Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les chais et cuviers de Saint-Yzans-de-Médoc

Dossier IA33006640 réalisé en 2013

Fiche

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Dénominations chai, cuvage
Adresse Commune : Saint-Yzans-de-Médoc

Vers 1784-1786, l'abbé Baurein indique que "les principales productions sont les vins et le froment, et divers autres menus grains". Une production de vin est donc attestée à Saint-Yzans au 18e siècle et certains bâtiments, figurant sur le plan cadastral de 1831, peuvent dater en partie de cette époque.

Ces bâtiments sont en général difficiles à identifier et à dater. Au cours du 19e siècle, la viticulture se développe et nécessite la construction de nouveaux bâtiments. En 1850, dans l'ouvrage de Cocks et Féret, 600 habitants sont dénombrés dans la commune et la production de vin est évaluée à 900 tonneaux. Plusieurs propriétaires sont mentionnés, les deux principaux producteurs étant les châteaux de Loudenne et de Sigognac.

Les chais du château Sigognac sont représentés sur le plan cadastral de 1831 : ils datent peut-être de la première moitié du 19e siècle. Ceux du château Mazails portent la date de 1808. Les chais et cuvier du château Loudenne ont fait l'objet d'une attention toute particulière : la construction en est confiée en 1876 à l'architecte Ernest Minvielle qui développe un modèle de cuvier médocain performant. L'ensemble est agrandi à la fin du 19e siècle, avec l'ajout de chais supplémentaires.

En 1934, 25 producteurs se réunissent pour créer une cave coopérative.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le terme générique de "chais" regroupe à la fois le cuvier qui abrite les cuves pour la fermentation du vin et le chai à barriques pour l'élevage du vin.

On distingue des chais modestes et des chais appartenant à de grands domaines viticoles.

Les chais modestes réunissent souvent dans un même espace le cuvier et le stockage des barriques. Il est situé en appentis à l'arrière du logis, créant ainsi une asymétrie du toit, ou bien dans son prolongement ; il peut également s'agir d'un bâtiment séparé en rez-de-chaussée, identifiable à la baie de décharge qui permettait la réception de la vendange. Quelques cuviers à étage ont également été repérés (par exemple, rue de Rigon) : ils étaient équipés d'un treuil pour charger la vendange par une large porte haute. Ces petites installations témoignent d'une viticulture familiale, aujourd'hui quasi disparue. Ces bâtiments sont d'ailleurs souvent abandonnés, en ruine ou réutilisés pour un autre usage. Ils étaient associés à des bâtiments à vocation agricole (hangar, grange), également en mauvais état.

Les domaines viticoles les plus importants de la commune sont équipés de bâtiments plus imposants où les fonctions de chaque espace sont bien distinctes. Les chais et cuviers du château Sigognac forment un L autour d’une cour : ils présentent la particularité d'être accessibles par une rampe qui donne accès à plusieurs baies de décharge. Le cuvier était donc équipé d'un niveau de plancher qui facilitait le travail des ouvriers. L'ensemble viticole de Loudenne est unique par son ambition architecturale et technique. Il s'agit également d'un cuvier à étage, dit médocain, complété de plusieurs chais et relié à un port aménagé sur les bords de l'estuaire.

Typologies cuvier médocain
Décompte des œuvres repéré 17
étudié 2
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer