Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent de Boulin

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent de Boulin

Dossier IM40006941 réalisé en 2018

Fiche

Parties constituantes non étudiées lambris de demi-revêtement, verrière, autel, confessionnal, fonts baptismaux, clôture de choeur, clôture de chapelle, clôture des fonts baptismaux, siège de célébrant, prie-Dieu, meuble de sacristie, chandelier d'autel, clochette d'autel, croix d'autel, pupitre-thabor, patène, thabor, veilleuse du saint sacrement, encensoir, navette à encens, lanterne de procession, chemin de croix, croix, ornement, statue, couronne de statue, document imprimé, document manuscrit, cadre, cloche
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Localisation Commune : Montsoué
Lieu-dit : Boulin

Comme sa voisine de Bahus-Juzanx, l'église Saint-Laurent de Boulin subit en 1569 le sac des troupes protestantes d'Arnaud de Palaso, qui la brûlèrent et "pillèrent et emportèrent les ornemen(t)s, joyaux, livres, cloches". Elle dut être progressivement remeublée au sortir des guerres, mais l'édifice ne conserve actuellement aucun vestige de son mobilier antérieur à la Révolution, hormis un bénitier classique à godrons sans doute datable du XVIIIe siècle. A cette unique exception près, la totalité des meubles et objets a été acquise entre la première moitié du XIXe siècle (la chaire à prêcher, restaurée en 1886) et le lendemain de la Première Guerre mondiale (monument aux morts, statues de série). L'autel de la Vierge (et peut-être le décor mural qui l'accompagne) a été installé en 1849 par le marbrier saint-severin d'origine italienne Louis Spazzi. Son pendant au nord, dédié à saint Jean-Baptiste, en est sans doute contemporain (mais son tabernacle a été remplacé en 1886). Le maître-autel, dû à la fabrique toulousaine de J. Guiraud, a été offert en 1915 par la famille Huc, propriétaire du château de Malembit et bienfaitrice de l'église dès les années 1880 avec d'autres familles locales, comme les Lacoste (lustre offert en 1878). La vitrerie de l'église, hétérogène (peut-être en raison de la pluralité des donateurs), est l’œuvre du verrier toulousain L.-V. Gesta (1871), du Bayonnais G.-P. Dagrand (1872) et d'un ou deux autres verriers anonymes. L'édifice a en outre connu plusieurs campagnes de décoration murale, par les peintres Léonard Fortuné en 1873 (sans doute responsable des peintures de la voûte du chœur, seules conservées aujourd'hui) et Sacreste d'Aurillac en 1877 (décor de la chapelle Sant-Jean-Baptiste) et par un praticien anonyme en 1885 (peintures ornementales des murs du chœur). Une copie de l'Immaculée Soult de Murillo par la comtesse de Fossa fut déposée par l'État en 1872. Les cloches, refondues à plusieurs reprises, sont actuellement au nombre de trois, datées de 1857 (Tourmeau de Mont-de-Marsan), 1931 (Fourcade de Tarbes) et 1980. la sacristie renferme, outre un vestiaire complet acquis au tournant des XIXe et XXe siècles, un riche ensemble d'orfèvrerie (provenant en partie de l'annexe de Bahus-Juzanx) sorti d'ateliers parisiens (J.-C. Cahier, J.-P.-N. Bibron, E. Lethimonnier [calice offert par l'impératrice Eugénie en 1861], P.-H. Favier [trois pièces]) et lyonnais (Favier frères, H. Nesme). S'y distinguent une exceptionnelle chapelle néo-XVIIe en argent doré par le Parisien Louis Bachelet (vers 1860) et une modeste ampoule à saint chrême, seul objet d'Ancien Régime au poinçon de l'orfèvre auscitain Étienne Affre (1689-1749).

Auteur(s) Auteur : Favier Jean-Baptiste, Favier Claude,
Favier Jean-Baptiste, Favier Claude

Membres de la famille Favier (active à Paris, Lyon et Toulouse), fondateurs de la fabrique lyonnaise Favier frères (poinçon insculpé en 1851, maison fermée en 1973).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre
Auteur : Sacreste,
Sacreste

Peintre-décorateur à Aurillac dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, décorateur, attribution par source

Annexes

  • Liste des œuvres non étudiées

    Lambris de demi-revêtement [chœur, collatéral nord : chapelle Saint-Jean-Baptiste]

    2e moitié 19e s. Résineux teinté et ciré.

    Panneautage rectangulaire petit cadre.

    Ensemble de 3 verrières géométriques [collatéral sud, baies 8, 10 et 12] (ill. 20184000284NUC2A)

    1916 (?). Verre américain.

    Baies libres en plein cintre. Motifs : hexagones blancs et verts alternant avec des losanges jaunes et roses ; bordure bleue à filet jaune.

    [Ces verrières remplacent trois vitraux détruits par un orage en août 1915. Une délibération du conseil municipal, en février 1916, précise : "Un orage en août 1915 a brisé trois vitraux du côté sud de l'église de Boulin ; deux d'entre eux seront remplacés par les paroissiens, un aux frais de la commune."]

    Autel [chœur]

    Vers 2005. Bois blanc peint polychrome.

    Autel tombeau parallélépipédique avec bas-relief rapporté sur la face : Cène.

    [Autel "face au peuple" installé sous le ministère de l'abbé Laulom vers 2005 (comm. orale).]

    Confessionnal [collatéral nord, 1ère travée]

    2e moitié 19e s. Bois teinté faux chêne sombre.

    Confessionnal à demi encastré ; trois loges sur plan trapézoïdal ; loge centrale saillante avec battant rectangulaire à claire-voie (trois barreaux et arcs brisés néogothiques) ; loges latérales ouvertes avec linteau trilobé, agenouilloir, accotoir et guichet à jalousie.

    Confessionnal de sacristie [sacristie] (ill. 20184000388NUC2A)

    4e quart 19e s. Pin teinté faux chêne.

    Battant rectangulaire, fronton triangulaire à trèfle ajouré, crochets et croix sommitale tréflée.

    h = 187 ; la = 53.

    Fonts baptismaux [collatéral sud, travée ouest]

    4e quart 20e s. Fausse pierre.

    Pied cylindrique, cuve circulaire à godrons.

    [Reproduit un modèle du 18e s.]

    Ensemble clôture de chœur et 2 clôtures de chapelle [chœur et collatéraux]

    2e moitié 19e s. fer forgé peint (en noir et doré).

    Six panneaux dormants, trois portillons à deux battants ; appui en chêne ciré. Décor (fer forgé) : volutes affrontées, ovales (appui), fleurons.

    h = 74.

    Clôture des fonts baptismaux [collatéral sud, travée ouest]

    4e quart 20e s. Bois, laiton.

    Plan en quart de cercle, cinq panneaux (dont un portillon médian) à cadre en chêne verni reliés par des montants en acier ; pommes en laiton doré.

    [Une clôture similaire à l'église d'Eyres-Moncube dans le même canton.]

    3 ensembles de sièges de célébrant (fausses stalles) [chœur]

    20e s. Chêne teinté sombre.

    Trois ensembles de sièges adossés au lambris du chœur. Chaque ensemble comporte trois places, avec pieds antérieurs tournés en chapelet, accotoirs droits sur supports tournés, dossiers découpés chantournés.

    Chaque ensemble : h = 110 ; la = 161 ; pr = 51.

    Prie-Dieu [sacristie] (ill. 20184000389NUC2A)

    Bois fruitier teinté sombre, velours vert-jaune (garniture).

    Pieds antérieurs tournés, pieds postérieurs galbés, dossier ajouré, garniture du siège et de l'accotoir en velours. Décor du dossier : deux colonnettes torses, deux consoles à chutes de feuilles, croix avec couronne d'épines, lance et porte-éponge entre deux palmes.

    h = 87 ; la = 51.

    Meuble de sacristie [sacristie, mur sud]

    19e s. Chêne teinté et ciré.

    Meuble régnant sur la largeur du mur sud de la sacristie, de part et d'autre de la fenêtre. Au centre, une commode-chasublier en saillie, à deux battants juxtaposés ouvrant sur sept tablettes superposées (surmontée par la fenêtre) ; de chaque côté, un corps d'armoire à deux niveaux de placards, chacun à deux battants juxtaposés, l'inférieur saillant ; corniche rapportée moulurée en doucine.

    Ensemble de 4 chandeliers d'autel [chœur, maître-autel]

    4e quart 19e s. Bronze et laiton dorés à rehauts peints en bleu.

    Style néo-roman. Base triangulaire ajourée, tige tubulaire, nœud torique, bobèche dentelée et broche. Décor : croix et feuilles (base).

    h = 50 (sans la broche).

    Paire de chandeliers d'autel (n° 1) [collatéral nord, autel de saint Jean-Baptiste]

    4e quart 19e s. Bronze ou régule doré.

    Style néo-roman. Base triangulaire, tige tubulaire, nœud torique, bobèche en coupe et broche.

    h = 30 (sans la broche).

    Paire de chandeliers d'autel (n° 2) [sacristie]

    4e quart 19e s. Bronze ou régule doré.

    Style néo-roman. Base triangulaire, tige tubulaire, nœud torique, bobèche en coupe et broche. Décor fondu en relief : monstres simiesques (angles de la base), feuilles romanes et fleurettes.

    Clochette d'autel [chœur]

    19e s. Bronze, bois tourné et peint en noir (manche).

    h = 18,5 ; d = 9.

    Croix d’autel [sacristie]

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Style éclectique néo-Louis XIV. Base triangulaire chantournée, tige en balustre, croix fondue. Décor : pieds en volute, bustes du Christ, de la Vierge et de saint Joseph (faces de la base), oves et feuilles d'acanthe (tige), fleurons ajourés (extrémités de la croix) ; Christ représenté vivant, regard au ciel.

    h = 93.

    Pupitre-thabor (n° 1) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré.

    Style néo-Renaissance. Décor estampé : rinceaux ajourés à pommes de pin.

    Pupitre-thabor (n° 2) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré.

    Style néo-Renaissance. Décor estampé : rinceaux ajourés. Médaillons circulaires émaillés bleus (Sacré-Cœur et les quatre évangélistes) ; cabochons de verre rouge.

    Patène [sacristie]

    2e moitié 19e s. FAVIER frères, Lyon (à partir de 1851). Argent doré.

    Ombilic soudé à bord perlé ; croix grecque fleuronnée gravée.

    d = 13,4.

    Poinçons : poinçon de fabricant (F F, un soleil, dans un losange horizontal) ; garantie gros ouvrages 1er titre départements 1838-1973 (différent de Lyon).

    Thabor [sacristie] (ill. 19694000401V)

    Milieu 19e s. Bois blanc doré à la mixtion sur apprêt crayeux.

    Deux tablettes superposées, réunies par quatre consoles en S à décor sculpté (grappes), la tablette inférieure portée par quatre pieds en boule aplatie. Décor sculpté (rapporté) au milieu de la tablette inférieure : calice et hostie entre deux volutes feuillagées.

    h = 22 ; la = 32 ; pr = 22.

    [Inscrit MH 2006/03/29 : "thabor, bois doré, calice et hostie", sans datation.]

    Ensemble de 4 veilleuses du saint sacrement [chœur]

    4e quart 19e s. Régule peint faux or, verre moulé et teinté rouge.

    Bras de lumière fixés au mur, avec veilleuse en verre rouge. Décor : feuilles de vigne.

    Encensoir [sacristie]

    2e moitié 19e s. (1866 ?). Laiton argenté.

    Style classique. Base circulaire, coupe galbée, couvercle ajouré ; décor estampé et fondu : palmettes, feuilles, trois angelots (passages des chaînes).

    [Sans doute "l'ostensoir neuf échangé contre deux vieux" par la fabrique en 1866.]

    Navette à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Style classique. Forme en nef. Décor fondu : urne fumante et bouquet de roses (couvercle).

    Paire de lanternes de procession [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Fer blanc peint en vert et doré, verre églomisé, bois tourné (hampe).

    Lanterne hexagonale sommée d'une croix fleurdelisée sur boule.

    Chemin de croix [collatéraux]

    1er quart 20e s. Plâtre peint en gris et doré.

    Style néo-roman. Personnages en demi relief sur fond quadrillé et doré ; cadres cintrés à colonnettes latérales et croix sommitale.

    Croix de chaire à prêcher : Christ en croix [vaisseau central, 3e pilier sud, face à la chaire]

    4e quart 19e s. Plâtre peint polychrome, bois peint faux bois et doré à la bronzine.

    Christ (petite nature), reliefs du Tétramorphe (dans des médaillons quadrilobés aux extrémités de la croix) et titulus (en forme de bannière à houppes) en plâtre polychrome et doré ; croix en bois.

    Ensemble de 2 ornements noirs [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Damas de coton et soie noir, fil de coton blanc (passementerie, décor), toile noire (doublure. Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme IHS.

    B. Velours de coton et soie noir, fil métal argenté (passementerie, décor), toile noire (doublure). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme IHS dans un médaillon rayonnant.

    [Mauvais état.]

    Ensemble de 14 statues

    Limite 19e s.-20e s. (sauf mention contraire). Plâtre polychrome (sauf mention contraire).

    Saint Joseph à l'Enfant (vaisseau central, 2e pilier sud ; sur console en plâtre gris et or ornée d'une coquille et d'un ange à mi-corps tenant un médaillon ovale avec étoile rayonnante). Saint Antoine de Padoue (vaisseau central, 2e pilier nord ; sur console en plâtre polychrome ornée d'un ange enfant en pied tenant un écusson avec les armes de Jeanne d'Arc surmontant un phylactère avec la devise "Dieu et Patrie" : remploi). Sacré-Cœur (collatéral nord, chapelle orientale ; socle octogonal inhérent ; repeint ; h = 112). Notre-Dame de Lourdes (collatéral sud [en 1969 : dans la niche au-dessus de l'autel de la Vierge] ; sur console en plâtre gris et or ornée d'enroulements feuillagés). Saint Vincent de Paul (collatéral nord [en 1969 : vaisseau central, pilier sud] ; sur console en plâtre polychrome ornée d'une coquille et d'un ange à mi-corps tenant un médaillon ovale avec étoile rayonnante). Deux anges adorateurs (n° 1) (chœur, sur le maître-autel ; statuettes ; h = 35 environ ; ont remplacé les deux statues suivantes, déposées). Deux anges adorateurs (n° 2) (statues grandeur nature déposées au clocher, autrefois de part et d'autre du maître-autel ; remplacées par les deux statues précédentes ; ill. 20184000400NUC2A, 20184000401NUC2A, 20184000402NUC2A, 20184000403NUC2A). Notre-Dame de Fatima et les trois voyants (quatre statuettes modernes ; collatéral nord). Immaculée Conception (sacristie ; 20e s.).

    Couronne de statue [sacristie] (ill. 20184000316NUC2A)

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Couronne royale fermée. Décor : godrons sur le cercle, arceaux ornés de perles, fleurons amatis, globe et croix sommitale (à pommes de pin).

    h = 27 ; d = 18.

    Document imprimé : Diplôme d'érection du chemin de croix de l'église de Boulin [sacristie] (ill. 20184000387NUC2A)

    1864. Papier, bois teinté (cadre).

    Diplôme d'érection d'un chemin de croix dans l'église de Boulin, signé par Louis Marie Olivier Épivent, évêque d'Aire et de Dax, le 2 avril 1864.

    Document manuscrit : Indulgence accordée à la chapelle du Pouy. [sacristie] (ill. 20184000386NUC2A)

    1924. Papier, bois teinté (cadre).

    Indulgence de cinquante jours accordée par Charles de Cormont, évêque d'Aire et de Dax, le 15 août 1924, pour la récitation d'un Ave Maria avec invocation de Notre-Dame du Pouy de Montsoué (chapelle mariale fondée au XIXe siècle à proximité du bourg).

    Ensemble de panneaux et de cadres [clocher, premier niveau] (ill. 20184000398NUC2A et 20184000399NUC2A]

    19e-20e s. Bois peint.

    Éléments déposés au clocher, en mauvais état. Peut-être les cadres du chemin de croix payé en 1863 à Rincazeau ("le cadre du chemin de la croix - 6,00") et érigé canoniquement par Mgr Épivent le 2 avril 1864 (voir ci-dessus, diplôme d'érection) ?

    Cloche [clocher] (ill. 20184000397NUC2A)

    1980. Bronze.

    Actionnement électrique ; couronne d'anses usuelles : mouton et battant en fonte de fer. Décor : croix latine.

    Dédicace (partiellement transcrite : la cloche n'a pu être approchée) : JE M'APPELLE REINE DU POUY (à la faussure) ; MICHEL LAGU MAIRE / [...]QUE COMMARIEU / [...]AUNAU CURE / [...] DECEMBRE 1980. Numéro (au cerveau) : 795.

    ______________________________________________________________________

  • Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571" (dans Revue de Gascogne, 1860, tome I, p. 320)

    MONTGAILLARD BOULIN. L'eglise parroissialle de Montgaillard et annexe de Boulin est a la collation de l'Eveque D'Aire et a cure d'ames. En est curé Me Bernard de Ceta prêtre Bachelier en droit chanoine D'Aire, qui réside au dt Aire, et va souvent faire le service et exhorte les peuples, et l'endoctrine au St Evangile. Selon la détermination de notre Mère Ste Eglise Catholique et Romaine et y tient deux vicaires gens de bien savoir est Me Jean de Lalanne et Dominique de Tris qui y font tous les jours le divin Service et administrent les Sacremens comme était accoutumé. [...] L'Eglise de Boulin annexe de Mongaillard a été brûlée les ornemens joyaux livres cloches pillés et emportés de sorte qu'il n'y est demeuré que quelques ruines de murailles et y fut mis le feu par un nommé Me Arnaud de Palaso Barbier de Coudures. / Massacre 3. — Me Jean de Lamaison prêtre du dt Mongaillard fut tué par les dits Vicomtes, Me Barthélémy Dubroca du dt Boulin a été tué, aussi Dominiques Joye prêtre du dt Boulin par les compagnies de la garnison sortant de St Sever, après la publication de la paix fut aussi tué.

  • Extraits du livre de comptes de la fabrique de l'église de Boulin, 1848-1880 (AC Montsoué)

    1857 : "Le 26 août. Reçu de Lafauquille pour la cloche... 5,00. / Le 7 8bre. Pour transport de la cloche... 5,00. / Le 24 Xbre. Payé à Mr Tourmeau pour la cloche... 65,50."

    1859. "Le 26 mai. Réparation à la cloche... 7,00. / Le 19 juin. Acheté un encensoir... 30,00. / Le 19 juin. Réargenté les deux croix de procession... 73,00. / Le 9 août. Acheté une fontaine pour la sacristie... 5,00. / Le 22 8bre. Payé à Mr Diris pour l'intérêt de Mr Tourmeau... 5,00. / Le 9 9bre. Payé pour argenter la petite croix de la paix... 5,."

    1863. "Le 7 février. Payé à M. Rincazeau pour le Christ bronzé et le cadre du ch[emin] de la c[roix]... 6,00."

    1864. "Le 1er 7bre. Payé à M. Brun de Toulouse, pour l'achat du dais... 500,00. / Le 15 9bre. Acheté des crochets et des pointes pour le dais... 2,70."

    1866. "Le 13 août. Pour échange de deux vieux encensoirs contre un neuf, avoir remis... 10,00."

    1869. "Le 18 7bre. Acheté le Rituel du diocèse... 12,00."

    1871. "Le 5 7bre. Dépensé pour l'ouverture des deux croisées de St Laurent et St Jean... 27, 65. / Le 29 7bre. Payé à Mr Fortuné, peintre, pour les 4 vitraux St Laurent, St Jean-Bapt[iste], St Pierre, St Joseph... 400,00."

    1872. "Le 30 8bre. Frais de transport (et correspondance) du tableau de l'Immaculée Conception... 1,40."

    1873. "Le 6 mai. Payé à Fortuné, peintre, pour les deux niches et [...] ... 70,00. / Le 18 7bre. Payé pour la statue de St Joseph... 130,85."

    1877. "Le 15 8bre. Payé à M. Sacreste, d'Aurillac, pour les peintures de St J. ... 350,00."

    1878. "Le 24 août. Chape et baiser de paix, et frais divers... 212,80. / Le 24 8bre. Don d'un lustre pour l'église par Arnaud Lacoste... 100,00. / Le 27 7bre. Achat de la lampe d'Arnaud Lacoste... 100,00."

    1879. "Le 18 juillet. Payé à M. Latapie pour les portails... 221,80."

    ______________________________________________________________________

  • Documents concernant la restauration de l'église de Boulin, 1885 (AC Montsoué)

    1. "Commune de Montsoué. Restauration de l'église de Boulin, 1885."

    - "Devis et cahier des charges. / Art. 1er. Objet du devis, la restauration de l'église de Boulin. / Art. 2. Travaux à faire. 1° De la réparation des murs du sanctuaire à l'exécution du crépissage et d'enduits au plâtre gris sur ces murs. 2° Dans le remaniement général dans les couvertures en tuiles creuses, y compris la réfection à neuf du lattis et le remplacement des tuiles brisées. 3° Dans l'exécution de peintures décoratives autour des murs du sanctuaire."

    Un devis comportait d'autres travaux à exécuter, ceux-ci ne semblant pas avoir été retenus. Il s'agissait entre autres : de la réfection du carrelage de la nef et des bas-côtés ; de l'établissement d'une grille en fer forgé autour des fonts baptismaux avec porte à deux vantaux, en remplacement d'une grille en bois "qui tombe de vétusté"

    - Plan dressé en 1885 : "plan coupe au-dessus du carrelage de l'église de Boulin".

    2. Extraits des registres des délibérations (1875-1885, 1885-mai 1909 et juin 1909-juin 1928) du conseil municipal de la commune de Montsoué.

    1883 (août) : "sont soumis au conseil municipal les plans et devis de restauration des églises de Boulin et de Bahus-Juzanx" (leur nature n'est pas précisée). Demande de secours pour les futurs travaux, s'élevant à 5.200 francs (3.00 pour Boulin, 2.200 pour Bahus-Juzanx).

    1884 (mars) : nouvelle demande, la première n'ayant pas été prise en compte. Aucun détail sur la nature des réparations nécessaires.

    1885 (août) : "sont soumis au conseil municipal les plans et devis des restaurations des églises de Boulin et de Bahus-Juzanx."

    1886 (août) : travaux supplémentaires (non prévus au devis) à l'église de Boulin : réparations à l'abat-voix et peintures de la chaire à prêcher ; confection du tabernacle de l'autel de saint Jean, etc.

    1912 (août) : "Par suite du mauvais état de la toiture de l'église de Boulin, ce bâtiment offre déjà un danger permanent aux personnes qui le fréquentent." (p. 37)

    1912 (décembre) : les travaux de réfection de la charpente de l'église de Boulin sont exécutés, mais ont causé un grave préjudice aux plafonds nécessitant une réparation urgente (p. 42).

    1916 (février) : un orage en août 1915 a brisé trois vitraux du côté sud de l'église de Boulin ; deux d'entre eux seront remplacés par les paroissiens, un aux frais de la commune.

    1922 (août) : réparation du clocher de l'église de Boulin (p. 267).

    1929 (juin) : réparation à l'église de Boulin, changement d'une poutre de la charpente (p. 26).

    1931 (août) : remplacement d'une cloche de Boulin rendue hors d'usage par suite d'une grande fêlure (p. 59).

  • Documents concernant la reconstruction du clocher de l'église de Boulin, 1842, et la reconstruction partielle du sanctuaire, 1847 (AD Landes, série O [Montgaillard])

    1. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Montgaillard, 27 février 1842 :

    "L'an 1842, le 27 février [...] M. le Président a déposé sur le bureau deux plans de tour ou clocher, remis sur une même feuille et a dit que la tour servant de clocher à l'église de Boulin n'avait jamais été terminée, que depuis de longues années les habitants avaient vainement sollicité un secours pour l'achever, qu'aujourd'hui [...] ils s'étaient cotisés [...], faisaient choix du plan colorié fig. n° 1, et demandaient à être autorisés à ajouter à leurs frais et depuis, à la tour actuelle AB et selon la ligne BE, une corniche surmontée du hexagone (sic) BCDE, environnée d'une galerie en bois peint ; que ces travaux seraient et un ornement pour l'église et rendraient la tour propre à sa destination sans offrir le moindre danger ; que dès lors il [le maire] pensait qu'il y avait lieu de faire droit à leur demande." Pièces jointes : les deux plans remis sur une autre feuille ; un plan colorié, échelle 2 cm par mètre ; un plan non colorié, échelle 2 cm par mètre ; détail de la corniche, échelle 10 cm par mètre ; coupe horizontale de la charpente du hexagone (sic).

    2. Extrait du registre des délibérations du conseil de fabrique de la paroisse de Boulin, 11 avril 1847 :

    "L'an 1847 et le 11 avril [...] le président a dit que le mur de l'église au levant menaçait ruine et compromettrait tout l'édifice par sa chute. [...]"

    3. Projet d'appropriation, année 1847. Devis estimatif des travaux :

    "Démolition d'une ancienne sacristie ; reconstruction du mur du sanctuaire, du bas-côté de droite en entrant ; élargissement de toutes les croisées ; quelques carrelages ; badigeonnage." Pièces jointes : plan général de l'église (avec mention de l'ancienne sacristie à démolir) et coupe de l'église par un plan vertical, dressés par l'architecte, à Saint-Sever, le 30 mai 1847 / Destenave."

    4. Extrait du registre des délibérations du conseil de fabrique de la paroisse de Boulin, 1866 :

    "Réparations de l'église de Boulin, commencées en 1864 [...]."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 24/3
  • Dons et legs à la fabrique (1813-1848) : Marguerite Lafitte (1813), Dubroca (1821), Marie-Véronique Coudroy (1848).

    Archives départementales des Landes : 70 V 24/4
  • Livre des comptes, des recettes et dépenses de la fabrique de l'église de Boulin (1848-1880).

    Archives communales, Montsoué
  • Archives de l'église de Boulin (deux pièces détachées, 1876, 1884) : testament de Pierre-François Lafaurie, conseiller-maître honoraire à la Cour des comptes à Paris, chevalier de la Légion d'honneur (mort le 28 juillet 1876), avec legs à l'église de Boulin ; don par Théophile Huc à l'église de Boulin, le 7 septembre 1884, d'une aube d'Évariste Huc, lazariste, missionnaire en Chine et au Tibet pendant 14 ans, chevalier de la Légion d'honneur (Toulouse 1812 - Paris 1858 [en réalité : Caylus 1813 - Paris 1860]).

    Archives communales, Montsoué
  • Registre des délibérations du conseil municipal de Montsoué (1875-1939).

    Archives communales, Montsoué
  • Dossier de pré-inventaire de la commune de Montsoué, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
Bibliographie
  • "Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571". Revue de Gascogne, 1860.

  • DAUGÉ Césaire. Montgaillard pendant la Révolution. Aire-sur-l'Adour, 1909.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe