Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Martin du Mus

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin du Mus

Dossier IM40005648 réalisé en 2014

Fiche

Parties constituantes non étudiées verrière, bénitier d'applique, lutrin, chandelier funéraire, chandelier d'autel, croix d'autel, calice, chandelier, groupe sculpté, livre
Aire d'étude et canton Mugron
Localisation Commune : Doazit
Cadastre : 2014 G 426

Des trois églises que compte la commune de Doazit, Saint-Martin du Mus a toujours été d'un statut inférieur à celui des deux autres, Notre-Dame du bourg, chapelle seigneuriale des barons de Doazit, et Saint-Jean d'Aulès, siège de l'archiprêtré de Chalosse - le titre de nécropole de la famille de Foix-Candale, qu'Alain d'Anglade (1952) attribue au Mus, est controuvé (seul le dernier descendant de la famille, le baron François-Henry, fut inhumé dans le porche en 1822). L'église n'eut qu'épisodiquement sa propre fabrique (pour le XIXe siècle, de 1841 aux années 1880) et, hormis pendant ces courtes périodes, son entretien et son ameublement semblent avoir moins préoccupé les fabriciens de Doazit que ceux des deux édifices plus prestigieux. De fait, le mobilier de l'édifice sous l'Ancien Régime n'a laissé presque aucune trace documentaire, et les seuls vestiges qui en subsistent actuellement sont un tabernacle en bois doré du XVIIIe siècle, le tableau d'autel (une Vierge de pitié) et les deux chandeliers qui l'accompagnent, autrefois ceux du maître-autel.

Travaux et acquisitions sont mieux connus à partir du début du XIXe siècle et de la constitution de la paroisse de Doazit. En 1819, le curé Priam fait fondre une nouvelle cloche par les Lorrains Decharme et Monin afin de remplacer en partie les trois cloches réquisitionnées en 1793 (l'une d'elles avait été bénite en 1710). Après le rétablissement de la fabrique du Mus en 1841, le mobilier est progressivement reconstitué : en 1843, le doreur Roquejoffre d'Aire-sur-l'Adour fournit deux tombeaux d'autel pour le chœur et la chapelle de la Vierge ; le chemin de croix est érigé en 1848 par Mgr Lanneluc et une série de lithographies acquise auprès de la maison parisienne Turgis ; une nouvelle clôture de sanctuaire due à des artisans locaux est installée en 1854. Dans le même temps, les fenêtres du chœur et du collatéral sont garnies de verrières par le peintre-vitrier Dutoya en 1855. L'ensemble ne connaît par la suite que peu de changements ou d'ajouts, hormis celui d'une seconde cloche en 1909 (sans doute par le fondeur tarbais Dencausse) et le remplacement du tabernacle du maître-autel dans les années 1930 par le tailleur de pierre local Isidore Capdeviolle - le tabernacle en bois doré du XVIIIe siècle est alors déplacé sur l'autel de la Vierge, où il remplace une armoire eucharistique achetée en 1861.

La sacristie ne conserve actuellement qu'un petit nombre d'objets cultuels : une navette à encens de style rocaille, seule épave conservée de l'Ancien Régime, des chandeliers funéraires acquis en 1859 et une garniture d'autel de 1853 (ou 1894 ?). En revanche, le calice acheté par la fabrique en 1872 et sa patène de 1885, encore localisés en 1992, n'ont pas été retrouvés en 2014.

En règle générale, le mobilier de l'église est aujourd'hui dans un état de conservation alarmant qui compromet sa survie à brève échéance, en particulier celle du beau tabernacle du XVIIIe siècle et de sa garniture, dont seul le déplacement à l'église du bourg permettrait d'empêcher la ruine définitive.

Auteur(s) Auteur : Roquejoffre ou Roquegeoffre,
Roquejoffre ou Roquegeoffre

Roquejoffre (Roquejofre ou Roquegeoffre), doreur à Aire-sur-l'Adour au milieu du XIXe siècle. Il travailla en 1842 pour Doazit (canton de Mugron) et pour Mées (canton de Dax sud), en 1844 pour Bahus-Juzanx (Montsoué).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source
Auteur : Le Clere Adrien,
Adrien Le Clere

Maison d'édition Le Clere et Compagnie, Paris (33, quai des Augustins).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur, signature
Auteur : Laîné Adolphe ; Havard J.,
Laîné Adolphe ; Havard J.

Imprimeurs-éditeurs à Paris (19, rue des Saints-Pères).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur, signature
Auteur : Mame Alfred,
Alfred Mame (1811 - 1893)

Éditeur à Tours.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur, signature
Auteur : Dutoya Louis,
Louis Dutoya

Peintre et verrier documenté à Saint-Sever (Landes) en 1856 et 1858. Un article de La Chalosse, Journal de l'arrondissement de Saint-Sever du 9 mai 1858 mentionne "Louis Dutoya" parmi les principaux "artistes en peinture" de la ville.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, attribution par source
Auteur : Raymond,
Raymond

Peintre à Doazit (Landes), documenté entre 1859 et 1870.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par source

Annexes

  • Extraits du registre des délibérations sur les comptes de l'église du Mus (1841-1882) concernant le bâtiment et le mobilier

    - Ordonnance qui établit une fabrique spéciale pour l'église du Mus. / J[ea]n Lafargue, Junca. J[ea]n B[aptis]te Beyris, Lahouillade. Fabien Sourigues, Guirouse. Membres de cette commission, au titre de marguilier [sic] de l'église du Mus. Évêché d'Aire / Aire 25 fév. 1841 / Monsieur le Curé, Selon votre demande du 10 fév. je vous adresse ci-joint l'Ordonn[anc]e qui établit une fabriq[ue] spéciale pour l’Église du Mus. Elle devra borner toutes ses opérations à l'administration usuelle des deniers de l’Église. Elle n'a aucune attribution légale aux yeux de l'autorité civile ou administrative. Elle ne peut avoir de rapport direct officiellement qu'avec moi. Je serai toujours disposé à connaître avec intérêt, à approuver et à seconder ses opérations. / Pour frais d'expédition de l'Ordonn[anc]e ci-jointe vous voudrez bien remettre à M. le Doyen de Mugron 1fr 50c. / Recevez Monsieur le Curé l'expression de mon dévouement. / † F[rançoi]s Ad[élaïde] Ad[olphe] Ev. d'Aire.

    - Le 14 7bre 1847 / La fabrique a acheté un missel parisien trente trois francs - 33,00.

    - le 29 9bre [1848] / Ac[h]eté un ornement pour la somme de souasante [sic] deux cinquante centimes - 62,50.

    - le 23 7bre [1849] / Peye [sic] à St Martin pintre, pour la pinture du balustre et le vitrage de la sacristie - 7,75.

    - 28 Xbre [1851] / Acheté une étole pastorale - 10,00.

    - le 13 mars [1853] / Acheté un livre missel - 20,00.

    - le 3 avril [1853] / Peyé pour quatre chandeliers avec souches et une croux [croix] en cuivre dorée pour le petit autel - 58,00.

    - Compte de 1854. / Dépenses / Payé à Larrieu, charpentier - 32,10. / Payé chaux et carreaux - 260,25. / Payé à Capdeviolle, cadet, et à Dutilh maçon - 210,05. / Payé à Brethes, menuisier - 210,00. / Payé à Lestage, plâtrier - 173,00. / Payé pour la balustrade de l'église du bourg - 14,00. / Payé à M. Canton pour planches - 40,80. / Payé à Lamarque, tourneur pour 58 chaises - 58,00. / Payé à Dagès forgeron pour la ferrure de la balustrade et ouvrages divers - 22,00. / Payé à Lespiaucq d'Aulès pour pierre de taille - 21,50. / Payé pour journée de manœuvre - 96,80. / Payé à Lailheugue, Bonaparte pour planches - 7,90. / Payé pierre douce pour la croisée neuve - 2,10. / Payé pour bouviers et ouvriers - 40,95. / Payé à Peyran pour la peinture de la balustrade - 6,00. / Payé une fontaine pour la sacristie - 7,00. / Payé à Dagès, forgeron pour la ferrure de la grande porte et ouvrages divers - 42,55. / Payé à Capdeviolle, aîné, maçon, pour façon de la croisée du collatéral et ouvrage divers - 20,60.

    - Don[n]és pour les vitraux de l'église du Mus en 1855. / Madamme [sic] Domanger a Mugron - 30,00 / Dulau, Bernadon - 3,00 / Cazalet à Bernet - 2,00 / Beyris Lahouillade - 2,00 / Pouysegeur Laplasse - 2,50 / Sourigues Guirouse - 2,00 / Lalouvere veuve au Mounon - 2,00 / Marsan Peliot - 2,00 / Lafferrere Junqua - 2,00 / Beyris Copos - 2,00 / Ducos Caterinne au bourg - 2,00 / Camguillem, idem - 1,50 / Lailheugue à Peyran - 1,50 / Deses Jean a Michas - 1,50 / Dandieu a Pededaute - 1,00 / St-Martin peintre a Peyran - 1,00 / Soubagné a Peboué - 1,00 / Domecq Masdaunes - 0,75 / Dupouy a Lagarde - 0,50 / Laborde Lassi - 0,50 / Deses Embroisot a Michas - 0,50 / Fautoux Lahontine - 0,50 / Crouts au Prouilh - 0,40 / Daudignon Mirefflou - 0,25 / Lailheugue tailleur a Justes - 0,25 / Lespiaucq Coudicanne - 0,25 / Total : 62,90.

    - Compte de 1856. / Dépense. / Déficit de 1855 - 618,68 / Payé à Pierre de Labrouquère 7 charges de pierre pour une fenêtre du sanctuaire - 7,00 / Payé à Capdeviolle aîné, pour la façon de la dite fenêtre - 20,00 / Payé à Dutoya peintre vitrier pour les deux vitraux du sanctuaire - 110,00 / Payé à Dagès forgeron, pour la ferrure des dits vitraux, et autres ouvrages 12,60 / Payé à Mr de Launoy, à Paris, une croix argentée - 91,00 / Payé du plâtre - 2,25 / Total des dépenses : 861,53.

    - Compte de 1857. / Recette. / [...] reçu de la Société du Mus pour droit à l'usage de la croix argentée - 18,75. / Dépense. / [...] Payé à Brethes, menuisier, un étui pour la croix - 9,00 / Payé à Rose, couturière, pour la garniture de la dite croix - 3,10 / Payé pour l'argenture du pied du calice - 3,00 / Acheté un canon d'autel avec cadres dorés - 14,00.

    - Compte de 1858. / Recette. / Produit d'une souscription pour la croix de la mission - 120,55 / Tiers du produit des quêtes faites, dans l'église du bourg, pendant la mission - 44,80 [...]. / Dépense. / Pierre pour la croix de la mission - 124,50 / Dépense des bouviers pour le transport de la dite pierre - 2,30 / Payé au forgeron pour les scellement de la colonne, du chapiteau et de la croix - 2,25 / Payé une croix en fonte, chez Darbo, à St-Sever - 10,25 / Payé à Peyruqueou, peintre, pour la peinture et la dorure de la dite croix - 16,35 / Payé à Picuré et à Peyrous, maçons, pour le fondement et la pose de la croix - 7,20.

    - Liste de souscription pour la croix du cimetière du Mus. / Maisons / Rayret Cascailh 10,00 / Lahouillade Beyris 5,00 / Guirouse Sourigues 4,00 / Barbouat Commarrieu 3,00 / Mireflou Daudignon 1,00 / Péliot Marsan 5,00 / Sourigues Sourigues 1,00 / Marguerit Busquet 3,00 / Tastet Lespiaucq 5,00 / Tastet Dupouy 1,00 /Bernet Cazalet 2,00 / Maysonnabe Vve Sourbé 2,00 / Labourdette Sourbé 1,00 / Lahountine Fauthoux 1,00 / Bicq Dumartin 5,00 / Junca Laferrère 5,00 / Bernadon Dulau 2,00 / Masdaünes Domecq 3,00 / Mus Laborde / 1,00 / Lassy Laborde 1,00 / Lestage Daudignon 1,00 / Malet Malet 1,00 / Cado Lanevère 2,00 / Tortigue Tortigue 3,00 / Caupos Beyris 3,00 / Ayliot Lacoste 2,00 / Ayliot Beyris Franc 2,00 / Ayliot Beyris aîné 0,50 / Espaünic Diris 7,00 / Espaünic Lalanne 1,00 / Lacoste d'Espaünic Vve 0,75 / Clercq Dupouy 1,00 / Arriet Dupouy 1,00 / Pédédaute Dendieu 2,00 / Trapette Barrouilhet 1,50 / Peyran Lailheugue Thomas 2,00 / Peyran St-Martin peintre 1,25 / Michas Jean Dezest 5,00 / Camguilhem Camguilhem 5,00 / Laplace Poységur 3,00 / Pourtaü Lesbarrères 0,50 / Camézat Domecq 2,00 / Camézat Candau 1,50 / Coudicane Lespiaucq 1,50 / Péboué Saubagné 1,00 / Labouyrie Saubagné 0,25 / Sandré Saubagné 0,80 / Cassiet Lespiaucq 1,00 / Château Laloubère 0,50 / Lamarque Daugé 1,00 / Prouilh Crouts 1,00 / Mounon Veuve 3,00 / Labrouquère Vve Lamaison 0,50 / Total : 120,55.

    - Compte de 1859. / Dépense. / Le 22 avril, payé un pupitre pour l'autel - 3,00 / Le 31 mai, payé vingt chaises neuves - 23,00 / Le 5 8bre, payé à Raymond peintre, deux chandeliers et deux souches - 5,00 / Le 8 8bre payé 6 chandeliers en bois - 6,00 / Le 5 9bre, payé à Capdeviole, maçon - 17,90.

    - Compte de 1861. / Dépense. / Payé à Lagarde, pour la dorure des tabernacles, des chandeliers et de la croix - 290,00 / Payé pour frais de transport - 2,50 / Payé deux bénitiers de Marbre - 20,00 / Payé à Raymond, peintre, pour toutes les peintures de l'église, et pour les dorures de la voûte et des autels - 500,00 / Payé le tabernacle de l'autel de la Ste Vierge - 20,00 / Payé une nappe d'autel - 5,70 / Payé 1 canon cartonné - 6,00.

    - [Compte de] 1867. / Dépense / Payé une barrette - 2,25 / Payé un ornement fond blanc - 53,00 / Payé pour restauration du M[aîtr]e autel - 10,00 / Payé un ornement rouge damas - 60,00.

    - Compte de 1870. / [...] Dépenses extraordinaires. / Payé deux pales - 2,00 / Payé à Raymond, peintre verrier, pour la réparation d'un vitrail - 15,00.

    - Compte de 1872. / [...] Dépenses extraordinaires. / Achat d'un calice - 60,00 / Étui du dit calice - 7,50 / Port du calice et envoi du prix - 2,95 / Restauration de la fontaine de la sacristie - 0,50. / Recettes extraordinaires. / Vente du vieux calice - 30,00.

    - Compte de 1885. / Dépense. / Patère d'argent, toute dorée, achetée pour remplacer l'ancienne hors de service - 20,00 / Payé pour la réparation de l'étui du calice - 1,00.

    - Compte de 1886. / Dépense. / Achat d'un ornement blanc, en moire soie, brodée - 110,00.

    - Compte de 1887. / Dépense. / Achat d'un missel - 20,70.

    - Compte de 1894. / Dépenses. / 2. Calice argenté et doré - 15,00. / 6. Payé pour croix et chandeliers - 20,00 / 7. Payé à M. Dagès, croix réparée - 0,70.

  • Liste des oeuvres non étudiées

    Ensemble de 4 verrières géométriques [chœur, baies 1 et 2 ; collatéral sud, baies 4 et 6] (ill. 20144000926NUC2A)

    1855. DUTOYA, peintre-vitrier. Verre coloré, plomb (réseau).

    Baies 1 et 2 (chœur) : verrières à une lancette en plein cintre ; décor de losanges blancs, bordures colorées vertes. Baies 3 et 4 (collatéral) : verrières à deux lancettes à sommet trilobé et oculus de réseau ; décor géométrique sur les lancettes (losanges), symbolique sur l'oculus (flamme rouge et cercle bleu).

    [D'après le registre des dépenses de la fabrique du Mus, l'une des deux fenêtres du sanctuaire fut refaite en 1855 par le maçon local Jean-Baptiste Capdeviolle aîné, et deux vitraux furent acquis par souscription la même année pour les fenêtres du sanctuaire ; ils furent payés 110 francs en 1856 à "Dutoya peintre vitrier" et le forgeron local Dagès reçut 12,60 francs "pour la ferrure des dits vitraux". Des deux fenêtres du collatéral sud, l'une fut refaite ou restaurée en 1854 par le même Capdeviolle aîné ("Payé à Capdeviolle, aîné, maçon, pour façon de la croisée du collatéral"), mais il n'est fait aucune mention des verrières qui garnissent ces deux baies. En 1870, "Raymond, peintre verrier", fut payé 15 francs "pour la réparation d'un vitrail".]

    Paire de bénitiers d'applique [nef, porte occidentale]

    1861. Marbre noir.

    Bassins semi-circulaires.

    la = 26.

    [Certainement les "deux bénitiers de marbre" payés 20 francs par la fabrique en 1861. N° 115, inv. 1906 : "2 bénitiers".]

    Lutrin [sacristie]

    19e s. Bois tourné.

    Pupitre à sommet chantourné, sur tige tournée.

    h = 130 environ.

    Ensemble de 6 chandeliers funéraires [sacristie] (ill. 20144000957NUC2A)

    19e s. (1859 ?). Bois tourné et peint en noir.

    h = 80 environ.

    [Peut-être les "6 chandeliers en bois" payés six francs le 8 octobre 1859 (registre des comptes de la fabrique).]

    Ensemble de 6 chandeliers et d’une croix d’autel (garniture d'autel) [sacristie] (ill. 20114000956NUC2A)

    2e moitié 19e s. (1853 ou 1894 ?). Laiton et bronze dorés.

    Style néoclassique. Base triangulaire sur griffe de lion, tige cannelée, bobèche en vase Médicis et broche (chandeliers) ; nœud en vase, Christ (représenté vivant) et titulus (parchemin déroulé) fondus et rivés. Décor : cœurs sacrés de Jésus et Marie dans une gloire sur les faces de la base, palmettes romaines aux extrémités des bras de la croix.

    Croix : h = 532 ; chandeliers : h = 43.

    [Il pourrait s'agir de la garniture d'autel "en cuivre doré" acquise "pour le petit autel" en avril 1853 pour 58 francs (registre des dépenses de la fabrique). Le registre ne mentionne toutefois que "4 chandeliers". En 1894 la fabrique paya 20 francs "pour croix et chandeliers" qui pourraient aussi correspondre à cette garniture.]

    Calice [non localisé]

    Argent ?

    [Signalé en 1992 en dépôt chez Mme Labadie à Marivelle, Doazit. Non retrouvé en 2014. Peut-être le calice acheté par la fabrique en 1872 pour 60 francs (une patène fut aussi acquise en 1885 pour 20 francs).]

    Ensemble de 4 chandeliers [sacristie] (ill. 20114000955NUC2A)

    19e s. Laiton doré.

    Base hexagonale, tige pyramidale à pans, binet en vase.

    h = 28.

    Groupe sculpté : Vierge de pitié [collatéral sud] (ill. 20114000931NUC2A)

    2e quart 20e s. Plâtre polychrome.

    Groupe relié à revers sculpté ; socle en bois peint noir avec inscription peinte en noir sur cartel doré : MATER DOLOROSA. Posé sur un piédestal parallélépipédique en pâtre peint.

    h = 138 ; la = 104.

    [D'après l'abbé Lamaignère (1941) : "une Pietà de belle facture, appuyée contre le mur [du collatéral], a été achetée il y a quelques années, par les soins de M. l'abbé Robert, curé de la paroisse".]

    Ensemble de 4 livres [sacristie]

    A. Rituel romain. Adolphe LAINÉ et J. HAVARD, Paris et Digne, 1866. Reliure en cuir brun, dos à cinq nerfs. Page de titre : "Rituale romanum / Pauli V Pontificis Maximi / jussu editum / et a Benedicto XIV / auctum et castigatum / cum cantu [...] / Parisiis / Apud Ad. Lainé et J. Havard / 19 via Sanctorum Patrum / - / Diniae / apud / Socios pro Cantu romano / MDCCCLXVI."

    B. Missel romain. Adrien LE CLERE et Compagnie, Paris, 1867. Reliure en cuir brun, dos à cinq nerfs, décor doré au fer sur les plats, tranche dorée. Page de titre : "Missale romanum [...] / Apud Adrianum Le Clere et Socios / SS. D. N. Papae et archiepiscopatus parisiensis typographos / via dicta Cassette, 29 / M.DCCC.LXVII".

    C. Missel romain. Alfred MAME, Tours, 1884. Reliure en cuir rouge, dos à cinq nerfs, décor doré au fer sur les plats. Page de titre : "Missale romanum [...] / Turonibus / Typis A. Mame, typographi / Illustrissimi ac Reverendissimi D. N. Archiepiscopi et cleri / MDCCCXXXIV".

    D. Missel romain. Alfred MAME, Tours, 1884. Reliure en cuir rouge, dos à cinq nerfs, décor doré au fer sur les plats. Page de titre : "Missale romanum [...] / Turonibus / Typis A. Mame, typographi / Illustrissimi ac Reverendissimi D. N. Archiepiscopi et cleri / MDCCCXXXIV". Identique au précédent, mais en très mauvais état (rongé par les vers).

    _______________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1840-1936.

    Archives départementales des Landes : 2 O 678
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 3 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/7
  • Registre de comptes et délibérations de la fabrique des églises de Doazit (1811-1833).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations de la fabrique des églises du bourg de Doazit et du Mus (1834-1840).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des recettes et dépenses de la fabrique de l'église du bourg de Doazit et de Saint-Martin du Mus (1839-1872).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations de la fabrique de l'église du bourg de Doazit (1841-1872).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations sur les comptes de l'église du Mus (1841-1882).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Livre de compte de la fabrique de Doazit (1872-1923).

    Archives paroissiales, Doazit
Bibliographie
  • "État de l'argenterie remise au district de Saint-Sever". Archives parlementaires 1787-1860. Tome LXXXIV. Paris, 1962.

  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 28
Périodiques
  • D'ANGLADE Alain. "Les Foix-Candale, barons de Doazit en Chalosse". Bulletin de la Société de Borda, 1952.

Multimedia
  • PRIAM Jean-Pierre, BELLOCQ Dominique. Registre paroissial. Notices, histoire, usages, faits divers, 1838-1850. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/notice.htm

  • FERRÉ Joseph. Regards sur le passé. Monographie historique de Doazit. 1940. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_jf1.htm

  • LAMAIGNERE Raphaël. Doazit aux trois églises. Essai de reconstitution de l'histoire locale religieuse d'après les documents officiels, par l'Abbé Raphaël Lamaignère de Doazit, curé de Saint-Aubin. 1941. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_rl.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Archiprêtré et archiprêtres de Chalosse. 1993. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/22_archi.htm

  • DUBEDOUT Philippe. La paroisse de Doazit : Mus et Aulès. 1997. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/34_paroi.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les clés de voûte des églises de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/30_voute.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les cloches de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/32_cloch.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les Doazitiens de la Révolution. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/15_revol.htm

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe