Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les châteaux, les demeures et les manoirs de Bégadan

Dossier IA33004073 réalisé en 2013

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Dénominations demeure
Adresse Commune : Bégadan
Lieu-dit :

Le territoire de la commune dépend en grande partie, depuis le Moyen Âge, de la seigneurie de Lesparre. L’abbé Baurein précise que "M. de Grammont, à qui appartient la haute Justice est aussi seigneur foncier et direct dans la paroisse, mais il n’est pas le seul, M. le président d’Augeard, M. Daux et M. le prieur ou curé de la paroisse y possèdent des seigneuries directes."

Plusieurs maisons nobles sont attestées. Celle de la Bernède est connue par un titre de 1362. Le château Haut Barrail devient le siège de cette maison noble à partir de 1600. La maison noble de Laujac dépendait, jusqu’en 1580, de la maison du Mur. Sont également mentionnées les maisons nobles de Biars ainsi qu'un ancien château qui a donné son nom au hameau de Château Landon.

Aucun vestige antérieur au 18e siècle n'a été conservé. Les constructions datent principalement du 19e siècle, excepté les châteaux Greyzac et Laujac datables de la fin du 18e siècle et du début du 19e siècle.

Il faut souligner la construction de plusieurs demeures sur le même modèle dans les années 1870 ; 4 portent une date sur leur façade : Château Monthil (1875), Château des Bertins (1876), Château Tour de By, construit d'après les plans de l'architecte Ernest Minvielle (1876) et Château Breuilh (1877).

Ces demeures commandent un domaine viticole, et sont donc accompagnées de bâtiments de dépendance à vocation agricole ou viticole.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Minvielle Ernest, architecte

10 demeures ont été étudiées. Elles se distinguent des maisons par leurs dimensions, le soin apporté à leur décor, les parcs et jardins qui les entourent. Si certaines ont une origine seigneuriale, elles ont pour la plupart été reconstruites au 19e siècle pour commander un domaine viticole.

A l’exception de Château Laujac en rez-de-chaussée, elles présentent toutes un étage carré avec un étage de comble. Bâties en pierre de taille, elles sont couvertes d’un toit en ardoise, sauf les logis de Château Greysac et Château Laujac pour lesquels la tuile creuse est utilisée. Aux châteaux Haut Barrail et Lacaussade, les deux matériaux de couverture sont employés.

A part Château Haut Barrail situé à l’extrémité est du bourg, les autres demeures sont tantôt isolées, tantôt implantées dans des hameaux.

Toits ardoise, tuile creuse
Murs calcaire pierre de taille
Décompte des œuvres étudiées 10
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Bordes Caroline