Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent

Dossier IM40005873 réalisé en 2014

Fiche

Parties constituantes non étudiées croix monumentale, autel, bénitier d'applique, lutrin, clôture d'autel, clôture de chapelle, clôture des fonts baptismaux, banc d'oeuvre, fauteuil de célébrant, armoire de sacristie, commode de sacristie, placard, croix de procession, socle, lampe de sanctuaire, luminaire d'applique d'église, dais de procession, canon d'autel, chandelier d'autel, chandelier d'église, croix d'autel, pupitre d'autel, clochette d'autel, sonnette d'autel, vase d'autel, boîte à hosties, burettes, ciboire, thabor, réserve à saint chrême, ampoule à huile des catéchumènes, coquille de baptême, encensoir, navette à encens, bannière de procession, croix de procession, chemin de croix, croix, reliquaire, bourse du viatique, conopée, drap mortuaire, chape, ornement, dalmatique, étole, manipule, voile huméral, statue, tableau, estampe, photographie, manuscrit
Aire d'étude et canton Mugron
Localisation Commune : Mugron

L'ancienne chapelle Saint-Laurent, peut-être bâtie au XIVe siècle, était une simple annexe de l'église voisine de Nerbis. Partiellement brûlée et dépouillée de son mobilier lors du sac de la ville par des troupes protestantes en 1569, elle fut restaurée seulement de 1751 à 1753, travaux qui inclurent un remeublement complet de l'édifice. A l'issue de cette campagne, la chapelle fut enfin érigée en église paroissiale le 1er octobre 1754. Les archives de l'église, à peu près complètes à partir de 1721, apportent de nombreux renseignements sur ces aménagements, dus pour l'essentiel à la fabrique et aux confréries établies dans l'édifice, celles du Rosaire (1642) et du Saint Sacrement (1704) - auxquelles s'ajouteront au XIXe siècle celles du Scapulaire et du Sacré-Cœur (1803), du Tiers-Ordre (1803) et du Sacré-Cœur (nouvelle érection, 1831). Les factures et reçus de la fabrique révèlent notamment les noms des artisans et artistes locaux qui contribuèrent à la création de ce nouveau décor : le menuisier Salis, le peintre et doreur Laforêt de Tartas, les orfèvres François Bécane de Dax et Étienne II Affre de Saint-Sever, les fondeurs de cloches François Corbières et Lacroix d'Hagetmau (nouvelles cloches en 1722 et 1742, refondues en 1768 et 1781), etc. Un nouveau maître-autel est installé en 1750. Le procès-verbal de la visite de l'évêque Sarret de Gaujac en août 1755 (voir annexe) décrit une église dûment meublée et pourvue de tous les objets nécessaires au culte ; un retable est sur le point de compléter le décor du chœur. Cet ensemble semble être parvenu intact à l'époque de la Révolution. Celle-ci envoya en l'an II la totalité de l'argenterie ("une lampe en argent, trois calices, un soleil d'argent, un ciboire et une petite boëte") à la Monnaie de Bayonne pour y être fondue, et les cloches à Saint-Sever, à l'exception d'une seule placée à l'horloge de la maison commune. Si l'on en croit l'abbé Meyranx (1911), le mobilier lui-même fut ôté de l'église et les vitraux "défoncés" à l'occasion de la transformation de l'édifice en temple de la Raison en septembre 1793.

Après la signature du Concordat de 1801 et la réouverture de l’église au culte, l'énergique curé Jean-Baptiste Marsan et son successeur l'abbé Liquet se préoccupent de remeubler l'édifice vide. Trois nouveaux autels (dédiés au Sacré-Cœur, à saint François d'Assise et à saint Jean-Baptiste) sont acquis dans les années 1810. Un imposant maître-autel à baldaquin en marbres polychromes est fourni en 1835 par le marbrier Arnaud Graciette, de Bagnères-de-Bigorre, et complété par un riche décor mural et plafonnant dû au stucateur d'origine italienne Pierre Pera, de Mont-de-Marsan ; un quatrième autel est inauguré en l'honneur de saint Vincent de Paul en 1839, lui aussi accompagné d'un décor stuqué. Divers achats viennent compléter cet ensemble dans les mêmes années : un confessionnal (1826), deux nouvelles cloches par les fondeurs dacquois J. et F.-D. Delestan (1822 et 1831) - le second en fournira une autre en 1863 -, trois tableaux "choisis à Paris" (1835), une garniture en bois doré pour le maître-autel (1841), un tableau de l'Adoration du Sacré-Cœur par E. de Filippy d'après Holfeld (1843), deux statues d'anges adorateurs pour le même autel, par la maison Daux de Bordeaux (1850)... Le vestiaire s'enrichit régulièrement au cours de la même période, ainsi que les objets de culte en orfèvrerie, notamment avec le don par le barnabite P.-L. Darbo de sa belle chapelle en vermeil (J.-J.-A. Loque et L. Dupouy) en 1824. L'évêque Lannéluc en visite pastorale trouve en septembre 1842 une église au mobilier complet et en parfait état, comme son prédécesseur Sarret de Gaujac au siècle précédent.

La construction d'une nouvelle église aux frais du maire Bernard Roch Domenger, en 1864-1866, entraîna toutefois la constitution d'un ensemble décoratif et mobilier entièrement renouvelé, en accord avec le style néogothique du bâtiment de Gustave Alaux. Très peu d'éléments mobiliers de l'édifice détruit furent remployés, hormis les pièces d'orfèvrerie (parmi lesquelles une croix de procession datant peut-être de 1758 et un ensemble encensoir-navette de l'orfèvre bayonnais Ch.-F. Morlet, de 1784-1789), les ornements textiles et les cloches, ainsi que deux tableaux parmi les plus récemment acquis et un grand chandelier pascal néoclassique. Le maître-autel livré par Graciette en 1835 fut cédé à la veuve de Domenger, Blanche d'Antin, principale bienfaitrice de l'église, qui en fit don à la paroisse de Larbey, où il se trouve toujours (réf. IM40005735). Le reste du mobilier monumental semble avoir été détruit ou dispersé sans laisser de traces écrites. L'aménagement du nouveau lieu de culte fut entrepris dès le lendemain de sa consécration en 1866, sous la direction du curé Bourrus et de Mme Domenger, secondés par la fabrique (dont les présidents successifs appartinrent presque tous au cercle Domenger-d'Antin) et par la confrérie du Saint Sacrement, avec l'aide des dons de notables mugronnais, tous plus ou moins liés à la famille des fondateurs (voir réf. IA40001598 et IM40006012). Dès 1866-1867, trois nouveaux autels et une chaire à prêcher sont achetés auprès d'un fabricant d'Aire-sur-l'Adour (Tinarrage ?) et du Toulousain J.-P. Bergès ; les menuisiers mugronnais R. Larrère et L. Baillet fournissent les riches lambris du chœur (1867) et des chapelles (1874) ; le Tarbais U. Dencausse fond de nouvelles cloches en 1866 et 1876. La fabrique du Carmel du Mans réalise, dès avant l'inauguration du bâtiment, une importante série de 47 verrières figurées et décoratives, complétées en 1886 par la verrière de la tribune occidentale, posée par le Toulousain L.-V. Gesta, peu de temps après l'installation du grand orgue de la maison agenaise Magen (1882) sur le tambour-tribune du menuisier Baillet. Les décennies suivantes, jusqu'au lendemain de la Première Guerre mondiale, sont consacrées à l'enrichissement progressif de cet ensemble, avec la constitution d'un nouveau vestiaire de grande qualité (maisons Biais, Diharce, Colomiès et Cabanes), le renouvellement partiel de l'argenterie (ostensoir par le Lyonnais Armand-Calliat offert par Mme Domenger, objets divers par les Parisiens P. Poussielgue-Rusand, Jamain et Chevron, Demarquet frères et les Lyonnais Berger et Nesme) et l'achat de nombreuses bannières de procession à l'effigie des saints patrons de la paroisse et des confréries. L'acquisition de statues de série (Desvergnes et Marron, Giscard) en 1910, 1912 et 1931 et d'un tableau d'après Murillo en 1927 ont parachevé le décor de la nouvelle église, demeuré intact jusqu'à nos jours.

Auteur(s) Auteur : Miquau,
Miquau

Doreur à Mont-de-Marsan sous le Second Empire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source
Auteur : Corbières François,
François Corbières

François Corbières ou Corbierre ou Courbière (il signe sous ces trois formes), fondeur de cloches à Hagetmau (Landes) au XVIIIe siècle, d'abord seul (cloche pour Mugron en 1722), puis associé à Lacroix (ils fondent une autre cloche pour Mugron en 1742).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches, attribution par source
Auteur : Lacroix,
Lacroix

Fondeur de cloches dans les Landes au XVIIIe siècle, associé à Corbières (ils fondent une cloche pour Mugron en 1742).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches, attribution par source
Auteur : Salis,
Salis

Menuisier dans les Landes au milieu du XVIIIe siècle (fournit une commode-armoire de sacristie à Mugron en 1754).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par source
Auteur : Spazzi Louis, dit(e) Spazzi cadet,
Louis Spazzi , dit(e) Spazzi cadet (1809 - 1881)

Stucateur et marbrier d'origine italienne, né (sous le nom de Luigi Mansueto Spazzi) à San Giorgio, Pellio Superiore (province de Côme), le 18 février 1809, de Domenico (ou Carlo) Spazzi et de Maddalena Peduzzi. Installé à Saint-Sever (Landes) en 1835 quelques années après son frère aîné Alexandre, auquel il est associé de 1835 à 1852 environ, avant de s'installer à son compte avec son compatriote Jacques Galimberti. Marié à Saint-Sever, le 10 décembre 1850, avec Marguerite Barrère (Saint-Sever 9.12.1819 - ?), fille de Jean Barrère et de Jeanne Daugreilh ; dont une fille unique, Jeanne Marie Madeleine (Saint-Sever 11 septembre 1851, mariée à Saint-Sever en 1876 avec le serrurier Henry Paul Renard). Louis Spazzi meurt à Saint-Sever, rue du Belloc, le 23 mars 1881. Sources : AC Saint-Sever (recherches et communication par l'abbé Dominique Bop).

Un encart publicitaire paru dans le journal local en 1866, orné d'une gravure de monument funéraire, porte le texte suivant : "Marbrerie de Louis SPAZZI, 2e-né, à Saint-Sever (Landes). Le sieur Louis SPAZZI offre ses services de marbrier, stucateur et décorateur d'églises et autres monuments publics ou particuliers. / En outre, il vient de rejoindre à lui le sieur GALIMBERTI, marbrier-sculpteur très-intelligent venant de la belle Italie et qui s'occupe aujourd'hui à faire des autels gothiques, style du XIVe siècle, et des monumen[t]s funèbres soit en pierre ou en marbre. / Il sculpte également des armoiries, des écussons, des attributs industriels ou commerciaux, et grave des lettres gothiques, ossuaires, romaines, égyptiennes, italiennes, etc. / Ses prix sont toujours très-modérés, quel que soit le perfectionnement du travail."

Un autre encart porte : "Avis aux amateurs des arts. Le sieur LOUIS SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes), tient un grand assortiment de statues religieuses, soit en plâtre doré, en carton-pierre, en terre cuite, en ciment romain, en bois doré et en marbre, à des prix très-modérés. / Il tient aussi un grand assortiment de Marbre de toute qualité. / Nota. On est prié d'adresser les lettres à M. Louis SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, attribution par source
Auteur : Larrère Roch,
Roch Larrère

Menuisier à Mugron (Landes) dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par source
Auteur : Tinarrage L.,
L. Tinarrage

Fabricant et marchand d'ornements d'église à Aire-sur-l'Adour au tournant des XIXe et XXe siècles.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marchand, attribution par source
Auteur : Brisson frères,
Brisson frères

Maison fondée vers 1835 par Raymond Brisson (mort en mai 1873), qui rachète le fonds de la maison Turgis (chasublerie et orfèvrerie) ; installée à Bordeaux au 8, rue Saint-James (ateliers au 8, rue de Candale et 7, rue David-Gradis). En 1873, à la mort de Raymond, ses deux fils ("Brisson frères") prennent la succession, puis rachètent le fonds Jabouin en 1889 (Isabelle Beccia, "Bernard Jabouin (1810-1889), un sculpteur ornemaniste bordelais et ses concurrents", Revue historique de Bordeaux, 2004, p.95-96).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant d'ornements religieux, attribution par source
Auteur : Biais frères et fils,
Biais frères et fils

"Manufacture d'ornements d'église", 74, rue Bonaparte et 1, rue du Vieux-Colombier à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant d'ornements religieux, attribution par source
Auteur : Affre Étienne II,
Étienne II Affre (1725 - 1778)

Orfèvre, né à Saint-Sever le 1er septembre 1725, mort dans la même ville le 19 juin 1778, fils de l'orfèvre Étienne Ier Affre et de Marie Duber ; épouse à Saint-Sever, le 27 juin 1752, Françoise Labat (1722-1804).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre, attribution par source
Auteur : Bécane François,
François Bécane (1716 - 1780)

Orfèvre dacquois, fils de Florent, également orfèvre à Dax, et de Jeanne Morphain ; frère de Joseph Bécane (1717-1780), installé orfèvre à Bayonne. C'est probablement lui qui répare en 1747, pour 18 livres, l'encensoir de la confrérie du Saint-Sacrement de Mugron, et en juillet 1750 le "pied du soleil" (ostensoir) de l'église d'Herm pour 5 livres.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre, attribution par source
Auteur : Laforêt,
Laforêt

Peintre et doreur à Tartas (Landes) au milieu du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, doreur, attribution par source
Auteur : Champigneulle Charles-François, dit(e) le père,
Charles-François Champigneulle , dit(e) le père (1820 - 1882)

Fonde une fabrique de statues religieuses à Metz en 1861, puis rachète en 1868 la fabrique de vitraux de Laurent-Charles Maréchal ; s'installe à Bar-le-Duc en 1872 après l'annexion de Metz à l'Allemagne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, attribution par source
Auteur : Delestan François-Dominique,
François-Dominique Delestan (1806 - 1865)

Fondeur à Dax, fils et successeur de Jean Delestan.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches, attribution par source
Auteur : Pera Pierre,
Pierre Pera

Stucateur d'origine italienne, installé à Mont-de-Marsan dans la première moitié du XIXe siècle ; travailla à Roquefort en 1823 pour un mobilier complet (en association avec Codini) et à Mugron en 1835 pour le décor stuqué du chœur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
stucateur, attribution par source
Auteur : Giscard Henri,
Henri Giscard (1895 - 1985)

Successeur de son père Bernard Giscard (1851-1926) à la tête de la fabrique toulousaine de statues, fondée par son grand-père Jean-Baptiste (1824-1906) en 1855.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature
Auteur : Godard René,
René Godard (1886 - 1832)

Graveur au burin et sculpteur, né à Vaucouleurs (55) en 1886 et mort à Paris en 1955. Élève d'Albert Waltner, Gabriel Ferrier, Luc Olivier Merson et Dubouchet ; remporte en 1919 le prix de Rome ; nommé chevalier de la Légion d'honneur. Il a exposé aux Artistes Français (Bénézit, 1976, t. 5, ad vocem).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
graveur, signature

Annexes

  • Liste des oeuvres disparues

    Croix de chaire à prêcher : Christ en croix. Acquise en 1868 auprès de Charles Champigneulle, fabricant à Metz, grâce au legs de Jeanne Bastiat-Celhay (AP Mugron).

    Cloche. Fondue (avec le matériau d'une cloche précédente) en 1722 par le fondeur François Corbières, d'Hagetmau, pour une somme de 30 livres.

    Cloche. Fondue en 1742 par les fondeurs associés François Corbières (voir ci-dessus) et Lacroix. Une délibération de la fabrique autorise le 19 juillet l'achat d'un quintal de fer pour "refondre la grande cloche". La quittance de Corbières pour "la façon de la cloche" (90 livres) est datée du 23 juillet suivant (AP Mugron, Factures de la fabrique 1738-1745).

    Cloche. Fondue en 1831 par le Dacquois François-Dominique Delestan (1806-1865) avec le matériau d'une cloche ancienne (peut-être la précédente), augmenté de 200 livres pour parvenir au poids de 1600 livres (AP Mugron, Arrêtés de comptes et délibérations de la fabrique 1826-1836, p. 35-36). Bénite la même année par l'évêque d'Aire, Dominique-Marie Savy (AP Mugron, registre paroissial 1842-1950, p. 2). Le parrain fut Dominique Domenger aîné (1750-1832), oncle du futur bâtisseur de l'église et maire de Mugron Bernard-Roch Domenger ; la marraine, Marie-Catherine d'Antin (née en 1769), sœur du baron Pierre Jean de Dieu d'Antin, maire de Mugron, et tante de Blanche d'Antin-Domenger, l'épouse de Bernard-Roch. Dominique Domenger avait déjà parrainé une cloche de Jacques Domercq à Onard en 1813 (réf. IM40005119), et Marie-Catherine d'Antin une cloche de Jean Delestan à Nerbis en 1822 (réf. IM40006056).

    _________________________________________________________________

  • Liste des oeuvres déplacées

    Ensemble autel, gradin, tabernacle et baldaquin (maître-autel). Fourni en 1835 par la marbrier Arnaud Graciette fils, de Bagnères-de-Bigorre, à l'occasion des travaux de rénovation intérieure de l'ancienne église Saint-Laurent ; payé en grande partie grâce aux dons du baron Jean-de-Dieu d'Antin, maire de la commune, et de son gendre Bernard-Roch Domenger ; cédé par la fabrique à Blanche d'Antin-Domenger, fille et épouse des précédents, après le don par celle-ci d'un nouveau maître-autel néogothique pour la nouvelle église en 1868 ; offert par elle la même année à l'église Saint-Jean-Baptiste de Larbey, où le meuble se trouve toujours (réf. IM40005735).

    Bénitier. Marbre, 1835. Même historique que l'autel ci-dessus. Aujourd'hui à l'église de Larbey (réf. IM40005742).

    ____________________________________________________________

  • Liste des oeuvres non étudiées

    Croix monumentale (croix de mission) [derrière le chevet de l'église] (ill. 20144002420NUC2A et 20144002421NUC2A)

    Fin 19e s. et 1976. Calcaire, grès rose, fer forgé.

    Socle en calcaire (en remploi), avec plaque en grès rapportée sur la face, double croix en fer forgé.

    Inscription (sur la plaque de grès) : MISSION / 1976 / 15 JANVIER / 8 FÉVRIER / [sur le pourtour :] P. EDOUARD ROCHER C.M. P. JACQUES BELLIN C.M. ABEL LOUBERE DOYEN [l'abréviation "C.M" désigne la congrégation de la Mission ou lazaristes (de Buglose en l'occurrence]. Inscription (forgée, au sommet de la grande croix) : JE SUIS MORT POUR TOI.

    Autel (maître-autel) [croisée]

    3e quart 20e s. Bois.

    h = 99 ; la = 249 ; pr = 90.

    Autel-table "face au peuple" mis en place après le concile de Vatican II.

    Ensemble de 4 bénitiers d'applique [vaisseau central (2), transept, portes nord et sud (2)] (ill. 20154000417NUC1A)

    Milieu 19e s. Marbre blanc.

    Bénitiers d’applique, suspendus ; vasques ovales.

    h = 12 ; la = 41.

    [Don de Blanche d'Antin-Domenger (d'après la monographie paroissiale de 1885).]

    Lutrin [bras sud du transept] (ill. 20154000419NUC1A)

    19e s. Bois teinté faux bois.

    Double pupitre ajouré, sur pied tourné et socle de plan triangulaire.

    h = 148.

    Ensemble de 2 clôtures de chapelle [chapelles de la Vierge et de saint Joseph]

    Vers 1870-1880. Fer forgé (en noir et doré), bois (appui).

    Portillon à battant unique, deux dormants. Décor : volutes.

    h = 91 ; la = 350.

    Clôture des fonts baptismaux [chapelle des fonts]

    Vers 1870-1880. Fer forgé peint (en noir et doré).

    Portillon à deux battants. Décor : croix fleuronnée avec quadrilobe ajouré à la croisée, à l'aplomb du montant du portillon ; piques, trèfles dorés.

    h = 187 ; la = 320.

    Banc d'œuvre [collatéral sud (en 1992), chapelle sud-ouest (en 2014)] (ill. 20154000420NUC1A)

    2e moitié 19e s. Bois.

    Terminaux reliés à un accotoir-agenouilloir.

    h = 111 ; la = 147 ; pr = 143.

    [En 2014, démonté et déposé dans la chapelle sud-ouest.]

    Paire de fauteuils de célébrant [chœur]

    2e moitié 19e s. Chêne teinté et ciré.

    Style néogothique. Dossiers ajourés à lancettes en arc brisé.

    h = 87 ; la = 61.

    Fauteuil de sacristie [sacristie]

    19e s. Bois, paille (garniture du siège).

    Accotoirs droits sur supports tournés en chapelet.

    h = 95 ; la = 63.

    Armoire de sacristie (n° 1) [sacristie, 2e pièce]

    Limite 19e s.-20e s. Chêne et pin teintés.

    Armoire à quatre battants, avec colonnes engagées aux angles et corniche rapportée ; panneaux sans décor ; corniche ornée de modillons.

    h = 248 ; la = 285 ; pr = 54.

    Inscription (au crayon, au revers d'un battant) : date "1909".

    Armoire de sacristie (n° 2) [sacristie, 1ère pièce]

    Milieu 19e s. Sapin ou pin teinté faux chêne.

    Armoire à battant unique, à panneaux chantournés en arbalète de style Louis XV.

    h = 236 ; la = 68 ; pr = 51.

    Commode de sacristie (chasublier) [sacristie, 1ère pièce]

    Milieu 19e s. Sapin ou pin teinté faux chêne.

    Commode à deux tiroirs juxtaposés ouvrant sur trois tiroirs superposés ; un tiroir de ceinture régnant sur la largeur ; série de six tiroirs juxtaposés trois à trois, ajoutés au sommet du meuble.

    h = 102 ; la = 152 (sans les tiroirs ajoutés).

    Placard mural [sacristie, 1ère pièce]

    3e quart 19e s. Bois teinté faux chêne.

    Deux battants juxtaposés, corniche moulurée rapportée.

    h = 2416 ; la = 118.

    Paire de socles (sellettes) [chapelle de la Vierge]

    3e quart 19e s. Marbre blanc (dessus) et carton-pierre (pied).

    Style néogothique (chapiteau feuillagé).

    h = 82 ; la = 35,5 ; pr = 24.

    Ensemble de 4 lampes de sanctuaire [chœur] (ill. IVR72_20154000418NUC1A)

    2e moitié 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néogothique. Deux modèles : 1) vasque hexagonale, 2) vasque circulaire. Toutes à six lumières et suspendues par des potences en crosse fixées au mur.

    h = 100 environ.

    Paire de lampes de sanctuaire [chœur, arc d'entrée de l'abside]

    2e moitié 19e s. (1870 ?). Laiton et bronze dorés, verre coloré rouge (lampe).

    Style néogothique. Décor fondu : motifs végétaux stylisés.

    [Peut-être les lampes acquises par la confrérie du Saint Sacrement, payées le 6 juin 1870.]

    Ensemble de 12 luminaires d'applique d'église (bras de lumières) [sacristie]

    1867. Bronze doré.

    Bras à trois lumières ; décor fondu végétal stylisé.

    [Autrefois fixés sur les piliers de la nef. Certainement les "12 girandoles de croix de consécration" acquises en 1867 par le curé Jean-Pierre Liquet avec les dons des paroissiens (Registre paroissial, p. 16).]

    Ensemble de 3 dais de procession (éléments) [sacristie] (ill. 20144002607NUC2A)

    19e s. Bois doré à la mixtion, fil métal doré (passementerie).

    Éléments provenant de trois dais différents : croix sommitales et vases d'amortissement. Embouts godronnés. Passementerie (houppes) en fil métal doré.

    Canon d'autel [sacristie] (ill. 20144002598NUC2A)

    2e moitié 19e s. (1875 ?). Chromolithographie, bronze doré (cadre).

    Lithographe sans lettre.

    [Dépareillé. Peut-être l'un des canons d'autel acquis par la confrérie du Saint Sacrement en mai 1875 ?]

    Ensemble de 6 chandeliers d’autel et d'une croix d'autel (n° 1) [sacristie]

    4e quart 19e s. Laiton peint (argenté [chandeliers] et doré [croix]).

    Style néo-roman. Base triangulaire, tige cannelée, nœud torique, bobèche et broche (chandeliers). Décor : pieds en forme de griffon (chandeliers) ou en patte de lion (croix), palmettes et enroulements feuillus (base), médaillons et frises de perles (nœud), motifs végétaux stylisés (extrémités des bras de la croix).

    Chandeliers : h = 49. Croix : h = 60.

    Ensemble de 6 chandeliers d’autel et d'une croix d'autel (n° 2) [maître-autel]

    4e quart 19e s. Laiton peint (argenté [chandeliers] et doré [croix]).

    Style néo-roman. Base triangulaire, nœud torique, bobèche et broche (chandeliers). Décor : pieds en forme de griffon, volutes (angles de la base), fleurons et frises de perles (nœud), motifs végétaux stylisés triangulaires (extrémités des bras de la croix).

    Chandeliers : h = 60 (63 avec la broche). Croix : h = 84.

    Ensemble de 12 chandeliers d’autel et de 2 croix d'autel (2 garnitures d'autel) [sacristie, autels du Sacré-Cœur et de saint Vincent de Paul] (ill. 20154000423NUC1A)

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néo-roman. Base triangulaire d'élévation en cavet, tige octogonale, nœud octogonal architecturé, bobèche octogonale et broche (chandeliers). Décor architecturé : roses quadrilobées à remplages (base, tige, nœud), crosses (base), chapiteau à volutes (tige), gâbles et toits en bâtière à écailles (nœud), motifs végétaux stylisés triangulaires (extrémités des bras de la croix).

    Chandeliers : h = 55 (sans la broche). Croix : h = ca 65.

    Ensemble de 2 chandeliers d’autel [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton argenté.

    Style classique. Pied triangulaire, tige cannelée, bobèche, broche. Décor : godrons (base).

    h = 48,5.

    Ensemble de 4 chandeliers d’église (candélabres) (n° 1) [sacristie] (ill. 20154000424NUC1A)

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Style néo-roman. Base triangulaire, bouquet de trois lumières avec bobèches et binets. Décor (laiton découpé) : lys, grappes de raisin et feuilles de vigne.

    h = 42.

    Ensemble de 4 chandeliers d’église (candélabres) (n° 2) [sacristie] (ill. 20154000424NUC1A)

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Style néo-roman. Base triangulaire, bouquet de trois lumières avec bobèches et binets. Décor (laiton découpé) : lys.

    h = 42.

    Ensemble de 2 chandeliers d’église (candélabres) (n° 1) [sacristie] (ill. 20144002611NUC2A)

    4e quart 19e s. Bronze et laiton dorés.

    Large base circulaire, tige cannelée, bouquet de trois lumières (deux sur bras en volute, une à l'aplomb de la tige) avec bobèche en coupe, binet et seconde bobèche mobile. Décor (fondu) : rinceaux à feuilles de vigne (base), crosses feuillues (branches).

    h = 33,5 ; la = 30.

    Ensemble de 2 chandeliers d’église (candélabres) (n° 2) [transept, bras nord]

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Style néo-roman. Base triangulaire, bouquet de cinq lumières avec bobèches et binets. Décor végétal stylisé.

    h = 29.

    Ensemble de 2 chandeliers d’église (candélabres) (n° 3) [sacristie]

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Style néo-roman. Base tripode bombée et ajourée, bouquet de sept lumières avec bobèches et binets, sur tige en forme de croissant. Décor : feuilles de vigne.

    h = 49.

    Ensemble de 12 chandeliers d’église (candélabres) [transept, bras nord] (ill. 20154000424NUC1A)

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Style néo-roman. Base triangulaire, bouquet de cinq lumières avec bobèches et binets. Décor : pampres et épis de blé en métal découpé.

    h = 41.

    Croix d'autel (n° 1) [sacristie] (ill. 20144002513NUC2A)

    2e moitié 19e s. Bronze doré.

    Style néo-médiéval. Base triangulaire ajourée, tige (supprimée), nœud torique (une moitié subsiste) ; croix fondue en un seul élément (à l’exception du Christ rapporté). Décor : palmettes, feuilles, grappes, crochets feuillagés et filets de perles (base) ; Christ (roman, représenté vivant, les pieds cloués l'un sur l'autre sur le suppedaneum) ; médaillons circulaires avec le Tétramorphe (bras de la croix), gloire à pommes de pin (croisée), fleurons fleurdelisés (extrémités de la croix).

    h = 39 ; la = 21,5.

    État : tige et moitié inférieure du nœud supprimées.

    h = 80 ; la = 25.

    Croix d'autel (n° 2) [sacristie] (ill. 20144002541NUC2A)

    4e quart 19e s. Bronze doré.

    Style néo-médiéval. Base triangulaire, tige tubulaire nue, nœud et collerette toriques. Décor : palmettes et griffes stylisées (pieds), polylobe fleuronné découpé (base), palmettes romanes (nœud et collerette) ; Christ (classique, représenté mort) ; fleurons gothiques à orbevoies et chou frisé (extrémités de la croix).

    h = 80 ; la = 25.

    Croix d'autel (n° 3) [sacristie]

    4e quart 19e s. Bronze.

    Style néo-roman. Base triangulaire. Décor : palmettes et perles, trois têtes de bélier (base).

    h = 30,3 ; la = 16,5.

    État : dorure disparue.

    Croix d'autel (n° 4) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Base circulaire. Décor : rinceaux estampés (bord de la base), fleurons tréflées (extrémités des bras).

    h =18 ; la = 11,4 ; la = 7,8 (base).

    [Croix d'autel ou de sacristie ?]

    Ensemble de 3 pupitres d'autel [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bois.

    A) Base circulaire moulurée. Décor ajouré : monogramme MA entre deux palmes, motifs feuillagés. h = 50,5 ; la = 31,5.

    B) Décor : colonnettes torses, bordure à godrons.

    C) Décor ajouré : croix.

    Ensemble de 2 clochettes d’autel [abside]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré.

    h = 15 (1ère clochette) ; h = 18 (2e clochette).

    État : manque le battant de la 1ère clochette.

    Sonnette d'autel [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bronze doré et acier.

    Sonnette à quatre timbres.

    h = 13.

    Vase d'autel [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Porcelaine dure blanche.

    Vase balustre néogothique à anses rapportées en crosse et col dentelé. Décor doré : monogramme IHS et semis d'étoiles (sur la panse).

    h = 30 ; la = 16.

    Marque (en creux sous la base) : 65 / 3.

    Boîte (actuellement boîte à hosties) [sacristie]

    2e moitié 20e s. Alliage imitant l'argent.

    Boîte ronde, reproduction d'un modèle du 17e siècle ; décor dense de rinceaux d'acanthe et de perles sur le couvercle.

    h = 4,3 ; d = 7.

    Marque poinçonnée sous la boîte : main avec inscription 900 H.

    Burette (à vin) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré, verre moulé et taillé.

    Monture en laiton : pied circulaire à bord perlé, couvercle sur charnière orné d'une grappe de raisin en relief.

    h = 14.

    État : dépareillée.

    Ciboire [sacristie] (ill. 20144002425NUC2A)

    Milieu 19e s. Alliage argenté (en totalité).

    Pied circulaire à ressauts, nœud ovoïde, une collerette, coupe nue, couvercle à croix sommitale fondue et soudée. Sans décor.

    h = 24 ; coupe : d = 10,5 ; pied : d = 12,1.

    Thabor (n° 1) [sacristie] (ill. 20144002564NUC2A)

    2e moitié 19e s. Laiton et bronze dorés, verre coloré.

    Style néo-roman. Plan rectangulaire. Décor : dragons cynocéphales ailés aux angles, rinceaux romans sur les faces, palmettes romanes sur la traverse supérieure, cabochons de verre rouge, bleu et vert.

    Thabor (n° 2) [sacristie] (ill. 20144002565NUC2A)

    2e moitié 19e s. Bronze doré, laiton fondu et émaillé.

    Plan carré à angles coupés, base moulurée en quart-de-rond et cavet. Décor : rosaces constituées de quatre palmettes romanes avec un bouton émaillé au centre.

    h = 14 ; la = 35 ; pr = 35.

    Réserve à saint chrême (?) [sacristie] (ill. 20144002445NUC2A)

    1ère moitié 20e s. Robert HAVILAND et LE TANNEUR, Limoges. Porcelaine dure blanche.

    Pot en porcelaine blanche à glaçure transparente, avec couvercle bombé amorti d'une croix ; inscriptions et rehauts décoratifs (filets) peints en doré. Décor : monogramme JHS en lettres fleuronnées sommées d'une croix (peint en doré), croix sommitale dorée.

    h = 11.

    Marque en creux sous la base : 145/4.

    [Une paire de pots identiques, portant la marque "Robert Haviland & Le tanneur, Limoges", datée de 1926-1941, est conservée à l'église voisine de Laurède (réf. IM40005816).]

    Paire d'ampoules aux saintes huiles (des catéchumènes, des infirmes) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Argent.

    Ampoule cylindrique à couvercle emboîtant avec croix sommitale soudée.

    h = 5,5.

    Poinçon de fabricant (non identifié) : lettre P à hampe bifide (dans un losange vertical). Inscriptions gravées : O. CAT ; I.

    Ampoule à huile des catéchumènes [sacristie]

    2e moitié 19e s. Argent.

    Ampoule cylindrique à couvercle emboîtant avec croix sommitale soudée.

    Inscription gravée sur la réserve : OM CATHECHUMENORUM [sic]. Poinçon (sur le bord de la réserve) : garantie menus ouvrages départements 1838-1973 (crabe).

    Coquille de baptême [sacristie]

    2e moitié 19e s. Argent (?).

    Pied circulaire, coupe en forme de coquillage marin, couvercle découpé en accolade et soudé, anse soudée avec appuie-pouce.

    h = 5,5 ; la = 10,5 ; pr = 5,5.

    Encensoir [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Pied circulaire, couvercle emboîtant. Décor fondu en relief et ajouré à l’emporte-pièce : godrons.

    [Deux "encensoirs en métal" furent acquis en 1841 par la confrérie du Saint Sacrement pour l'église : peut-être l'un d'eux.]

    Ensemble de 4 navettes à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze doré (3) ou argenté (1).

    Forme en nef ; décor de godrons. Une nouvelle, au décor plus riche, comporte des canaux sur le pied et des rinceaux et tiges feuillues sur le couvercle.

    h = 5 ; la = 11 (trois navettes) ; h = 7,5 ; la = 11,5 (une navette).

    Bannière de procession (élément) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Moire antique de soie blanche, fil métal doré sur carton (décor).

    Trois lambrequins au bas ; décor d'application : grandes tiges avec roseaux, roses et feuilles noués.

    État : élément ; manque le tissu de fond sur lequel la moire était appliquée, ainsi que la figure en application au milieu.

    Croix de procession (n° 1) [sacristie] (ill. 20144002557NUC2A et 20144002558NUC2A)

    2e moitié 19e s. Bronze et laiton dorés, bois tourné (hampe).

    Style néo-roman. Hampe en bois ; douille emboîtante en laiton ; nœud torique ajouré ; croix fondue d'une pièce (sauf le Christ et le titulus) à revers nu et plat ; Christ fondu ; titulus en laiton découpé et gravé. Décor : rinceaux romans (nœud), tige feuillue (à l'intérieur des bras de la croix) ; gloire feuillue (croisée) ; médaillons circulaires avec le Tétramorphe (extrémités des bras) ; Christ "roman", représenté mort, vêtu d'un perizonium long.

    h = 74,5 (sans la hampe) ; la = 34,5.

    État : hampe refaite.

    Croix de procession (n° 2) [croisée du transept (en 1992)]

    Milieu 19e s. Laiton argenté, bronze argenté et doré, bois tourné (hampe).

    Style classique. Hampe en bois ; douille emboîtante en laiton ; nœud en urne ; Christ, titulus et fleurons de la croix fondus et dorés. Décor : godrons (nœud), palmettes romaines (extrémités des bras).

    h = 249 (avec la hampe).

    [Croix repérée en 1992, non retrouvée lors de l'enquête de 2014.]

    Croix de procession (n° 3) [chapelle sud-ouest, armoire (en 1992)] (ill. 20154000424NUC1A)

    Milieu 19e s. Laiton argenté, bronze argenté et doré.

    Style classique. Hampe en bois ; douille emboîtante en laiton ; nœud en urne ; Christ, titulus (dorés), gloire rayonnante et fleurons de la croix fondus. Décor : godrons et canaux (nœud), palmettes et coquilles (extrémités des bras).

    h = 63 (sans la hampe).

    État : manque la hampe.

    [Croix repérée en 1992, non retrouvée lors de l'enquête de 2014.]

    Croix de procession (n° 4) [sacristie] (ill. 20154000425NUC1A)

    1ère moitié 20e s. Alliage argenté, bois tourné (hampe).

    Hampe en bois ; douille emboîtante ; nœud torique ; croix fondue d'une pièce (sauf le Christ et le titulus) à revers nu et plat ; Christ fondu ; titulus en laiton découpé. Décor : gloire ou nimbe (croisée) ; trilobes (extrémités des bras) ; Christ représenté vivant.

    h = 57 (sans la hampe) ; la = 25.

    Chemin de croix [collatéraux]

    2e moitié 20e s. Céramique peinte, bois.

    Plaques carrées en céramique peinte et vernissée fixées sur des croix de bois.

    h = 59,5 ; la = 59,5.

    [A remplacé un chemin de croix de 1870, déposé (réf. IM40005941).]

    Croix [collatéral sud] (ill. 20154000190NUC2A)

    Années 2000. Jean-Pierre BESSELÈRE, Mugron. Bois.

    Décor : ostensoir (montant), gloire (croisée), titulus.

    Ensemble de 3 reliquaires [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré.

    Forme circulaire. Les authentiques manuscrits désignent des reliques de : "Cheveu de saint Charles [Borromée]" et "Os du bienheureux Canetti" (1er reliquaire) ; "saint Pierre", "saint Polycarpe", "saint Pancrace", "saint Paul", "saint André", "saint Fulgence" et "sainte Claire" (2e reliquaire) ; "saint Agapet", "saint Gaudens", ""sainte Laure", "saint Urbain", "saint Maxime", "saint Donat" et "saint Candide" (3e reliquaire).

    d = 10.

    [Objets repérés en 1992, sans doute détruits en 2003.]

    Reliquaire [sacristie] (ill. 20154000426NUC1A)

    19e s. Bois peint faux ébène, cire.

    Cadre ovale en bois noir renfermant un agnus dei en cire représentant l'Agneau mystique.

    h = 25.

    [Objet repéré en 1992, non retrouvé lors de l'enquête de 2014.]

    Bourse du viatique [sacristie]

    19e s. Toile de coton blanc sur carton, fil de soie rouge (galon), fil de soie jaune or, rouge et argent (décor).

    Décor brodé : Agneau mystique sur le livre aux sept sceaux dans une gloire, roses et pampres de vigne.

    l = 32 ; la = 26.

    Ensemble de 5 conopées [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Damas de coton vert ; fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé : monogramme IHS, épis de blé et pampres de vigne.

    B. Toile de coton verte ; fil métal doré (passementerie, décor).

    C. Drap lamé doré ; fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé : cœur sacré, épis de blé et pampres de vigne.

    D. Satin de soie et coton blanc ; fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé : cœur sacré, épis de blé et pampres de vigne.

    E. Velours de soie et coton rouge ; fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé : cœur sacré, épis de blé et pampres de vigne.

    Ensemble de 3 draps mortuaires [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Velours de coton et soie noir, fil métal argenté (passementerie).

    Ensemble chape, ornement (chasuble, étole, manipule, bourse de corporal, voile de calice) et voile huméral [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Gros de Tours de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor (brodé sur le chaperon de la chape, sur la croix dorsale de la chasuble et au centre du voile huméral) : effigie du Sacré-Cœur entourée de rinceaux dans un cadre architecturé à gâble et pinacles.

    [Ornement complet repéré en 1992, non retrouvé en 2014.]

    Paire de dalmatiques et de manipules [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Gros de Tours de soie blanche, fil métal doré (passementerie).

    Décor brodé : croix et rinceaux.

    [Ensemble repéré en 1992, non retrouvé lors de l'enquête de 2014.]

    Ensemble de 4 étoles pastorales [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Drap lamé doré ; fil métal doré (passementerie, décor). Décor en application : croix.

    B. Satin de soie et coton blanc ; fil métal doré (passementerie, décor). Décor en application : croix.

    C. Satin de soie et coton blanc ; fil métal doré (passementerie, décor). Décor en application : croix.

    D. Satin de soie et coton vert ; fil métal doré (passementerie, décor). Décor en application : croix.

    Voile huméral [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Drap lamé doré, fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor brodé : monogramme IHS dans une gloire rayonnante.

    Ensemble de 6 statues

    1ère moitié 20e s. Plâtre polychrome (sauf mention contraire).

    Saint Antoine de Padoue (chapelle de saint Joseph, 1ère travée ; h = 146, la = 41 ; sur sellette en plâtre peint faux chêne, à motifs néogothiques d'orbevoies et de lancettes ; ill. 20154000197NUC2A). Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars (chapelle de la Vierge, près de la porte de la sacristie ; h = 112, la = 32 ; sur sellette octogonale en bois ; statue acquise en 1931 [Registre paroissial : "Dimanche 26, aux vêpres, clôture de la mission [...], inauguration de la statue du St curé d'Ars, qui a été établie en avant de la porte de la sacristie à une place symétrique de la statue de Ste Thérèse de l'Enfant Jésus"] ; ill. 20154000195NUC2A). Sainte Thérèse de Lisieux (chapelle de saint Joseph, 1ère travée ; h = 119, la = 32 ; marque de fabricant "GISCARD / TOULOUSE" et cachet du Carmel de Lisieux ; sur sellette octogonale en chêne ; installée avant 1931 [voir ci-dessus : curé d'Ars] ; ill. 20154000196NUC2A). Immaculée Conception (sacristie ; plâtre blanc ; h = 74). Sacré-Cœur (sacristie ; plâtre blanc ; h = 35 environ). Christ en croix (sacristie ; plâtre polychrome [Christ] et bois [croix] ; Christ : h = 65 ; croix à extrémités trilobées [il ne peut s'agir du "crucifix mis vis à vis de la chaire" acquis en 1868 du fabricant Charles Champigneulle, de Metz, grâce à un legs de Jeanne Bastiat ; ce "Christ de chaire' devait être de plus grande taille]).

    Tableau : Notre-Dame de Maylis [chapelle de la Vierge]

    Milieu 20e s. Huile sur toile, bois (cadre).

    Reproduction, de facture naïve, de la célèbre statue de Notre-Dame de Maylis (église abbatiale de Maylis, canton de Mugron, réf. IM40005853).

    [Tableau repéré en 1992, non retrouvé lors de l'enquête de 2014.]

    Ensemble de 3 estampes (lithographies) et d'une photographie : Portraits des papes Pie IX, Léon XIII, Pie X et Pie XI [sacristie]

    2e moitié 19e s.-1ère moitié 20e s.

    Pie IX (1846-1878) et Léon XIII (1878-1903) : chromolithographies. Pie X (1903-1914) : photographie. Pie XI (1922-1939) : lithographie.

    Titre et lettre (lithographie de Pie XI) : "Sa Sainteté le pape Pie XI. / Imp. Taille douce COTY R. GODARD Del. et Sculpt. Signature (monogramme, à l'intérieur du trait carré, au centre) : RG. [pour René Godard (1886-1932)].

    [Portraits provenant du presbytère de Mugron, déposés à la sacristie de l'église en 2014.]

    Photographie : Portrait de Bernard Roch Marie Domenger, maire de Mugron (1785-1865) [sacristie] (ill. 20144002449NUC2A)

    3e quart 19e s. Papier.

    Photographie reproduisant un portrait dessiné en buste (ovale) de Bernard Roch Marie Domenger (Mugron 1785 - id. 1865), maire de Mugron (1834-1865) et conseiller général (1851-1865), bâtisseur à ses frais de la nouvelle église Saint-Laurent (1864-1866).

    Photographie : Portrait de Blanche d'Antin, veuve Domenger (1805-1899) [sacristie] (ill. 20144002450NUC2A et 20144002451NUC2A)

    2e moitié 19e s. Papier, bois doré à la mixtion (cadre).

    Portrait en pied de Blanche d'Antin (Mugron 1805 - id. 1899), fille du baron Pierre Jean de Dieu d'Antin, maire de Mugron, épouse en 1832 de Bernard Roch Marie Domenger (Mugron 1785 - id. 1865), maire de Mugron (1834-1865) et conseiller général (1851-1865), bâtisseur de la nouvelle église Saint-Laurent (1864-1866) [voir ci-dessus]. Blanche Domenger, après la mort de son mari, prit en charge l'achèvement de la construction de l'église et la plus grande partie de son ameublement.

    Manuscrit : tableau des fondations faites dans l'église paroissiale Saint-Laurent de Mugron [sacristie] (ill. 20144002447NUC2A)

    Après 1891. Papier.

    Inscription (en partie imprimée, en partie manuscrite) : AD PERPETUAM BENEFACTORUM MEMORIAM / TABLEAU / DES FONDATIONS FAITES DANS L'ÉGLISE PAROISSIALE DE ST LAURENT, DE MUGRON. / DEPUIS LE RÉTABLISSEMENT DU CULTE CATHOLIQUE EN FRANCE / - / IN MEMORIA ŒTERNA ERIT JUSTUS. Obits entre 1822 (Marie-Anne Domenger, veuve de Guillaume-Paulin de Castelnau) et 1891 (Élina Jeanne Hiard).

    Document imprimé : diplôme d'érection de la confrérie de l'Immaculée Conception et de sainte Cécile dans l'église de Mugron, 21 juin 1932 [sacristie] (ill. 20144002448NUC2A)

    1932. Papier.

    Autorisation par Wladimir Ledóchowski (1866-1842), supérieur général de la Compagnie de Jésus ("praepositus generalis Societatis Jesu"), d'établir dans l'église de Mugron une confrérie de l'Immaculée Conception et de sainte Cécile érigée par l'évêque d'Aire et de Dax Clément Mathieu le 10 juin 1932 ("congregationem Virginum sub invocatione Immaculatae Conceptionis B. Mariae Virginis et S. Ceciliae in ecclesia S. Laurentii M. loci Mugron, diocesis Aturem et Aquae Augustae ab Illmo et Revmo DD. Episcopo Clemente Mathieu die 10 Junii 1932 canonice erectam").

    _______________________________________________________________________

  • Transcription de documents concernant le mobilier de l'ancienne église Saint-Laurent, XVIIIe et XIXe siècles (AP Mugron)

    1. Refonte de la grande cloche de l'église, 19 juillet 1742 (AP Mugron, Factures de la fabrique, 1738-1745) :

    "Nous soubsignés Etant assemblés dans la sacristie de l'église de Mugron au fins de la refonte de la cloche de lade Eglise que les fondeurs qui l'ont entreprise et qu'on a mis en pièce et pesée nous ont dit qu'il conviendroit encore augmenter un quintal de métal, ce qui fait que nous chargeons et donnons pouvoir au Sr Jean Pierre de Labeyrie marguilier de lade église de faire l'achapt dud. quintal de métal et le faire porter incessament et au dela de cent quatre livres et un tiers de métal qu'il a desia [déjà] fait porter le tout pour servir à la refonte de lade cloche, du prix duquel métal luy sera fait compte et de tout les autres fraix, fournitures et dépances concernant lade cloche [...]. Fait à Mugron le dix neuf // juillet mil sept quarante deux [sic] et avons signé : Cavaré curé de Nerbis - Labeyrie marguilier - Lanefranque juge - Fossat procureur d'office - Lanefranque - Laporte - Lanefranque Larrey."

    Quittance du fondeur Corbières : "J'ay receu de monsieur Labeirie marguilier des éeglises de Mugron et Nerbis la somme de quatre vingt dix livres pour la façon de la refonte de la grande cloche dud. Mugron, suivant le contrat que nous avons passé en conséquence laquelle somme j'acquitte led. Sr Labeirie tant pour moy que pour Lacroix mon associé. Mugron, ce 23e juillet 1742. / Corbieres."

    2. Construction d'un collatéral et d'un autel, déplacement de la chaire et des fonts baptismaux, 3 mars 1750 (AP Mugron, Documents de la fabrique, 1750-1754) :

    "A Monseigneur / Monseigneur l'Illustrissime et Reverendissime Seigneur Eveque d'Aire [François de Sarret de Gaujac]. / Suplie humblement, sieur Raymond Marsan Marguillier de l'Eglise de Mugron, dizant, qu'il auroit été fait dans ladite Eglise un Anef [sic] et collatéral à neuf du coté du cimetière, au bout duquel anef est le sanctuaire trez propre et trez décent ou il a été construit un autel, le tout fermé d'une balustrade de fer. D'ailleurs on auroit destiné un pillier de l'anef du coté de l'Evangille pour y placer la chaire. Comme aussy de placer les fonds Baptismaux dans un des collatéraux comme étant un endroit plus convenable que celluy ou ils sont à présent. Et comme on ne peut célébrer le saint sacrifice de la Messe dans le susdit autel neuf sans qu'il soit beny, ny déplacer la chaire et fonds Baptismauc sans la permission expresse de Sa Grandeur, à ces causes Monseigneur il vous plaira de vos graces, commettre et députer tel curé ou prêtre qu'il vous plaira pour faire la bénédiction requise en pareil cas aus susdit autel neuf, comme aussi de permettre au supliant de déplacer la chaire et la placer au pillier de l'anef du coté de l'Evangile, et de debatir les fonds Baptismaux et les porter dans un endroit convenable et préparé à cet effet. Et le supliant continuera ses vœux pour la santé de votre Illustre et Sacrée personne. / R. Marsan." [L'autorisation de l'évêque, datée du 3 mars 1750, est transcrite à la suite.]

    3. Achat de mobilier pour la sacristie au menuisier Salis, 18 février 1754 (AP Mugron, Documents de la fabrique, 1750-1754) :

    "Mémoire / des houvrages que je fait par l'ordre de Monsieur Marsan à l'église : un porte-mantau pour la somme de... 3# / du plus avoir fait un prie-dieu et... commode haute pour la sacristie... 3# / de plus avoir fait les trois tablettes pour tenir (?)... sur couppes du B... Et la plaque pour le... Et une traverse que je mis pour soutenir le panno de la porte.. 1#. / Le tout sÿ... 7# / Donné en payem.t 3 planches... 1. / 6# /... le contennu de l'autre porte. A Mugron le 18 février 1754. / Salis."

    4. Réparations et achats d'objets et vêtements liturgiques, aux orfèvres François Bécane, de Dax, Étienne II Affre, de Saint-Sever, etc., 1748 et 1751 (AP Mugron, Reddition des comptes des confréries du Saint-Sacrement et du Rosaire de Mugron du 11 juin 1747 au 8 juin 1755) :

    "[1748] Dépense, premièrement. / Le comptable [...] plus a payé de l'ordre du Sr Lafourcade sindic la somme de dix huit livres au Sr Becane orphèbre à Dax pour des réparations faites à l'encensoir appartenant à lad. confrairie comme il appert de son receu, lesquelles il demende lui estre allouées cy... 18# [...].

    [1751] Plus payé trois livres au sieur Affre orphèbre de St Sever, trois livres pour avoir redressé et blanchy les enfoncements de l'encensoir d'argeant qui appartient à lad. confrairie quil demande de luy estre allouée cy... 3#. [...]

    {1754] Plus payé au Sr Broqua mar[chan]d du monmarsan [sic] la somme de soixante sept livres treise sols six deniers pour la moitié du prix d'un pluvial noir que lad. confrairie a acheté conjointement avec l'église comme il résulte de la quittance dud. Sr Broqua en datte du 19 nobre 1754 lesquelles il demande luy estre allouées cy... 67# 13s. 6d.

    Plus payé au Sr Laforet peintre et doreur à Tartas dix livres comme il résulte de son receu pour avoir blanchy en argeant la croix de la confrairie quil demande luy estre allouées cy... 10#

    Plus remis au St de Brun fils ainé comme il résulte de sa quittance du deux du présent mois la somme de deux cens quarante livres pour servir à l'achat d'une lampe d'argeant qui doit estre établie dans l'église du présent lieu quil demande luy estre allouées cy... 240#."

    5. Dorure du tabernacle, 1755 (AP Mugron, Reddition des comptes du marguillier de Mugron, Dominique Labeyrie, du 14 juin 1754 au 4 juillet 1756) :

    "[1755] Plus a payé soixante livres de l'avis et consentement de Mrs qui composent la présente assemblée pour le final payement de lad. somme de quatre cens livre[s] quy ont été employées pour faire dorer le tabernacle de la présente église, attendu que les aumones faittes par les personnes charitables pour faire lad. depence nont pas suffy pour payer lad. so[mm]e de quatre cens livres laquelle so[mm]e de soixante livres il demande luy etre allouée cy... 60#.

    6. Achat d'une croix de procession en argent, 1758-1759 (AP Mugron, Liste des confrères du Saint Sacrement qui ont été reçus dans l'église de Mugron, 1704-1791) :

    "1759. / C'est le compte que rend devant vous Mr Me Jean Pierre Monferrant prêtre et curé de Mugron et aux administrateurs de la confrairie du St Sacrement établie dans l'église dudit Mugron et de celle du St Rosaire, Sr Pierre Bruguière au nom et comme trésorier desdites confrairies, des revenus qu'il a reçu apartenant auxdi. confrairies tant en recepte qu'en depance à commencé le 24 juillet 1757 jusques au 24 juin 1759 qui est deux ans. [...] / Dépanse pour les deux années / [...] Plus a payé à M. de Brun pour avoir fait faire une n[o]tre croix d'argent en l'année 1758... 839 # 40 s. / Plus payé pour un petit cabinet qu'il a fait faire à la croix... 6 # 18 s."

    7. Réparations et achats d'objets liturgiques, à l'orfèvre Étienne II Affre, de Saint-Sever, etc., 1762-1766 (AP Mugron, Reddition des comptes du marguillier de Mugron, Dominique Labeyrie, du 5 juillet 1761 au 20 août 1766) :

    "Dépense [...] / Plus fait dépense de la somme de cinquante cinq livres seidze sols quil a payé à Jean Chevriay mar[chan]d de ce lieu pour pareille somme que ce dernier a payé à la décharge de l'église pour le porte et transport d'un poile pour servir à la décoration de nostre église, lad. quitance dattée du 25 janvier 1762 signée dud. Chevrier laquelle somme il demande luy estre allouée cy... 55# 16 s. [...]

    Le 13e 8bre 1764 [...¨]. Plus fait dépense de quarante huit sols quil a payé au sieur Affre orphèbre de la ville de St Sever pour certaines réparations faites à un calice et St sivoire [sic] de l'église du présent lieu quil demande luy estre allouées cy... 2# 8s.

    [Février 1766] Plus fait dépense de la somme de vingt quatre livres quil a payé au même [Marimpoey, marchand à Mugron] pour l'achat fait à Bordeaux d'une paire de fers à faire des osties suivant l'avis de Mr nostre curé quil demande de luy estre allouées cy... 24#.

    Plus fait dépense de six livres payées aud. Sr Marimpoey pour l'achat de six cents clous dorrés par luy achetés à Bourdeaux par l'avis de Mr l'abbé Cassiet cy-devant vicaire au présent lieu pour servir à l'ornement du poile du St Sacrement quil demande luy estre allouées cy... 6#.

    8. Achat d'un "balustre" (clôture) pour l'autel de saint Vincent de Paul et d'un confessionnal, janvier 1826 (AP Mugron, Conseil de fabrique, arrêtés de comptes et délibérations, 1826-1836, p. 2-4) :

    "Balustre à l'hotel [sic] de St Vincent de Paul et autres réparations à l'église &a &a. / Du 2e janvier 1826 [...] / Monsieur le Président a observé que le balustre devant l'hotel de St Vincent de Paul devrait être renouvellé [sic] en fer, attendu que celui qui existe est en bois totalement ruiné par vétusté et qu'il conviendrait qu'il fût dans le même goût et façon que celui du grand hôtel. [...]" Vote d'un budget de 380 francs.

    "Du 15 janvier 1826. / Mandat de 380 francs, exercice de 1826. Le receveur du conseil de fabrique de Mugron payera lui même la somme de trois cent quatre vingts francs pour être employée à un balustre de fer devant l'hotel de St Vincent de Paul et pour autres réparations dans l'intérêt de l'église [...]"

    "Compte des recettes et dépenses de la fabrique [...] de l'année 1826. / Dépenses [...]. Chap. 3e. Pour un confession[n]al à nœuf [sic] - 79.70. / Pour un balustre en fer devant l'hotel de St Vincent de Paul prix fait -150."

    9. "Inventaire des ornements, linges, vases sacrés argenterie et des ustensiles de l'Eglize de Mugron, dressé le 5 mars 1828" (AP Mugron, Conseil de fabrique, arrêtés de comptes et délibérations, 1826-1836) :

    "Ornements, / 4 chasubles en serge blanche, avec leur assortiment / 3 idem en serge rouge, aussi assortie / 3 id. idem... en violet... idem / 2 id... id. en vert... id. / 4 id... id. en noir... id. / 8 id. en soye de différentes couleurs assortis / 9 chappes [sic] en différentes couleurs / 2 pastorales / 14 bonets [sic] carrés / Un dais garni en étoffe de soye, avec 4 panaches, garni de plumes blanches / 4 draps mortuaires, dont un en velours / Un voile en soye. / Lingerie. / 46 aubes / 30 surplis en batiste et organdin / 4 idem en toille / 9 aubes pour les enfants de cœur [sic] / 18 nappes pour couverture d'autel [...] / Argenterie. / Un calice de vermeil ciselé, les burettes et leur bassin de même de vermeil ciselé / un calice de vermeil / un ostensoir de vermeil ciselé / deux calices en argent // un ciboire en vermeil / un second ciboire en composition / un goupillon en argent / deux petites boëtes en argent pour le viatique / une grande croix en argent / un petit Christ en argent. / Ustensiles et mobilier de l'Église. / un encensoir en cuivre argenté / deux croix (grandes) en cuivre argenté / 14 chandeliers en cuivre jeaune [sic] / 3 porte hosties en fer blang / 4 plats dont 3 en étain et un en fer blang / un lustre en cristal / deux lampes argentées / 8 missels / 2 vespéraux / 2 rituels / 2 missels pour les morts / 2 échelles en bois / un fer pour les hosties / 5 clocettes [sic] dont une en argent / 550 chaises grandes et petites / 4 fauteuils / un arosoir [sic] en fer blang / un petit miroir."

    10. Refonte de la grande cloche par le fondeur dacquois François-Dominique Delestan, 1831 (AP Mugron, Conseil de fabrique, arrêtés de comptes et délibérations, 1826-1836, p. 35-36 ; Registre paroissial de l'église de Mugron, 1842-1950, p. 2) :

    "Dispositif d'un projet de la refonte d'une cloche / Séance extraordinaire du conseil de fabrique [...] quinze février 1831 [...] convoqué sur l'invitation de M. Liquet, curé et président, à l'effet d'aviser aux moyens de faire dans le plus bref délai possible procéder à la refonte de la principale cloche fêlée [...]. / Vu les circonstances critiques, par le manque de moyens pécuniaires ; et vu de plus que la municipalité locale ne présente aucune ressource [...], le conseil plein de confiance dans la piété des vrais fidèles (qu'on n'invoque jamais en vain), ne révoque pas en doute le denier de la veuve, recueilli par notre vénérable pasteur ; délibère en conséquence que l'exposé ci-après sera par trois commissions ad hoc et pris [sic] dans son sein, mis à exécution. / 1° de traiter avec le Sr Délestan pour la refonte de la grande cloche qui sera rendue du même poids environ que celle fêlée et qui lui sera délivrée ; 2° que cette refonte aura lieu dans le délai de deux mois, suivant les règles de l'art ; 3° que ledit Délestan fournira la matière nécessaire pour remplacer le déchet de celle mise à sa disposition, en qualité telle qu'elle devra être, afin que la matière de la cloche en soit améliorée ; 4° que tous les frais de la dite refonte soient à la charge du fondeur ; 5° que le dit fondeur présidera à la mise en place de la nouvelle cloche [...] ; 6° qu'un local convenable lui sera fourni pour l'attelier [sic] de refonte ; 7° que la cloche agréée lui sera payée la somme de quatre cent-trente francs avec cette condition que si la nouvelle cloche se trouve, après être fondue, peser plus que l'ancienne (ce qui dans aucun cas ne pourra excéder vingt kilogrammes), il sera payé au Sr Délestan trois francs pour chaque kilogramme en sus de celle fêlée et dans le cas contraire, que le dit Délestan tiendra compte de la matière restée dans le creuset en raison de trois francs aussi par kilogramme sur le poids moindre que celle fêlée dont il disposera ; 8° enfin, que le dit Délestan fournira une caution pour la garantie pendant un an de la dite cloche. / Le conseil après lecture nomme, d'une voix unanime, pour commissaires chargés de traiter avec le Sr Délestan aux clauses et conditions cy dessus énoncées MM. Dubroca, Domenger et La Placette. [...]"

    "Suite de la séance du 15, relative à la refonte d'une cloche. / [...] Les membres composant le conseil de fabrique réunis sur l'invitation de M. le président à l'effet d'entendre le rapport des commissaires délégués dans la séance du matin à poser les conventions relatives à la refonte de la principale cloche fêlée / L'un d'eux en a donné lecture, sur l'écrit original, des conventions faites avec le Sr Délestan fondeur. / Le conseil, après en avoir pris connaissance, adhère en entier à son contenu et délibère qu'il sera annexé à la présente [...] ; l'un d'eux, M. Domenger, demeure invité de veiller à la descente de la cloche fêlée, de s'assurer de son poids, ainsi que de la nouvelle lors de sa confection [...]"

    "Confirmation et bénédiction de la grosse cloche agrandie 1831. / En 1831, il y eut une autre confirmation, qui n'offrit rien de remarquable. Monseigneur [Le Pappe de Trevern, évêque d'Aire] profita de cette circonstance et voulut bien baptiser la grande cloche qui fut agrandie, elle est plus forte que l'ancienne de deux cents livres, telle qu'elle en pèse 1.1600 livres. Mr D[omini]que Domenger et Mademoiselle Marie Catherine d'Antin, sœur de feu Mr le Baron d'Antin, en furent les parreins [sic]." (Registre paroissial, p. 2)

    11. Correspondance relative à l'exécution d'un autel en marbre par Arnaud Graciette fils, marbrier à Bagnères-de-Bigorre, au décor de stuc du chœur par le stucateur Pera et à l'achat de trois tableaux (1834-1835) :

    Voir dossier du maître-autel aujourd'hui à l'église Saint-Jean-Baptiste de Larbey (réf. IM40005735). Le revêtement de stuc "sur les murailles du sanctuaire et la voûte qui le couronne" (une gloire sur fond étoilé) fut exécuté par "M. Peyra, stucateur à Mont-de-Marsan", certainement le praticien d'origine italienne Pierre Pera, qui travailla à Roquefort en 1823.

    Toujours en 1835 furent acquis "trois grands tableaux, six chandeliers de composition [id est : d'alliage] et une grande croix" : "ces objets ont été choisis à Paris, on y a dépensé comprenant le port la somme de 1258 francs en y comprenant les frais de restauration des avanies survenues aux cadres dans la route, dorure des consoles..."

    "L'ancien tableau du grand autel a été rafraîchi et remis à neuf [...], il a été placé vis à vis la chaire où il est d'un bel effet. La restauration et la dorure du cadre ont coûté 50 francs."

    12. Solde du paiement du maître-autel et achat d'une bannière, 21 mai 1837 (AP Mugron, Délibérations de la confrérie du Saint Sacrement, 1832-1879) :

    "Séance du dimanche de la Trinité vingt un mai mil huit cent trente sept. / [...] Il y a eu en depences extraordinaires une somme de trois cents cinq francs, sçavoir 1° cent cinquante francs employées [sic] pour payement d'acompte de celle de mille cincq cents francs due il y a un an pour solde du grand autel de la parroisse [sic], 2° cinquante cinc francs pour l'achat d'une lampe, réparations aux encensoirs et autres argenteries de l'église et la confrérie ; 3° la somme de cent francs pour la part contributive de la confrérie dans l'achat d'une Banière [sic] à deux faces, l'une du St Sacrement, et l'autre de St Laurent patron de notre église, laditte Banière ayant couté et été payée la somme totalle de deux cents cinquante francs. [...]"

    13. Décor de stuc à l'autel de saint Vincent, devant d'autel au maître-autel, 1838-1839 (AP Mugron, Délibérations de la confrérie du Saint Sacrement, 1832-1879 ; Registre paroissial de l'église de Mugron, 1842-1950, p. 2) :

    "Rapport du sindiq [sic] de la confrérie du St Sacrement dans l'assemblée générale du 26 mai 1839 d'après le compte rendu par le trésorier pour sa gestion depuis le 17 juin 1838. / [Signale les trois autels de confréries : "du Sacré-Cœur, du Rosaire et du Scapulaire"] / Le devant du grand autel n'avait jamais été achevé ni même crépi ; nous devions profiter de la présence des stucateurs qui ont décoré l'autel de St Vincens [sic] [...]."

    "Érection de l'autel de la chapelle St Vincent de Paul, 1839. / En 1839, l'autel de la chapelle de St Vincent a été érigé, ses murs stuqués, le plafond renouvellé [sic] et l'arceau bâti à neuf. C'est M. B. Domenger, chevalier de la Légion d'honneur, qui en a fait les frais, il a donné pour cela la somme de 1.500 fr. Il a fait ce sacrifice pour honorer la mémoire de feu M. son père. Cependant, il fait avouer que cette somme s'est trouvée des dépenses faites pour cette amélioration de notre église."

    14. Achat de quatre chandeliers pour le maître-autel et de deux encensoir, 1840 (AP Mugron, Délibérations de la confrérie du Saint Sacrement, 1832-1879) :

    "1841, 6 juin. Compte arrêté de l'exercice 1840. / L'assemblée autorise à remettre à M. le curé la somme d'environ quatre vingt francs pour acheter quatre gros chandeliers pour le maître-autel et qui doivent être dans le genre de ceux qui y sont déjà placés [...] et l'autorise également à échanger les deux encensoirs en métal et à les remplacer par deux autres de bonne qualité [...]."

    15. Achat d'un dais de procession, 1843-1844 (AP Mugron, Délibérations de la confrérie du Saint Sacrement, 1832-1879) :

    "25 juin 1843. Somme de 400 f. accordée à M. le curé pour aider à payer le dais [d'un coût de 2000 francs]."

    "24 juin 1844. 200 f. alloués à M. le curé pour aider au payement du dais."

    16. Achat d'un tableau pour l'autel de la Vierge, 1850 (AP Mugron, Registre des délibérations du conseil de fabrique, 18336-1863) :

    "L'an mil huit cent cinquante et le sept du mois d'avril (dimanche de quasimodo) / [...] Avant de se séparer, Mr Liquet curé a exposé au Conseil qu'avec l'aide des libéralités de quelques personnes pieuses, il a fait confectionner un tableau pour l'autel de la Ste Vierge à l'effet de remplacer celui qui existe maintenant dans un état complet de dégradation, qu'il lui manque cependant pour achever le paiement de ce tableau et pour frais du cadre et du transport, une somme de cent cinquante francs qu'il invite le conseil à noter. / [...] En conséquence, le conseil à l'unanimité a voté, 1° une somme de cent cinquante francs pour le complément des frais du tableau de la Vierge et de ses accessoires. [...]"

    17. Achat d'une chape rouge et travaux divers, 18 mai 1856 (AP Mugron, Délibérations et comptes de la confrérie du Saint Sacrement, 1850-1945) :

    "18 mai 1856. / [M. le curé] demande une certaine somme pour l'aider à l'achat d'une chappe [sic] rouge, dont le besoin se fait sentir [...], plus à faire plaquer en argent la croix et les chandeliers de l'autel de la Ste Vierge, qui se trouvent malpropres et en assez mauvais état, enfin pour faire recarreler le sanctuaire du maître-autel et les chapelles de la Vierge et de St Vincent s'il se peut, soit en pierres de Bidache, marbre ou toute autre chose convenable, de manière à mettre le carrelage en rapport avec les autels, et notamment le maître-autel [...]."

    18. Achat d'une chape en drap d'or et réparation d'un dais, 1856 (AP Mugron, Délibérations et comptes de la confrérie du Saint Sacrement, 1850-1945) :

    "Le 27 août, payé à un fabricant de Lyon pour une chappe [sic] en drap d'or ci... 457."

    "Le 1er 7bre, payé à Larrère menuisier, pour dais neuf et réparation - 1.70."

    19. Achat d'une chape et d'une chasuble violettes, 19 juin 1859 (AP Mugron, Délibérations et comptes de la confrérie du Saint Sacrement, 1850-1945) :

    "19 juin 12859. [...] Les membres de l'administration de la confrérie du St Sacrement [...] ont pris en considération un exposé que [le curé Liquet] a fait, duquel il résulte, qu'ayant acquis pour l'église, une écharpe blanche, brodée en or, une chappe [sic] violette ainsi qu'une chasuble de même couleur, pour les soins de l'église [...]."

    20. Redorure de deux calices et d'une statue de la Vierge, 1860-1862 (AP Mugron, Délibérations et comptes de la confrérie du Saint Sacrement, 1850-1945) :

    "L'an mil huit cent soixante et le trois du mois de juin, l'assemblée générale des confrères [...], Monsieur le Président a exposé que la coupe de deux calices besoin d'être redorée, que plusieurs ornements devaient être réparés, qu'une somme de cent cinquante francs serait nécessaire pour ces diverses réparations [...]."

    "1861. Le 12 février, envoyé à M. Damborgès, notaire à Bayonne, pour les deux calices à redorer, le timbre-poste - 0.20. / Le 23 février, envoyé à M. Damborgès, notaire à Bayonne, pour débours par lui fait, pour la restauration de deux calices argent, deux patènes et deux étuis, ci - 59.10."

    "1861, le 19 mars. Payé pour un timbre pour une lettre à M. Miquau, doreur à Mont-de-Marsan, pour l'atta[...] de la Vierge - 20 c. / Le 19 mars, écrit à M. Damborgès de Bayonne pour atta[...] de la Vierge à dorer, un timbre-poste - 0.20. [...] / 1861. Le 25 8bre payé à Larrère déballage de la statue de la Vierge dorée à Mont-de-Marsan - 0.25 c. / 1861. 28 8bre payé un port de lettre pour M. Miquau doreur - 0.20. / 1861. Le 5 9bre payé à M. Miquau doreur à Mont-de-Marsan indemnité du supplément de dorure de la statue de la Vierge - 5. / 1861. Le 1er Xbre payé à Dlle Destouesse pour couture de la bourse pour la statue de la Vierge - 1. / 1862. Le 14 janvier payé à M. Camors, étoffe pour la chemise de la statue de la Vierge dorée - 2.30."

    21. Achat d'une chape blanche et d'une noire, 19 novembre 1862 (AP Mugron, Délibérations et comptes de la confrérie du Saint Sacrement, 1850-1945) :

    "19 9bre. Payé à M. le curé pour contribuer à l'achat de deux chappes [sic], l'une fond blanc et l'autre noire, suivant délibération de l'assemblée générale du 15 juin 1862, deux cents francs."

    22. Achat d'une cloche neuve aux fondeurs Delestan de Dax, 1863 (AP Mugron, Délibérations et comptes de la confrérie du Saint Sacrement, 1850-1945) :

    Voir dossier de la cloche de François-Dominique et Louis-Rémy Delestan (réf. IM40005990).

    23. Achat d'un ciboire en vermeil et d'un ombrellino, septembre 1863 (AP Mugron, Délibérations de la confrérie du Saint Sacrement, 1832-1879) :

    "27 7bre 1863. Achat d'un ciboire argent vermeil et d'un ombrellino." Coût total : 250 francs.

    24. Achat d'un dais de procession en drap d'or, 1864 (AP Mugron, Délibérations de la confrérie du Saint Sacrement, 1832-1879) :

    "22 mai 1864. Achat d'un dais drap d'or. / [...] Celui-ci [le curé Bourrus] a exposé que par suite de l'adoption du Rite romain dans le diocèse, le dais qui est en velours rouge, avait besoin d'être réformé et remplacé par un blanc, que pour cette opération, il aurait besoin d'une somme de 455 francs 15 c., par moitié de cent francs au moins jusqu'à payement effectif. [...] ce dais devant servir pour dimanche prochain à l'occasion de la procession de la fête-Dieu. / L'assemblée prenant en bonne considération l'exposé de M. le curé et sa proposition, alloue pour un dais blanc ou en drap d'or qui doit remplacer le dais rouge, cent francs au moins [...]."

    "11 juin 1865. Don de Madame veuve Domenger de 325 francs que la confrérie lui devait. / [...] Madame Blanche d'Antin, veuve de M. Bernard Roch Domenger, décédé le vendredi saint quatorze avril dernier, quand vivait maire de cette commune, chevalier de la Légion d'honneur, faisait abandon et remise à la confrérie du St Sacrement de la somme de trois cents [sic] vingt cinq francs, qu'elle lui restait devoir, pour le prix du dais drap d'or, dont feu son mari avait fait l'avance, qu'en conséquence ladite dame donne quittance à la confrérie de cette somme, lui faisant don et abandon, à titre d'œuvre de bienfaisance. [...]"

  • Procès-verbal de visite de François de Sarret de Gaujac, évêque d'Aire, 24 août 1755 (copié en 1924 par l'abbé Dominique Laporte dans les archives de l'évêché d'Aire)

    "François de Sarret de Gaujac, par la grâce de Dieu et du St Siège apostoloque, Évêque et seigneur d'Aire, sçavoir faisons que pour satisfaire aux devoirs de notre charge pastorale à l'égard des Fidèles de la Paroisse de St Laurens de Mugron de notre Diocèse, Nous nous y sommes transportez le vingt quatre du mois d'Août de l'année 1755 aux fins d'y faire notre visite duement indiquée à ce jourd'huy, tant pour la spirituel que pour le temporal, par notre Mandement du 23e Juillet dernier duement publié trois fois. [...] / Ensuite nous avons procédé à la visite suivant les formes requises et les cérémonies accoutumées, et nous avons trouvé comme il est porté dans les articles suivans / LE TRÈS SAINT-SACREMENT / Ciboire et custode : le ciboire est en bon état, on fait refaire la custode. Trois calices d'argent, un grand neuf, un médiocre qui a besoin de réparation et un petit dont la patène a besoin d'être redorée. / Tabernacle : il vient d'être doré à neuf, il est doublé en dedans d'une étoffe de soie. / Maître-autel : en état. / Retable. Aucun, on est sur le point de faire un. / Lampes. Une de léthon [sic] qui brûle continuellement ; on en travaille actuellement une d'argent. / Sanctuaire. Voûte et carrelé, éclairé par deux grands jours en état. / Balustre pour la communion. De fer travaillé en état. / Reliques des saints. Aucune. / Chrémières. Sont d'argent, la boëte où elles sont renfermées est de fer blanc. / Fonts baptismaux. Sont au bas de l'église vis à vis le maître-autel, formés d'une balustrade où il y a une porte qui ferme à clef, la cuvette est en état ; il y a un tableau de St Jean-Baptiste. / Chapelles et autels de l'église. Da,s le collatéral qui est à la gauche est une chapelle de Notre-Dame, elle est en état ; dans le collatéral qui est à droite est la chapelle dédiée à la Naissance du Sauveur, le gradin et le cadre du tableau sont sans dorure et sans peinture, le reste est en état, il y a des tapis pour couvrir les autels. / Images. Nulles d'indécentes. / Sacristie. Neuve, belle, spacieuse, bien éclairée, munie de tout ce qui est nécessaire pour le service divin. Tout le monde indistinctement entre dans la sacristie, même des filles sous prétexte d'avoir soin des linges et ornemens. / Inventaire des meubles de l'église. Il y en a un. / Ornemens. Un de camelot blanc complet en état, un de damas rouge, un de taffetas rouge piqué, la croix blanche, un de damas vert, un de taffetas violet, un de damas violet, un noir de damas, un noir de camelot, un vert de camelot, complets en état, deux dalmatiques rouges, deux blancs [sic], deux violets, deux noirs en état. Une chape de damas de toutes couleurs en état, une chape noire d'un droguet en soye neuve. Plusieurs étoles séparées. Une écharpe pour donner la bénédiction du St Sacrement. / Napes pour l'Autel et pour la Communion. Dix napes pour l'autel, huit pour la communion, seize serviettes en état. / Aubes, amicts et cordons. Treize aubes dont quelques unes usées, treize amicts, quatre cordons presque usés, six surplis de toile, quatre de Cambrai. / Pales, corporaux et purificatoires. Nombre de pales, de corporaux et de purificatoires en état. / Missels, Rituel et autres livres. Trois missels dont un a besoin d'être relié, un rituel usé, deux cayers pour les messes des morts en état. / Autres meubles de l'église. Cinq bonnets carrés, des clochettes à chaque autel. / Le dais. D'une moire en or un peu fané. Il y en a un à deux pieds pour porter le St Sacrement aux malades dans le bourg. / Croix processionnelle. Une blanchie en argent, une autre de léthon en état. / Encensoir et navette. De léthon en état, il y en a un d'argent qui appartient à la confrérie du St Sacrement. / Bénitier portatif. Aucun. / Lanterne pour accompagner le St Sacrement. Une seule de fer blanc en état. / Drap mortuaire. Un en état, il y en a un autre appartenant à la confrérie du St Sacrement. / Luminaire de l'église. Suffisant. / L'état des sépultures. On aumône six livres pour tous ceux qu'on veut faire ensevelir dans l'église, grands et petits. / Registre des baptêmes, morts et mariages. Ils sont en règle. / La nef et les vitreaux [sic]. En état, le vitrage est en bon état. / Chaire à prêcher. En état. / Bancs dans l'église. Celui du seigneur duc de Biron, celui de Boucousse Saubeterre et celui de la communauté dans la nef. Il y a dans l'église une quantité considérable d'agenouilloirs ou scabeaux qui embarrassent l'église et qui incommodent les passans et les processions. En porte qui veut, on Nous a représenté qu'il seroit convenable d'ordonner que nul ne pourroit en avoir s'il n'aumônoit chaque année 20 s[ols] à l'église. / Coffre à plusieurs serrures pour mettre les titres et argent de l'église. Il y en a un où l'on tient les papiers de l'église, le marguillier de Mugron tient une clef et les marguilliers de Nerbis l'autre, le S[ieur] curé n'en a aucune. / Le clocher et dehors de l'église. En état, deux cloches bonnes. / Cimetière. Bien muré en état. / Confréries. Celle du St Sacrement et celle de Notre-Dame unies, il y a environ 100 confrères du St Sacrement et environ 400 confrères de Notre-Dame. Le marguillier de lad. confrérie Nous a présenté ses comptes que nous avons arrêtés, et avons remarqué qu'on n'avoit pas soin de les rendre chaque année. Il y a aussi une confrérie de Dames de la Charité. Nous avons tenu une assemblée, vu et arrêté les comptes, changé les officières, etc. [...] / Processions. Les ordinaires, tous les 1ers dimanches du mois et chaque fête de la Ste Vierge, on fait après Vêpres une procession dans le cimetière, et tous les samedis matins d'une Ste Croix à l'autre pour la conservation des fruits de la terre. [...] / Ayant interrogé des personnes dignes de foy sur la vie et mœurs du sieur curé, et s'il administre les sacrements, fait régulièrement le prône et le catéchisme, on Nous a dit qu'on en étoit content. / Le nom du sieur curé. Me Jean Pierre Monferran, premier curé depuis le lois d'octobre 1754. / Patron de la cure : M. l'Abbé de St Sever. Annexes. Aucune. / Chapelles sucursales [sic]. L'église de Mugron étoit succursale de Nerbis, mais par Notre décret du 1er 8bre 1754, Nous l'avons érigée en église parroissiale distincte de celle de Nerbis. Chapelles domestiques. Celle de Boucousse. [...] / De quoy de tout ce dessus avons dressé le présent verbal en présence du sieur curé et autres principaux de la paroisse / + F. E. d'Aire. / Oui sur icelui et ce requérant Notre Promoteur avons ordonné et ordonnons comme s'ensuit : / 1° Qu'on fera incessamment réparer le calice moyen et redorer la patène du petit ; qu'il sera fait un boëtier d'argent pour les chrémières. / 2° Qu'il sera acheté un rituel du diocèze ; qu'on fera relier celui des trois missels qui a besoin de l'être ; qu'il sera acheté quatre cordons. / 3° Qu'il sera fait un bénitier portatif d'argent avec son goupillon du même métal, dès qu'il y aura des fonds suffisans pour cela. / 4° Deffendons que personne puisse avoir des agenouilloirs ou scabeaux dans l'église qu'en aumônant au profit de lad. église la somme d'une livre dix sols pour chaque année dont le Marguillier en charge sera tenu de se charger en recepte ; et seront lesd. agenouilloirs ou scabeaux marqués à la marque de l'église et placés de façon que les passages soient libres dans lad. église. / 5° Deffendons pareillement qu'on laisse entrer dans la sacristie d'autres personnes que celles qui sont nécessaires pour le service divin, sans que pour raison d'aucun service ni pour quel autre prétexte que ce soit les femmes ni filles puissent entrer dans lad. sacristie ; enjoignons très expressément aux Srs curé, vicaire et marguilliers de tenir la main à l'exécution du présent article. [...] / 7° Ordonnons qu'il y aura un coffre ou armoire fermant à deux clefs différentes pour y mettre les titres et papiers de l'église, l'une desquelles sera remise entre les mains du S. curé et l'autre entre celles du marguillier en charge. / 8° Ordonnons qu'on procèdera chaque année à la nomination et à la reddition des comptes des marguilliers, même de ceux de la confrérie du St Sacrement et de Notre-Dame. A l'effet de quoi etc. Donné à Aire le premier septembre mil sept cent cinquante cinq. / + F. E. d'Aire."

  • Ordonnance de visite pastorale de François-Adélaïde-Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire, 16 septembre 1842 (AP Mugron)

    "Ordonnance de visite pastorale. / François-Adélaïde-Adolphe Lannéluc, par la Miséricorde Divine et l'Autorité du Saint-Siège Apostolique, Évêque d'Aire, / A la suite de la Visite Pastorale que nous avons faite dans l'Église de Mugron le neuvième jour du mois de septembre de l'an 1842, Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit : / Art. 1er. La Pierre sacrée de l'autel dédié à la Sainte Vierge sera munie de reliques. / 2e. Les confessionnaux seront munis de serrures. / 3e. Les fenêtres de l'Église seront garnies de barres de fer assez fortes & assez rapprochées pour garder le lieu saint à l'abri de l'invasion sacrilège des malfaiteurs. / 4e. Nous exhortons les pieux habitants de la Paroisse de Mugron à fournir à M. le curé & à la fabrique les ressources nécessaires pour l'acquisition d'un dais qui soit en rapport avec sa destination & avec les autres objets consacrés au culte divin dans leur Église. [...] / Avant le Premier jour du moins de Janvier prochain, M. le Curé nous adressera un rapport de ce qui aura été fait pour l'exécution de la présente Ordonnance [...]. / Donné à Lahosse (en cours de visite pastorale), sous notre seing, le sceau de nos armes et le contre-seing de notre Secrétaire, le 16e jour de septembre de l'an 1842. / + Fs. Ad. Ad. Ev. d'Aire."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Mugron, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18 b
  • Église, presbytère, cimetière (1811-1937).

    Archives départementales des Landes : 2 O 1446
  • Secours de la commune pour refonte d'une cloche (1822), etc.

    Archives départementales des Landes : 70 V 236/6
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 236/9
  • Dons et legs à la fabrique (1817-1883) : Françoise et Marthe Dartigoeyte (1817), Pierre Fossats (1822), Marie-Anne Domenger veuve de Castelnau (1822), Pierre Darbo (1824), Marie-Anne Pujo (1852), Jean Farthoat (1854-1855), Pierre Hosseleyre (1855-1856), Saint-Jean Portelatine (1856), Jeanne Celhay veuve Bastiat (1868-1869), Catherine Latry épouse Moncade (1869-1892, refusé), Jean Lurbe (1872-1873), Béotie Hiard (1883).

    Archives départementales des Landes : 70 V 236/10
  • Plans et élévations de la nouvelle église, par les architectes Gustave Alaux et Alexandre Ozanne (1860).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Reçus de la fabrique (1721-1730).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Liasse de documents de la fabrique (1750-1754).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Reddition des comptes du marguillier de Mugron, Dominique Labeirie, du 24 juin 1754 au 4 juillet 1756.

    Archives paroissiales, Mugron
  • Reddition des comptes du marguillier de Mugron, Dominique Labeirie, du 5 juillet 1761 au 20 août 1766.

    Archives paroissiales, Mugron
  • Documents divers (1808-1863) : confréries, don de la maison Menine (1817), testament de Pierre Darbo (1822), inventaire du presbytère (1865), inscriptions des cloches, etc.

    Archives paroissiales, Mugron
  • Conseil de fabrique, arrêtés de comptes et délibérations (1826-1836).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Délibérations, arrêtés de compte de la fabrique (1826-1906), recensement de 1792.

    Archives paroissiales, Mugron
  • Bureau de la fabrique depuis 1833-1836, rénovation de l'église en 1834 (1833-1836).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Correspondance relative à l'autel en marbre fait par Arnaud Graciette fils, de Bagnères-de-Bigorre (1834-1835).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1836-1863).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Reçus de la fabrique (1834).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Reçus de la fabrique (1835-1836).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Reçus de la fabrique (1839).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre paroissial de l'église de Mugron (1842-1950) ("Diocèse d'Aire, paroisse de Mugron, doyenné de Mugron. Registre paroissial de l'église de Mugron à commencer du 25 août 1842").

    Archives paroissiales, Mugron
  • Ordonnance de visite pastorale de Mgr Lanneluc en l'église de Mugron (9 septembre 1842).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Église actuelle, plans, contrats (1874-1905), reçus de la fabrique (1880, 1881, 1884, 1886, 1887, 1893).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1892-1906) puis du conseil paroissial (1906-1949).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre des marguilliers de l'église Saint-Laurent, arrêtés et vérifications des comptes (1852-1906).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Notes du curé de Mugron (1912-1919).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Documents divers : orgue, cloches, reliques (XIXe-XXe siècles).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Livre des confraires et confrairesses enrollés en la confrairie Nostre Dame du Sainct Rosaire instituée en l'esglize de Mugron l'année mil six cens quarante deux (1642-1792).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre de la confrérie du Rosaire (1860-1946).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Reddition des comptes des confréries du Saint-Sacrement et du Rosaire de Mugron du 11 juin 1747 au 8 juin 1755.

    Archives paroissiales, Mugron
  • Liste des confrères du Saint Sacrement qui ont été reçus dans l'église de Mugron (1704-1791).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre de la confrérie du Très Saint Sacrement (1781-1875).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Cahier contenant les délibérations de l'administration de la confrérie du très Saint Sacrement établie dans l'église de Mugron (1832-1879).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre des délibérations et des comptes de la confrérie du Saint-Sacrement de Mugron (1850-1945).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Documents divers concernant la confrérie du Saint-Sacrement (1904-1914).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre de la confrérie du Scapulaire (1803-1952).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre de la confrérie du Sacré-Cœur de Jésus établie à Mugron le 11 juillet 1831 (1831-1881).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre des délibérations et des comptes de la confrérie du Saint-Sacrement, listes des confrères (1850-1945).

    Archives paroissiales, Mugron
  • Registre de la confrérie du Tiers-Ordre de saint François (1928-1939).

    Archives paroissiales, Mugron
  • FOIX Vincent, abbé. Monographie paroissiale de Mugron et Nerbis. 1885.

    Archives départementales des Landes : 2 F 966-1 et 2
Documents figurés
  • Bénitier d'applique (d'une paire).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
  • Lampe de sanctuaire (d'une paire).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
  • Lutrin.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
  • Banc d’œuvre.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
  • Ensemble de 6 chandeliers d'autel, statuette de l'Immaculée Conception..

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
  • Chandeliers d'église, croix de procession.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
  • Deux croix de procession, une hallebarde.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
  • Reliquaires (à gauche, l'un des médaillons-reliquaires disparus).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 198
Bibliographie
  • MEYRANX Louis-Bernard, abbé. Monographie de Mugron depuis sa fondation jusqu'à nos jours. Bordeaux : Imprimerie catholique "Jeanne d'Arc", 1911.

  • LAPORTE Pierre. Chronique d'un exploit ignoré. L'église de Mugron (1864-1905). Mugron, 2003.

  • LAPORTE Pierre. Mugron, village chalossais, des origines jusqu'en 1911. Association Historique et Culturelle du Canton de Mugron, 2007.

  • BESSELÈRE Jean-Pierre. Petite chronique paroissiale à Mugron.

  • Le Second Empire, essor des Landes, 1852-1870. Catalogue d'exposition, Mont-de-Marsan, 1980-1981.

  • ROISIN Jacques. Nomenclature des orgues des Landes. S.l., 1979.

Périodiques
  • LAPORTE Pierre. "Les églises paroissiales de Mugron". Bulletin de la Société de Borda, n° 448, 1er trimestre 1998.

    p. 63-83

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe