Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent de Carcarès

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent de Carcarès

Dossier IM40007061 réalisé en 2018

Fiche

Parties constituantes non étudiées tableau commémoratif des morts, autel, confessionnal, bénitier d'applique, clôture de choeur, lavabo en niche, lutrin, banc de fidèles, chaise prie-Dieu, prie-Dieu, canon d'autel, chandelier d'autel, croix d'autel, vase d'autel, thabor, encensoir, navette à encens, croix de procession, chemin de croix, chandelier, tour d'autel, drap mortuaire, garniture de dais de procession, ornement, statue, console, livre, cloche
Aire d'étude et canton Tartas est
Localisation Commune : Carcarès-Sainte-Croix

Au contraire de plusieurs églises du pays tarusate réaménagées au XIXe siècle, Saint-Laurent de Carcarès a conservé une part importante de son mobilier d'Ancien Régime. Aucun élément n'est toutefois antérieur à la seconde moitié du XVIIe siècle, à l'exception d'une statue de la Vierge à l'Enfant généralement datée du XIVe siècle, mais dont la provenance n'est pas assurée. L'ensemble du maître-autel remonte probablement au troisième quart du XVIIe siècle et était bien destiné à Carcarès, comme l'atteste l'iconographie du tabernacle et du retable, consacrée aux deux saints patrons de la paroisse, les saints Girons et Laurent. Il en est de même pour les deux bustes qui l'accompagnent, à l'effigie de saint Girons et de sainte Apollonie, sœur supposée de saint Laurent. L'autel de la Vierge, dont le retable était orné de trois toiles exécutées en 1748 par le curé Joseph Dubroca (qui s'inspira de Simon Vouet et de Laurent de La Hyre), fut remplacé en 1860 par le meuble actuel, où fut installée la statue mariale déjà citée ; les tableaux furent alors remployés dans le nouveau décor (Saints évêques) ou déplacé (Assomption). Enfin, les fonts baptismaux en pierre coquillière sont datables du XVIIe siècle grâce à leur décor géométrique. Deux tableaux sur toile placés en pendant dans le chœur, inscrits au titre des Monuments historiques comme des œuvres du XVIIe siècle, sont, pour l'un, probablement une copie tardive d'après Abraham Bloemaert, pour l'autre une œuvre de ou d'après Pietro Novelli.

Le décor n'a subi que peu de modifications au XIXe siècle, hormis la pose de verrières figurées par le verrier bayonnais Gustave-Pierre Dagrand (1872 et 1874) et par le Palois Jules-Pierre Mauméjean (chapelle de la Vierge, non daté), la fonte de deux cloches (non étudiées) et l'acquisition d'un grand meuble de sacristie au décor néogothique. Les différents inventaires rédigés à partir de 1845 (registre paroissial aux archives diocésaines de Dax) signalent dix tableaux aux autels, à la sacristie, à la tribune et au sanctuaire (1858 et 1863), puis neuf seulement en 1878 et 1883 (sans doute les neuf toiles actuellement conservées si l'on compte pour trois unités les toiles du retable majeur).

La sacristie conserve un ensemble exceptionnel d'ornements liturgiques (chape, mitre, gants pontificaux et sandales) légué à la paroisse par l'un de ses anciens curés, Henri de Chambre d'Urgons (1748-1819), devenu évêque d'Orope in partibus, dont la dalle funéraire est toujours visible dans le porche de l'église. Les pièces d'orfèvrerie comprennent un ensemble calice-patène de l'orfèvre bordelais Arnaud Guyotié (1710-1712) et plusieurs objets sortis aux XIXe et XXe siècles de fabriques parisiennes (Noël et Dejean, Jamain et Chevron) et lyonnaises (Nesme).

Auteur(s) Auteur : Giscard Henri,
Henri Giscard (1895 - 1985)

Successeur de son père Bernard Giscard (1851-1926) à la tête de la fabrique toulousaine de statues, fondée par son grand-père Jean-Baptiste (1824-1906) en 1855.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature
Auteur : Desvergnes Charles Jean Cléophas,
Charles Jean Cléophas Desvergnes (1860 - 1928)

Sculpteur né le 19 août 1860 à Bellegarde (Loiret) et mort le 4 mars 1928 à Meudon (Hauts-de-Seine). Élève d'Henri Chapu, second prix de Rome en 1887, puis premier prix en 1889, il installe son atelier à Paris (131, rue de Vaugirard) à partir de 1895, où il crée de nombreux monuments commémoratifs et des statues religieuses (essentiellement de Jeanne d'Arc, son sujet de prédilection). Un musée, créé à partir des œuvres offertes à sa ville natale en 1912, porte son nom à Bellegarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, auteur du modèle, signature
Auteur : Marron Marcel,
Marcel Marron

Fabricant de statues ("éditeur") à Orléans.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature
Auteur : Mayoux-Honoré et Compagnie,
Mayoux-Honoré et Compagnie

Imprimerie parisienne (23, rue Michel-le-Comte, puis 26, rue des Francs-Bourgeois) active dans la seconde moitié du XIXe et la première moitié du XXe siècle. Antoine Mayoux, né le 31 janvier 1829 à Grézieu (Rhône), breveté libraire en 1860, breveté taille-doucier le 18 novembre 1868, s'associa à Honoré (successeur de son premier employeur Delaporte) au 23, rue Michel-le-Comte. La maison Mayoux & Honoré devint ensuite Mayoux-Honoré et Compagnie et s'installa au 26, rue des Francs-Bourgeois.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur, signature
Auteur : Mame Alfred,
Alfred Mame (1811 - 1893)

Henry-Armand-Alfred Mame (Tours, 17 août 1811 - Tours, 12 avril 1893), fils d'un imprimeur lui-même issu d'une famille d'éditeurs et de libraires originaires d'Angers (maison fondée en 1778), porta à son apogée les éditions Mame, rachetées en 1980 par Desclée de Brouwer.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur, signature
Auteur : Mame Alfred et fils,
Mame Alfred et fils

Maison d'édition à Tours (voir Mame Alfred).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur
Auteur : Societas Bibliopolarum Catholicorum,
Societas Bibliopolarum Catholicorum

Maison d'édition parisienne au milieu du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
éditeur, signature

Annexes

  • Liste des œuvres non étudiées

    Tableau commémoratif des morts (de la guerre de 1914-1918) [vestibule-porche]

    Vers 1920. Marbre gris.

    Plaque rectangulaire verticale à inscription gravée et dorée.

    h = 120 environ.

    Autel (maître-autel) [chœur]

    Vers 1980. Bois teinté et ciré.

    Autel-table sur sept pieds tournés en forme de balustre en poire.

    h = 100 ; la = 195.

    Confessionnal (n° 1) [chapelle sud, mur ouest] (ill. 20184001070NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Chêne teinté.

    Style néo-médiéval. Trois loges sur plate-forme de plan trapézoïdal ; loge centrale saillante, avec battant rectangulaire à claire-voie (arcature en triplet à deux barreaux) ; loges latérales ouvertes avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie. Décor : plis en serviette (partie pleine du battant central), festons tréflés et pyramidions en amortissement de la corniche.

    Dimensions approximatives : h = 220 ; la = 200.

    [N° 110, inv. 1906 : "2 confessionnaux à 3 compartiments, en chêne".]

    Confessionnal (n° 2) [réserve]

    1ère moitié 20e s. Bois.

    Trois loges ; loge centrale à battant rectangulaire à claire-voie ; loges latérales ouvertes avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie. Décor : panneautage rectangulaire, festons découpés en amortissement de la corniche.

    État : démonté.

    Paire de bénitiers d'applique [vestibule-porche]

    4e quart 19e s. Marbre blanc veiné.

    Vasque semi-circulaire.

    la = 20.

    [N° 114, inv. 1906 : "2 bénitiers en marbre, fixes".]

    Clôture de chœur [clocher, combles] (ill. 20184001032NUC2A)

    4e quart 19e s. Fonte.

    Deux panneaux dormants, portillon central à deux battants. Décor : arcature brisée de style néogothique.

    h = 75.

    État : déposée au clocher à l'occasion de la restauration intérieure de 1989.

    [N° 94, inv. 1906 : "Balustrade en fonte fixée au sol".]

    Lavabo en niche [sacristie]

    17e ou 18 s. (?). Calcaire.

    Niche en arc cintré.

    h = 100 environ.

    [Lavabo dégagé lors de la réfection intérieure de l'église en 1989.]

    Lutrin [chœur]

    Vers 1980. Bois tourné, teinté et ciré.

    Pied en forme de double balustre en poire.

    h = 135.

    Paire de bancs de fidèles [vestibule-porche]

    19e s. Chêne (?).

    Bancs à dossier.

    [N° 128, inv. 1906 ? : "3 vieux bancs".]

    Prie-Dieu à armoire [réserve]

    Limite 19e s.-20e s. Bois teinté faux chêne, velours rouge (garniture).

    Décor de style néogothique : arcatures brisées.

    h = 88.

    Paire de chaises prie-Dieu [réserve]

    20e s. Bois, velours rouge (garniture).

    Ensemble de 2 canons d'autel [sacristie]

    1er quart 20e s. Chromolithographie sur carton.

    Lettre (au bas du canon central) : Publié par Mayoux - Honoré & Cie Rue des Francs-Bourgeois, 26, à Paris - n° 31 - (DEPOSE). Lettre (au bas du canon du lavabo) : M. H. & Cie - n° 31.

    État : il manque le canon du dernier évangile.

    Paire de chandeliers d’autel [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze et laiton dorés.

    Style néo-roman. Pied triangulaire ajouré, tige tubulaire, nœud torique, bobèche à bord dentelé, broche.

    Décor : rinceaux romans sur les faces du pied.

    h = 60 (sans la broche ; avec la broche : h = 67).

    Croix d’autel [sacristie (en 1990)] (ill. 20184001072NUC1A)

    Milieu 19e s. Bois blanc doré à la mixtion.

    Style classique. Base rectangulaire à trois degrés, croix emboîtée ; décor d'apprêt gravé sur la croix (filets) ; Christ figuré mort.

    h = 32.

    État (en 1990) : manquait le bras droit du Christ, dorure écaillée. Croix disparue vers 2000 (comm. orale).

    Ensemble de 3 vases d'autel [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton repoussé.

    Forme urne.

    h = 30,5.

    Thabor (n° 1) [sacristie] (ill. 20184010180NUC4A et 20184010181NUC4A)

    Milieu ou 2e moitié 19e s. Bois blanc doré à la mixtion sur apprêt crayeux.

    Thabor de plan rectangulaire et d'élévation en talon renversé ; plateau peint en rouge ; décor rapporté en plâtre ou stuc : Agneau mystique sur le livre aux sept sceaux (sur la face), angelots (sur les côtés), palmes (aux angles), frises de feuillages sur fond quadrillé (gorge supérieure).

    h = 20 ; la = 45 ; pr = 21,5.

    Thabor (n° 2) [sacristie]

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Faces ajourées ; décor de feuillages stylisés.

    h = 19.

    Encensoir (n° 1) [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton argenté.

    Style classique. Pied circulaire. Décor (repoussé et estampé) : godrons (coupe), feuilles ajourées (couvercle), trois angelots (passage des chaînes).

    h = 25,5 ; d = 10.

    État : argenture ternie.

    Encensoir (n° 2) [sacristie]

    2e moitié 20e s. Cuivre doré.

    Forme sphérique.

    h = 15.

    Navette à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Style classique. Forme en nef. Décor fondu : godrons (bord du couvercle).

    h = 7 ; la = 13,5.

    Croix de procession (n° 1) [sacristie] (ill. 20184001073NUC1A)

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés, bois tourné.

    Style néoclassique. Hampe en bois ; douille emboîtante en laiton ; collerette godronnée ; nœud en forme d’urne à motifs de lambrequins ; croix en bronze argenté ; Christ (figuré vivant), titulus (cartouche ovale à cuirs découpés) et fleuron au bas du montant en bronze doré ; fleurons en lyre à motifs feuillagés, soudés aux extrémités des bras.

    h = 78 (sans la hampe) ; la = 35.

    Croix de procession (n° 2) [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton argenté, bronze doré.

    Style néoclassique. Douille emboîtante en laiton ; nœud en forme d’urne avec anses carrées à la grecque ; croix en bronze argenté ; Christ (figuré vivant), Madeleine (au revers du montant), gloire de rayons, titulus (parchemin déroulé) et fleuron au bas du montant en bronze doré ; fleurons en lyre à volutes et palmes en panache soudés aux extrémités des bras.

    h = 82 (sans la hampe) ; la = 37.

    État : hampe manquante ; fleuron supérieur du montant de la croix brisé.

    Chemin de croix [clocher, réserve] (ill. 20184001031NUC2A)

    1ère moitié 20e s. Plâtre moulé et peint blanc et doré.

    Style néo-roman. Cadres architecturés à colonnettes, frise de rinceaux, palmettes en acrotère et croix sommitale ; personnages en bas et demi relief sur fond doré uniforme.

    h = 80 environ.

    État : déposé (en 1989) en mauvais état. au clocher.

    [Différent du chemin de croix inventorié en 1906 : "chemin de croix, 14 tableaux suspendus au mur, simples".]

    Paire de chandeliers (n° 1) [sacristie]

    19e s. Laiton doré.

    Base octogonale à bord festonné, tige octogonale en fuseau, binet octogonal avec trou d'évacuation de la cire, bobèche circulaire.

    h = 22.

    [Modèle 18e siècle.]

    Paire de chandeliers (n° 2) [sacristie]

    19e s. Laiton doré.

    Base circulaire, tige en fuseau avec nœud torique, binet circulaire.

    h = 22,5.

    État : il manque une bobèche amovible.

    Paire de chandeliers (n° 3) [sacristie]

    19e s. Laiton doré.

    Base, tige et binet octogonaux ; trou d'évacuation de la cire sur le binet.

    h = 19.

    État : il manque une bobèche amovible ; ressoudure au plomb au bas de la tige.

    Tour d’autel [sacristie] (ill. 20184001089NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Taffetas de coton blanc, fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor brodé : cœurs sacrés de Jésus et Marie, roses.

    Drap mortuaire [sacristie]

    20e s. Laine noire.

    Garniture de dais de procession [sacristie] (ill. 20184001016NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Satin moiré de soie blanc, fil métal doré et argenté (passementerie, décor), filé et paillettes or et argent, toile blanche satinée (doublure).

    Décor des quatre pentes : Triangle trinitaire, Agneau mystique, Pélican mystique, tables de la Loi. Motif du galon : fleurettes et feuilles.

    [N° 48, inv. 1906 ? : « garniture de dais revendiquée par M. Berthon ».]

    Ornement (chasuble, étole, bourse de corporal, étole, voile de calice) [sacristie]

    2e quart 20e s. Damas de coton et soie blanc, bougran de toile rouge (doublure), tapisserie au point polychrome (parements), lin et dentelles (colletin).

    Décor (croix dorsale de la chasuble) : croix. Décor de fond du damas : cercles avec rosaces à quatre pétales. Décor du galon : croix fleurdelisées.

    Ensemble de 6 statues

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome (sauf indication contraire).

    Notre-Dame de Lourdes (chœur ; h = 114 avec le socle ; d'après le modèle de Joseph Fabisch). Sainte Jeanne d'Arc (plâtre blanc à rehauts dorés et chair ; vestibule-porche, mur sud ; h = 135 ; signature et marque de fabricant "Ch. Desvergnes / M. MARRON Ed[iteur] Orléans" ; manque l'étendard). Sainte Thérèse de Lisieux (vestibule-porche, mur ouest ; marque de fabricant "GISCARD / Statuaire / TOULOUSE" et cachet du Carmel de Lisieux). Saint Joseph et l'Enfant Jésus (vestibule-porche, mur ouest). Sacré-Cœur (réserve derrière la tribune ; n° 82, inv. 1906 : "Statue du Sacré-Cœur" au-dessus du maître-autel). Saint Antoine de Padoue (h = 80 ; réserve derrière la tribune ; n° 102, inv. 1906 ?).

    Ensemble de 6 consoles [clocher, combles] (ill. 20184001031NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome.

    Correspondent aux statues ci-dessus. Décor : armoiries de Jeanne d'Arc ; volutes à feuilles d'acanthe (deux consoles) ; monogramme MA (Vierge) ; monogramme SC (Sacré-Cœur) ; volute à enroulement, feuille d'acanthe et écu aux armes du Carmel (sainte Thérèse de Lisieux).

    Ensemble de 3 livres [sacristie]

    A. Missel romain. Alfred MAME, Tours, 1853. Reliure en cuir noir, dos à quatre nerfs, décor doré gravé au fer sur les plats (croix à rinceaux, cadre à filets), tranche dorée, lettres ornées, signets en soie rouge, violette et blanche. Composition : 44 pages liminaires numérotées en chiffres romains, 551 pages en chiffres arabes (propre), 178 pages en chiffres arabes (commun des saints), 10 pages vierges non paginées. Page de titre : "Missale romanum [...] / [armoiries de Pie IX] / Turonibus / Typis A. Mame / typographi / MDCCCLIII". h = 34,5 ; la = 27,5 ; pr = 6,5 (reliure).

    B. Missel romain. 1852. Reliure en cuir noir. Page de titre : "Missale romanum [...] / [armoiries de Pie IX] / Sumptibus Societatis Bibliopolarum catholicorum / Liturgiæ romanæ editorum / MDCCCLII". État : manquent le plat inférieur et le dos.

    C. Missel romain. Alfred MAME et fils, Tours, 1923 (date d'approbation de la publication par Albert Nègre, archevêque de Tours). Reliure en cuir rouge, dos à cinq nerfs, décor doré gravé au fer sur les plats (croix latine à rinceaux, frises à la moresque), tranche dorée, deux signets en soie verte et violette. Composition : 46 pages liminaires numérotées en chiffres romains, 624 pages en chiffres arabes (propre), 120 pages en chiffres arabes (commun des saints), 6 pages numérotées en lettres capitales (index), 28 pages en chiffres arabes (appendice "Cantus ad libitum"), 2 pages en chiffres romains (messes particulières : saintes Geneviève, Jeanne d'Arc et Clotilde, bienheureux Jean-Marie Vianney, curé d'Ars, sainte Radegonde), 78 pages en chiffres arabes (propre de la messe du diocèse d'Aire et Dax), 1 page en chiffres arabes (index). Page de titre : "Missale romanum [...] / [armes de Pie XI] / Turonibus / Typis Alfredi Mame et filiorum / Sanctae Sedis Apostolicae et Sacrae Rituum Congregationis / typographum".

    Ensemble de 2 cloches [clocher]

    Non vues (clocher non accessible).

    [N° 112, inv. 1906 : "2 cloches de moyenne grandeur".]

    _______________________________________________________________________

  • Extraits de la monographie paroissiale de Carcarès-Sainte-Croix, vers 1887 (AD Landes, 16 J 17)

    Section première, première partie : statistique religieuse (par le curé Jean-Baptiste Gachibat, 1854-1887) :

    "La paroisse de Carcarès est rattachée à la commune qui porte ce nom ; elle a une annexe du nom de Sainte-Croix et la population réunie des deux sections donne un total de 600 âmes. Carcarès est placé sous le vocable de Saint-Laurent et Sainte-Croix, succursale jusqu'en 1793, sous celui de Saint-Pierre-ès-Liens. [...]"

    "M. Joseph Dubroca, docteur en théologie, curé de Carcarès pendant 42 ans, [est] décédé en 1760, laissant après lui la réputation d'un peintre de quelque valeur. Ainsi, à mon arrivée [celle du curé Jean-Baptiste Gachibat] à Carcarès en 1854, il y avait à la modeste chapelle de la Ste Vierge de notre église trois grands tableaux, qu'on peut y voir encore, représentant le premier l'Assomption de la Ste Vierge et les deux autres, deux Évêques, placés à droite et à gauche du ... [manque un mot : premier ?] et contemplant avec émotion Marie portée par les anges sur son trône de justice au ciel. De plus se trouvait adossé au mur qui portait les dits tableaux un autel en maçonnerie recouvert d'une toile peinte rappelant le mystère de la flagellation, et la tradition portait que tout cela était l'œuvre d'un curé dont on avait oublié le nom. Or, en 1860, ayant fait enlever ledit autel pour le remplacer par un autre plus en harmonie avec la chapelle restaurée, je fus tout heureux de trouver sur le verso de la toile l'inscription que voici : Pinxit et dedit ecclesiæ anno dni 1748 - Joseph Dubroca pastor."

    "[...] 3° Enfin à mentionner encore à titre de simple souvenir le dernier compte de la fabrique au 18e siècle dressé par le dernier curé Lavielle, de Saint-Lon, le 10 janvier 1792, compte s'élevant au chiffre de 968 f. pour les recettes et à celui de 328 f. pour les dépenses. / A part ces trois petits faits, ni les papiers de l'église ni ceux de la mairie ne présentent à l'impatiente et légitime curiosité du chercheur que des registres de mariages, de baptêmes, de décès [...]"

    Section troisième, quatrième partie : temps modernes (par le curé Raoul Pascal Vergez, 1887-1901) :

    "Liste des curés de la paroisse. / 1° M. Dupoy, curé de Carcarès de 1690 à 1696. 2° M. Duprat, curé de Carcarès de 1696 à 1713. 3° M. Dubroca, curé de Carcarès de puis avant 1740 à 1760, époque de sa mort. [...] 4° M. Vidart-Soys, de la famille de Vidart-Soys de Tartas de 1760 à 1764. 5° M. de Mérignac, de la famille Mérignac (Malet) de Carcarès de 1764 à 1775. 6° M. de Chambre d'Urgons, devenu plus tard évêque d'Orope, émigré puis rentré à Tartas son pays natal, où il mourut en 1819, enseveli au porche de notre église. Il fut curé de Carcarès de 1775 à 1780. 7° M. Brun, curé de 1780 à 1784. 8° M. Maurin, de 1784 à 1788, année où il fut transféré à St-Martin d'Oney. 9° M. Lavielle, de St-Lons, de 1788 à 1793. Il meurt émigré en Espagne. Pendant la tourmente révolutionnaire, le service de la paroisse est fait par M. Lesbazeilles, curé de Meilhan-Ste-Croix. Et après la tourmente, vers 1801 ou 1802 reparaît comme curé de Carcarès : 10° un de Mérignac, celui qui s'y trouvait de 1764 à 1775 ou son neveu. [En fait : Joseph Mérignac-Malet, né à Tartas le 27 octobre 1758, nommé à Carcarès le 1 messidor an XII / 20 juin 1804 (note de Michel Dupouy)] [...]. 11° M. Tuquoy d'Ossages de 1807 à 1845 [...]. 12° M. Clavé de Mont-de-Marsan de 1845 à 1854, époque où il fut transféré à l'importante cure de Mimbaste. [...] 13° M. Gachibat, de Mugron, de 1854 à 1887. [...] Sous son administration sont faites de grandes réparations aux églises de Carcarès et de Sainte-Croix. Sont construites les voûtes de ces mêmes églises, rebâti le mur d'enceinte du cimetière de Sainte-Croix, réparé le presbytère [...], enfin la chapelle de la Ste Vierge plafonnée et dotée de son petit autel en bois marbré et doré acheté à Bordeaux pour la somme de 560 fr. Toutes ces choses furent faites à la suite des encouragements de Mgr Hiraboure, évêque d'Aire, en visite pastorale à Carcarès en mai 1858. [...] M. Gachibat est mort à Carcarès le 13 octobre 1887 âgé de 63 ans [...]. Sa dépouille mortelle repose sous le porche extérieur de l'église, à côté de celle de M. Tuquoy. [...] 14° M. Raoul Vergez, de Pouyastruc (Hautes-Pyrénées) de 1887 à..."

    Église de Sainte-Croix. Patron principal : saint Pierre ès Liens. Patron secondaire : saint Bertin.

    _______________________________________________________

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Carcarès-Sainte-Croix, 15 février 1906 (AD Landes, 70 V 81/5-8)

    "Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Carcarès-Ste-Croix (2 églises : 1 à Carcarès et 1 à Ste-Croix).

    L'an mil neuf cent six, le quinze février à 10 heures du matin, En présence de M. l'abbé L. Carrère, desservant de la paroisse de Carcarès-Ste-Croix pour les 2 églises de Carcarès et de Ste-Croix et en l'absence de M. Linxe, président du bureau des marguilliers, bien que dûment convoqué pour les 2 églises, / Nous soussigné, Chastang, receveur des domaines à Tartas, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique paroissiale de Carcarès-Ste-Croix.

    Chapitre I. Biens de la fabrique. [1ent inventaire de Sainte-Croix] / 2ent dans l'église de Carcarès. / § 1er. le sanctuaire. / 82. Autel en bois de chêne avec retable et exposition, 4 tableaux grands et anciens, 2 grands bustes en bois, statue du Sacré-Cœur, 2 gradins, fixé au sol. / 83. 1 croix en bois doré - 1. / 84. 6 chandeliers, grands en cuivre doré - 18. / 85. 2 id. en cuivre fixés à l'autel. / 86. 2 girandoles à 7 bougies et 2 à 3 bougies, fixées à l'autel. / 87. 1 canon encadré, sous verre - 2. / 88. 1 devant d'autel fil - 2. / 89. 1 devant d'autel guipure - 1. / 90. 1 tapis passage vieux - 0,50. / 91. 1 stalle à 3 places, chêne, simple - 10. / 92. 6 chaises et 1 banc - 2. / 93. 1 petit lutrin chêne - 2. / 94. balustrade en fonte fixée au sol. / 95. boiserie, bois de pin, tout le tour de l'église. / § 2e. dans la nef. / 96. chaire à prêcher en chêne, escalier droit avec abat-voix, fixée au mur. / 97. 6 bancs - 6. / 98. 1 lustre, 12 bougies avec lampe veilleuse, cuivre doré, fixé à la voûte. / 99. 2 lustres cristal, à 5 et 8 bougies, fixés. / 100. 1 grand Christ sur bois fixé au mur. / 101. 2 grands tableaux fixés au mur. / 102. 2 statues moyennes et 1 petite. / 103. chemin de croix, 14 tableaux suspendus au mur, simple - 7. / 104. 6 bancs - 6. / § 3e. bas-coté (sic). / 105. petit autel simple, bois blanc, statue de N.D. de Buglose, fixé au sol. / 106. 4 chandeliers et 2 petites appliques - 3. / 107. 4 petits vases porcelaine et 4 bouquets en papier doré - 4. / 108. 1 croix bois doré - 0,50. / 109. 3 grands tableaux fixés au mur. / 110. Confessionnaux, 2 à 3 compartiments, en chêne - 200. / 111. 2 lampes veilleuses zinc doré, vieilles - 2. / § 4e. à l'entrée et dans la réserve. / 112. au clocher, 2 cloches de moyenne grandeur. / 113. 2 troncs en bois fixés au mur. / 114. 2 bénitiers en marbre fixés. / 115. fonds (sic) baptismaux en pierre, grille en fer au tour, 1 tableau fixé. / 116. 1 Christ, plâtre sur bois noir, fixé. / 117. 40 chaises, vieilles, estimées - 10. / 118. 2 grands coffres vermoulus - 4. / 119. 16 bouquets en papier doré - 2. / 120. 1 tapis, grand, feutre - 25. / 121. 2 tapis petits - 12. / 122. 1 drap mortuaire coton - 2. / 123. 1 lanterne vieille - 1. / 124. 8 bouquets papier et paillon, dorés - 4. / 125. 1 échelle double - 5. / 126. 1 échelle simple, grande - 5. / 127. 1 brancard - 2. / 128. 3 vieux bancs et 1 gradin de reposoir à 6 marches - 4. / § 5e. sacristie. / 129. 1 ciboire, pied cuivre, coupe argent doré, estimé - 10. / 130. 1 ciboire en cuivre argenté, intérieur doré - 2. / 131. 1 petit ciboire argent - 10. / 132. 1 calice pied cuivre, coupe argent doré, patène argent doré - 30. / 133. 1 calice argent doré, petit - 20. / 134. 1 calice cuivre, coupe argent, patène argent doré - 5. / 135. 1 calice argent, pied cuivre - 15. / 136. 1 custode, vitre - 1. / 137. 1 petite custode argent - 2. / 138. 1 baiser de paix argent - 1. / 139. 3 petites boîtes argent, saintes huiles - 3. / 140. 1 ostensoir pied cuivre, rayons argent doré - 10. / 141. 25 petits vases en porcelaine et 7 en verre - 12. / 142. 1 vieux tabernacle, bois doré - 0,50. / 143. 3 plats : 2 en étain, 1 en cuivre - 3. / 144. 1 boîte à hosties en fer blanc - 0,10. / 145. 1 navette cuivre argenté / encensoir aussi cuivre argenté - 4. / 146. 1 thabor - 0,50. / 147. 1 table en bois blanc - 5. / 148. 6 grands missels - 6. / 149. 1 paire burettes verre - 0,50. / 150. 1 calorifère en fonte - 10. / 151. 1 bénitier avec goupillon manche bois, bronze verni - 3. / 152. 1 chandelier en cuivre - 2. / 153. 1 soufflet - 1. / 154. 1 fontaine à mains, zinc, 1 serviette - 6. / 155. 2 lanternes de procession - 4. / 156. 1 porte-habit sur pied - 2. / 157. 1 porte-habits fixé au mur - 2. / 158. 1 Christ, plâtre sur bois noir, petit - 1. / 159. 2 chaises et 1 fauteuil en paille - 0,75. / 160. 1 prie-Dieu en bois - 1. / 161. 4 petits cadres - 1. / 162. 1 escabeau à 5 marches et 2 tabourets - 4. / 163. 1 armoire-buffet en chêne, grande - 250. / 164. 1 aube, guipure, coton - 2. / 165. 1 amict, fil - 0,10. / 166. costumes d'enfants de chœur : 4 soutanes noires, laine - 12 / 4 soutanes rouges, laine - 12 / 8 calottes : 4 rouges, 4 noires - 0,40 / 5 surplis coton - 2. / 167. 1 dessus d'autel, rouge en laine - 0,50. / 168. 1 ombrellino - 3. / 169. 2 croix de procession cuivre argenté - 4. / 170. 1 chandelier en bois - 1. / 171. 5 aubes guipure, coton - 10. / 172. 2 surplis coton et guipure - 1. / 173. 14 serviettes coton - 0,70. / 174. 8 amicts fil - 0,40. / 175. 45 purificatoires fil - 3. / 176. 8 corporaux fil - 0,80. / 177. 4 dessus d'autel vieux fil - 4. / 178. 3 id. fil, 1 brodé - 4. / 179. 3 nappes de communion, coton - 3. / 180. 24 corporaux fil, neufs - 6. / 181. 4 serviettes vieilles, fil - 1. / 182. 2 surplis fil - 4. / 183. 8 amicts fil - 4. / 184. 1 devant d'autel soie blanche, fils simili-or - 3. / 185. 1 id. crème - 3. / 186. 1 id. laine, brodé - 3. / 187. 3 dessus d'autel coton blanc - 1. / 188. 2 aubes guipure - 4. / 189. 4 devants d'autel guipure - 4. / 190. 1 devant d'autel dentelle, fil - 5. / 191. 5 dessus d'autel guipure - 3. / 192. Ornements composés d'une chasuble, avec manipule, étole, voile de calice et bourse : / 1 tissé or mi-fin avec chape - 80. / 1 blanc soie brochée et coton avec chape - 30. / 1 simili-or galon blanc avec chape - 30. / 1 vert coton - 10. / 1 blanc et or tissé fleurs - 20. / 1 blanc, galon simili-or - 20. / 1 tissé simili-or - 20. / 1 id. vieux - 5. / 1 blanc broché soie avec fleurs, vieux - 5. / 1 id. tissé simili-argent - 10. / 1 id. soie et coton - 10. / 2 noirs soie et coton, galon blanc - 20. / 1 rouge id. - 20. / 1 rouge en soie, défraîchi - 20. / 1 1 violet en soie, brodé soie blanche - 30. / 1 id. galon blanc, vieux - 5. / 1 noir soie moirée, vieux - 10. / 1 id. soie et coton, vieux - 5. / 193. 3 bannières, 1 en soie et 2 en coton, la 1ère 10 f. et les 2 autres 2 f. soit - 12. / 194. tentures mortuaires galon argent - 30. / 195. 2 chapes soie et coton : 1 rouge à galon jaune, 1 violette - 20. / 196. 1 chape noire en coton, brodée blanc - 20. / 197. 4 écharpes de bénédiction, blanches tissées fil d'or - 40. / 198. 1 dessus d'autel vert, usé - 0,50. / 199. 2 encensoirs cuivre argenté - 4. / 200. 6 candélabres cuivre doré, 5 bougies - 30. / 201. 2 id. en zinc, 7 bougies - 4. / 202. 4 bouquets paillon doré : 2 moyens et 2 grands - 3. / 203. 1 carillon, cuivre nickelé - 2. / 204. 5 chandeliers cuivre doré - 10. / 205. 1 porte-missel - 1.

    3ent deniers et valeurs en caisse. / 206. deniers, une somme de 17 f. ci - 17. / 207. un titre de rente sur l'état, 3%, série 1 n° 530320 de 330 francs, immatriculé au nom de Carcarès Ste-Croix (la fabrique), pour les arrérages servir à l'entretien du tombeau Simon-Édouard Dubroca, testateur. Décret du 17 juin 1873.

    4ent. Immeubles. / 208. une prairie de 18a 62e à Carcarès Ste-Croix s[ecti]on f n° 266, louée 13 fr. par an, provenant à la fabrique d'un échange fait avec la commune de Carcarès Ste-Croix par acte devant le maire de Carcarès Ste-Croix du 9 janvier 1903. La terre cédée en contre-échange provenant à la fabrique d'une acquisition faite à M. Pierre Clavé en vertu d'un décret du 9 août 1850. Cette prairie est estimée - 300.

    Chapitre II. Biens de la commune de Carcarès Ste-Croix et dont la fabrique n'a que la jouissance. / 209. l'église de Ste-Croix affectée à l'exercice du culte catholique, d'une construction très ancienne, sur un terrain de 10 ares environ. Ce terrain d'une valeur de - 10. / 210. l'église de Carcarès affectée à l'exercice du culte catholique, d'une construction très ancienne, sur un terrain de 20 ares environ. Ce terrain d'une valeur de - 200.

    Toutes les évaluations portées dans l'inventaire ont été faites par l'agent des domaines soussigné seul."

    En annexe, protestation de la fabrique : "Au début de l'inventaire, M. l'abbé Carrère a produit la protestation suivante : "Monsieur le receveur des Domaines. En vertu de la loi du 9 décembre 1905 et du règlement d'administration du 29 décembre de la même année, vous venez procéder à l'inventaire des biens meubles et immeubles des églises de la paroisse de Carcarès Ste-Croix. Plein de déférence pour votre personne, permettez-moi, avant de vous laisser exécuter votre mandat du gouvernement, de vous faire entendre, selon les instructions de l'autorité diocésaine, la déclaration suivante, car c'est pour moi un devoir sacré. En assistant à l'inventaire qui va avoir lieu, j'entends n'y figurer qu'à titre de témoin et je fais toutes les réserves nécessaires quant aux conséquences qu'il pourra avoir par rapport aux biens dont la gestion a été confiée au conseil de fabrique que je représente. D'avance, j'adhère au jugement que portera le souverain pontife sur la loi qui vient d'être promulguée, et en particulier sur la dévolution des biens aux associations cultuelles que cet inventaire a pour but de préparer. Nous vous demandons Monsieur le receveur des Domaines de faire figurer la présente déclaration dans le procès-verbal de l'inventaire. Fait à Carcarès Ste-Croix le 15 février 1906. Signé L. Carrère, curé." Cette pièce est demeurée ci-annexée."

    "Dans le cours des opérations, M. l'abbé Carrère, le seul des représentants légaux de l'établissement comparant, ayant cessé d'assister à l'inventaire, en l'absence de délégués de ces représentants, l'inventaire a été continué et terminé en présence de 2 témoins requis sur place, MM. 1° Peyruquéou Félix, maître ébéniste à Tartas, 2° et Badet Julien, maître-tailleur à Tartas. / En conséquence, nous avons clos le présent inventaire contenant six rôles sans renvoi et sans mots rayés seuls, le quinze février 1906 à trois heures du soir et, après lecture faite, nous l'avons signé avec MM. Peyruquéou et Badet. / A Carcarès-Ste-Croix, le 15 février 1906. / [signatures] Chastang. Peyruquéou. Badet J. Juilien."

    _______________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Carcarès-Sainte-Croix, par les abbés Jean-Baptiste Gachibat et Raoul Pascal Vergez, vers 1887.

    Archives départementales des Landes : 16 J 17
  • Église, cimetière, presbytère (1816-1933).

    Archives départementales des Landes : 2 O 492
  • Inventaire des biens dépendant de la paroisse (15 février 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 81/5-6
  • Registre paroissial de Carcarès-Sainte-Croix (ouvert en 1845).

    Archives diocésaines, Dax
Bibliographie
  • DUPOUY Michel. Monographies paroissiales de Meilhan et Carcarès-Sainte-Croix, 1887-1888. Imprimerie : Michel Dupouy, s.d.

  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    Capbreton, 1972, t. III, p. 95

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe