Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les chais et cuviers de Cussac-Fort-Médoc

Dossier IA33001809 réalisé en 2008

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Dénominations chai
Adresse Commune : Cussac-Fort-Médoc

Certains chais datent probablement du 18e siècle, comme l'indique leur présence sur le plan cadastral de 1826. Toutefois, la majorité correspond à des constructions du 19e siècle.

Les chais des grands domaines peuvent être datés de manière plus précise : 1882-1890 à La Chesnaye, 1887 à Lanessan, 1894 à Beaumont.

Une mention d'Auguste Petit-Lafitte en 1842 indique un cuvier à étage à Lanessan, aujourd'hui disparu et remplacé par un autre cuvier de ce type en 1887 : on peut donc noter que cette forme de cuvier médocain existe à Lanessan dès le début des années 1840.

La deuxième moitié du 20e siècle et le début du 21e siècle sont également des époques de construction ou de reconstruction afin d'adapter l'outil de production aux évolutions techniques de la vinification. Par ailleurs, de nombreux chais ont été transformés en garages, lieux de stockage, ateliers ou encore boulangerie.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Principale : 21e siècle

Le terme générique de "chais" regroupe à la fois le cuvier qui abrite les cuves pour la fermentation du vin et le chai à barriques pour l'élevage du vin. A ces espaces peuvent s'adjoindre des zones de stockage et de conditionnement du vin. On distingue des chais modestes, en rez-de-chaussée, reconnaissables à leur baie de décharge qui permettaient le chargement de la vendange dans une ou deux cuves. Ces bâtiments peuvent être directement situés dans le prolongement d'un logis ou bien isolés au cœur d'un écart. Certains chais sont disposés sur les façades postérieures des maisons (orientées souvent au nord), en appentis, créant une asymétrie de toitures caractéristique. Les grands domaines ont en revanche les moyens de se doter de bâtiments imposants et permettant de vinifier dans les meilleures conditions. Ainsi a-t-on dénombré trois cuviers de type médocain, c'est-à-dire dotés d'un niveau de plancher permettant le chargement direct de la vendange par le haut des cuves. D'autres domaines conservent toutefois des chais en rez-de-chaussée (château Aney, château Beaumont).

Murs calcaire
enduit
moellon
Décompte des œuvres repérés 40
étudiés 12

Références documentaires

Bibliographie
  • BESCHI Alain. « L’invention d’un modèle : l’architecture des « chais » en Gironde au XIXe siècle », In Situ [En ligne], mis en ligne le 12 septembre 2014.

Périodiques
  • PETIT-LAFITTE, Auguste. « Cuvier, ou vendangeoir, perfectionné ». L'Agriculture comme source de richesse, comme garantie du repos social : recueil uniquement consacré aux progrès de l'agriculture, des sciences et des arts qui s'y rapportent, dans la Gironde et les départements environnants ..., 1842, n° 9.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire