Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le patrimoine lié à l'eau à Bayon-sur-Gironde

Dossier IA33008905 réalisé en 2014

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Localisation Commune : Bayon-sur-Gironde

Les puits, lavoirs et sources recensés ont été aménagés au cours du 19e siècle. Leur nombre important (36 puits, trois sources ou fontaines maçonnées, 2 lavoirs) et le soin apporté à leur mise en œuvre en pierre de taille en font un patrimoine spécifique de la commune.

Certains puits servaient également d'accès aux carrières exploitées dans le sous-sol : ils étaient alors équipés d'échelles métalliques pour rejoindre le réseau de galeries souterraines. Beaucoup ont été condamnés pour éviter les accidents et les éboulements.

Période(s) Principale : 19e siècle

La commune est traversée, du nord-ouest au sud-est, par le ruisseau de Gourrou. Il forme un axe drainant pour les coteaux, permettant aux eaux de ruissellement de s'évacuer. Il est rejoint par le ruisseau du Honziou qui forme la limite communale avec Saint-Seurin-de-Bourg à l'est. Ces deux ruisseaux sont complétés par un réseau de fossés favorisant l'écoulement des eaux.

Trois sources ou fontaines ont été recensées : elles présentent toutes un couvrement en pierre de taille.

Quant aux puits, ils sont maçonnés selon un plan circulaire ; la margelle est en pierre de taille et supporte une superstructure métallique avec le mécanisme permettant de remonter l'eau. Certains puits sont couverts d'un dôme en pierre de taille ; d'autres sont insérés, semble-t-il, dans les façades des maisons.

Les lavoirs ne sont conservés qu'à l'état de vestiges et en mauvais état ; d'autres ont été condamnés.

Annexes

  • Puits d'accès aux carrières

    AD Gironde, SP 1095. Lettre du sieur Bernard Bonnefon aîné au préfet demandant l'autorisation d'exploiter une carrière souterraine qu'il possède sur sa propriété par galerie et par puits, oct 1861.

    Rapport de l'ingénieur des Mines : puits rond permettant d'accéder à l'étage supérieur de la carrière à une profondeur de 18m ; puis à 26 m nouvelle couche de pierre plus tendre dans laquelle des galeries sont déjà commencées. Le puits est solidement établi et muni d'échelles en fer, il est situé contre un petit chemin particulier appartenant à la propriété qui ne sert qu'à l'enlèvement des récoltes.

    AD Gironde, SP 1095. Lettre de Jean Bertin, charpentier de navire, au préfet pour autorisation d'exploiter à nouveau une ancienne carrière qu'il a sous sa propriété au lieu dit Plisseau, oct 1861.

    Exploitation par puits ; rapport de l'ingénieur des Mines : puits qui a 40m qui était simplement destiné à la recherche d'eau, a traversé à la profondeur de 29 mètres environ une couche de pierre exploitable dans laquelle on a formé des galeries dans une partie massive ; ces galeries ne tarderont pas à rejoindre les grandes carrières de la commune par l'exploitation du sieur Deschamps et déjà une petite percée a procuré un aérage complet ; le puits n'est situé qu'à la distance de 5m50 de la maison du sieur Bertin mais les galeries vont en s'éloignant des constructions ; autorisation accordée.

    AD Gironde, SP 1095. Rapport de l'ingénieur des mines sur une demande en autorisation de carrière du sieur Clément Viaud, domicilié à Gauriac, 7 août 1862.

    Demande autorisation d'ouvrir une carrière souterraine par puits dans le domaine de Roussette qui appartient aux dames Laroussié : le puits d'exploitation a été creusé à distance de 13m de la RD n° 20, sa profondeur est de 29m environ ; le puits est complètement muraillé sur toute sa profondeur ; autorisation accordée.

    AD Gironde, SP 1095. Rapport de l'ingénieur des Mines, sur plusieurs déclarations de carriers dans la commune de Bayon, 9 juillet 1864.

    Le Sieur Berteaud a sollicité l'autorisation de continuer l'exploitation par travaux souterrains des carrières que M. Marceau possède aux Vignes Blanches ; au moyen d'un puits de 27 m de profondeur ; mais gîte reconnu comme trop mauvais pour être exploité et la recherche a été abandonnée ; mais le sieur Berteau a dernièrement creusé un nouveau puits dans la propriété de M. Marceau au lieu-dit Casse Poitrine. Ce puits a une profondeur de 38m ; demande de M. Moreau et Roy pour exploiter au moyen d'un puits une carrière souterraine située au lieu-dit les Androns : puits d'une profondeur de 26 m ; demande de Guillaume Gadiot d'établir sous la route départementale n°20 une galerie souterraine qui est destinée à relier sa propriété qui est massive aux galeries existantes dans la carrière de M. Drouillard sis au lieu-dit Bretonne ; ces galeries sont depuis longtemps abandonnées, elles aboutissent à une entrée en cavage située près le débarcadère de la Reuille ; demande du sieur Brard Pierre d'exploiter au moyen d'un puits la pierre de sa carrière située près le chemin de Bourg à Bayon, à Plisseau. Ce chemin parallèle à la route départementale et le puits a été creusé à la distance de 15m environ de ce chemin.

  • Puits de la mairie-école

    AD Gironde, 2 O 777. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de Bayon, emprunt pour la construction d'une maison d'école pour les garçons avec salle de mairie, 1875/03/18.

    Acquisition de l'emplacement, légué à la commune mais indemnité à accorder pour l'abandon de l'usufruit du dit terrain appartenant à Mme Roussy ; plans et devis de M. Hosteing architecte à Bordeaux pour la construction ; bail de l'actuel local pour l'école non renouvelé ; la construction d'un puits devant entraîner une dépense d'au moins 2000 francs à cause de la profondeur du niveau de l'eau, il est arrêté qu'il sera construit une citerne.

    AD Gironde, 2 O 777. Lettre de l'inspection académique au Préfet, 1875/05/15.

    Terrain choisi situé à 100 m de l'église et isolé des autres habitations ; l'instituteur disposera au rdc de deux pièces : salon et cuisine avec souillarde ; à l'étage de trois chambres à coucher. Les dépendances consistent en un cellier et un bûcher ; il n'y a pas de puits, il sera remplacé par une citerne.

    AD Gironde, 2 O 777. Construction d'un puits public, 1895-1896. Délibération du conseil municipal, 18 août 1895.

    Demande subvention pour construction d’un puits public à l'école ; adjudication le 23 février 1896 pour forage et maçonnerie ; Antoine Ordy.

    AD Gironde, 2 O 777. Travaux à exécuter à la couverture du puits de l'école (...), 1902/07/13.

  • Puits artésien sur l'île Cazeau

    AD Gironde, SP2928. Rapport d'expertise, 1902/09/22.

    Le 18 juin 1897, les ingénieurs ont fait remarquer qu'avant les travaux, l'île Cazeau était le centre d'une grande exploitation agricole groupée autour d'un château et que les bâtiments de cette exploitation ont été, au début des travaux, utilisés soit par l'entreprise soit par l'Administration (...) ; mention d'un bâtiment servant à l'entreprise comme chai, cuvier et logement d'ouvriers, un puits artésien utilisé par l'entreprise, un bâtiment occupé par les ouvriers de l'entreprise (...).

    AD Gironde, 2 O 777. Rapport de la commission sanitaire, date ?

    Tous les habitants consomment l'eau du puits artésien établi vers le milieu de l'exploitation, à côté de la maison du régisseur. Aucune analyse n'a été faite, d'ailleurs des métayers qui ont vécu à Cazeaux pendant plus de 30 ans ne se sont jamais plaints de l'impotabilité de l'eau

  • Documentation sur les points d'eau à Bayon (citernes, puits, lavoirs, fontaines)

    Citerne

    AC Bayon-sur-Gironde. Registre de délibérations de la commune, 1790. Travaux à réaliser par le sieur Bouet, 1790/11/02.

    Ayant enlevé de la terre du chemin qui va de l'église de Bayon à Bourg vis-à-vis les possessions du sieur Bouet, pour élever son terrain, ce qui a gâté et rendu impraticable le dit chemin vis-à-vis de ses possessions ; travaux faits en partie : nécessité de faire porter quatre charretées de moellons dans le dit chemin dans la partie du sud-ouest de la citerne pour hausser le dit chemin dans cet endroit et comme il y a des terres dans le bout du mur que sieur Bichon a fait faire à la citerne, et au sud-ouest lesquelles terres empêchent que les eaux venant du côté de la maison de Morand puissent s'écouler dans la dite citerne pour faciliter l'écoulement des dites eaux on sortira la terre susdite au point que les dites eaux puissent se rendre sans obstacle dans la dite citerne.

    Fontaine du Caillou

    AC Bayon-sur-Gironde, Registre de délibérations de la commune, 1790. Demandes de plusieurs citoyens pour obtenir le rétablissement de la fontaine dite du Caillou située dans les possessions de M. de Briançon, 1790/08/17.

    Fontaine à laquelle on a depuis un temps immémorial coutume de puiser et comme les dégradations de la dite fontaine et les accessoires sont devenus à leur comble il a paru être d'une nécessité urgente de faire faire le rétablissement de la dite fontaine et ayant obtenu d'avis du dit sieur de Briançon, propriétaire, qui désire que vu l'affaissement du batardeau au point que la fontaine et l'abreuvoir se communiquent il soit fait deux murs, l'un du côté de la fontaine, et l'autre du côté de l'abreuvoir pour contenir le batardeau.

    AD Gironde, 2 O 777. Délibération du conseil municipal, 18 avril 1888.

    Approuvant le traité entre la commune et M. Largeteau propriétaire du domaine de Falfax : ce dernier s'engage à faire construire une fontaine et faire nettoyer l'abreuvoir, la commune assurant l'entretien.

    Lavoirs

    AD Gironde, 2 O 775. Extrait des minutes des actes administratifs de la commune de Bayon : Réparation du lavoir du Sol, 1854/03/25.

    Pierre Bernard, maître maçon ; entourer d'un mur intérieur avec carrelage du fond du bassin, les parvis en terre du lavoir situé près la fontaine du Sol, sur le chemin vicinal du Sol n° 20.

    AD Gironde, 2 O 775. Arrêté de la commune : Réglementation concernant le lavoir du Sol, 1893/08/20.

    Lavoir bien alimenté consacré au lavage du linge à côté de la fontaine du Sol : il est défendu de laver du linge ou quoi que ce soit dans le petit bassin de la fontaine.

    AD Gironde, SP 696. Rapport du conducteur subdivisionnaire, service hydraulique, Ponts-et-Chaussées, 1896/10/11.

    Travaux effectués sans autorisation par le sieur Destanque sur le ruisseau de Caillou, non loin du lavoir public communal de Caillou : pose de buses.

    AD Gironde, 2 O 775. Extrait du procès-verbal des délibérations du conseil municipal : Donation par M. et Mme Bonnefon de la fontaine et du vivier de Falfas à la commune, 1913/06/01.

    Mme Fernand Bonnefon, née Irène Bichon, et Fernand Bonnefon offrent à la commune de Bayon la fontaine et le vivier de Falfas qu'ils ont acquis dernièrement par acte authentique passé devant Me Perron, notaire à Gauriac, le 4 mai 1912, ainsi que le petit sentier qui conduit à la dite fontaine et une superficie de terrain d'une contenance de 6 ares environ.

    Puits

    AD Gironde, 2 O 777. Construction d'un puits public, 1895-1896. Délibération du conseil municipal, 18 août 1895.

    Demande subvention pour construction d’un puits public à l'école ; adjudication le 23 février 1896 pour forage et maçonnerie ; Antoine Ordy.

    AD Gironde, 2 O 775. Extrait du procès-verbal des délibérations du conseil municipal : Cession d'un puits situé aux Androns à la commune, 1926/02/13.

    Le conseil municipal accepte l'offre de M. Morillon, propriétaire du puits.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire