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer