Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Pierre

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre

Dossier IM40004235 réalisé en 2012

Fiche

Parties constituantes non étudiées croix de cimetière, verrière, crédence, confessionnal, bénitier, ambon, meuble de sacristie, fauteuil de célébrant, chandelier d'autel, croix d'autel, sonnette d'autel, vase d'autel, boîte à hosties, ciboire, ostensoir, ampoule aux saintes huiles, coquille de baptême, encensoir, navette à encens, santon, bannière de procession, lanterne de procession, ombrellino de procession, croix, chape, statue, tableau, livre, hallebarde
Aire d'étude et canton Dax sud
Localisation Commune : Tercis-les-Bains

Mal documenté, le mobilier de l'église sous l'Ancien Régime aurait bénéficié, selon certaines sources, des dons des titulaires successifs du marquisat de Tercis (les Du Val, puis les Verthamon à partir de 1736) et de célèbres curistes des thermes locaux, telle la reine douairière d'Espagne Marie-Anne de Neubourg (1667-1740). Quoi qu'il en soit, rien n'en a été conservé dans le nouvel édifice achevé en 1831. Dès la fin des travaux, la fabrique se préoccupe de meubler le chœur : en 1830, elle acquiert du peintre dacquois J. Mauméjean un nouveau tableau d'autel représentant La remise des clés à saint Pierre (disparu) ; après quelques années d'atermoiements, le vieux maître-autel en bois, ruiné, est remplacé en 1857 par un meuble en marbre polychrome (déclaré autel privilégié l'année suivante) surmonté d'une statue dorée du saint patron et flanqué d'anges adorateurs. Le chemin de croix est érigé solennellement en 1838 (la série actuelle, copiée d'après Victor Zier, est toutefois postérieure à cette date de plusieurs décennies) et une chaire à prêcher est exécutée en 1839 sur un dessin de l'architecte Lacombe. L'ensemble des objets du culte, déjà partiellement renouvelé au tournant des XVIIIe et XIXe siècles avec des pièces parisiennes de Th.-M. Bary (ciboire de 1788-1789), N.-Th. Cailliez et L. Tassin, est complété dans les années 1860 par des achats auprès d'orfèvres lyonnais (Favier frères) et le don par Napoléon III d'un ostensoir de P. Poussielgue-Rusand. Diverses statues de série sont acquises à la fin du XIXe siècle, tandis que le maire du village, le peintre Paul Corta, offre en 1897 une copie de sa main de la Transfiguration de Raphaël (aujourd'hui déposée au presbytère). Au lendemain de la Première Guerre, M. Vidau fait don d'une nouvelle vitrerie par la maison Mauméjean frères (1924) et l'ébéniste dacquois Duprat exécute un monument aux vingt-six soldats de la commune morts au combat. Leurs noms sont en outre inscrits sur les deux nouvelles cloches fournies en 1921 par le fondeur toulousain A. Vinel, réalisées avec le matériau des instruments précédents (respectivement livrés par F.-D. Delestan en 1849, L.-R. Delestan en 1877 et U. Dencausse en 1878). Une troisième cloche, fondue par le Tarbais Fourcade en 1933, fut nommée "Rome" en souvenir d'un grand pèlerinage accompli l'année précédente dans la Ville Éternelle par les habitants de Tercis. Le dernier aménagement a lieu au milieu des années 2000, avec la commande par l'abbé Renauld d'un nouveau mobilier de chœur (cathèdre et fauteuils de célébrant, ambon, crédence et croix) à un menuisier de Geaune.

Auteur(s) Auteur : Hennau Jean,
Jean Hennau (1947 - )

Né à Issy-les-Moulineaux le 14 janvier 1947. Maître-verrier à Btocas-les-Forges en 1978, puis à Poyanne à partir de 1980-1981 (L'Art du Vitrail) ; a également travaillé à Tarbes (22, rue Corneille) de 1995 à 2008 après son rachat de l'atelier de Jean-Bernard Létienne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier
Auteur : Lacombe, architecte, auteur du modèle
Auteur : Noizeux Albert, orfèvre
Auteur : Pécastaing, peintre
Auteur : Bergay, menuisier
Auteur : Mame Alfred et fils,
Mame Alfred et fils

Maison d'édition à Tours (voir Mame Alfred).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
éditeur
Auteur : Delestan François-Dominique,
François-Dominique Delestan (1806 - 1865)

Fondeur à Dax, fils et successeur de Jean Delestan.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches
Auteur : Delestan Louis-Rémy, fondeur de cloches
Auteur : Dencausse Ursulin,
Ursulin Dencausse (1825 - 1910)

Né à Dumes en 1825, mort à Tarbes ou à Biarrotte en 1910. Fonde sa fabrique de cloches à Tarbes et à Soues. Père de Jean-Louis-Ursulin (1861-1931), qui lui succède dès avant 1908.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches
Auteur : Mauméjean Joseph,
Joseph Mauméjean (1809 - 1872)

Née à Dax en 1809, mort à Saint-Esprit près de Bayonne en 1872. Peintre sur faïence (à la faïencerie Dorot de Dax en 1833, puis à celle de Saint-Esprit en 1836). Fils de l'orfèvre dacquois Pierre Mauméjean (1773-1853), petit-fils de l'orfèvre Joseph Moméjean ou Mauméjean (1724-1794) et père du peintre-verrier palois Jules-Pierre Mauméjean (1837-1909).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par source
Auteur : Laîné Adolphe ; Havard J.,
Laîné Adolphe ; Havard J.

Imprimeurs-éditeurs à Paris (19, rue des Saints-Pères).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
éditeur

Annexes

  • Liste des oeuvres disparues.

    Chaire à prêcher.

    Chêne, 1839. Construite sur les dessins de l’architecte Lacombe (peut-être A. Lacombe, qui publia en 1870 une Réponse au mémoire de M. Sanguinet, architecte à Dax ?). Supprimée à une date inconnue.

    Tableau : Remise des clefs à saint Pierre.

    Huile sur toile, par Joseph II Mauméjean (1809-1872), peintre à Dax et à Bayonne, 1830. Achat mentionné dans les archives de la commune : « tableau d’une hauteur de 6 pieds sur 4 de large » sur le sujet de « N.S. Jésus Christ qui donne les clefs à St Pierre ». Placé au-dessus du maître-autel, où il est encore signalé en 1906 parmi « trois tableaux sans valeur ».

    Cloches.

    Bronze. Les archives de la commune font état de plusieurs refontes successives de la cloche (unique jusqu’en 1878) au 19e siècle : la première en 1844 par un fondeur non précisé (mais qui était sans doute déjà un membre de la famille Delestan) ; la deuxième en 1849 par François-Dominique Delestan (1806-1865), fondeur à Dax ; la troisième en 1877 par le fils de celui-ci, Louis-Rémy Delestan (1843-1896). En 1878 est fournie une seconde cloche, neuve celle-ci, par le fondeur tarbais Ursulin Dencausse. Les deux instruments seront refondus en 1921 par le Toulousain Amédée Vinel (réf. IM40004255 et 4256) et en 1933 par le Tarbais Fourcade (réf. IM40004254).

    _______________________________________________________________________

  • Liste des oeuvres non étudiées.

    Croix de cimetière [allée centrale du cimetière] (ill. 20124000005NUC2A et 20124000007NUC2A)

    4e quart 19e s. Pierre, fonte de fer.

    Croix ajourée en fonte (décorée sur ses deux faces) fixée sur une colonne cylindrique en calcaire, à tores moulurés, elle-même posée sur un socle parallélépipédique de même matériau. Décor de la croix : sur le montant, un ange en pied, ailes déployées, portant une bannière à hampe crucifère, timbrée du triangle trinitaire ; crâne et os croisés en sautoir à la base du montant ; motifs végétaux de style gothique.

    Ensemble de 10 verrières [nef, baies 101 à 110]

    3e quart 19e s. Verre transparent, peint au pochoir, grisaille sur verre.

    Verrières décoratives ; lancettes en plein cintre à motifs géométriques (losanges et cercles combinés) sur fond végétal stylisé en grisaille (fleurettes) ; bordures colorées à dominante rouge (5) ou bleue (5).

    h = 217 ; la = 111.

    Ensemble de 2 verrières [nef, portes nord et sud]

    Vers 2000. Jean HENNAU, verrier à Poyanne (40). Verre peint, plomb (réseau).

    Verrières rectangulaires horizontales, placées en imposte au-dessus des portes latérales de la nef ; motifs de demi-cercles combinés avec des rinceaux ou feuilles.

    [Jean Hennau, né à Issy-les-Moulineaux en 1947, a créé un premier atelier en 1978 à Brocas (canton de Labrit), puis un second vers 1980 à Poyanne (canton de Mugron) sous la raison sociale « L’Atelier du Vitrail ».]

    Ensemble crédence, ambon, 3 fauteuils de célébrant et croix [chœur] (ill. 20124000037NUC2A et 20124000038NUC2A)

    Vers 2005. Pin, métal.

    Nouveau mobilier de chœur commandé à un menuisier de Geaune (Landes) par l’abbé Jean-Paul Renauld, curé de Tercis à partir de 2003.

    Confessionnal [nef, à l’ouest (en 1992)]

    Milieu 19e s. Chêne teinté.

    Loge centrale avec battant à claire-voie (balustres carrés) ; loges latérales avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie ; corniche des loges latérales découpée en doucines affrontées.

    h = 219 ; la = 220.

    [Meuble repéré en 1992, non retrouvé lors de l’inventaire de 2012.]

    Ensemble de 3 bénitiers [nef, pilier de la tribune, portes nord et sud]

    Milieu 19e s. Marbre noir veiné.

    Bénitiers d’applique, suspendus ; vasques semi-circulaires.

    l = 20,5 (bénitier de la tribune) ; l = 45 (bénitiers des portes latérales).

    Meuble de sacristie (commode-armoire de sacristie) [sacristie]

    Milieu 19e s. Chêne et pin teintés.

    Commode-chasublier à deux battants juxtaposés ; crédence en niche (à corniche chantournée) flanquée de deux corps d’armoire à battant unique. Panneaux moulurés en accolade sur les battants.

    h = 197 ; la = 195.

    État : il manque les tiroirs intérieurs du chasublier.

    Ensemble de 2 chandeliers d’autel et de 2 croix d’autel [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze doré.

    Style néo-roman. Pied triangulaire ajouré, tige tubulaire, nœud torique, bobèche, binet (moderne). Décor : rinceaux sur les faces du pied, trilobes aux extrémités des bras de la croix.

    Chandeliers : h = 51 (sans le binet) ; la = 47 ; croix : h = 48,5.

    Sonnette d’autel [abside]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré et acier.

    Sonnette à trois timbres.

    h = 12.

    Ensemble de 2 vases d’autel [maître-autel]

    Limite 19e s.-20e s. Cuivre doré.

    Vases en forme d’amphore à anses ; décor estampé en relief sur la panse : fleurs à quatre pétales.

    h = 33.

    Boîte à hosties [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Fer blanc.

    Forme ronde, couvercle emboîtant avec croix pattée soudée.

    Ciboire (des malades ?) [sacristie] (ill. 20124000016NUC2A)

    2e moitié 19e s. Laiton et alliage argenté et doré.

    Pied circulaire, nœud en balustre, coupe dorée, couvercle à ressauts (écrasé) avec croix sommitale fondue. Décor : feuilles d’eau, croix fleuronnée, nimbée et perlée. Sans marque.

    h = 17 ; coupe : d = 7,1 ; pied : d = 6,8.

    Ostensoir [sacristie (en 1992)]

    1900-1906. Albert NOIZEUX, orfèvre à Paris. Laiton doré et argent (lunule), verre coloré.

    Ostensoir de style néogothique à base polylobée, tige tubulaire, gloire à rayons flammés. Décor fondu et estampé : pieds en forme de dragons, rinceaux, pommes de pin. Verroterie colorée (rouge et blanche) sertie sur la gloire.

    h = 64.

    Marque de fabricant (à l’intérieur de la boîte d’ostensoir) : Mon TRIOULLIER / A. NOIZEUX neveu, 24 (34 ?) rue de Grenelle, Paris.

    [Objet repéré en 1992, non retrouvé lors de l’inventaire de 2012. Seule la boîte est toujours conservée.]

    Ensemble de 3 ampoules aux saintes huiles [sacristie]

    19e s. Laiton argenté.

    Ampoules cylindriques à couvercle emboîtant ; avec boîtes en bois fruitier.

    Inscriptions gravées sur le corps des ampoules : OS, SCH, OI (= oleum sanctum, sanctum chrisma, oleum infirmorum). Numéro « 52 » poinçonné à l’intérieur du couvercle de l’ampoule à huile des malades.

    [Objets repérés en 1992 ; seule l’ampoule à huile des infirmes à été retrouvée en 2012.]

    Coquille de baptême [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton argenté.

    Pied circulaire, anse soudée avec appuie-pouce.

    h = 6.

    [Objet repéré en mauvais état en 1992, non retrouvé en 2012.]

    Encensoir [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Pied circulaire, couvercle emboîtant. Décor fondu en relief et ajouré à l’emporte-pièce : godrons.

    Navette à encens [sacristie]

    Milieu 19e s. Bronze argenté.

    Forme en nef ; décor de godrons.

    h = 8.

    Bannière de procession (élément : hampe) [sacristie]

    19e s. Bois tourné, peint et doré.

    Hampe à croix sommitale.

    h = 265.

    Ensemble de 2 lanternes de procession [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton doré, bois tourné, verre transparent.

    h = 129.

    État : verres brisés.

    Ombrellino de procession [sacristie] (ill. 20124000032NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Damas de coton blanc, fil de coton jaune-or (passementerie), bois fruitier tourné (manche).

    Damas à motifs décoratifs végétaux.

    Croix : Christ en croix [clocher, niche du mur occidental] (ill. 20124000009NUC2A)

    2e moitié 19e s. Fonte de fer patinée faux bronze (Christ, croix).

    h = 120 environ.

    Ensemble de 2 chapes [sacristie]

    20e s.

    A. Satin de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor), bougran de toile rouge orangé (doublure), laiton doré (fermail). Décor brodé du chaperon : monogramme I.H.S., tige de rosier et lys. Fermail quadrilobé à motif décoratif roman.

    B. Nylon blanc et jaune, bougran jaune-or (doublure), fil de soie polychrome (passementerie, décor), fil métal doré. Décor brodé (chaperon) : chrisme et roses.

    [Le reste des ornements liturgiques, chasubles et étoles, a été détruit peu après 1992.]

    Ensemble de 10 statues

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome (sauf mention contraire).

    Vierge à l’Enfant dite Vierge du Sacré-Cœur (nef [en 1992] puis sacristie [en 2012] ; h = 103, la = 34 ; jambes et doigts des mains de l’Enfant brisés). Sacré-Cœur (n° 1) (nef [en 1992] puis niche du maître-autel [en 2012] ; h = 134, la = 42 ; doigts de la main droite brisés). Saint Vincent de Paul et deux enfants (chœur [en 1992, non retrouvée en 2012] ; h = 94, la = 32). Notre-Dame de Lourdes (n° 1) (pan nord du chœur ; plâtre blanc patiné ; h = 105, la = 27 ; surmontait autrefois un autel de la Vierge disparu ; n° II/22, inv. 1906 : « Trois autels et trois statues (sans valeur) St Pierre sur le maître-autel, St Joseph et une Vierge sur les deux autres »). Saint Joseph et l’Enfant Jésus (n° 1) (pan sud du chœur ; plâtre blanc patiné ; h = 103, la = 29 ; surmontait autrefois un autel de saint Joseph disparu ; n° II/22, inv. 1906 : « Trois autels et trois statues (sans valeur) St Pierre sur le maître-autel, St Joseph et une Vierge sur les deux autres »). Saint Pierre (chœur, niche du maître-autel [en 1992] puis angle sud-ouest de la nef [en 2012] ; plâtre ocre patiné ; h = 121 ; surmontait autrefois le maître-autel ; n° II/22, inv. 1906 : « Trois autels et trois statues (sans valeur) St Pierre sur le maître-autel, St Joseph et une Vierge sur les deux autres »). Saint Michel (h = 120 ; ruinée, déposée au clocher [1992]). Deux anges lampadophores (h = 120 ; ruinées, déposées au clocher [1992]). Enfant Jésus dit Christ de Prague (h = 60 environ ; sacristie [en 1992]).

    Tableau : Sainte Thérèse de Lisieux [nef, mur ouest] (ill. 20124000051NUC2A)

    Vers 1930. BERGAY, menuisier (cadre). Huile sur toile, bois (cadre).

    Toile en un seul lé ; cadre en bois mouluré peint en rouge et jaune.

    Copie du célèbre portrait de la sainte réalisé par sa sœur Céline Martin, en religion Sœur Geneviève de la Sainte Face (1869-1959). La copie fut peinte, selon Charles Blanc (comm. orale, 1992), par « un peintre américain » et offerte à l’église par la famille Vidau (donatrice d’une verrière en 1924 : réf. IM40004237). Le cadre fut réalisé par le menuisier Bergay.

    h = 98 ; la = 68,5 (à l’ouverture du cadre) ; cadre : la = 6,5.

    Tableau : Notre-Dame de Maylis [nef, mur ouest]

    Milieu 20e s. Mlle PECASTAING, peintre. Huile sur toile, bois (cadre).

    Toile en un seul lé ; cadre en bois mouluré peint en rouge et jaune.

    Reproduction de la célèbre statue de Notre-Dame de Maylis (basilique de Maylis, canton de Mugron) par Mlle Pécastaing ; cadre réalisé par « un artisan sourd-muet, élève des Beaux-Arts » (comm. orale de Charles Blanc, 1992).

    Livre : Missel romain [sacristie]

    1925. Papier, carton, cuir.

    Titre : MISSALE / ROMANUM / Ex decreto sacrosancti concilii tridentini / restitutum / S. PII V PONTIFICIS MAXIMI / jussu editum / aliorum pontificum cura recognitum / a PIO X REFORMATUM / ET / SSMI D.N. BENEDICTI XV / auctoritate vulgatum / Editio sexta typicam Vaticanam / [armoiries de Pie XI] / Turonibus / Typis Alfredi MAME et filiorum / Sanctae Sedis apostolicae et sacrae Rituum congregationnis / Typographorum / MCMXXV.

    Hallebarde [sacristie]

    4e quart 19e s. Laiton doré, bois tourné.

    Hallebarde de suisse ?

    h = 220 environ.

    _______________________________________________________________________

  • Extraits de documents concernant le mobilier de l'église.

    A.D. Landes, 16 J 19. Monographie paroissiale, vers 1887.

    - « Section deuxième. Archéologie ». Église bâtie de 1825 à 1831.

    - La cloche porte l’inscription : « Laudo Deum verum, plebem voco, congrego clerum, defunctos ploro, pestem fugo, festa decoro ».

    - « L’autel en marbre est surmonté de deux anges adorateurs en terre cuite. »

    A.D. Landes, 2 O 1992. Église, presbytère, cimetière, 1817-1936.

    - 1819 : plans et devis pour la translation et la reconstruction à neuf de l’église par le chevalier de Caupenne, agent-voyer de Dax. Les travaux sont exécutés de 1825 à 1831 par l’entrepreneur Thévenin sous la direction de l’architecte Arthaud. Réception définitive des travaux le 21 décembre 1831.

    - 1830 : le peintre Mauméjean (Joseph, 1809-1872), de Dax, « fait un tableau d’une hauteur de 6 pieds sur 4 de large » sur le sujet de « N.S. Jésus Christ qui donne les clefs à St Pierre ».

    - 1839 : construction d’une chaire à prêcher en chêne sur les plans de l’architecte Lacombe, pour une somme de 246 francs.

    - 1844 : refonte de la cloche.

    - 1847-1848 : projet de construction du clocher par Boubé, architecte voyer de Dax. Exécuté en 1852.

    - 1849 : nouvelle refonte de la cloche par le fondeur Delestan (François-Dominique, de Dax). Coût : 790 francs.

    - 1877 : nouvelle refonte de la cloche par Delestan frères, de Dax (Louis-Rémy).

    - 1878 : fourniture d’une nouvelle clocher par Ursulin Dencausse, de Tarbes.

    - 1925 : achat d’une « rosace vitrail » pour le clocher de l’église. Réparation des verrières par la maison Dagrant, 7, cours de la Marne à Bordeaux.

    _______________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Tercis, vers 1887.

    Archives départementales des Landes : 16 J 19
  • Église, presbytère, cimetière, 1817-1936

    Archives départementales des Landes : 2 O 1992
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 24 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 377/7.
  • Legs à la fabrique (Eulalie-Marie Grateloup), 1880-1881.

    Archives départementales des Landes : 70 V 377/8
  • Compte de gestion de la fabrique, 1894-1905.

    Archives départementales des Landes : 70 V 377/11
  • Registres des délibérations du conseil municipal (textes transcrits par Charles Blanc, président de la Société de Borda).

    Archives communales, Tercis-les-Bains
Bibliographie
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    Capbreton, 1970, t. II, p. 433-437
  • LERAT Serge (dir.). Landes & Chalosses. Pau : Cairn, 1984.

    t. II, p. 1132-1133
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe