Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Chapelle du cimetière, dite chapelle Saint-Michel

Le mobilier de la chapelle du cimetière, dite chapelle Saint-Michel

Dossier IM40006009 réalisé en 2014

Fiche

Parties constituantes non étudiées clôture de choeur, couronne mortuaire, groupe sculpté, statue
Aire d'étude et canton Mugron
Localisation Commune : Mugron
Adresse : route de Pomarez

La chapelle du cimetière, bâtie à partir de juillet 1813, fut rapidement achevée et son autel, dédié à l'archange psychopompe saint Michel, fut consacré dès l'année suivante. Bien que les archives soient muettes à son sujet, il s'agit probablement de l'actuel autel-retable en stuc et brique, sans doute l’œuvre de l'un des stucateurs italiens alors actifs dans les villes voisines de Mont-de-Marsan et Saint-Sever. La chapelle, qui ne servait que le jour des morts et lors des inhumations, ne paraît pas avoir été dotée d'un mobilier beaucoup plus abondant, si l'on excepte une clôture de chœur, un chemin de croix en lithographies acquis en 1863 et quelques statues de série de la fin du XIXe siècle, dont la destination initiale n'est pas assurée (hormis celle du groupe de La Vierge délivrant une âme du purgatoire)

Les concessions de tombes, d'abord limitées à 61, furent augmentées à partir de 1827, quand l'avant-nef ou "petite chapelle", c'est à dire la partie occidentale du bâtiment, fut aussi dévolue aux sépultures. Toutes ou presque furent achetées par les familles les plus notables de la ville, qu'elles appartinssent à l'aristocratie, à la bourgeoisie marchande ou à l'édilité locale. Le pavement compte à l'heure actuelle 87 dalles funéraires, dont les dates s'échelonnent de 1817 (Pierre Texoères, concession 12) à 1920 - une seule tombe fut ajoutée après cette date, en 1968. Certaines concessions, en accord avec le règlement de la chapelle (voir annexe), ont été réattribuées à une ou plusieurs reprises, ce qui explique que des pierres tombales assez récentes occupent aujourd'hui l'emplacement de certaines des concessions parmi les plus anciennes. Les dalles sont taillées dans le calcaire, le grès ou le marbre ; beaucoup de ces dernières sont l’œuvre de marbriers italiens de Saint-Sever, les Galimberti et les Spazzi, mais aussi de Bayonnais comme les Claverie. Le monument funéraire le plus remarquable est toutefois celui de l'abbé Jean-Baptiste Marsan (1759-1828), fondateur de la chapelle et figure éminente de la vie mugronnaise avant et après la Révolution.

Annexes

  • Extrait des arrêtés de comptes et délibérations du conseil de fabrique de Mugron (1826-1836) concernant les concessions à la chapelle du cimetière, 1827 (AP Mugron)

    - "1er avril 1827. Statuts ou règlement pour les concessions de tombes de la chapelle. / Séance du conseil de la fabrique de la paroisse de St Laurent de Mugron, tenu le premier du mois d'avril mil huit cent vingt sept par Messieurs le Baron d'Antin maire, Dubroca, J.ques Laplacette, Fabian Dangoumau, Pierre Hosseleyre, et présidée par J.n B.te Marsan curé. / Monsieur le Président a dit que nous touchions au moment de voir le terme des discussions qui s'étaient élevées entre la commune et la fabrique au sujet de la concession illégale de q[uel]ques tombes dans la chapelle du cimetière, qu'il était urgent de présenter des statuts ou un règlement pour les concessions des tombes à faire à l'avenir de manière à conserver aux premiers concessionnaires leur possession, mais en la faisant concorder avec les charges qu'auront à supporter les futurs concessionnaires, de manière encore que les trois établissements de charité de la commune profitent par portions égales du produit de ces concessions, de fixer enfin un tarif qui soit relatif à la modicité de la fortune des habitants de cette paroisse. / Le conseil, prenant en considération le rapport ci-dessus, après l'avoir longuement débatu [sic] a délibéré à l'unanimité les statuts ou le règlement dont la teneur suit, / 1° Que les concessions des tombes déjà faites au nombre de 61 qui ont produit la somme de 5769 francs, laquelle a été employée à la construction d'une partie de la chapelle sépulcrale et de la clôture du cimetière, seront reconnües en faveur des concessionnaires désignés au plan figuratif de lad.te chapelle, qui en a été dressé et lequel est joint à la présente [disparu]. / 2° Que le prix de concession à faire d'une tombe à perpétuité sera fixé à cinquante francs. / 3° Pour une tombe temporaire qui ne donnerait nul droit aux héritiers sera fixée à 25 francs. / 4° Pour chaque héritier en ligne directe qui serait enterré dans la tombe d'un concessionnaire, le prix sera fixé à 12 f. 50 centimes. / 5° Dans le cas où les héritiers du concessionnaire n'userait [sic] pas de leur droit de sépulture, ils seront tenus tous les 25 ans de payer à la fabrique le droit de 12 f. 50 centimes. / 6° Les tombes des concessionnaires ne pourront être ouvertes et employées de nouveau que tous les 5 ans. / 7° Les tombes des concessionnaires à tems [sic] ou à perpétuité pour lesquels ont aurait négligé de payer suivant les divers cas énoncés ci-dessus, rentreront de plein droit dans la propriété de la fabrique pour être concédées de nouveau. / 8° Les concessionnaires qui n'ont laissé ou qui ne laisseront pas à l'avenir des héritiers en ligne directe, sont cencés [sic] n'avoir eu qu'une concession temporaire et la fabrique pourra concéder ces tombes 10 ans après. / 9° D'après le vœu exprimé par le conseil municipal, par l'ad[ministrati]on de l'hospice et celle du Bureau de Bienfaisance, le trésorier de la fabrique faira [sic] la recette des droits sur les inhumations à la chapelle tous les ans à la session de mai du conseil municipal , il lui en présentera le compte préalablement arrêté par le conseil de la fabrique, le 1/3 des sommes perçue [sic] sera remise au trésorier de l'hospice, second 1/3 au trésorier du Bureau de Bienfaisance et le dernier 1/3 au profit de la fabrique. / La présente sera soumise à l'approbation de l'autorité supérieure. Délibéré à Mugron les jour, mois et an que dessu [sic]. / [signatures] P. Hosseleyre, Dangoumau, La Placette, Marsan, Dubroca."

  • Liste des oeuvres non étudiées

    Clôture de chœur (table de communion) [chœur]

    19e s. Chêne.

    Deux panneaux dormants à arcature trilobée sur barreaux plats ; portillon à deux battants (même décor) ; agenouilloir pour communion fixé sur le devant, régnant sur les deux panneaux dormants.

    h = 94 ; la = 651 (portillon : la = 140 ; panneaux dormants : la = 255 et 256).

    Ensemble de 12 couronnes mortuaires [nef] (ill. 20154000300NUC2A, 20154000301NUC2A et 2015400030280NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Fil de fer, perles de verre, papier d'argent.

    Décor : rayons, rosettes, fleurs, feuilles.

    Inscriptions (sur des banderoles en papier d'argent de sept couronnes, les cinq autres ont perdu les leurs) : A NOTRE DEVOUE SERVITEUR ; A NOTRE PERE ; [A] NOTRE SŒUR ET TANTE ; A NOTRE GRAND-MERE ; SOUVENIR DE LA JEUNESSE ; [A] MON [...]RE ET ONCLE ; [A] NO[TRE] [S]ŒUR ET TANTE.

    Groupe sculpté : Vierge de pitié [avant-nef ou "petite chapelle", mur ouest] (ill. 20154000299NUC2A)

    2e moitié 19e s. Plâtre blanc (repeint).

    Sur console en bois à lambrequins tréflés.

    Ensemble de 2 statues en pendant : Anges adorateurs [chœur] (ill. 20154000378NUC2A, 20154000379NUC2A, 20154000380NUC2A et 20154000381NUC2A)

    2e moitié 19e s. Plâtre blanc (repeint).

    Anges agenouillés, le premier le regard levé et les mains jointes, le second le regard baissé et les bras croisés sur la poitrine.

    h = 80 (premier ange ; h = 83 avec les ailes) ; h = 78 (second ange).

    État : restaurées (ailes et mains de l'ange aux mains jointes refaites) par jean-Pierre Besselère.

    Statue : Saint Pierre [chœur, retable, à gauche]

    2e moitié 19e s. Plâtre peint faux bronze.

    h = 86.

    Inscription peinte sur la face du socle : PATRON DU BIEN AIMÉ / PIERRE POURBUS.

    Statue (statuette) : Christ de douleur ou Christ aux liens [avant-nef ou "petite chapelle", mur ouest] (ill. 20154000298NUC2A)

    2e moitié 19e s. Terre cuite.

    Ensemble de 5 statues (statuettes) [avant-nef ou "petite chapelle"]

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre.

    Immaculée Conception (n° 1) (plâtre gris) ; Immaculée Conception (n° 2) (plâtre polychrome) ; Vierge au Sacré-Cœur (plâtre blanc) ; Sacré-Cœur de Jésus (plâtre blanc) ; Saint Joseph à l'Enfant (plâtre polychrome).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Conseil de fabrique, arrêtés de comptes et délibérations (1826-1836).

    p. 8 (année 1827) Archives paroissiales, Mugron
Bibliographie
  • MEYRANX Louis-Bernard, abbé. Monographie de Mugron depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Bordeaux : Imprimerie catholique "Jeanne d'Arc", 1911.

    p. 249-250
  • BESSELÈRE Jean-Pierre. Petite chronique paroissiale à Mugron.

    p. 55-69
Périodiques
  • LAPORTE Pierre. "Les églises paroissiales de Mugron". Bulletin de la Société de Borda, n° 448, 1er trimestre 1998.

    p. 75-78
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe