Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (Saint-Barthélemy)

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (Saint-Barthélemy)

Dossier IM40005152 réalisé en 2013

Fiche

Parties constituantes non étudiées plaque commémorative, autel, tabernacle, bénitier d'applique, clôture de chapelle, chaise d'église, chaise prie-Dieu, chandelier pascal, chandelier funéraire, clochette d'autel, pupitre d'autel, pupitre-thabor, boîte à hosties, ciboire, patène, ostensoir, thabor, encensoir, croix de procession, baiser de paix, croix, chandelier d'église, chape, dalmatique, ornement, étole, voile huméral, tour d'autel, pavillon de ciboire, garniture de dais de procession, statue, livre
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Localisation Commune : Poyanne

Le mobilier des deux édifices qui ont précédé l'église actuelle, Saint-Jean-Baptiste de Salles et l'ancienne chapelle castrale Saint-Barthélemy, est entièrement inconnu (Salles) ou peu documenté (Saint-Barthélemy). La chapelle castrale ne possédait, au temps où elle appartenait encore aux marquis de Poyanne, qu'un seul autel dédié au saint titulaire. Après la cession du bâtiment à la communauté, son érection en église paroissiale en 1713 et l'adjonction d'une chapelle en 1716, le nombre des autels fut porté à trois (Saint-Jean-Baptiste, Saint-Barthélemy, Notre-Dame). Aucun élément de ce mobilier ante-révolutionnaire n'a toutefois survécu, à l'exception possible de deux guéridons porte-torchères en bois doré du tout début du XVIIIe siècle, provenant peut-être du château mais dont on ignore la date d'arrivée dans l'église. Un ensemble calice-patène de l'orfèvre toulousain Louis II Samson, daté de 1762, dont la provenance n'est pas davantage attestée, pourrait être le seul vestige conservé des objets liturgiques de cet ensemble d'Ancien Régime.

Après le Concordat et le rétablissement du culte, les registres de la fabrique reconstituée font état de quelques acquisitions ponctuelles dans la première moitié du XIXe siècle : achat, pour 1328 francs, d'un nouveau maître-autel avec "peinture, dorure et sculpture" aux fabricants "Girodi frères" (sans doute les Giraudy de Lescar) en brumaire an XIV (octobre 1805) ; nouveaux tableaux du Martyre de saint Barthélemy (anonyme) et du Baptême du Christ (par D'Antremont, 1812), seuls éléments toujours conservés ; érection d'un chemin de croix "avec cadres et gravures" par Mgr Savy en février 1837 (remplacé dès 1853 par une nouvelle série "en plastique", offerte par les propriétaires du château, M. et Mme de Bellaing) ; réparation de l'autel de Notre-Dame en 1841, etc.

La reconstruction totale de l'église en 1868 entraîna la constitution d'un nouvel ensemble décoratif et mobilier et la destruction (ou la vente ?) de celui de l'ancien lieu de culte, à l'exception des rares œuvres déjà mentionnées. En 1869, l'année de l'achèvement des travaux, la fabrique procéda aux achats les plus urgents : le marbrier Festa de Mont-de-Marsan fournit trois autels, le menuisier-sculpteur Duffau de Maubourguet une chaire à prêcher et des stalles pour le chœur, tandis que le verrier palois Jules-Pierre Mauméjean installe une importante série de 32 verrières. Peu après, l'un des jésuites espagnols installés au château (entre 1869 et 1881) exécute dans la nef un vaste décor peint à la gloire de la Compagnie de Jésus. Le vestiaire, déjà enrichi dans les dernières années de la Monarchie de juillet et sous le Second Empire, est complété en 1876, 1879 et 1880. Les objets cultuels, bronzes et argenterie (par les Parisiens Poussielgue-Rusand et Jolivet et le Lyonnais J.-P. Pernolet), sont aussi renouvelés dans les dernières décennies du siècle.

L'église, désormais complètement meublée et décorée, ne connaîtra au XXe siècle que des aménagements mineurs (achat de statues de série d'après Besqueut et Desvergnes dans l'entre-deux-guerres). Font toutefois exception les peintures murales (chemin de croix, chapelles de la Vierge et de saint Joseph) réalisées en 1942-1943 par Marie Baranger à la demande de l'abbé Pascoualle, curé mécène dont l'église conserve également la chapelle d'orfèvrerie exécutée par fra Donat Thomasson, figure majeure du renouveau des arts sacrés dans les années 1930-1950. Autre modification importante, le maître-autel de Festa est remplacé vers 1930 par un meuble monumental, exécuté en 1898 par le fabricant lillois Buisine-Rigot pour la cathédrale d'Aire-sur-l'Adour, mais refusé par celle-ci et installé au Grand Séminaire d'Aire jusqu'à son déplacement à Poyanne. L'autel était encore dans l'église chalossaise pendant la Seconde Guerre, époque où ses reliefs métalliques furent cachés au château, alors propriété des bénédictines de Notre-Dame de Varangeville, afin d'échapper aux convoitises de l'occupant allemand. Après la guerre, le meuble fut cédé à l'église de Poyartin (dans le même canton de Montfort), où il se trouve toujours, et fut remplacé dans le chœur de Poyanne par un autel moderne en calcaire et marbre.

Auteur(s) Auteur : Giraudy frères,
Giraudy frères

Fabricants de mobilier religieux à Lescar (Pyrénées-Atlantiques).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant d'autel, attribution par source
Auteur : Renaud Alexis,
Alexis Renaud

Orfèvre à Paris ; poinçon insculpé en 1831, biffé en 1847.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre
Auteur : Mame Alfred,
Alfred Mame (1811 - 1893)

Henry-Armand-Alfred Mame (Tours, 17 août 1811 - Tours, 12 avril 1893), fils d'un imprimeur lui-même issu d'une famille d'éditeurs et de libraires originaires d'Angers (maison fondée en 1778), porta à son apogée les éditions Mame, rachetées en 1980 par Desclée de Brouwer.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur

Annexes

  • Liste des oeuvres disparues

    Maître-autel (n° 1). Bois sculpté, peint et doré. Payé 1328 francs par le trésorier de la fabrique le 4 brumaire an XIV (25 octobre 1805) aux fabricants "Girodi frères" (sans doute membres de la famille de sculpteurs et retabliers Giraudy de Lescar). Le "marche-pieds des autels" fut payé le 8 août 1806 au menuisier Lacouture (A.P. Poyanne, registre du conseil de fabrique, 1810-1840). Autel remplacé dans la nouvelle église, en 1868, par un meuble de Festa, marbrier à Mont-de-Marsan (monographie paroissiale de l'abbé Vincent Foix, vers 1890).

    Maître-autel (n° 2). Marbre ; Festa, marbrier à Mont-de-Marsan, 1868. Remplaça l'autel précédent après la reconstruction de l'église. Remplacé à son tour vers 1930 par un autel de Buisine-Rigot provenant du Grand Séminaire d'Aire-sur-l'Adour.

    Ostensoir. Un "soleil" fut payé le "jour complémentaire" de l'an XIII (22 septembre 1805) : " 5 dud. [jour complémentaire an 13] : supplément pour l'achat d'un soleil - 126.00."

    Peinture monumentale : Anges tenant le Saint Sacrement. 2e moitié 19e s. Peinture de l'arc triomphal de la nouvelle église, visible sur une carte postale du milieu du 20e siècle (ill. 20154001185NUC1). Peut-être exécutée en même temps que les figures des fondateurs de la Compagnie de Jésus dans le vaisseau central (réf. IM40005178), mais le style en paraît très différent. Iconographie (lecture incertaine) : au centre, un médaillon quadrilobé entourant un motif indéchiffrable ; de part et d'autre, des anges en vol tenant les saintes espèces (?).

  • Liste des oeuvres non étudiées

    Plaque commémorative (tableau de consécration) [porche] (ill. 20134000947NUC2A)

    1869. Marbre blanc.

    Plaque rectangulaire verticale au sommet cintré à oreilles. Inscription gravée : "cette église / a été construite en 1869 / grâce au dévouement : tant de M. Rosié curé du lieu / que du conseil municipal / composé de MM. / Laureyte adjoint / Lestage Jn / Lestage Prre / Guichemerre / Laporte / Sarrade / Lacouture / Tastet / Gardères / Laureyte / Bourlon / Coudroy maire."

    h = 450 environ ; la = 331 ; pr = 118.

    Autel et tabernacle (maître-autel) [chœur] (ill. 20134001097NUC2A)

    Vers 1950. Calcaire, marbre polychrome (porte du tabernacle).

    Autel-table à piétement de plan cruciforme et d'élévation trapézoïdale ; tabernacle trapézoïdal à porte rectangulaire en marbre. Degré d'autel à deux marches, en pierre (seul vestige de l'autel précédent).

    Autel : h = 97 ; la = 249,5 ; pr = 110 ; tabernacle : h = 42 ; la = 57,5.

    [Autel acquis vers 1950 par le curé Pascoualle en remplacement d'un autel du fabricant lillois Buisine-Rigot, exécuté en 1898 pour la cathédrale d'Aire-sur-l'Adour, qui remplaça lui-même vers 1930 l'autel créé en 1869 par le marbrier montois Festa pour la nouvelle église (voir liste des œuvres disparues).]

    Autel [chœur, entrée] (ill. 20134002858NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Chêne teinté et ciré.

    Tombeau d'autel de style néogothique, à quatre colonnettes libres portant trois arcs en plein cintre à intrados trilobé ; décor végétal en relief dans la masse dans les écoinçons des arcs, frise cercles en creux sur la traverse supérieure.

    h = 97,5 ; la = 177,5 ; pr = 77.

    [Meuble en remploi provenant d'un autel secondaire non identifié ; installé dans le chœur "face au peuple" après le concile de Vatican II.]

    Paire de bénitiers d'applique [vaisseau central, à l'entrée]

    Vers 1869. Marbre blanc.

    Vasque à pans coupés.

    la = 22.

    Paire de clôtures de chapelle (ou d'autel) [collatéraux]

    Vers 1869. Fer forgé.

    Formaient ensemble avec la clôture de chœur supprimée. Portillons à battant unique.

    h = 75 ; la = 254 (chaque clôture).

    Paire de chaises d'église [chœur]

    1er quart 20e s. Bois, velours rouge (garniture).

    Dossier "violoné" ajouré.

    Ensemble de 3 chaises prie-Dieu [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bois fruitier, velours rouge (garniture).

    Dossier ajouré (décor de croix et rinceaux) à accotoir sur montants-colonnettes tournés, agenouilloir rapporté.

    h = 85.

    Chandelier pascal [collatéral sud, fonts baptismaux] (ill. 20134002849NUC1A)

    19e s. (1ère moitié ?). Bois fruitier tourné.

    Piétement tripode, tige en balustre tourné en chapelet, bobèche, binet rapporté en fer.

    h = 116 (avec le binet rapporté) ; h = 111 (sans le binet).

    Ensemble de 6 chandeliers funéraires [réserve]

    4e quart 19e s. Bois tourné et peint en noir et blanc.

    Clochette d’autel [sacristie] (ill. 20134002855NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Laiton et bronze dorés.

    Timbre campaniforme, poignée en bronze : figurine de Vierge.

    h = 10.

    Pupitre-thabor [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré.

    Style néogothique. Pieds fondus, décor d'arcatures brisées jumelées sur les faces, consoles angulaires à pinacles.

    h = 18.

    Boîte à hosties [sacristie] (ill. 20134002857NUC1A)

    20e s. Fer blanc. Cylindrique.

    h = 7.

    Ciboire [chœur, maître-autel] (ill. 20134002854NUC1A)

    2e moitié 19e s. Argent doré.

    Style néo-médiéval. Pied hexalobé, tige tubulaire, fausse-coupe découpé, couvercle à croix sommitale fondue et vissée. Décor végétal stylisé (estampé, découpé) : feuilles de vigne et grappes, feuilles nervurées.

    h = 21.

    [Ciboire conservé dans le tabernacle du maître-autel, non étudié.]

    Patène [sacristie]

    1838-1847. Alexis RENAUD, orfèvre à Paris. Argent doré.

    Ombilic saillant à décor gravé : monogramme IHS, croix, cœur, clous dans une couronne d'épines.

    d = 16,1.

    Poinçons : poinçon de fabricant (A. Renaud, une balance et une étoile, dans un losange horizontal) ; garantie gros ouvrages 1er titre Paris 1838-1973 (Minerve).

    [Peut-être la patène correspondant au "calice en vermeil" acquis par la fabrique en 1839 pour 300 francs grâce à une quête ? (AP Poyanne, registre de la fabrique, 1810-1840)]

    Ostensoir [sacristie]

    20e s. Bois fruitier tourné et découpé.

    Gloire décorée d'une inscription sculptée en réserve : Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto.

    h = 60 ; la = 31.

    Thabor [sacristie]

    Milieu 19e s. Bois blanc doré à la feuille d'or (à l'origine).

    Thabor de plan rectangulaire et d'élévation en talon renversé, sur pieds en patin ou sphère aplatie ; décor rapporté en plâtre ou stuc : Pélican mystique (sur la face).

    h = 17.

    Mauvais état (dorure).

    Encensoir [sacristie]

    Milieu 19e s. Laiton argenté.

    Style classique. Pied circulaire, couvercle emboîtant. Décor estampé et fondu : godrons (réserve, couvercle), trois angelots en haut relief (points d'ancrage des chaînes).

    h = 17.

    Croix de procession (n° 1) [sacristie] (ill. 20134002858NUC1A)

    Milieu 19e s. Bronze et laiton argentés, bois tourné (hampe).

    Hampe en bois ; douille et nœud en urne godronnée en laiton ; croix en bronze ; Christ (représenté vivant), titulus (parchemin déroulé) et palmettes romaines (aux extrémités des bras) fondus et rivés ou soudés.

    h = 170 (avec la hampe).

    [Objet repéré en 1991, non retrouvé lors de l'enquête de 2013.]

    Croix de procession (n° 2) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bronze et laiton dorés.

    Hampe, douille et nœud en laiton doré, croix en bronze ; Christ (représenté vivant), titulus et fleurons (aux extrémités des bras) fondus et rivés ou soudés Décor : rinceaux sur le nœud, torsades et crochets sur la hampe.

    h = 48 (sans la hampe).

    [Objet repéré en 1991, non retrouvé lors de l'enquête de 2013.]

    Baiser de paix [sacristie] (ill. 20134002855NUC1A)

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Objet fondu d'une seule pièce, à l'exception de la poignée rapportée et soudée ; relief repris au ciselé, tous les fonds amatis, gâbles repercés. Décor : composition imitant un triptyque gothique à décor architecturé (colonnettes, lancettes trilobées, gâbles ajourés à crochets et fleuron sommital) ; au centre, le Bon Pasteur ; à gauche, saint Michel terrassant le démon ; à droite, l'Ange gardien désignant le ciel ; pieds en forme d'angelot.

    [Objet repéré en 1991, non retrouvé en 2013. Un autre exemplaire est conservé à l'église de Garein (canton de Labrit, réf. IM40003031).]

    Croix : Christ en croix [chœur] (ill. 20134001099NUC2A)

    20e s. Bois fruitier, fer (croix).

    Christ en bois (inspiré ou copié d'une sculpture romane non identifiée), croix en fer à bras tubulaires.

    [Installé dans le chœur entre 1991 et 2013.]

    Croix (crucifix) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bois, plâtre polychrome.

    Christ et titulus en plâtre, croix (d'applique) en bois.

    h = 48.

    Paire de chandeliers d’église [réserve nord] (ill. 20134002857NUC1A)

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néoroman. Base pyramidale tripode, tige tubulaire nue, bouquet de cinq lumières étagées en pyramide, à bobèches ; décor de rinceaux romans, de crochets et de feuilles de vigne.

    h = 54.

    Ensemble de 2 tours d’autel [sacristie]

    1ère moitié 20e s.

    A. Satin de coton et soie blanc ; passementerie et décor brodé en fil métal doré ; décor polychrome à la gouache : Agneau mystique dans un quadrilobe ("Ecce Agnus Dei"), roses rouges au naturel. Ill. 20134002866NUC1A.

    B. Satin de coton et soie blanc ; passementerie et décor brodé en fil métal doré et polychrome : monogramme MA, fleurs.

    Pavillon de ciboire [sacristie]

    1ère moitié 20e s. Satin de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie).

    Garniture de dais de procession (du Saint Sacrement) [sacristie] (ill. 20134002869NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Satin de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor) et argenté (décor).

    Décor brodé en fil or et argent sur chacune des pentes : Agneau mystique, Tables de la Loi, Pélican mystique, Triangle trinitaire dans des couronnes en tiges de rosier nouées par un nœud de ruban ; branches de rosier aux extrémités des pentes.

    Garniture de dais de procession [sacristie] (ill. 20134002871NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Velours uni de coton et soie rouge grenat, fil métal doré (passementerie).

    État : une seule pente conservée.

    Ensemble de 3 chapes et 2 étoles pastorales [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Drap lamé doré, bougran rouge (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Décor broché (chaperon) : triangle trinitaire dans une gloire entouré de tiges végétales avec roses, épis de blé, feuilles d'acanthe. Ill. 20134002860NUC1A.

    B. Drap lamé doré, bougran rouge (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : Pélican mystique dans une gloire, à la croisée d'une croix végétale entourée de tiges feuillues. Ill. 20134002860NUC1A. Avec étole pastorale assortie (croix végétale, rinceaux). Ill. 20134002865NUC1A.

    C. Velours uni de coton et soie noir, bougran noir (doublure), fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé (chaperon) : monogramme I.H.S., croix et clous dans une gloire. Avec étole pastorale assortie (décor : croix, fleurs). Ill. 20134002862NUC1A.

    Paire de dalmatiques avec leurs manipules [sacristie] (ill. 20134002863NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Moire de coton noire, fil métal doré (passementerie).

    Ensemble de 11 ornements (complets : chasuble, étole, manipule, bourse de corporal, voile de calice) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Moire de coton et soie blanc, tapisserie polychrome au petit point (croix dorsale de la chasuble, orfrois), bougran de coton rouge (doublure), fil métal doré (passementerie). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. à la croisée, tiges de lierre au naturel sur le champ de la croix. Ill. 20134002864NUC1A.

    B. Damas de coton et soie blanc, bougran de coton rouge (doublure), fil de soie jaune-or et rouge (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. en onciales gothiques entouré de fleurons romans. Ill. 20134002864NUC1A.

    C. Drap lamé doré, bougran de coton rouge (doublure), fil métal doré et argenté (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : Agneau de Dieu vexillaire dans un quadrilobe rouge entouré de tiges fleuries de roses. Ill. 20134002864NUC1A.

    D. Satin de coton et soie rouge (vieux rose) et violet (croix dorsale), fil de soie jaune doré (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. en textura gothique dans un quadrilobe entouré de roses stylisées. Ill. 20134002864NUC1A.

    E. Damas de coton et soie violet, bougran de toile rouge (doublure), fil de coton blanc (passementerie, décor). Ill. 20134002861NUC1A.

    F. Damas de coton vert, bougran vert (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : symboles des Vertus théologales (croix de la Foi, calice de la Charité, ancre de l'Espérance) dans une gloire. Ill. 20124002861NUC1A.

    G. Damas de coton vert, bougran vert (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. en gothique textura dans une gloire. Ill. 20124002861NUC1A.

    H. Moire de coton et soie rouge, bougran rouge (doublure), fil de soie jaune or (passementerie, décor). Décor brodé (sur la croix dorsale de la chasuble) : croix constituée d'entrelacs de tiges de vigne et de blé, avec monogramme I.H.S. et croix dans une gloire à la croisée. Ill. 20134002863NUC1A.

    I. Velours de coton et soie rouge bordeaux, bougran de toile rouge (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme J.H.S. en lettres gothiques dans un cercle entouré de tiges fleuries de passiflores (avec croix sortant du calice) et de feuilles de vigne. ill. 20134002861NUC1A.

    J. Velours de coton et soie noir, bougran de toile noir (doublure), fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. en gothique textura dans un quadrilobe entouré de feuilles de vigne et d'épis de blé. Ill. 20134002863NUC1A.

    K. Velours de coton et soie noir, bougran de toile noir (doublure), fil métal argenté (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : Agneau mystique sur le livre aux sept sceaux dans une gloire. Ill. 20134002863NUC1A.

    Ensemble de 3 étoles pastorales [sacristie] (ill. 20134002865NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Satin de coton et soie blanc et violet (revers), fil métal doré (passementerie), fil de soie polychrome (décor). Décor brodé : fleurs.

    B. Tapisserie au petit point polychrome, fil de coton polychrome (passementerie). Décor de la tapisserie (fond rouge) : monogramme I.H.S., rinceaux.

    C. Drap lamé doré, fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé : croix et rinceaux.

    Ensemble de 2 voiles huméraux [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Satin de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor). Décor brodé : Agneau.

    B. Taffetas de coton blanc, fil métal doré (passementerie). Sans décor.

    Ensemble de 6 statues

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre blanc (sauf mention contraire).

    Saint Antoine de Padoue (vaisseau central, 3e pilier à gauche ; h = 130 environ ; sur console en plâtre blanc à deux angelots, roses, lys et enroulements feuillagés). Saint Jean-Baptiste (vaisseau central, 2e pilier à gauche ; h = 130 environ ; sur console en plâtre blanc à enroulements feuillagés). Sacré-Cœur (n° 1) (entrée du chœur, à gauche ; h = 140 environ ; ; sur console en plâtre blanc avec angelot aux ailes éployées). Notre-Dame de Lourdes (entrée du chœur, à droite ; h = 145 environ ; sur console en plâtre blanc avec angelot aux ailes éployées). Immaculée Conception (sacristie ; statuette, plâtre polychrome ; h = 40 environ). Sacré-Cœur (n° 2) (sacristie ; statuette, plâtre blanc ; h = 40 environ).

    Livre : Missel romain [sacristie]

    1861. Alfred MAME, Tours.

    Titre : « Missale romanum [...] Turonibus / typis Alfredi Mame / MDCCCLXI ». Armoiries du pape Pie IX.

    [Des "livres liturgiques" furent acquis par la fabrique pour 30 francs en 1864. Ce missel en fit peut-être partie.]

    ___________________________________________________________________________________________________________

  • Extraits du registre des délibérations du conseil de fabrique de Poyanne (1810-1840)

    [Document annexé] "État des fondations obituaires et à perpétuité à servir dans l'église parroissiale (sic) de St Jean Baptiste de Poyanne." Voir document numérisé.

    [Document annexé] "Testament de Simon Deyris, ex-prieur de Poyanne" (9 septembre 1776). Le testateur lègue 4000 livres en capitaux et 2000 livres en rentes aux prieurs ses successeurs, ainsi que ses meubles pour être vendus afin de payer "ses honneurs funèbres" et son inhumation dans l'église.

    "État général des recettes et dépenses de toute nature faites tant pour le compte de l'église de Poyanne, que pour celui de la commune, depuis le 1er vendémiaire an 13 jusqu'au 31 Xbre 1806 inclusivement, par MM. Camy, notaire, Darbins curé et Hontang préposé." Voir document numérisé. Extraits : "Dépense [...]. / 6 fructidor an 13. Vitrage de l'église - 48. / 8 fructidor an 13. Achat de rideaux pour 36,75 / idem pour la chaire - 52,65 / idem pour le maître-autel - 61. [...] / 4 comp[lémentaire] an 13. Duman. Façon d'un tombeau d'autel - 22,50. / 5 dud. Camy. Supplément pour l'achat d'un soleil - 126. / 4 B[rumaire] an 14. Girodi frères. Autel, peinture, dorure, sculpture - 1328,00. / id. Berdoulet [biffé]. Les mêmes. Port de l'autel [biffé] idem - 478,00. / 8 août 1806. Lacouture. Marche-pieds des autels (bois) - 18. / Carreaux pour le sanctuaire - 12.

    1837 (14 février) : érection du chemin de croix par Mgr Savy. Voir document numérisé.

    1837 (2 avril) : acceptation du legs fait dans son testament du 16 février 1827 par l'ancien curé Jean-Baptiste Darbins, mort le 5 janvier 1835 (200 francs et "divers ornements").

    1839 (6 août) : "Fondation à desservir dans l’Église de Poyanne. / Par devant Me Hippolyte Lejeune, et son collègue, notaires à Paris, soussignés, a comparu Mad.e Josèphe Armande Geneviève Françoise de Rémond de Montmort du Dognon, épouse de Mr Marie Léopold Joseph Moreau de Bellaing, chevalier, la d. d.e autorisée de son mari, ici présent : Mr d. f. et d.e de Bellaing, docimiciliés à Bellaing, arrondissement de Valenciennes (Nord) et résidant ordinairement à Poyanne, canton de Montfort, arrondissement de Dax, département des Landes, étant présentement à Paris, logés rue Caumartin N° 14, laquelle a par ces présentes déclaré faire donation entre vifs et irrévocable, au profit de la fabrique de l'église de la dite commune de Poyanne, diocèse d'Aire, département des Landes : sçavoir : 1° d'une rente annuelle de sept francs [...]. 2° d'une rente annuelle de vingt francs [...]. 3° Et de neuf francs de rente annuelle [...] En tout trente six francs / Pour la d. fabrique jouir faire & disposer des dites rentes & portions de rente en toute propriété et jouissance à dater du vingt-deux juin mil huit cent trente neuf. / Cette donation est ainsi faite par Mad.e de Bellaingc née de Montmort aux charges, clauses & conditions suivantes : / 1° Que le cinq de chaque mois à partir du jour où cette donation aura été autorisée par ordonnance royale, il sera célébré dans l'église de Poyanne une messe basse en mémoire et pour le repos de l'âme de Mad.e Marie-Marc Pechpeyrou Comminge de Guitaut décédée veuve de Mr le Comte Armand Rémond de Montmort du Dognon, et de celle de mon dit sieur le comte Armand Rémond de Montmort du Dognon, les susnommés père & mère de Mad.e de Bellaing. / 2° Que cette rente totale de trente six francs sera donnée chaque année en entier au desservant de la paroisse de Poyanne chargé de célébrer cette messe. / 3° Et que si dans la suite, par incurie de la fabrique ou par des motifs qu'il est impossible de prévoir aujourd'hui, cette rente totale de trente six francs venait à être perdue en tout ou en partie par la fabrique de Poyanne, cette fabrique n'en serait pas moins tenue de faire célébrer les messes dont il vient d'être question et de payer à qui de droit ce qui serait dû à raison de la célébration des dites messes [...]."

    1840 (26 janvier) : "Modification à la donation par Mad.e de Bellaing à la Fabrique de l’Église de Poyanne. / Et le huit janvier Mil huit-cent quarante, par devant Me Charles François Bourbonne, notaire à Bar-sur-Seine, soussigné, substituant pour cause de maladie Me Hippolyte Lejeune, notaire à Paris, et en présence des témoins aussi soussignés, / A comparu Mad.e Josèphe Armande Geneviève Rémond de Montmort du Dognon, épouse de Mr Marie Léopold Joseph Moreau de Bellaing, chevalier ici présent et qui l'autorise [...] étant présentement à Bar-sur-Seine, logés chez Mr de Noiron. / Laquelle a déclaré retrancher des conditions par elle imposées dans la donation qu'elle a faite de trente six francs de rente sur l'état trois pour cent, à la fabrique de l’Église de la commune de Poyanne (Landes) suivant acte passé devant Me Lejeune, notaire à Paris, le vingt juillet dernier, dont la minute précède, celle d'après laquelle dans le cas où dans la suite, par incurie de la fabrique ou tout autre motif la dite rente de trente six francs venait à être perdue en tout ou en partie, la fabrique n'en serait pas moins tenue de faire célébrer les messes pour lesquelles est faite la dite donation et de payer à qui de droit ce qui serait dû à raison de la célébration des dites messes. / Mad.e de Bellaing voulant que cette condition soit considérée comme non contenue en l'acte de donation du vingt juillet dernier & confirmant du reste la dite donation dans toutes ses autres dispositions. Et que si dans la suite par des motifs qu'il est impossible de prévoir aujourd'hui cette rente totale de trente six francs venait à être perdue en tout ou en partie par la fabrique de Poyanne, cette fabrique sera totalement déchargée de ses obligations & Mad.e de Bellaing renonçait aux effets du dit acte. [...]"

  • Extraits du registre de comptes de la fabrique de Poyanne (1812-1860)

    1816 : "Solde de 1816. / [...] 21° Tableau représentant le Portet (?) - 51. / 22° Caisse renfermant le tableau - 8. / 23° Transport du tableau - 1.50."

    1823 : "Le 1er mai. Un pupitre pour l'autel - 5. / idem. Une boitte (sic) pour le calice - 3."

    1831 : "Pour une croix vis à vis la chaire - 3."

    1832 : "Pour rafraîchir deux tableaux (de Notre-Dame et celui de vis-à-vis la chaire) - 5,00."

    1837 : "Dépenses. Chemin de la croix avec les cadres et les gravures - 34 fr. 50."

    1839 : "Prix du vieux calice - 174 f. 10. / Quête pour l'achat d'un calice en vermeil - 132,00. / Dépenses : Achat d'un calice en vermeil - 300 f. 00. / Achat d'un ornement violet - 81,00."

    1852 : "Réparation des fonts baptismaux (maçonnerie, charpenterie, plâtre)."

    1853 : "Dépenses pour l'exercice 1853. / Couvercle pour les fonts baptismaux, à Dax - 15. / Peinture de la boiserie du chœur & sacristie - 11,50. / Achat d'une écharpe blanche pour la bénédiction - 28,40.

    1857 : "Dépenses pour l'année 1857. / Réparation du vieux calice - 6. / Achat d'un antiphonaire et d'un graduel - 7. / Réparation de l'encensoir et du bénitier - 10. / [...] Achat d'un ornement blanc - 200."

    1859 : "Dépenses pour l'année 1859. / Payé à Édouard Cazalis la confection de 6 torches - 3. / Payé au peintre de Pau p[ou]r le transparent des fonts - 30."

  • Extraits du registre des délibérations du conseil des marguilliers de Poyanne (1842-1934)

    1835 (12 juillet) : "Inventaire du mobilier de l'église Saint-Jean-Baptiste de Poyanne dressé le 12 du mois de juillet 1835. Voir document numérisé.

    1843 (2 janvier) : "Récolement du mobilier de l'église St Jn Bte de Poyanne, fait par nous Jean Sarrade, secrétaire du bureau des marguilliers [...] à Poyanne le 2 janvier 1843." Voir document numérisé.

    1843 (4e dimanche d'avril) : "Projet de budget pour l'exercice 1844. / Chapitre 2me. [...] Réparation du vieux calice - 5. / Dorure du vieux calice et de la custode - 30. / Réparation des linges et ornements - 30. [...] / Dépenses extraordinaires : Achat d'un drap mortuaire - 20. / id. de deux te igitur - 14. / id. du corps d'une aube - 12. / id. d'un Missel pour les morts - 3. / id. de 6 surplis p[ou]r enfant de chœur - 18 [...]."

    1844 (14 avril) : "Projet de budget pour l'exercice 1845. / Chapitre 2me. Dépenses [...]. / Dorure du vieux calice - 12. / Achat de 24 chaises - 25. [...] / Dépenses extraordinaires. / Achat d'un dais - 220 f. / id. d'un drap mortuaire - 25. / id. d'un te igitur - 15. / id. de 2 surplis - 6. / id. d'un corps d'aube - 10. / id. d'un missel p[ou]r les morts - 3 f. [...]."

    1849 (15 avril) : "Projet de budget pour l'exercice 1850. / Chapitre 2me. Achat d'un dais - 250.

    1853 (3 avril) : "Dépenses extraordinaires. / Achat d'un livre liturgique - 59 f 30."

    1854 (23 avril) : "Projet de budget pour l’exercice 1855. / Dépenses extraordinaires / Achat d'un livre liturgique - 59,30."

    1857 (19 avril) : "Projet de budget pour l’exercice 1858. / Dépenses extraordinaires / Achat d'un ornement blanc - 200. / id. de livres liturgiques - 14."

    1858 (11 avril) : "Projet de budget pour l’exercice 1859. / Dépenses extraordinaires / Achat d'un tapis pour l'autel - 67,00. / id. du livre liturgique - 14,00."

    1859 (4 mai) : "Projet de budget pour l’exercice 1860. / Dépenses extraordinaires / Réparation de la chapelle N.D. - 1000,00. / Achat d'une bannière - 200,00."

    1863 (12 avril) : "Projet de budget pour l’exercice 1864. / Dépenses extraordinaires / Achat d'un ornement blanc - 70. / id. de livres liturgiques - 30. / id. d'un calice - 180."

    1876 (23 avril) : "Budget. / Dépenses extraordinaires / Tombe de M. Delaur - 43 f. / Achat de deux aubes - 30. / id. de six cordons - 4. / id. de 6 vespéraux - 59,20."

    1879 (20 avril) : "Projet de budget pour l’année 1880. / Dépenses extraordinaires / Lustrine rouge pour le chœur -80 f. / Achat d'une chape - 120."

    1880 (4 avril) : "Projet de budget pour 1881. / Dépenses extraordinaires / Achat d'un drap mortuaire - 130."

    1884 (24 mai) : "Projet de budget pour 1882. / Dépenses extraordinaires / Achat d'un drap mortuaire - 130."

    1903 (19 avril) : "Inventaire du linge, vestiaire et objets du culte de l'église de Poyanne." Voir document numérisé.

  • Archives paroissiales de Poyanne, documents divers

    1829 (28 septembre) : procès-verbal de visite de la paroisse de Poyanne, par Dominique Marie Savy, évêque d'Aire. Voir document numérisé.

    1835 (12 mai) : procès-verbal de visite de la paroisse de Poyanne, par Dominique Marie Savy, évêque d'Aire. Voir document numérisé.

    1831 (31 mai) : érection de la confrérie du Saint Sacrement par Dominique Marie Savy, évêque d'Aire. Voir document numérisé.

  • Extraits des budgets de la fabrique de la paroisse de Poyanne (1831-1905)

    1833 : "Chapitre IV. Dépenses extraordinaires. / Pour les réparations à faire à l'autel de Notre-Dame... 500 fr."

    1835 : "Chapitre IV. Dépenses extraordinaires. / Pour les réparations à faire à l'autel de Notre-Dame... 500 fr."

    1836 : "Chapitre IV. Dépenses extraordinaires. / Pour les réparations à faire à l'autel de Notre-Dame... 500 fr."

    1837 : "Chapitre IV. Dépenses extraordinaires. / Pour les réparations à faire à l'autel de Notre-Dame... 500 fr."

    1838 : "Achat d'un voile pour donner la bénédiction du St-Sacrement... 30 f. / Réparation de l'autel de N. Dame... 500,00."

    1839 : "Chapitre 2e. Dépenses extraordinaires. / Achat d'une chappe (sic) - 130 f. / id. d'une étole pastorale - 45. / id. d'un ornement violet - 70. / id. d'un voile pour donner la bénédiction du S. Sacrement - 80. / Réparation de l'autel de Notre-Dame - 500. / Réparation de l'arceau de Ntre Dame et de la tribune - 30."

    1840 : "Achat d'une chappe (sic) - 130,00. / id. d'une étole pastorale - 45. / Réparation de l'autel (Notre-Dame) - 500,00."

    1841 : "Réparations à faire à l'autel de Notre-Dame - 500."

    1880 : "Dorure d'un calice."

  • Extrait du registre des délibérations du conseil de fabrique de Poyanne (1841-1896)

    Inauguré le 15 mai 1841 par le président du conseil de fabrique, le chirurgien Bernard Delaur (mort le 8 novembre 1846).

    P. 2-3 : Séance du 22 juin 1841. / "Fondation obituaire = 12 messes basses par an, le 5 de chaque mois. / Poyanne (la Fabrique et la Commune de), donation de Mad.e Josephe-Armande-Geneviève-Françoise Remond de Montmort du Dognon, épouse de Bellaing, a droit à la somme de trente-six francs de rente, à prendre dans l'inscription collective ci-dessus désignée, avec jouissance des arrérages à compter du 22 D.bre 1840. / A Mont-de-Marsan le 2 juin 1841. / Le receveur général, P. P.on [par permission] de M. Féron. Signé Houet. / En marge est écrit : Vu & enregistré à la Préfecture, le 2 juin 1841. / P[ou]r le Préfet en tournée, Le Conseiller de Préfecture délégué / signé F. Dulamon. / Transcrit par nous secrétaire de la fabrique soussigné, ce 22 juin 1841. / Bastiat."

    P. 3-5 : Séance du 3 octobre 1841. / "[...] Le Conseil / Vu l'acte d'échange de l'ancienne église de St J.n B.te de Salles avec la chapelle castrale de St Barthelemi, entre Messire Philippe de Baylens, marquis de Poyanne, et la fabrique [biffé ; en marge : chapitre] du dit lieu, passé le 6 juin 1713, et faisant partie des Archives du château de Poyanne, par lequel il appert que la fabrique est propriétaire et de l'église et du cimetière qui l'environne. / Vu la demande de Mr Marie Joseph Léopold Moreau de Bellaing, chevalier, tendant à ce qu'il lui soit concédé l'autorisation de placer à perpétuité une pierre sépulcrale sur la tombe de Dame Marie Marc Pechegron [sic pour Pechpeyrou] Comminge de Guitaut, comtesse de Montmort Dudognon, sa belle-mère. / Considérant que cette demande est sollicitée sous la condition expresse & formelle : / 1° que le dit sieur Léopold de Bellaing élèverait à ses frais sur la tombe de Mad.e la comtesse de Montmort une croix en fer pour servir de croix paroissiale, en remplacement de l'ancienne qui tombe en ruine ; / 2° qu'il verserait une somme de deux cents francs dans la caisse du Bureau de Bienfaisance (auxiliaire) établi à Poyanne pour être distribuée aux pauvres de la paroisse. / 3° enfin que le pétitionaire (sic) ferait un don [biffé] à la fabrique de l'église de Poyanne, un don qui serait déterminé par sa générosité. / Considérant que les conditions sur lesquelles Mr. de Bellaing base sa demande en autorisation tournent tout-à-fait à l'avantage soit de la fabrique, soit de la classe indigente, / est d'avis / 1° que Mr Léopold de Bellaing soit autorisé à placer à perpétuité une pierre sépulcrale sur la tombe de Mad.e de Montmort ; 2° que la somme de deux cents francs soit versée entre les mains du trésorier du bureau auxiliaire établi à Poyanne ; 3° enfin que le don laissé à la générosité de M de Bellaing soit accepté par le trésorier de la fabrique. / A Poyanne, les jours, mois & an que dessus. [...] Approbation de Mgr l'Evêque. / Vu et approuvé la délibération ci-annexée, donné à Aire le 1er janvier 1842 / ainsi signé + F. Ad. Ad. Ev. d'Aire."

    P. 15-16 : "Budget de l'année 1844. / Dépenses ordinaires [...] / Réparations de la custode et du vieux calice (dorure) - 35 f. / Dépenses extraordinaires / Achat d'une aube, 6 surplis, 1 te igitur - 64 f. / id. d'un missel des morts - 3."

    P. 19-20 : "Budget pour l'exercice 1846. / Dépenses extraordinaires / Achat d'un Dais - 220. / id. d'un missel - 35."

    P. 67-68 : "Autel privilégié". Érection par Mgr Lanneluc, le 15 avril 1840, de l'autel "dédié à St Jean-Baptiste" en autel privilégié [renouvelée par la suite les 5 août 1847, 14 mai 1855 et 27 septembre 1864 (la dernière par Mgr Épivent)].

    P. 71 : "Séance du dimanche de Quasimodo, 3 avril 1853. / Chemin de croix. / Le Conseil, considérant que Mr & Mad.e Léopold de Bellaing, propriétaires du château, Mr Jean LOrreyte, leur régisseur, ont fait l'offre à la fabrique de lui donner un chemin de croix en Plastique et bois, accepte avec reconnaissance l'offre des donateurs et leur vote les remerciements les plus sincères. [...]"

    P. 91-93 : "Séance du 1er dimanche de juillet (1er juillet) 1855. / Demande de concession de Léopold Moreau de Bellaing pour établir un cénotaphe au lieu où a été inhumée Dame Hedwige Joseph Moreau de Bellaing, veuve de sieur Jacques-André-Nicolas-Antoine Mariane, sa sœur [...]. / Considérant que, d'après l'acte précité [la donation de la chapelle castrale Saint-Barthélemy à la communauté par Philippe de Baylens, marquis de Poyanne, en 1713], la fabrique est propriétaire de l'église et des dépendances dont fait partie le terrain où le cimetière de la paroisse a existé de 1713 au 22 juillet 1851, époque de la translation du dit cimetière sur un terrain appartenant à la commune [...], le tombeau sera élevé dans l'ancien cimetière, près de l'église, afin de conserver à ce lieu son caractère sacré et funéraire [...] et de permettre à la fabrique, propriétaire, de concéder à titre onéreux les concessions à perpétuité de terrains [...]"

    p. 100 : "Budget de 1858. / Dépenses extraordinaires. / Achat d'un ornement blanc - 200. / Achat de livres liturgiques - 14."

    p. 105 : "Budget pour l'exercice 1859. / Dépenses extraordinaires. / Achat d'un tapis pour l'autel - 47. / id. de livres liturgiques - 14."

    P. 107. "Budget pour l'exercice 1860. / Dépenses extraordinaires. / Réparations de la chapelle N.D. - 1000. / Achat d'une bannière - 200."

    P. 109-110 : "6 mars 1860. / Annexion spirituelle du quartier du Cournaux à la paroisse de Poyanne."

    P. 111 : "11 avril 1859. / Annexion civile du quartier du Cournaux à la commune de Poyanne."

    P. 119 : "Séance du dimanche de Quasimodo, 7 avril 1861. / [...] Le conseil [...] procédant à l'apurement des comptes de recettes & dépenses [...], reconnaît et approuve les dits comptes, savoir : [...] les dépenses avec les 300 f. prix de la statue de la Vierge [...]."

    P. 121-122 : "Séance du dimanche de Quasimodo, 7 avril 1861. / [...] Considérant que par acte du 6 juin 1713 [...] entre Messire Philippe de Baylenx, seigneur de Poyanne, et la communauté du dit Poyanne, le seigneur céda à la communauté la chapelle castrale de St Barthélemy, à lui appartenant, pour servir d'église paroissiale, et la communauté de Poyanne de son côté céda à Messire Philippe de Baylenx l'emplacement de l'ancienne église avec le cimetière & toutes les dépendances. / Considérant que la chapelle de St Barthélemy, assez spatieuse (sic) pour les besoins privés de la famille à laquelle elle appartenait, mais insuffisante pour les besoins de la paroisse, fut agrandie et mise dans l'était où on la voit maintenant, mais qu'aujourd'hui, par suite de l'annexion du quartier du Cournau à la paroisse de Poyanne, son enceinte se trouve trop circonscrite ; que le chœur est tellement encombré, la foule tellement pressée dans les deux nefs, qu'il est impossible de faire les cérémonies religieuses, que depuis 15 ans enfin on a été dans la nécessité de supprimer la procession du St Sacrement, qui se fait chaque mois, / Considérant enfin qu'il est impossible à la fabrique de faire par elle-même le moindre agrandissement, par ses ressources sont au déficit (sic), / Est d'avis / d'appeler l'attention du conseil municipal sur cet état de choses, afin qu'il avise aux mesures à prendre, soit avec ses propres ressources , soit en sollicitant un secours du Gouvernement. [...]"

    P. 140-141 : "Budget de 1864. / Dépenses extraordinaires. / Achat d'un ornement blanc - 70,. / id. de livres - 30, / id. d'un calice - 180,00."

    P. 156 : "Séance du premier dimanche de janvier 1866 (7 janvier). / Présents MM. Rosié p[rê]tre, Courdoy m[ai]re, Sarrade, Farthouat, Tastet, Lestage, membres du conseil présidé par M. Lépine / Le Conseil / Vu la délibération du 7 avril 1861, tendant à appeler l'attention du conseil municipal de la commune de Poyanne sur l'état de l'église paroissiale ; / Vu un plan de construction d'une église nouvelle dans la paroisse de Poyanne, avec le devis estimatif des travaux à exécuter, présenté par M. Ozanne, architecte du département ; / Considérant que, d'après le jugement des hommes de l'art, l'église de Poyanne n'est susceptible d'aucun agrandissement à cause du peu de solidité de ses murs, et que, par l’exiguïté de son enceinte, la paroisse est depuis longtemps en souffrance ; / est d'avis / qu'il soit donné suite au projet de reconstruction de l'église paroissiale, et que les plans & devis soumis à son approbation soient mis à l'étude dans le plus bref délai possible ; / Fait à Poyanne les mêmes jour, mois & an que dessus. / Sarrade Lestage Tastet Rosié."

    P. 166-168 : séance du 19 mars 1868. "Ad majorem Dei gloriam. / L'an de l'incarnation 1868 [...]". Cérémonie de la pose de la première pierre de la nouvelle église paroissiale. Voir document numérisé.

    P. 205 : "Budget pour l'année 1877. / Chapitre 2me. Dépenses extraordinaires. / Tombe de M. Delaur - 43. / Achat de deux aubes - 36."

    P. 221 : "Budget pour l'exercice 1880. / Dépenses extraordinaires. / Achat d'une chape - 120."

    P. 223 : "Budget de l'année 1881. / Dépenses extraordinaires. / Achat d'un drap mortuaire - 130."

    P. 231 : "Budget de l'année 1882. / Dépenses extraordinaires. / Acquisition d'une chappe (sic) - 150."

  • Extrait de la monographie paroissiale de l'abbé Vincent Foix, vers 1890

    "Deuxième partie archéologique./

    I. L'église actuelle./

    La 1ère pierre a été bénite solennellement par M. l'abbé Laussucq chanoine honoraire et curé doyen de Montfort le 19 mars 1868 ; elle fut consacrée le 6 7bre 1869 par Mgr Épivent./

    Assistaient à la bénédiction de la 1ère pierre : Jean Coudroy, maire, Jean Lorreyte, adjoint, Alexandre Lépine, président du conseil de fabrique, Jean-Lucien Malet chanoine honoraire, archiprêtre de Mont-de-Marsan, Jean Tastet, chanoine honoraire, curé doyen de Soustons, Antoine Lamaison, chanoine honoraire, supérieur de N.D. de Buglose, André Coudroy, curé doyen de Pouillon, Étienne Coudroy, curé de St-Pierre de Mont, Beaurredon, curé d'Ozourt, Jean-Pierre Lorreyte, curé de Ste Colombe, Sansamat, curé d'Onard, Andrieu, curé de Préchacq, Batistant, curé de St-Geours, Lafaurie, curé de Lier, Despons, curé de Hinx, Buchet, curé de Cassen, Beyria, curé de Clermont, Darribère, curé de Sort, Sarcou, prêtre à Laurède, Dubucq, curé de Laurède, Domenjou, curé de Nousse, Dufau, curé de Poyartin, Lary, curé de Gouts, Pène, vicaire de Ste Marie de Gosse, Louis Rosié, curé de Ste Marie de Gosse, Pourtau, curé de St-Lon, MM. Henry de Laborde, juge de paix de Montfort, Baron de Behr, membre du conseil général et maire de Gamarde, Lasserre, conseiller d'arrondissement et maire d'Ozourt, Lavielle, dr en médecine, maire de Montfort, Auguste Coudroy, maire de St-Geours, Geoffroy, maire de Cassen, François Batbedat, docteur en médecine, maire de Vicq, Larrieu, maire de Laurède, Jean Pussacq, maire d'Onard, Saubaigné, maire de Mugron./

    Le plan de l'église est l’œuvre de M. Ozanne, architecte du département. M. Fraglon [sic pour Freylon], entrepreneur de travaux publics à Villandraut, se rendit adjudicataire pour 80.000 f., 3% de rabais. Le montant de la dépense totale, compris le mobilier et les honoraires de l'architecte, atteignit 100.000 f./

    A la consécration de l'église on remarquait : MM. Émile Darracq, député des Landes, le B[ar]on de Behr, Lasserre, de Laborde, Pesquidous capitaine de recrutement à Foix, Frédéric Lestage docteur en médecine, Coudroy maire de St-Geours, le comte et la comtesse de Compomanès [sic pour "Campomanes"] de Madrid, Desbordes notaire à Tartas, Coudroy maire de Poyanne, le R.P. Gomez provincial des Jésuites, les R.P. Du Bourg supérieur du Gd Séminaire d'Aire, Félice supérieur de la maison de Poyanne, Malet, Lamaison, Tastet, Laussucq, Coudroy, Bourrus curé-doyen de Mugron, Getten chanoine honoraire et curé de St-Vincent de Xaintes, Étienne Coudroy, Lorreyte, Dubucq, Domenjou, Batistant, Bouchet, curé-doyen de Castets, Soubiran curé de Cassen, Andrieu, Lafaurie, Cabiro curé de Vicq, Sansamat, Duffau, curé de Poyartin, Beyria, Darribère, Despons, Rosié, Farthouat missionnaire, Duran missionnaire./

    La chaire et les stalles du chœur ont été confectionnées à Maubourguet par M. Dufau en 1869. Les trois cloches fondues à Dax par M. Delestan 1869 ; les autels en marbres faits à Mont-de-Marsan par M. Festa en 1869 ; les vitraux ont été fournis par la maison Maumejean à Pau./

    [...]

    On a longuement décrit la nouvelle église : "Par sa dimensions, a t-on dit, la hauteur de ses voûtes, la hardiesse de ses arcades, l'heureux accord des proportions, l'unité de style, la régularité de l'ensemble et l'harmonie des détails, l'église de Poyanne peut être considérée comme l'une des églises nouvelles du diocèse les plus irréprochables... L'église est bâtie en forme de parallélogramme et sans croisillons. Son vaisseau se compose d'un vestibule, d'une nef centrale, de deux collatéraux, d'un chœur à chevet polygonal flanqué à droite et à gauche d'une petite chapelle carrée. Il mesure dans œuvre 35m de long et 15 de large et 13 de hauteur sous clef. La largeur de la nef centrale dans axe est de 7 mètres. Celle des bas-côtés n'est que de quatre ; la hauteur des voûtes latérales est de 6m50. L'architecte a divisé en 3 parties l'intérieur tout le long de la grand nef. Au 1er étage, une suite de 4 arcades occupe le rez-de-chaussée et conduit du vestibule au sanctuaire. Le 2e étage présente une galerie aveugle ou triforium qui règne tout le long de la nef médiane. Enfin, sous le formeret des grandes voûtes, de petites fenêtres rondes forment la 3e division. Le chœur se divise en une travée ou sanctuaire, et un rond-point en 5 pans ou chevet. Un arc triomphal aux moulures toriques coupe ainsi le chœur en deux parties./

    Le chœur, profond de 10 mètres, reçoit le jour au chevet de 3 longues fenêtres à lancette. La nef principale communique avec ses collatéraux par 5 grandes arcades qui donnent autant de travées ; huit pilastres isolés la soutiennent. La voûte retombe sur de véritables chapiteaux. Des arcs doubleaux, séparés par des arcs ogives croisés et portant clef à leur point de jonction, divisent la voûte en autant de sections qu'il y a de travées. L'extrémité des nefs latérales se termine par une chapelle carrée où l'on pourrait demander plus d'ornementation./

    Le porche est d'une grande simplicité, ne présentant de décoration qu'à la porte principale. La tribune est d'un goût parfait.

    A l'extérieur il y a plus encore qu'à l'intérieur sobriété de détails et absence d'ornementation. En résumé cette église, quoique pauvre d'ornement, ne laisse pas de produire un effet des plus gracieux". (1)

    (1) L'abbé Ponse : Revue catholique d'Aire, 1874, p. 308-314.

    II. L'ancienne église St B[arthéle]my./

    L'ancienne église bâtie sur le même emplacement que la nouvelle était la chapelle castrale du château, elle était dédiée à St B[arthéle]my. Jusqu'en 1713 elle était chapelle seigneuriale : depuis la translation de l'église prieurale de Sales elle devint église paroissiale par vente de Messire Philippe de Baylenx, qui se réservait néanmoins et conserva dans sa chapelle le droit de sépulture ; le caveau a existé jusqu'à la reconstruction. La chapelle de St-Barthélemy devenue église paroissiale changea de vocable ; on ne l'appela plus depuis 1713 que l'église paroissiale St J[ean]-B[aptis]te. Elle avait trois chapelles ; celle de St J. Bte, c'était la principale ; celle de St B[arthéle]my et enfin celle de la Ste Vierge, bâtie en dehors de l'église, sur le cimetière, vers le midi. Le caveau de la maison de Poyanne dont l'entrée se trouvait au milieu de l'église se dirigeait vers la chapelle de la Ste Vierge. Le fond du caveau qui est tout construit en pierre de taille, ainsi que la voûte, correspond à la balustrade de la chapelle de Marie. Au pied du pilier placé dans le centre de l'église et jusqu'en face de l'autel Notre-Dame, se trouvent deux énormes pierres : c'est l'ouverture du caveau. On y descend par cinq marches en pierre de taille. Le tombeau a la forme d'un carré long de 12 pieds de long sur 8 de large : les cercueils posés sur un banc de pierre sont revêtus extérieurement de lames de plomb./

    Le 21 août 1837, les pierres de l'ouverture cédant, M. Rosié les fit enlever : il trouva cinq cadavres couchés sur le banc qui court le long du caveau. Les ossements, profanés par les Révolutionnaires, état (sic) disséminés çà et là sur le carrelage et les lames de plomb qui recouvraient les cercueils presque totalement enlevées. On y trouva un voile dont les dessins étaient très-bien conservés, mais qui ne résista pas au toucher. La couverture d'un livre d'heures en assez bon état, la garde d'une épée dévorée par la rouille, des souliers de forme fort pointue en partie consommée à l'exception des talons qui étaient très-élevés et peints en rouge, furent à peu près tout ce qui parut. Le tout fut recueilli dans une caisse et enseveli dans le carrelage avec une date commémorative./

    Quant à la chapelle primitive de St B[arthéle]my ou chapelle castrale, elle n'était pas avant 1713 aussi spacieuse ; il n'y avait qu'un autel dédié à St Barthélemy ; l'entrée était en face de la maison de Bricq (2)./

    Devenue église paroissiale, elle fut considérablement agrandie et mise en rapport avec les besoins de la population. Un document de l'époque nous initie aux travaux de restauration ou plutôt de transformation. Il fut donc convenu (26 avril 1716) entre M.es Pierre Lagardère, lieutenant de Poyanne, Daniel de Viveron, M.e chirurgien, sindics, d'un côté, et Jean Mons, Germain Lafitte, M.es tailleurs de pierre, h[abitan]t Montfort et Tartas, d'autre, qu'ils bâtiraient "une chapelle du costé du midy joignant la chapelle St. B.my de la longueur de 25 pieds et de la largeur de 16 ; de plus une sacristie au derrière de l'autel de lad. chapelle de 8 pieds et 1/2 en carré, avec une porte pour entrer du presbytère à lad. sacristie, faire un vitreau au dessus de la sacristie pour donne jour au m.e autel, un autre vitreau du costé du Nord semblable, un petit vitreau à la sacristie, deux autres à la chapelle, l'un vis-à-vis l'autel et l'autre au milieu ; de faire les murs de lad. chapelle de deux pieds de profondeur et deux d'épaisseur jusques à rez de chaussée, un arceau de 14 pieds de largeur, un autre arceau pour entrer dans lad. chapelle..., remuer le m.e autel et en bâtir un dans lad. chapelle avec les crédences, fermer la porte d'à présent et en faire une à neuf à l'entrée qui doit estre faite à lad. église..., carreler toute lad. église, chapelle et sacristie, excepté la chapelle de M. le Marquis de Poyanne, mesme marquer avec des briques les sépultures, faire un pied destail pour placer l'eau bénite, remuer les fonds (sic) baptismaux, réparer les fondemens de l'église dans les endroits nécessaires, démolir la muraille qui porte présentement le clocher et la regarnir et mettre à fleur du toid, enduire et blanchir la chapelle et sacristie qui seront faites à neuf et crépir par dehors, blanchir toute l'église par dedans et faire généralement tout ce qui conviendra pour la massonnerie", le tout pour 200 livres.(3). On avouera que ce n'était pas cher.

    (2) Reg. paroiss.

    (3) Arch. de M. Du Boucher, de Dax.

    III. L'ancien prieuré de St-Jean de Salles

    Vers le Nord, le long de la forêt communale, au lieu appelé aujourd'hui métairie de Salles existait autrefois un prieuré avec son église et son cimetière. Aujourd'hui on n'aperçoit çà et là que des ruines ; de temps à autre des pans de mur, des carrelages, souvent même des ossements humains, sont mis à découvert par la charrue. C'est là qu'une colonie de Bénédictins venue de l'abbaye de Cagnotte, on ne sait au juste à quelle époque, s'était fixée et avait bâti un monastère. Dire son histoire nous est actuellement impossible : deux actes authentiques ont seul échappé aux ravages du temps./

    Le 1er, dont je ne connais d'ailleurs que le titre assez ambigu, nous relate la vente du grand Bedat passée le 8 février 1308 et consentie par le seigneur abbé de la Cagnotte et ses frères d'accord avec le chapitre de Salles, en faveur des habitants de Poyanne, Onard et St-Geours. Voici le titre de l'acte, lequel en dit plus que mon résumé : "Acte par lequel il appert qu'il y avoit anciennement un prieuré à Salles autrement grange dépendant de l'abbaye de Cagnotte, lequel abbé et frères dudit Cagnotte vendirent aux habitans de Poyanne, St-Geours et le Nard avec le bedat commun appelé de Salles, du 8 février 1308".(1) S'il fallait prendre à la lettre ce texte, il s'ensuivrait que le prieuré lui-même fut vendu en 1308 et qu'il n'y eut plus de moines à partir de cette époque, du moins que le prieuré fut bientôt sécularisé ?? Je penche pour cet avis./

    La chapelle du couvent dédiée à St J[ean]-B[aptis]te était selon l'usage du temps réservée au service des religieux et des domestiques de la maison ; plus tard, elle fut ouverte à tous les fidèles, et les habitants de Poyanne n'en connaissaient point d'autre jusqu'en 1713, année où Messire Philippe de Baylenx, marquis de Poyanne, céda la chapelle castrale de St-B[arthéle]my et le terrain qui l'environne pour servir d'église paroissiale et de cimetière, et le chapitre de St Jean B.te de Salles de son côté céda le couvent, la chapelle et le cimetière de Salles avec toutes les dépendances. Voilà le 2e acte vu par M. Rosié, mais que je n'ai pas encore retrouvé./

    C'est à l'emplacement du couvent que se trouve aujourd'hui la métairie de Salles. Par chapitre de St Jean de Salles il faut entendre le chapitre de Cagnotte ; car il y avait belle lurette que les moines avaient déserté nos parages.

    (1) Arch. du presbytère.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Poyanne, par l'abbé Vincent Foix, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18
  • Église, presbytère, cimetière (1816-1937).

    Archives départementales des Landes : 2 O 1700
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 276/6
  • Dons et legs à la fabrique (1828-1883) : Marie Élisabeth Auguste Meyranx (1828), Jean-Baptiste Darbins (1837-1839), Josèphe Armande Geneviève Françoise Rémond de Montmort deu Dogon, épouse Moreau de bellaing (1840-1841), Marguerite Labrouche (1860-1862), Jeanne Lavielle (1862-1864), Marie Léopold Joseph Moreau de Bellaing (1868(-1869), André Duvigneau (1878-1879), Marie-Anne Lestage veuve Hontang (1882-1883).

    Archives départementales des Landes : 70 V 276/7
  • Comptes de gestion de la fabrique (1894-1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 276/10
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1810-1840).

    Archives paroissiales, Poyanne
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1841-1896).

    Archives paroissiales, Poyanne
  • Registre des comptes de la fabrique (1812-1860).

    Archives paroissiales, Poyanne
  • Budgets de la fabrique de Poyanne (1831-1905).

    Archives paroissiales, Poyanne
  • Registre des délibérations du conseil des marguilliers (1842-1934).

    Archives paroissiales, Poyanne
  • Registre pour la confrérie du Très Saint Sacrement, réétablie dans l'église de Poyanne l'an 1804, le 10 de juin jour de l'octave du Saint-Sacrement (1804-1896).

    Archives paroissiales, Poyanne
  • Procès-verbal de visite de la paroisse de Poyanne par l'évêque Dominique Marie Savy, 28 septembre 1829.

    Archives paroissiales, Poyanne
  • FOIX Vincent. Monographie de Poyanne (manuscrit, vers 1890 : brouillon de la monographie paroissiale conservée aux Archives départementales des Landes).

    Archives paroissiales, Poyanne
Documents figurés
  • Ensemble d'objets cultuels en 1991 : sonnette d'autel, 3 calices, ciboire, ostensoir, baiser de paix. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Ensemble d'objets cultuels : garniture d'autel, chandelier d'église, boîte à hosties, réserve à eau baptismale, chandeliers. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Croix de procession. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Deux chapes dorées. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Chape et étole pastorale noires. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Ensemble de quatre ornements (un rouge, deux verts, un violet). Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Ensemble de trois ornements (deux noirs, un rouge) et d'une dalmatique noire (d'une paire). Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Ensemble de quatre ornements (un rouge, deux blancs, un doré). Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Ensemble de six étoles pastorales. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Tour d'autel (à l'Agneau mystique). Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Garniture de dais de procession du Saint-Sacrement : une pente. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
  • Garniture de dais de procession (n° 2) : une pente. Diapositive, 1991.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 173
Bibliographie
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome II, 1970, p. 311

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe