Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Pierre

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre

Dossier IM40003999 réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiées tableau commémoratif des morts, verrière, confessionnal, fauteuil de célébrant, tabouret de célébrant, meuble de sacristie, chandelier d'autel, croix d'autel, sonnette d'autel, bassin à burettes, patène, ampoule aux saintes huiles, ampoule à saint chrême, coffret aux saintes huiles, encensoir, navette à encens, seau à eau bénite, santon, baiser de paix, chemin de croix, croix, chape, placard, statue, livre, burettes, bourse à quêter
Aire d'étude et canton Dax sud
Localisation Commune : Oeyreluy

L'église Saint-Pierre, siège sous l'Ancien Régime d'un prieuré dépendant de l'abbaye prémontrée de Divielle, a conservé plusieurs éléments mobiliers anciens. Certains d'entre eux pourraient être en relation avec cet important établissement, en particulier un tableau du XVIIe siècle représentant sans doute la remise de la règle de saint Augustin à saint Norbert. Un calice et un ciboire bordelais de la seconde moitié du même siècle (le ciboire aujourd'hui déplacé à l'église de Rivière-Saas-et-Gourby, réf. IM40004227), rares exemples d'orfèvrerie ante-révolutionnaire dans la région de Dax, ont peut-être la même origine. Une chaire à prêcher du XVIIIe siècle, à l'effigie du saint patron de la paroisse, a été morcelée au cours des dernières décennies pour constituer un nouvel autel "face au peuple". Les fonts baptismaux de pierre sont datables du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Le reste du mobilier a été mis en place dans le courant du XIXe siècle, notamment un nouveau maître-autel néoclassique en marbre (déplacé dans une chapelle après Vatican II, puis remis dans le chœur avant 2011). Une campagne de restauration de l'édifice en 1900-1902, aux frais d'Abdon d'Armana (1825-1906), occasionna l'achat d'un ou deux nouveaux autels secondaires et surtout la pose de verrières figurées par le Toulousain Louis Saint-Blancat. La totalité du mobilier de la sacristie ainsi que les sièges du chœur et le chandelier pascal ont été renouvelés vers 1970. Enfin, l'ensemble d'orfèvrerie conservé à la sacristie comprend, outre les deux pièces d'Ancien Régime déjà mentionnées, des objets sortis d'ateliers parisiens (Demarquet frères) et lyonnais (Favier frères). Les deux cloches ont été fondues en 1953 par le Tarbais Fourcade avec le matériau des deux instruments précédents, livrés respectivement par François Bardan ou Bardau en 1812 et par le Dacquois F.-D. Delestan en 1858.

Auteur(s) Auteur : Carrère Charles,
Charles Carrère (1927 - )

Verrier né à Anglet le 10 mai 1927 ; assistant de Jean Lesquibe de 1946 à 1976, puis verrier indépendant à Anglet (rue Hausquette) à partir de 1977.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
verrier
Auteur : Renaud Alexis,
Alexis Renaud

Orfèvre à Paris ; poinçon insculpé en 1831, biffé en 1847.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre
Auteur : Desclée et Compagnie,
Desclée et Compagnie

Imprimeur-éditeur à Tournai (Belgique).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
éditeur
Auteur : Chabaud,
Chabaud

Fondeur de cloches à Dax sous l'Empire et la Restauration.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches
Auteur : Bardan François,
François Bardan

François Bardan ou Bardau, fondeur itinérant.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches
Auteur : Miquel Hippolyte,
Hippolyte Miquel

Fabricant statuaire à Toulouse (rue d'Aubuisson), associé à Étienne Camus au début des années 1920.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, attribution par source
Auteur : Camus Étienne,
Étienne Camus (1867 - 1955)

Sculpteur, né à Montceaux-les-Mines ; actif à Toulouse, où il s'associe au début des années 1920 au fabricant Hippolyte Miquel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, auteur du modèle, attribution par source

Annexes

  • Liste des œuvres disparues.

    Autel du Sacré-Cœur

    Offert en 1902 par Abdon d’Armana ; supprimé avant 1992.

    Chaire à prêcher

    Bois, 18e siècle. Supprimée vers 1970 ; trois panneaux de la cuve ont été remployés pour confectionner un autel « face au peuple » (réf. IM40004003).

    Cloche (n° 1)

    Bronze, 1812. Fondue par François Bardan ou Bardau. Elle portait l’inscription : « Parrain Messire Bernard Marie de Neurisse Baron de Laluque, ancien capitaine de cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de St-Louis. Marraine Dame Therrée Dufaur, Vve d’Armana. / J’ai été bénite par M. Durozier curé desservant à Œyreluy an 1812. François Bardan [Bardau ?] fondeur ». Le parrain était Bernard-Marie de Neurisse, baron de Laluque (1765-1829) ; la marraine Thérèse Dufaur, était la veuve de Jean-Gabriel d’Armana (1779-1840) et la belle-mère de Laurence de Bachelier, marraine de la 2e cloche.

    Cloche (n° 2)

    Bronze, 1818. Fournie par le fondeur Chabaud de Dax (AD Landes, 2 O 1492). La réalité de son installation effective est toutefois incertaine.

    Cloche (n° 3)

    Bronze, 1858. Fondue par le Dacquois François-Dominique Delestan (1806-1865). Elle portait l’inscription : « Parrain J. Gabriel Dufaur avocat, ancien magistrat. Marraine Mme Laurencie Laure de Bachelier Vve d’Armana / Cailhau Bernard curé desservant / Eugène de Pontchevron maire / fondue par Delestan à Dax an 1858 » (AD Landes, 16 J 19, monographie paroissiale de 1888). La marraine, Laurence de Bachelier d’Armana (1805-1893), était la petite belle-fille de Thérèse Dufaur d’Armana, marraine de la cloche de 1812, et la mère du donateur des verrières de l’église, Abdon d’Armana (réf. IM40004001) ; elle était aussi la cousine germaine du chevalier Henri-Nicolas de Caupenne, agent-voyer de Dax, auteur du maître-autel de l’église voisine de Candresse (réf. IM4003918). La cloche de Delestan fut refondue en 1953 par le fondeur tarbais Fourcade (réf. IM40004014).

    _______________________________________________________________________

  • Liste des oeuvres non étudiées.

    Tableau commémoratif des morts (de la guerre de 1914-1918) [chapelle sud] (ill. 20114001196NUC2A)

    Vers 1920. Hippolyte MIQUEL d’après un modèle d’Étienne CAMUS, Toulouse. Plâtre polychrome.

    Tableau formant retable, en deux éléments : le tableau proprement dit, portant les noms des soldats morts, flanqué de pilastres ioniques et couronné d’une lunette ou tympan en demi-lune ; un soubassement rapporté.

    Bas-relief sur le tableau : à droite, une femme en deuil, voilée, agenouillée dans un cimetière militaire ; à gauche, devant le pilastre, un ange debout sur une nuée, tendant une palme au-dessus de la liste des soldats morts ; sur le pilastre de droite, une chute de feuilles de chêne. Sur le tympan cintré, Vierge de pitié en bas-relief. Couronnement : une croix rayonnante flanquée de deux anges orants en ronde bosse, placés en acrotères à l’aplomb des pilastres. Sur le soubassement, un trophée constitué d’un casque et d’une croix de Guerre flanqués de deux drapeaux soutenus par des volutes.

    État : il manque les motifs d’amortissement du fronton (une croix rayonnante flanquée de deux anges orants en ronde bosse, placés en acrotères à l’aplomb des pilastres).

    h = 139 ; la = 91.

    [Autre exemplaire identique à Losse (canton de Gabarret ; réf. IM40003038).]

    Ensemble de 3 verrières [chœur (baies 0 à 2)] (ill. 20114001167NUC2A)

    Vers 1970. Charles CARRÈRE, verrier à Anglet.

    Verre translucide coloré et taillé à facettes. Lancettes étroites en plein cintre. Motifs géométriques aux couleurs pastel.

    h = 95 environ.

    [Mises en place après la restitution des baies originelles du chevet, percées dans les contreforts.]

    Confessionnal [chapelle nord] (ill. 20114001195NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Pin teinté faux chêne.

    Trois loges sur plan trapézoïdal ; loge centrale saillante, avec battant rectangulaire à claire-voie (trois barreaux) et fronton sommital ; loges latérales ouvertes avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie ; décor de style Art déco : billettes, croix pattée dans un hexagone (loges centrale) et des cercles (loges latérales), festons et boules en amortissement.

    Dimensions approximatives : h = 220 ; la = 220.

    [Peut-être n° 16, inv. 1906 : « un confessionnal bois blanc revendiqué par M. d’Armana ».]

    Ensemble de 3 fauteuils de célébrant et de 4 tabourets de chœur [chœur]

    Vers 1970. Bois.

    Meuble de sacristie (commode-armoire de sacristie) [sacristie]

    Vers 1970. Bois.

    Commode-chasublier à sept tiroirs superposés flanqués de deux placards à battant unique ; armoire à quatre battants jumelés deux à deux.

    Commode : h = 110 ; la = 244 ; armoire : h = 110 ; la = 232.

    Ensemble de 6 chandeliers d’autel et croix d’autel [sacristie]

    Milieu 19e s. Bronze et laiton dorés.

    Style néoclassique. Pied triangulaire, tige cannelée, nœud en vase, bobèche en vase Médicis et broche Décor : pieds en patte de lion, bustes du Christ et de la Vierge et cœurs sacrés de Jésus et Marie jumelés (sur les faces du pied), feuilles de lotus et d’acanthe sur le pied.

    h = 69 (sans la broche ; avec la broche : h = 73) ; la = 21.

    Ensemble de 4 chandeliers d’autel [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze et laiton dorés.

    Style néo-roman. Pied triangulaire ajouré, tige tubulaire, nœud torique, bobèche, broche.

    Décor : palmettes et rinceaux romans sur les faces du pied.

    h = 41 (sans la broche ; avec la broche : h = 45) ; la = 14.

    Mauvais état.

    Sonnette d’autel [sacristie]

    Milieu 20e s. Bronze et laiton dorés.

    Deux timbres.

    h = 11,5.

    Ensemble bassin à burettes et 2 burettes [sacristie]

    2e moitié 19e s. Verre moulé, laiton doré.

    Burettes en forme d’aiguière, bassin ovale en laiton.

    Burettes : h = 12.

    Patène [sacristie]

    1838-1847. Alexis RENAUD, Paris. Argent doré.

    Ombilic saillant embouti ; décor gravé : monogramme I.H.S., croix, cœur dans une couronne d’épines.

    d = 15.

    Poinçons : garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de fabricant (A. Renaud, une balance en chef, une étoile en pointe, dans un losange horizontal).

    Ensemble de 2 ampoules aux saintes huiles et d’un coffret aux saintes huiles [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton argenté (ampoules), buis (coffret).

    Ampoules cylindriques reliées entre elles par une languette métallique. Inscriptions gravées OS (oleum sanctum) et SC (sanctum chrisma).

    Ampoule à saint chrême [sacristie]

    2e moitié 20e s. Laiton doré.

    Ampoule cylindrique à plateau vissé et couvercle emboîtant (avec élément de prise vissé, en forme de toupie) ; intérieur étamé.

    Encensoir et seau à eau bénite [sacristie]

    2e moitié 20e s. Alliage argenté.

    Encensoir : h = 22 ; seau : h = 20,5.

    Navette à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Décor (fondu dans la masse) sur le couvercle : urne fumante, bouquet de roses.

    h = 8.

    Bourse de quête [sacristie]

    1ère moitié 20e s. Velours façonné rouge et violet, passementerie (galon, cordelière) en fil jaune-or.

    Ensemble de 14 santons [sacristie]

    1ère moitié 20e s. Plâtre polychrome.

    Hauteur moyenne = 25.

    Baiser de paix [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bronze argenté.

    Décor fondu et soudé : Christ crucifié.

    Chemin de croix [nef, chapelles]

    Vers 1970. Bois et cuivre.

    Croix : Sainte Face [sacristie]

    2e moitié 20e s. Fonte peinte faux bois et faux bronze.

    Revers creux.

    h = 61,5 ; la = 36.

    Chape [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Drap lamé doré, bougran de toile rouge (doublure), fil métal doré (passementerie) et fil de soie rouge et orangé (décor).

    Décor (chaperon) : monogramme I.H.S., rinceaux.

    Ensemble de 3 placards [sacristie]

    Vers 1970. Bois.

    Placards muraux encastrés.

    h = 295 ; la = 420.

    Ensemble de 3 statues

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome.

    Saint Joseph et l’Enfant Jésus (chapelle sud ; 1896 ; h = 127, la = 38 ; repeinte à neuf ; inv. 1906 : "une statue de St Joseph revendiquée par M. d’Armana" [la lettre de revendication précise que la statue fut offerte en 1896]). Immaculée Conception (chapelle nord, autel ; h = 128, la = 33 ; repeinte à neuf ; inv. 1906 : "une statue de la Ste Vierge revendiquée par M. Tournouer"). Notre-Dame de Lourdes (sacristie ; h = 110, la = 29 ; était placée en 1992 dans le chœur sur un socle moderne en pierre de taille).

    Livre : Missel romain [sacristie]

    1962. DESCLÉE ET COMPAGNIE.

    Reliure en cuir rouge, signets dorés en soie de couleur.

    Titre : "Missale romanum / Romae – Tornaci – Parisiis – Neo Eboraci / Typis Societatis S. Joannis Evangelistae / DESCLEE & SOCII / S. Sedis Apostolicae et S. Rituum Congregationis typographi / Printed in Belgium". Frontispice : photogravure d’une mosaïque (chrisme entouré de colombes).

    _______________________________________________________________________

  • Extraits de la monographie paroissiale du curé Darracq, 1887.

    AD Landes. 16 J 19. Monographie paroissiale d’Œyreluy-Seyresse, par le curé Darracq, 1888.

    "Section 2e. Archéologie / 1ère partie : bâtiments religieux ».

    Église d’Œyreluy : "un seul autel en marbre".

    L’église possède deux cloches. La plus grande porte l’inscription : "Parrain J. Gabriel Dufaur avocat, ancien magistrat. Marraine Mme Laurencie Laure de Bachelier Vve d’Armana / Cailhau Bernard curé desservant / Eugène de Pontchevron maire / fondue par Delestan à Dax an 1858". La petite cloche porte : "Parrain Messire Bernard Marie de Neurisse Baron de Laluque, ancien capitaine de cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de St-Louis. Marraine Dame Therrée Dufaur, Vve d’Armana. / J’ai été bénite par M. Durozier curé desservant à Œyreluy an 1812. François Bardan [Bardau ?] fondeur".

    Porte romane : "Tympan porté par deux colonnettes adossées contres des pieds droits (sic) qui ne sont ornés que d’une cannelure des plus simples partant de la plinthe ; cette moulure forme à la fois le socle des pieds droits et des colonnes, et se termine en biseau à mi-hauteur de la corbeille des chapiteaux [...]."

    _______________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale d’Œyreluy-Seyresse, par le curé Darracq, 1888.

    Archives départementales des Landes : 16 J 19
  • Église, presbytère, cimetière, 1815-1920.

    Archives départementales des Landes : 2 O 1492
  • Église : réparations, acquisition d'ornements, 1867-1878.

    Archives départementales des Landes : 70 V 244/6
  • Œyreluy : inventaire des biens dépendant de la fabrique, 19 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 244/11
Documents figurés
  • Tableau commémoratif des morts de la guerre de 1914-1918 (en 1992).

    Archives départementales des Landes : 1338 W art. 55 / canton de Dax sud
  • Confessionnal (en 1992).

    Archives départementales des Landes : 1338 W art. 55 / canton de Dax sud
Bibliographie
  • CABANOT Jean. Gascogne romane. Zodiaque, collection « La nuit des temps », n° 50, 1978.

    p. 38-39.
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    Capbreton, 1970, t. II, p. 291
  • CUZACQ René. Les Landes pittoresques. Éd. Jean Lacoste, s.d.

  • FAVREAU Robert, MICHAUD Jean et al. Corpus des inscriptions de la France médiévale. 1985, vol. 10 ("Chrismes du Sud-Ouest").

Périodiques
  • DUFOURCET Eugène. "Œyreluy et la porte romane de son église", Bulletin de la Société de Borda. Dax, 1881, t. VI, p. 188.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe