Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes

Dossier IM40004382 réalisé en 2012

Fiche

Parties constituantes non étudiées plaque commémorative, autel, gradin d'autel, tabernacle, armoire aux saintes huiles, confessionnal, bénitier d'applique, armoire de sacristie, fauteuil de célébrant, tabouret de célébrant, banc de choeur, chandelier pascal, chandelier d'autel, croix d'autel, pupitre d'autel, vase d'autel, boîte à hosties, calice, patène, ciboire, thabor, encensoir, navette à encens, seau à eau bénite, bannière de procession, croix de procession, lanterne de procession, chemin de croix, chandelier d'église, chape, ornement, étole, voile huméral, garniture de dais de procession, chandelier, statue, estampe, livre, cloche
Aire d'étude et canton Dax sud
Localisation Commune : Dax
Adresse : place Saint-Vincent

L'église Saint-Vincent-de-Xaintes, qui fut jusqu'en 1056-1057 le siège du diocèse de Dax, possédait certainement, dès son origine, un décor mobilier en rapport avec l'importance de son statut épiscopal et celle du pèlerinage organisé autour des reliques du saint éponyme, trouvées selon la légende par la vierge Maxime vers le début du VIe siècle. De ce premier édifice ne subsistent toutefois, outre quelques fragments lapidaires déposés au musée de Borda, qu'un sarcophage gallo-romain longtemps considéré comme le tombeau du saint fondateur (réf. IM40004392), un fragment de pavement en mosaïque redécouvert lors de fouilles en 1893 (réf. IM40004383), un chrisme d'époque romane qui devait surmonter la porte principale de l'édifice (réf. IM40004416), enfin un couvercle de sarcophage gothique à l'effigie d'un prélat mitré (réf. IM40004385). Quant au décor de l'église rebâtie au XVIe siècle, évoqué succinctement dans les procès-verbaux de visites pastorales, il n'en est rien resté.

La reconstruction totale de l'édifice en 1893-1894 entraîna le renouvellement complet de son mobilier et des objets dévolus au culte, à l'exception des trois cloches, au demeurant de fabrication récente (par les fondeurs dacquois Delestan et fils, 1864 et 1885). L'homogénéité du décor était due à la part prépondérante prise dans sa conception par l'architecte Edmond Ricard, qui dessina la plupart des éléments mobiliers et en confia la réalisation à des artisans aux qualités éprouvées : les sculpteurs bordelais Rispal et Martin pour les fonts baptismaux, les sculptures ornementales (chapiteaux) et sans doute pour les autels de marbre ; le serrurier dacquois Prosper Seris pour les diverses clôtures de fer forgé (chœur, absidioles et chapelle des fonts) ; le peintre Célestin Louges pour les peintures décoratives. La vitrerie fut fournie dès 1893 par le Bordelais G.-P. Dagrant, qui réalisa à cette occasion de nouveaux cartons pour un important cycle de la vie de saint Vincent. La même année, le facteur bordelais Gaston Maille (successeur de Wenner) installa le grand-orgue, inauguré avec l'église le 19 novembre. Enfin, les décorateurs Bonnet et Vettiner, eux aussi bordelais, exécutèrent en 1898 les peintures figurées de l'abside et des absidioles, dont le programme et sans doute la conception d'ensemble (connus par un dessin à l'aquarelle conservé aux archives de la ville) furent donnés par Ricard. Dans le même temps et au cours des deux décennies suivantes, on renouvela en entier le vestiaire de la sacristie, avec l'achat de divers ornements aux maisons Monna de Toulouse et sans doute Diharce de Bayonne, tandis que de nouvelles pièces d'orfèvrerie étaient acquises auprès d'orfèvres parisiens (Demarquet frères, Jamain et Chevron, Biais et Rondelet, Capello-Morel) et lyonnais (Armand-Calliat, H. Nesme). Cet ensemble est demeuré presque inchangé jusqu'à l'époque du concile de Vatican II. En 1962, l'architecte René Guichemerre réaménage le chœur, supprime le maître-autel néo-roman de 1894 et le remplace par une composition incluant le sarcophage et la mosaïque gallo-romains, les plus anciens témoins de l'histoire de l'édifice. De manière plus contestable, il fait également détruire les peintures murales de Bonnet et Vettiner, qui rehaussaient pourtant avec bonheur l'architecture un peu froide de Ricard. Les autels des absidioles sont supprimés à leur tour à la fin des années 1990. Le dernier ajout important au décor intérieur est celui d'une statue en pierre de saint Vincent (figuré sous l'aspect d'un "athlète de la foi"), installée en 1993 à l'occasion du centenaire de la reconstruction.

Auteur(s) Auteur : Mame Alfred,
Alfred Mame (1811 - 1893)

Éditeur à Tours.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur
Auteur : Louges Célestin, peintre
Auteur : Cretin-l'Ange Arsène,
Arsène Cretin-l'Ange

Horloger à Morbier (Jura), soumissionne sans succès pour la fourniture de l'horloge de Saint-Vincent-de-Xaintes à Dax en juillet 1894.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
horloger, attribution par source

Annexes

  • Liste des oeuvres disparues.

    Ensemble de 6 chandeliers et d'une croix d'autel (garniture d'autel).

    Bois sculpté et argenté à la feuille d'argent. Garniture fournie avant décembre 1787 par le sculpteur tarbais Dominique Ferrère (1723-1809), qui la signale dans une convention passée le 22 de ce mois avec le peintre et doreur de Lescar Antoine Laussatte pour l'achèvement du maître-autel de l'hôpital Saint-Eutrope de Dax. Ferrère précise, à propos de la garniture destinée à l'autel de l'hôpital, que "les six chandeliers et croix qui assortiront l'ouvrage susdit seront traités ainsi que ceux de l'autel de l'église de Saint-Vincent, faubourg de la ville de Dax".

    Peinture monumentale.

    Peintures du chœur réalisées en 1898 par Jean-Henri Bonnet et Jean-Baptiste Vettiner, décorateurs à Bordeaux. Détruit en 1960 lors de la rénovation intérieure par l'architecte René Guichemerre. Les dessins préparatoires à l'aquarelle sont conservés aux Archives municipales de Dax.

    _______________________________________________________________________

  • Liste des oeuvres non étudiées.

    Plaque commémorative de la construction de l'église [porche] (ill. 20124000836NUC2A)

    1893. Marbre gris.

    Dimensions approximatives : h = 150 ; la = 150.

    Inscription (gravée et peinte) : Cette église a été / édifiée pendant les / années 1892 et 1893, au / moyen des subsides de la / Commune, et des dons généreux des fidèles. / M. MILLIÈS-LACROIX / étant maire de Dax et / M. Charles DULAU curé de / St Vincent de Xaintes, sur / les plans dressés par M. / Edmond RICARD architecte / de la Ville.

    Plaque commémorative de la consécration de l'église [porche] (ill. 20124000837NUC2A)

    1893. Marbre gris.

    Dimensions approximatives : h = 150 ; la = 150.

    Inscription (gravée et peinte) : L'an de J.C. 1893. / et le 19 Novembre / sous le pontificat de Léon XIII / l'église de St Vincent de Xaintes / a été Consacrée par Mgr Delannoy, / évêque d'Aire et de Dax, / assisté d'un nombreux clergé, / en présence des autorités civiles, / et d'un grand concours de fidèles. / - / Le même jour a été inauguré / l'orgue de cette église.

    Plaque commémorative du centenaire de la construction de l'église [porche] (ill. 20124000836NUC2A)

    1993. Marbre gris.

    Dimensions approximatives : h = 25 ; la = 150.

    Inscription (gravée et peinte) : Commémoration de la construction et de la consécration / de l'église Saint Vincent de Xaintes / Yves GOUSSEL+BAIRE-DUPIN, étant maire de Dax / Mgr Robert SARRABERE, évêque d'Aire et Dax / et Michel JUZANX, curé / 1893 - 1993.

    [Plaque apposée sous la plaque commémorative de la construction.]

    Ensemble autel, 2 gradins d'autel et tabernacle (autel de la Vierge) [absidiole de gauche] (ill. 20124001192NUC2A)

    Vers 1894. Marbre blanc veiné.

    Style néogothique. Autel tombeau droit à trois arcs brisés sur colonnettes, flanqués de 4 autres colonnettes ; massif postérieur débordant formant gradin, avec crédences en console aux extrémités ; 2e gradin droit encastrant un tabernacle à porte rectangulaire inscrite dans un arc brisé sur colonnettes ; exposition cubique.

    Décor en relief : ciboire (porte du tabernacle), pinacles à crochets (angles de l'armoire eucharistique) ; décor gravé et doré : monogramme M.A. (face du tombeau), rinceaux et réseau de quadrilobes (gradins).

    Dimensions totales : h = 243 ; la = 281.

    [Autel sans doute acquis en 1894 ; repéré en 1992, supprimé avant 2012 et remplacé par un petit autel moderne en bois teinté (ill. 20124000930NUC2A).]

    Ensemble autel, 2 gradins d'autel et tabernacle (autel de saint Joseph) [absidiole de droite] (ill. 20124001193NUC2A)

    Après 1906. Calcaire, bois, fer.

    Style néoroman. Autel tombeau droit à trois arcs outrepassé sur colonnettes ; deux gradins droits encastrant un tabernacle à porte (en bois et fer) inscrite dans un arc cintré à voussure évoquant un portail roman ; exposition de plan hexagonal.

    Décor en relief : bouquets de roses et de lys (face du tombeau), réseau quadrillé (gradins), chrisme entre l'alpha et l'oméga (tympan du tabernacle).

    Dimensions totales : h = 197 ; la = 247.

    [Autel sans doute acquis après 1906, l'inventaire réalisé cette année-là ne mentionnant qu'un "autel bois consacré à St Joseph" ; repéré en 1992, supprimé avant 2012 et remplacé par un petit autel moderne en bois teinté.]

    Armoire aux saintes huiles [collatéral gauche, chapelle des fonts baptismaux] (ill. 20124000954NUC2A)

    4e quart 19e s. Calcaire (d'Angoulême ?), fer forgé.

    Armoire constituée d'une niche en calcaire fermée par deux battants en fer forgé partiellement doré ; l'encadrement en calcaire est orné de pilastres latéraux pseudo-ioniques, d'un tympan à oculus aveugle et rinceaux gravés, avec corniche à frise de feuilles d'eau, amortissements latéraux en acrotère et croix sommitale.

    h = ca. 120 ; la = 102.

    Ensemble de 4 confessionnaux [collatéraux] (ill. 20124000946NUC2A)

    2e moitié 19e s. Chêne teinté.

    Style néoroman. Trois loges sur plan trapézoïdal ; loge centrale saillante à battant rectangulaire avec claire-voie (trois lancettes cintrées), flanqué de colonnettes à chapiteau feuillagé et surmonté d'un tympan cintré (percé d'un quadrilobe) et d'un gâble ; loges latérales à linteau droit, accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie.

    Décor : rosaces en relief au sommet du battant de la loge centrale et sur le linteau des loges latérales ; quadrilobe ajouré entouré de rinceaux gravés et de rosaces en relief dans le tympan de la loge centrale, croix sommitale tréflée à l'aplomb du gâble, fleurons en amortissement des colonnettes, crénelage au-dessus de la corniche, tourelles hexagonales à dôme aux extrémités des loges latérales.

    h = 265 (sans la croix sommitale ; avec la croix: h = 300) ; la = 205 ; pr = 105.

    [Des confessionnaux en tout point identiques, exécutés par le menuisier dacquois Jean Bernos en 1858, sont conservés en l'église voisine de Saint-Paul-lès-Dax (réf. IM40004302), et deux autres à la cathédrale Notre-Dame de Dax (réf. IM40004422). Les confessionnaux de Saint-Vincent, au nombre de quatre en 1992, ne sont plus que deux en 2012.]

    Bénitier d'applique [porte du bras droit du transept]

    4e quart 19e s. Marbre blanc.

    Vasque semi-circulaire à décor de godrons.

    la = 27,5.

    Ensemble de 3 armoires de sacristie [sacristie]

    2e moitié 19e s. Chêne et pin.

    Une armoire à deux battants juxtaposés ; une armoire à battant unique ; un bas d'armoire à deux battants (moulures chantournées).

    [N° 22, inv. 1906.]

    Ensemble d'un fauteuil de célébrant, de 4 tabourets de célébrant et de 8 bancs de chœur [chœur]

    Limite 19e s.-20e s. Bois fruitier, cuir noir (garniture).

    Fauteuil de style Directoire, à dossier incurvé reposant sur des accotoirs en volute ; garniture du siège et du dossier en velours rouge fixée par des clous de tapissier en laiton doré.

    Fauteuil : h = 75 ; la = 63 ; tabourets : h = 44 ; la = 40 ; bancs : h = 46 ; la = 101.

    Chandelier pascal [réserve]

    19e s. Bois peint en doré.

    Base tripode.

    h = 128.

    Ensemble de 4 chandeliers d’autel [clocher] (ill. 20124000998NUC2A)

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Pied triangulaire, nœud en vase, bobèche en vase Médicis godronné.

    Décor : volute à feuille d’acanthe, bustes du Christ, de la Vierge et de saint Joseph (pied).

    h = 39,5 (sans le binet).

    État : des binets ont remplacé les broches d’origine.

    Ensemble de 4 chandeliers d’autel et d'une croix d'autel [clocher] (ill. 20124000996NUC2A)

    2e moitié 19e s. Laiton et bronze argentés.

    Style néoclassique. Pied triangulaire, nœud en vase Médicis, tige cannelée, bobèche en vase Médicis et broche (chandeliers) ; Christ et titulus fondus et rivés (croix).

    Décor : volute à feuille d’acanthe, bustes du Christ, de la Vierge et de saint Joseph (pied des chandeliers), cœurs sacrés jumelés, triangle trinitaire et angelot (pied de la croix), cannelures et godrons ; Christ et titulus, palmettes à l'antique (bras de la croix).

    h = 54 (chandeliers, sans la broche) ; h = 62,5 (croix).

    Croix d’autel [sacristie] (ill. 20124000905NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néo-roman. Pied triangulaire ajouré, tige tubulaire, nœud torique, croix en bronze fondue d’une seule pièce ; Christ (de type classique, représenté vivant, yeux au ciel, au moment de l'invocation au Père) fondu et rivé.

    Décor : palmettes sur les faces du pied, crosses végétales rapportées aux angles, rosettes rapportées sur le nœud, fleurons végétaux aux extrémités des bras.

    h = 64 ; la = 26.

    Pupitre d’autel [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton doré (à la bronzine).

    Plan rectangulaire ; faces ajourées ; décor : monogramme I.H.S., feuilles de vigne.

    h = 51 ; la = 27,5.

    Ensemble de 5 vases d’autel [réserve sud] (ill. 20124000914NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Porcelaine blanche dure.

    Vases cornets de forme haute à base ovale, encolure évasée et dentelée et anses rapportées. Décor peint en doré sur la face : monogramme M.A. nimbé et motifs feuillagés.

    h = 23.

    Ensemble de 2 vases d'autel (obus) [clocher] (ill. 20124001002NUC2A)

    1er quart 20e s. Cuivre.

    Douilles d'obus de la Première Guerre mondiale remployés en vases. Décor repoussé et poinçonné : croix de Lorraine à bras tréflés alternant avec des écussons ; dents de scie et festons.

    Boîte à hosties [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Fer blanc.

    Forme circulaire. Décor gravé du couvercle : croix fleuronnée rayonnante.

    h = 9,5.

    Ensemble calice, patène [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton et argent dorés.

    Style néogothique. Pied circulaire, nœud torique, fausse-coupe ajourée.

    Décor (repoussé, gravé et ciselé) : bustes du Christ, de la Vierge et de saint Joseph dans des médaillons ovales (pied), pommes de pin, feuilles et rinceaux (pied, nœud, fausse-coupe) ; monogramme I.H.S. (patène).

    Calice : h = 22.

    [Ensemble repéré en 1992, non retrouvé en 2012.]

    Ciboire [sacristie] (ill. 20124000920NUC2A)

    4e quart 19e s. Laiton doré, argent (coupe).

    Style néoroman. Pied à six lobes, tige tubulaire, nœud torique, une bague, fausse-coupe découpée et ajourée ; pied renforcé par une plaque métallique vissée.

    Décor (repoussé, estampé, ciselé au trait et au mat) : pommes de pin et rosaces sur fond amati, feuilles lancéolées (pied, fausse-coupe et couvercle).

    h = 24,5 ; d = 14,1 (pied) ; d = 10,6 (coupe).

    Poinçon non identifié (coupe) : lettre M (non encadrée).

    État : il manque la croix sommitale du couvercle.

    Thabor [sacristie] (ill. 20124000888NUC2A)

    2e moitié 19e s. Bois blanc doré à la feuille d'or, laiton découpé, verre transparent coloré.

    Thabor de plan rectangulaire et d'élévation en cavet renversé, sur pieds en métal fondu ; face surdécorée d'un monogramme I.H.S. en verre rouge encadré de pampres de vigne en laiton découpé, de grappes en verre rouge et d'épis en faux brillants ; cabochons de verre coloré vert et rouge sur le bord du plateau.

    h = 19,5 ; la = 41 ; pr = 26,5.

    Encensoir [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Pied circulaire, couvercle emboîtant. Décor estampé : godrons (réserve, couvercle).

    h = 22.

    Navette à encens [sacristie]

    Milieu 19e s. Bronze argenté.

    Style néoclassique. Coupe en forme de nef, couvercle mobile sur charnière, pied circulaire. Décor en relief : canaux, godrons.

    h = 8.

    Seau à eau bénite [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Seau en vase Médicis, à anse mobile et décor perlé.

    h = 18.

    Bannière de procession : la Vierge [sacristie] (ill. 20124000891NUC2A)

    2e moitié 20e s. Tissu synthétique blanc, fil métal doré (passementerie).

    Décor peint polychrome : Vierge à l'Enfant entre des guirlandes de fleurs (face), monogramme M et étoile (revers).

    h = 108 ; la = 75.

    Croix de procession (n° 1) [sacristie] (ill. 20124001215NUC2A)

    Milieu 19e s. Laiton et bronze (argentés à l’origine).

    Style néoclassique. Hampe et douille emboîtante en laiton, nœud en forme de vase balustre avec anses carrées à la grecque ; Christ (représenté vivant), gloire de rayons (à la croisée) et titulus (tenu par un ange en vol) fondus, dorés et rivés, fleurons en forme de lyre à motifs de plumes en panache aux extrémités des bras.

    h = 280 (avec la hampe).

    [Croix repérée en 1992, non retrouvée en 2012.]

    Croix de procession (n° 2) [sacristie] (ill. 20124000909NUC2A)

    Milieu 19e s. Laiton et bronze argentés.

    Style néoclassique. Hampe et douille emboîtante en laiton, nœud en forme d'urne aplatie à canaux et guirlande de laurier ; Christ (représenté vivant) et titulus (tenu par un ange en vol) fondus, dorés et rivés ; I.H.S. à la base du montant, palmettes à la romaine aux extrémités des bras.

    h = 67 ; la = 26 (sans la hampe) ; hampe : h = 130.

    Paire de lanternes de procession [clocher]

    2e moitié 19e s. Laiton doré, verre.

    Lanterne hexagonale vitrée, à anse mobile sur charnière et couvercle en dôme à croix sommitale fleuronnée ; décor ajouré et estampé de style néogothique.

    Mauvais état.

    Chemin de croix [collatéraux] (ill. 20124000947NUC2A)

    4e quart 19e s. Bois et métal (?) peints.

    Scènes peintes en polychromie sur fond doré ; cadres en bois verni avec panneau sommital en bâtière couronné d'une croix nimbée. Titres peints (en français) sur la traverse inférieure du cadre.

    h = 100 environ.

    [N° 2, inv. 1906 : "un chemin de croix bois peint, suspendu aux murs, revendiqué par Mme Ozanne" (peut-être Clary Ozanne [1832-1924], veuve de l'architecte départemental Alexandre Ozanne [1828-1888]).]

    Paire de chandeliers d’église [sacristie] (ill. 20124000906NUC2A)

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néoroman. Base ajourée à trois pieds en forme de monstre cynocéphale ailé ; nœud torique ; tige oblique portant sept lumières à bobèche et binet ; décor de feuilles de vigne et de fleurettes (rehaussées de bleu) sur la tige.

    h = 60 ; la = 66.

    Ensemble de 10 chapes [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. et milieu 20e s.

    A. Damas de coton et soie blanc, fil de soie jaune, orangé, vert et violet (passementerie et décor brodé). Décor brodé (chaperon) : monogramme J.H.S., rinceaux. Vers 1900.

    B. Damas de coton et soie vert, fil métal doré et fil de soie orangé (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : monogramme J.H.S., rinceaux. Vers 1900.

    C. Damas de coton et soie rouge, fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : monogramme I.H.S. dans une gloire, rinceaux fleuris. Vers 1900. ill. 20124000884NUC2A.

    D. Damas de coton et soie violet, bougran violet (doublure), fil métal doré et argenté (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : Agneau mystique sur le livre aux sept sceaux. Vers 1900.

    E. Drap lamé doré, fil métal doré (passementerie, décor), fil de soie rouge (décor). Décor (chaperon) : chrisme entre l'alpha et l'oméga, fleurs de lys. Vers 1900.

    F. Damas de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie). Milieu 20e s.

    G. Damas de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie) et fil polychrome (décor). Décor brodé en "peinture à l'aiguille" (chaperon) : buste du Sacré-Cœur. Milieu 20e s.

    H. Damas de coton rouge, fil de soie rouge et doré (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : monogramme J.H.S. dans une gloire, croix. Milieu 20e s.

    I. Velours de coton et soie noir, velours violet (orfrois), fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : chrisme entre l'alpha et l'oméga. Milieu 20e s.

    J. Damas de coton et soie noir, fil de soie violet et doré (orfrois, passementerie). Milieu 20e s.

    Ensemble de 7 ornements [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Satin de coton et soie blanc, tapisserie au petit point (croix dorsale et colonne pectorale de la chasuble), bougran de toile rouge (doublure), fil de coton jaune or (passementerie, décor). Chasuble de forme française. Décor de fond du satin : semis de croix grecques pattées et d'étoiles. Décor (croix dorsale en tapisserie de la chasuble) : monogramme I.H.S. dans une mandorle, rinceaux polychromes. N° 41, inv. 1906 ? ill. 20124000898NUC2A.

    B. Satin de coton et soie rouge, tapisserie au petit point (croix dorsale et colonne pectorale de la chasuble), bougran de toile rouge (doublure), fil métal doré (passementerie). Chasuble de forme française. Décor (croix dorsale en tapisserie de la chasuble) : monogramme J.H.S., bouquet d'œillets. N° 41, inv. 1906 ?

    C. Damas de coton et soie violet, fil de coton violet et jaune (passementerie). N° 41, inv. 1906 ?

    D. Damas de coton et soie vert, fil de coton vert et jaune (passementerie). N° 41, inv. 1906 ?

    E. Velours de coton et soie vert, fil métal doré (passementerie, décor). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. dans une gloire (en paillettes dorées). Chasuble retaillée et utilisée en remploi comme garniture de lutrin.

    F. Damas de coton et soie noir, velours façonné noir (croix dorsale et colonne pectorale de la chasuble), bougran de toile rouge (doublure), fil de coton et fil métal argenté (passementerie, décor). Chasuble de forme française. Décor de fond du damas : griffons dans un réseau de médaillons quadrilobés. Décor (croix dorsale en velours de la chasuble) : chrisme entre l'alpha et l'oméga, rinceaux avec chardons. ill. 20124000897NUC2A.

    G. Velours de coton et soie noir, bougran noir (doublure), fil métal argenté (passementerie).

    Ensemble de 3 étoles pastorales [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Satin de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor). Décor : croix.

    B. Satin de coton et soie violet, fil métal doré (passementerie, décor). Décor : croix.

    C. Velours de coton et soie noir, fil métal argenté (passementerie, décor). Décor : croix.

    Voile huméral [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Drap lamé doré, coton rouge (doublure), fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor : monogramme I.H.S., rinceaux d'épis de blé et de vigne (grappes en demi-perles de laiton doré).

    Garniture de dais de procession [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Drap lamé doré, fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor brodé : monogramme I.H.S. dans une gloire, épis de blé, pampres.

    Paire de chandeliers (n° 1) [clocher] (ill. 20124000995NUC2A)

    2e moitié 19e s. Laiton doré.

    Base circulaire, tige en gaine, binet en vase, bobèche mobile.

    h = 29.

    Paire de chandeliers (n° 2) [clocher] (ill. 20124000997NUC2A)

    2e moitié 19e s. Laiton doré.

    Base circulaire, tige en balustre, binet en vase, bobèche mobile.

    h = 29.

    Ensemble de 4 statues

    Limite 19e s.-20e s. (sauf mention contraire). Plâtre polychrome (sauf mention contraire).

    Vierge à l'Enfant (absidiole gauche, autel ; h = 95 environ ; n° 1, inv. 1906 : "six statues en plâtre représentant la Vierge [...]" ; ill. 20124000930NUC2A). Saint Vincent de Paul (collatéral droit ; h = 126). Sainte Thérèse de Lisieux (vers 1930 ; collatéral gauche ; socle peint en faux marbre avec inscription "Sainte Sœur Thérèse" ; h = 125). Christ en croix (nef centrale, au-dessus du 3e pilier de droite ; croix en bois peint et doré à extrémités trilobées).

    Statue : Saint Joseph [absidiole droite, autel] (ill. 20124001193NUC2A)

    2e moitié 20e s. Bois.

    Statue monoxyle à revers sculpté. Personnage représenté jeune et imberbe, tenant un rabot et une masse de charpentier (saint Joseph ou le Christ adolescent ?).

    h = 101.

    Estampe : Sacré-Cœur de Jésus [absidiole droite (en 1992)]

    Limite 19e s.-20e s. Lithographie, bois doré sur enduit crayeux (cadre).

    h = 56 ; la = 44 (cadre).

    [Œuvre repérée en 1992, non retrouvée en 2012.]

    Livre : Missel romain [sacristie]

    1923. MAME et fils, éditeur à Tours. Papier, carton, cuir rouge.

    In quarto. Reliure en cuir rouge doré au fer, dos à 5 nerfs, tranche dorée. Composition : 868 pages, dont 46 paginées en chiffres romains (De anno et ejus partibus / Kalendarium Rubricae generalis Missalis / Praeparatio ad missam) et 822 en chiffres arabes, avec trois ensembles à pagination autonome (624 pages pour le Proprium missarum, 120 pour le Commune sanctorum, 78 pour l'Appendix continens cantus ad libitum).

    h = 32,5 ; la = 24 ; pr = 6,5.

    Page de titre : MISSALE / ROMANUM / Ex decreto sacrosancti concilii tridentini restitutum / S. PII V. PONTIFICIS MAXIMI / jussu editum / CLEMENTIS VIII. URBANI VIII. ET LEONIS XIII / auctoritate recognitum / - / ACCURATISSIMA EDITIO / novis missis indulto apostolico concessis acta / - / TURONIBUS / TYPIS A. MAME ET FILIORUM / Sanctae Sedis apostolicae et Sacrae Rituum Congegationnis typographorum / MCMXXIII. Armoiries de Pie XI.

    Frontispice gravé (photogravure) : Adoration des bergers. Lettre : Velasquez pinxit - Photogravure Braun et Cie.

    [Le frontispice est une héliogravure de la maison Adolphe Braun et Compagnie (fondée en 1876, fermée en 1968) d'après un tableau de Velázquez (1619, Madrid, musée du Prado).]

    Cloche [clocher]

    19e s. (?). Bronze.

    Non vue (inaccessible). Il s'agit de la grosse cloche.

    Ensemble de 3 boîtes contenant des ossements [sacristie, clocher] (ill. 20124000889NUC2A, 20124000890NUC2A, 20124001010NUC2A et 20124001011NUC2A)

    Ossements découverts lors des fouilles qui précédèrent la reconstruction de l'église en 1892-1893.

    _______________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église Saint-Vincent-de-Xaintes : agrandissement, reconstruction (1879-1932)

    Archives départementales des Landes : 2 O 654
  • Dax, église Saint-Vincent-de-Xaintes. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 8 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 344/8
  • Compte de gestion de la fabrique, 1894-1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 344/11
  • Église Saint-Vincent-de-Xaintes. Reconstruction, réparations, restauration et transfert de la mosaïque classée (1865-1970)

    Archives municipales, Dax : 9 M 11
  • Lettre du peintre-décorateur Jean-Henri Bonnet au maire de Dax, accusant réception du paiement du solde des peintures du maître-autel de l'église Saint-Vincent-de-Xaintes, 4 août 1894.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
Documents figurés
  • Ancien autel de la Vierge (détruit) et statue de la Vierge à l'Enfant.

    Archives départementales des Landes : 1338 w art. 52 / canton de Dax sud
  • Ancien autel de saint Joseph (détruit) et statue de saint Joseph.

    Archives départementales des Landes : 1338 w art. 52 / canton de Dax sud.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe