Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les chais et cuviers de la commune de Saint-Genès-de-Blaye

Dossier IA33004512 réalisé en 2013

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Dénominations chai, cuvage
Adresse Commune : Saint-Genès-de-Blaye
Cadastre : 1832 ; 2013

Les deux plus anciens chais repérés dans la commune sont datables du 17e siècle : l'un, situé dans le hameau de Ségonzac, est percé d'une baie de décharge en arc plein-cintre ; l'autre, dans le village, est établi sur une cave en sous-sol. Les chais du château de La Salle, bien que remaniés, paraissent également recéler des maçonneries du 17e siècle.

Les chais paysans d'Ancien Régime et du début du 19e siècle sont de petits bâtiments en rez-de-chaussée, habituellement juxtaposés ou associés à un logis, et reconnaissables par une baie de décharge pour la vendange. Certains, dépourvus de cette baie, étaient accessibles par l'unique porte d'entrée ; en l'absence de documentation, il n'est pas toujours aisé de déterminer s'il s'agit véritablement d'un chai, d'une remise ou d'une petite étable. Si ce local servait essentiellement pour la vinification, un appentis à l'arrière des logis abritait habituellement de petit cellier à barriques.

Les bâtiments de vinification ne semblent se spécialiser qu'à la fin du 18e siècle, comme le montre le chai de Caillet daté 1793. Dans le cas de domaines plus importants, les chais constituent une aile des communs de la demeure, sur cour : c'est le cas pour l'ancien château du Prieuré, tel qu'il apparaît dans la documentation figurée, ou pour la maison de maître de Sesque. Les chais du domaine de Cantemerle, du milieu du 19e siècle, forment une longue aile basse en prolongement du logis. Le chai du château de La Salle forme, en revanche, un bâtiment séparé du logis et regroupé avec d'autres dépendances ; il semble que cette disposition était déjà celle du domaine Pérenne, avant sa reconstruction vers 1870, ou de celles du Château de Ségonzac.

Les nouvelles dépendances viticoles du Château de Ségonzac constituent un ensemble modèle du dernier quart du 19e siècle, issu de la collaboration entre le propriétaire, le maître de chai et l'architecte blayais Nadaud ; elles sont composées d'un vaste chai à barriques, aujourd'hui tronqué, et surtout d'un cuvier de plan cruciforme, longtemps considéré comme présentant des innovations de premier ordre.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Les chais paysans sont de modestes constructions, implantées dans les hameaux et le village où était portée la vendange pour être vinifiée et conservée. Il s'agit habituellement d'un local en rez-de-chaussée attenant ou séparé du logis, ouvrant par une porte et une baie de décharge qui donne sur la maie, traditionnellement en bois avant d'être remplacée par des bassins en ciment.

Mis à part celles implantées dans les palus dépourvues de vigne, les fermes et les maisons de maître disposent également de chais. Ce local, plus ou moins vaste, est fréquemment aménagé sous un appentis adossé au logis. Les constructions les plus importantes forment un bâtiment bas attenant au logis, soit dans son prolongement, comme à Caillet ou Cantemerle, soit en retour, comme à Sesque, ou au Prieuré avant la reconstruction de la demeure.

Dans le cas des châteaux de La Salle et de Ségonzac dans ses dispositions anciennes, les chais constituent une aile de dépendance séparée sur cour. Le chai de Pérenne forme un vaste vaisseau en rez-de-chaussée, divisé longitudinalement, comprenant cuvier et chai à barriques. Les bâtiments les plus exceptionnels sont ceux du château de Ségonzac, à la fois par leur taille, leur disposition et par l'attention portée à leur ornementation.

Toits tuile creuse, tuile mécanique
Murs calcaire moellon enduit
Décompte des œuvres repérées 36
étudiées 12
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Beschi Alain