Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les chais et cuviers de la commune d'Anglade

Dossier IA33006242 réalisé en 2011

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Dénominations chai, cuvage
Adresse Commune : Anglade

Le chai-cuvier le plus ancien repéré dans la commune semble être celui sur cour dans le hameau de Vrillant, datable du 18e siècle. La plupart des chais datent cependant du 19e siècle ; souvent modestes et parfois associés à une grange ou une étable, il relèvent d'une viticulture paysanne. Les différentes éditions de l'ouvrage Bordeaux et ses vins, de la seconde moitié du 19e siècle, signalent d'ailleurs qu'en dehors de quelques crus bourgeois, l'essentiel du vignoble d'Anglade correspond à des crus artisans et paysans. Plusieurs bâtiments portent une date de la fin du 19e siècle (1880, 1891, 1898), témoignant d'une reprise de la viticulture après la crise du phylloxéra.

La première moitié du 20e siècle voit la construction ou l'agrandissement de maisons de propriétaires de vignobles, et donc de nouveaux chais sur lesquels des dates portées ont été recensées (1901, 1902, 1929, 1935). La période est également marquée par l'aménagement de cuves en ciment. En 1948 est construite la cave coopérative viticole, selon des procédés industriels. De cette époque date l'abandon de nombreux chais paysans et leur conversion en grange, remise ou garage.

De nouveaux chais et cuviers modernes sont enfin construits dans le 4e quart du 20e siècle (Château Grand Terrier), généralement équipés de cuves en inox.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Pour les domaines viticoles tels que Guillonnet, Corps de Loup, Gros Jean, ou à Vrillant, les chais et cuviers sont organisés sur une cour et sont séparés du corps de logis principal. Les chais indépendants et isolés se retrouvent également dans les écarts. Cependant, la plupart des chais sont construits à l´arrière des maisons, sous le prolongement de la toiture, comme à Pallard ou la Croix, ou adossés en appentis, comme à Petit Guilhem. Les chais sont en rez-de-chaussée et rares sont ceux, ainsi qu'aux Aurioux ou au Château la Barrière, à être dotés d´un niveau en surcroît. Les ouvertures sont habituellement en arc segmentaire, tel le portail au Queyroux par exemple.

Décompte des œuvres repérés 32
étudiés 8
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer - Beschi Alain