Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent

Dossier IM40004964 réalisé en 2013

Fiche

Parties constituantes non étudiées verrière, autel, tabernacle, confessionnal, clôture de choeur, banc de choeur, siège de célébrant, lustre d'église, canon d'autel, croix d'autel, clochette d'autel, sonnette d'autel, patène, thabor, encensoir, navette à encens, seau à eau bénite, croix de procession, croix, chandelier d'église, chandelier, drap mortuaire, tour d'autel, chape, étole, voile huméral, statue, harmonium
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Localisation Commune : Louer

L'église de Louer, petit édifice de fondation romane, possède encore une partie de son mobilier ancien, essentiellement celui de la sacristie : une commode-armoire et un rare meuble à fonctions combinées (coffre de fabrique, siège de fabricien et confessionnal de sacristie) paraissent dater des dernières décennies du XVIIIe siècle. La majorité des meubles et objets cultuels n'a toutefois été acquise qu'au cours du XIXe siècle, après la signature du concordat de 1801, comme en témoigne la monographie paroissiale rédigée par le curé Farbos en 1890. Si l'actuel autel de la Vierge (peut-être l'ancien maître-autel ?) peut dater en partie (le tabernacle) de la fin de l'Ancien Régime, le maître-autel néoclassique (détruit) a sans doute été installé dans les années 1820-1830. A la même période appartiennent un bénitier daté 1827 et probablement les fonts baptismaux en niche, naguère encore fermés par des battants en menuiserie. L'ancienne clôture de chœur à balustres (déposée dès avant 1991 et aujourd'hui perdue) en était aussi contemporaine. En 1839, Mgr Lanneluc érige le chemin de croix, illustré par des lithographies aquarellées de la maison parisienne Turgis. Un incendie survenu dans le chœur en 1859, qui détruisit notamment un tableau du Martyre de saint Laurent (titulaire de l'église), occasionne le renouvellement partiel du mobilier de cette partie de l'édifice. Dès l'année suivante sont acquises cinq grandes statues de saints en plâtre doré avec leurs consoles assorties, et sans doute deux statues d'anges adorateurs, d'une facture similaire. En 1864, l’État accorde à l'église une copie du Christ en croix de Prud'hon par le peintre parisien Édouard Fleury. L'unique cloche de l'église est aussi renouvelée en 1879 par le fondeur dacquois Louis Delestan (elle sera refondue en 1954 par le Tarbais Marcel Fourcade). Les objets cultuels l'avaient été dès la restauration du culte dans les années 1800-1810 ; à l'exception d'un ciboire du Parisien J.G.A. Bompart, toutes les pièces conservées sont de fabrication locale ou régionale : calice et ampoule à huile sainte par l'orfèvre dacquois Pierre Mauméjean, ostensoir par le Bordelais Léon Dupouy. Cet ensemble s'est conservé à peu près intact jusqu'aux années 1970-1980 : les réaménagements liés à la réforme liturgique ont alors entraîné la suppression de la chaire à prêcher (non documentée) et de la clôture de chœur. Le maître-autel néoclassique, en mauvais état, a été détruit à la fin des années 1990. En revanche, de nouveaux banc de chœur et siège de célébrant ont été confectionnées par le menuisier-sculpteur dacquois Jean Castaing, dit Planté.

Auteur(s) Auteur : Castaing Jean, dit(e) Planté,
Jean Castaing , dit(e) Planté (1906 - 1992)

Menuisier né à Onard (Landes), formé à Bordeaux et installé à Dax. Son pseudonyme, Planté, provient du nom de sa maison natale, "A Planté" (comm. Christian Labeyrie, avril 2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier-ébéniste, sculpteur
Auteur : Thierry Marie,
Marie Thierry

Orfèvre à Paris, fils et successeur d'Alexandre Thierry. Poinçon insculpé en 1853, biffé en 1885.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre, signature
Auteur : Dumont et Lelièvre,
Dumont et Lelièvre

Fabrique d'harmoniums fondée aux Andelys (Eure) en 1874 par l'imprimeur Lelièvre, associé dès 1877 à Léon Dumont, concepteur d'instruments.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
facteur d'harmonium, signature
Auteur de la source figurée : Overbeck Johann Friedrich,
Johann Friedrich Overbeck (1789 - 1869)

Né à Lübeck le 3 juillet 1789, mort à Rome le 12 novembre 1869.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, auteur du modèle

Annexes

  • Extraits de documents concernant l'église de Louer et son mobilier

    A.D. Landes. 16 J 19 : monographie paroissiale de Cassen et Louer, par le curé Jean Farbos (1838-1921), 1er octobre 1890.

    Deux églises, l'une à Cassen (église paroissiale Saint-Pierre), l'autre à Louer (annexe Saint-Laurent). Paroisse établie après le Concordat : les archives ne sont pas antérieures à cette époque.

    L'église de Louer, annexe de Cassen depuis le Concordat, est "très ancienne, très solide et bien faite". Son orientation est canonique, elle est couverte de tuiles à canal.

    Le clocher est une tour carrée, très large et assez massive mais d'une faible hauteur ; sa toiture est d'ardoise, sa flèche "octogone". Il comporte "deux vilaines portes", sans autre ouverture. Il renferme une seule cloche, "fondue chez Delestan à Dax en 1878 et bénite en 1879 par l'abbé Jean-Marcel Farbos, curé de Cassen et Louer ; son parrain a été Jean Larrieu, sa marraine Hélène Lagarde, née Marsan.

    Le porche mesure 5 mètres sur 4 et est haut de 4m50. Le portail, peu ordinaire, haut de 2m45 et large de 1m40 (sic), a été mutilé par les huguenots ou par les révolutionnaires. "De chaque côté, une sorte de piédestal large de 0m70 et haut de 0m50, portant colonnettes à chapiteaux sculptés", en fait "des plates-bandes de pierre de 23 cm de haut et 85 de large", sont ornées alternativement de lierre et de feuilles. [...] Le dessus de la porte est constitué par "la moitié d'un cadre de deux mètres et plus de largeur et d'environ un mètre de hauteur, formé d'un quart de rond, d'une gorge et d'un tore dessin[a]nt l'image d'un tableau. Cette moitié de carré semble soutenue à gauche par la tête et le cou d'un énorme serpent ; à droite par un animal qu'on ne distingue plus. Entre eux et l'ogive, à droite, une croix de Malte dans une circonférence de 0,10 m de diamètre ; à gauche dans une circonférence égale, des rayons arqués. Du côté droit, ont voir mutilée une femme à genoux les mains tendues vers le ciel et un autre objet informe. Vers le milieu de ce côté, un cheval au pas, monté par un chevalier avec son casque et son armure, qu'on ne distingue pas bien. Vers le coin à droite une petite circonférence à rayons courbes, près de l'axe le trône d'une personne avec les bras coupés au coudes. Au-dessus de l'arête de l'ogive, deux colombes se donnant le bec. Vers le coin du cadre, à gauche, une autre circonférence comme du côté droit, en bas, c'est à dire avec avec une croix de Malte. Vers le milieu du côté gauche, une femme bien abîmée est assise, tenant sur ses genoux le tronc d'un petit enfant. Un peu plus haut, une autre femme plus abîmée encore. Vers le coin à côté de la petite circonférence, une forme absolument défigurée."

    L'intérieur, "roman", comprend deux nefs.

    La nef principale, de 14m de long sur 5 et demi de large et 4 et demi de haut, est éclairée par trois grandes croisées romanes "à petits losanges plombés". La nef latérale, du côté de l’Évangile, mesure 12m50 de long sur 4m50 de large et 3m80 de haut ; elle comporte "trois arceaux et deux piliers romans" et "un bénitier des cagots (le bas-côté leur étant autrefois réservé). la chapelle de la Vierge possède une statue polychromée de la titulaire et un autel en bois "de style Louis XV" qui "a perdu tous ses ornements".

    Le sanctuaire en demi-cercle, surélevé de 20 centimètres, a 7m de profondeur sur 5m de large. Les murs sont couverts de "boiseries insignifiantes". Cinq statues dorées (sauf le visage et les mains), de grandeur presque naturelle, sont disposées autour de l'autel : saint Jean-Baptiste, demi-nu ; saint Laurent, derrière l'autel ; saint Pierre, à droite ; saint Paul, à gauche ; saint Martin, du côté de l’Évangile. "Ces statues ne sont pas anciennes, environ trente ans ; les trois premières furent achetées par la commune, Vives de L'Estançon étant maire ; les deux autres furent données par Lacoste d'Herm, le frère du propriétaire forain actuel". Le maître-autel, "du style Louis XV", en bois, est complété de deux anges adorateurs "du même genre et du même temps que les statues".

    Sacristie. "Jadis, pour crédences, il y avait deux belles têtes d'ange artistement sculptées sur chêne. Tombées, elles ont été jetées à la poussière sur l'armoire de la sacristie. Elles sont là avec plusieurs autres débris de sculptures sur chêne. Tout cela attend un bienfaiteur riche qui leur rendra leur lustre et leur place à l'autel, qui en a bien besoin [...]."

    L'intérieur de l'église ne possède aucun tombeau.

  • Liste des oeuvres disparues

    Ensemble autel, gradin et tabernacle (maître-autel). 1ère moitié 19e siècle. Bois peint et doré. Voir dossier IM40004968.

    Clôture de chœur. Limite 18e s.-19e s. Chêne. H = 95. Clôture droite à balustres tournés, avec portillon central à deux battants. Repérée en 1991 déposée à la tribune, disparue depuis cette date. Ill. IVR72_20154000526NUC1A.

    Statue : Vierge à l'Enfant, dite Vierge Mère ou Vierge d'Overbeck. 2e moitié 19e s. Plâtre polychrome. H = 100 environ. Modèle inspiré d'une création du peintre nazaréen Johann Friedrich Overbeck (1789-1869), lithographiée en France par Pardinel en 1853. La statue fut commercialisée notamment par la maison parisienne Raffl (n° 4 de son catalogue). L'exemplaire de Louer, repéré au-dessus de l'autel de la Vierge en 1991, a été volé en 2009. Ill. IVR72_20154000525NUC1A.

    Ensemble de deux reliefs : Têtes d'anges. 18e s. (?). Chêne sculpté. Mentionnés dans la monographie paroissiale du curé Jean Farbos en 1890 : "Jadis pour crédences, il y avait deux belles têtes d'anges artistement sculptées sur chêne. Tombées, elles ont été jetées à la poussière sur l'armoire de la sacristie. Elles sont là avec plusieurs autres débris de sculptures sur chêne. Tout cela attend un bienfaiteur riche qui leur rendra leur lustre et leur place à l'autel qui en a bien besoin [...]." Ces éléments provenaient peut-être du décor d'un retable.

    Tableau : Martyre de saint Laurent. Huile sur toile. Détruit dans l'incendie qui ravagea l'église en 1859. L’État donna pour le remplacer une copie du Christ en croix de Prud'hon par Édouard Fleury (dossier IM40004987). Source : ministère de la culture, base Arcade.

    Harmonium. Dumont et Lelièvre, 2e moitié 19e s. Bois peint en noir, ivoire, bronze. Harmonium à 9 jeux, caisse flanquée sur la face de balustres tournés. Marque de fabricant : "Fabrique d'Orgues des Andelys, Eure / Dumont, Lelièvre et Cie / successeur de la maison Chapelain et Cie fondée en 1855". Repéré dans la nef de l'église en 1991, non retrouvé en 2013. Ill. IVR72_20154000528NUC1A.

  • Liste des oeuvres non étudiées

    Ensemble de 6 verrières (verrières géométriques) [vaisseau principal, collatéral]

    2e moitié 20e s. Verre coloré, plomb (réseau).

    Verrières à motifs géométriques polychromes (bleu, vert, jaune) entourant une croix latine rouge.

    h = 250 environ.

    [Ont remplacé les anciennes verrières à losanges aujourd'hui déposées au clocher (voir ci-dessous).]

    Ensemble de 6 verrières (verrières géométriques) [clocher] (ill. 20134002241NUC2A, 2242NUC2A, 2243NUC2A)

    Fenêtres rectangulaires à deux battants, fenêtres à lancette en plein cintre. Losanges blancs.

    Mauvais état : manques, éléments démontés et déposés.

    [Verrières mentionnées dans la monographie paroissiale de 1890 : "grandes croisées (...) à petits losanges plombés".]

    Ensemble autel et tabernacle (maître-autel) [chœur] (ill. 20134002147NUC2A, 20134002163NUC2A)

    Vers 2000. Chêne teinté.

    Autel tombeau à la face scandée par une arcature en plein cintre sur quatre colonnettes, avec deux colonnettes angulaires ; décor rapporté : cœur sacré dans une couronne d'épines (en relief), deux monogrammes IHS dans des couronnes de laurier (gravés en creux). Tabernacle mural (d'applique) : coffre parallélépipédique, porte en plein cintre (décor : croix rapportée) entre deux colonnettes.

    Autel : h = 103 ; la = 192 ; pr = 81. Tabernacle : h = 77 ; la = 48.

    [Autel installé vers 2000 en remplacement de l'ancien meuble néoclassique (détruit) et d'un autre autel "face au peuple" en ciment et terre cuite mis en place vers 1970.]

    Confessionnal [collatéral nord] (ill. 20134002174NUC2A, 20154000518NUC1A)

    2e moitié 19e s. Bois peint faux bois bois.

    Plan trapézoïdal ; trois loges ; battant de la loge centrale à claire-voie (quatre barreaux) ; loges latérales à agenouilloir, accotoir et guichet à jalousie ; corniche droite, droite, d'assemblage.

    h = 200 ; la = 180 (dimensions approximatives).

    Ensemble d'un siège de célébrant (fausses stalles) et d'un banc de chœur [chœur] (ill. 20134002148NUC2A, 20154000520NUC1A, 20154000524NUC1A)

    Vers 1970-1980. Jean CASTAING, dit PLANTÉ, menuisier (et LUZIER, sculpteur ?). Pin teinté.

    Meuble incluant un siège central, surélevé, réservé au célébrant principal, et deux sièges latéraux destinés aux acolytes ; composition : deux jouées en demi-lune, deux parcloses médianes, dossier. Banc de chœur : deux jouées en demi-lune, dossier droit à décor d'arcature.

    Siège de célébrant : h = 184 ; la = 198. Banc de chœur : h = 143 ; la = 177.

    [Le menuisier Jean Castaing, dit Planté (1906-1992) a également créé des meubles pour les églises voisines d'Onard (réf. IM40005084) et de Vicq-d'Auribat, ces deux dernières desservies par un même prêtre au moment de la commande.]

    Lustre d'église [chœur] (ill. 20154000529NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Verre taillé à facettes, bronze (armature).

    Lustre à six lumières.

    Ensemble de 3 canons d'autel [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Lithographie, bois doré (cadres).

    h = 29.

    Croix d'autel [chœur]

    2e moitié 20e s. Laiton et bronze doré.

    Crucifix : Christ Roi (couronné).

    h = 35.

    Clochette d'autel [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A)

    19e s. Laiton, bois tourné et peint en noir (manche).

    h = 18.

    Sonnette d'autel [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A)

    1ère moitié 20e s. Acier, bronze.

    Sonnette à trois timbres. Décor : croix de style Art déco.

    h = 14.

    Patène [sacristie] (ill. 20134002123NUC2A)

    1853-1885. Marie THIERRY, orfèvre à Paris. Argent doré.

    Sans ombilic. Décor : médaillon fondu et soudé, à croix grecque aux branches recroisetées et aux extrémités trilobées.

    d = 13,8.

    Poinçons : garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 ; poinçon de fabricant : M T, deux flèches en sautoir, deux étoiles (losange vertical).

    Thabor [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A, 20154002121NUC2A)

    Milieu 19e s. Bois blanc doré à la mixtion.

    Plan rectangulaire, élévation en cavet ; décor rapporté (stuc ou plâtre doré) : monogramme IHS (milieu de la face), angelots (angles antérieurs).

    h = 14 ; la = 26,5 ; pr = 20.

    Encensoir (n° 1) [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A)

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style classique. Base circulaire, couvercle emboîtant à motifs ajourés.

    h = 18.

    Encensoir (n° 2) [sacristie]

    20e s. Laiton doré.

    Forme sphérique.

    h = 24.

    Navette à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Style classique. Coupe en forme de nef, couvercle mobile sur charnière. Décor : godrons.

    h = 8 ; la = 13.

    Seau à eau bénite [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Bronze doré.

    Décor : ressauts, filets.

    h = 12 (14, 5 avec anse).

    Croix de procession [sacristie] (ill. 20154000530NUC1A)

    2e moitié 19e s. Bronze et laiton argentés, bois tourné et peint en noir (hampe).

    Style néo-médiéval. hampe en bois, douille emboîtante en laiton, croix en bronze avec Christ, titulus, gloire (motifs végétaux) et fleurons rapportés.

    h = 52 ; la = 25 (croix avec douille, sans la hampe) ; h = 151 (hampe).

    Croix : Christ en croix [vaisseau principal, 2e pilier, face sud]

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome (Christ, titulus), bois peint (croix).

    Décor : médaillons dorés avec les symboles des Évangélistes aux extrémités des bras de la croix.

    h = 200 environ (croix) ; h = 120 environ (Christ).

    Paire de chandeliers d'église [collatéral nord, autel de la Vierge]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton argenté.

    Chandeliers de style néo-roman, à trois branches avec bobèches et binets. Décor (métal découpé) : lys.

    h = 38.

    Paire de chandeliers (bougeoirs) (n° 1) [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A)

    Milieu 19e s. Laiton doré.

    Base hexagonale, tige à pans, bobèche mobile, binet.

    h = 22.

    Paire de chandeliers (bougeoirs) (n° 2) [sacristie] (ill. 20154000536NUC1A)

    Milieu 19e s. Bronze doré.

    Style néo-rocaille. Bougeoirs à base circulaire, poignée et binet.

    h = 10.

    Drap mortuaire [sacristie]

    Limite 19e-20e s. Feutre de coton noir, fil métal argenté (passementerie, décor).

    Passementerie : galon système, houppes et franges en cannetilles. Décor brodé : rameaux feuillus.

    Tour d'autel [sacristie] (ill. 20154000541NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Drap lamé doré, taffetas rouge (doublure), fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor brodé : monogramme IHS, roses en bouquets.

    Ensemble de 2 chapes [sacristie] (ill. 20154000539NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Damas de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor) et argenté (décor). Décor brodé (chaperon) : Pélican mystique dans des rinceaux à fleurs, épis de blé et pampres. État : damas déchiré.

    B. Gros de Tours de coton noir, fil de coton blanc (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : monogramme IHS.

    Ensemble de 5 étoles [sacristie] (ill. 20154000540NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Damas de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé : croix.

    B. Drap lamé doré, fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé : croix.

    C. Velours de coton et soie noir, fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé : croix.

    D. Moire de coton et soie noire, fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé : croix.

    E. Satin de coton blanc, fil de coton rouge et fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé : croix. Vers 1920-1930.

    [Ces étoles sont les seuls éléments conservés d'ornements dont la chasuble, le manipule, la bourse de corporal et le voile de calice ont disparu avant 1991.]

    Voile huméral [sacristie] (ill. 20154000542NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Damas de coton et soie blanc, fil de coton orangé, fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor brodé : monogramme IHS dans des rinceaux fleuris.

    Ensemble de 2 statues

    Limite 19e s.-20e s. (sauf mention contraire). Plâtre polychrome.

    Sacré-Cœur (pilier séparant les deux vaisseaux ; h = 119, la = 43 ; ill. 20154000533NUC1A). Notre-Dame de Lourdes (collatéral nord, autel de la Vierge ; 2e moitié 20e s. ; a remplacé après 2009 une statue de la Vierge à l'Enfant dite Vierge d'Overbeck, volée cette année-là [voir Œuvres disparues]).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Cassen et Louer, par le curé Jean Farbos, 1er octobre 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 19
  • Église, presbytère, cimetière, 1828-1934.

    Archives départementales des Landes : 2 O 1133
Documents figurés
  • Confessionnal. Diapositive, 1991.

  • Clôture de chœur. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Siège de célébrant. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Banc de chœur. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Lustre d'église. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Les objets cultuels en 1991 : calice et patène, ciboire, ostensoir, canon d'autel, sonnette et clochette d'autel, chandeliers, thabor, seau à eau bénite, encensoir. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Ensemble de deux croix de procession. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Ensemble de deux chapes. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Ensemble de cinq étoles. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Tour d'autel. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Voile huméral. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
  • Statue du Sacré-Cœur. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 167
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe