Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Hippolyte

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Hippolyte

Dossier IM40007020 réalisé en 2018

Fiche

Parties constituantes non étudiées tableau commémoratif des morts, fonts baptismaux, bénitier d'applique, clôture de chapelle, clôture des fonts baptismaux, chaire à prêcher, prie-Dieu, chaise prie-Dieu, tabouret, meuble de sacristie, armoire de sacristie, lustre d'église, bras de lumière, croix d'autel, sonnette d'autel, thabor, encensoir, navette à encens, seau à eau bénite, goupillon, croix de procession, chemin de croix, croix, chandelier d'église, chandelier, manuterge, corporal, purificatoire, pale, garniture de dais de procession, chape, étole, ornement, statue, estampe, livre
Aire d'étude et canton Tartas est
Localisation Commune : Lamothe

Le mobilier de l'ancienne église Saint-Jean, détruite à la fin des années 1880, est partiellement connu par les procès-verbaux de visite pastorale des XVIIIe et XIXe siècles et par la monographie paroissiale de l'abbé Dulucq en 1887. On sait ainsi que l'édifice possédait sous l'Ancien Régime trois autels : le maître-autel avec son retable et ses anges adorateurs ; un autel dédié à sainte Quitterie, également doté d'un "retable bien sculpté", que l'abbé Dulucq datait, sans doute abusivement, de 1625, "époque où le culte de la sainte reprit un nouvel éclat" ; enfin, un autel consacré à saint Hippolyte, patron secondaire de la paroisse. De cet ensemble ne subsistent aujourd'hui, remployés dans la nouvelle église, que quelques fragments épars : deux pilastres et deux ailerons de l'un des deux retables (remontés au revers du maître-autel), deux consoles (dépareillées) de même provenance, et surtout un tableau du XVIIe siècle figurant les Jugement et martyre de saint Hippolyte. On peut y ajouter la vasque du bénitier d'entrée, constituée par un chapiteau du Haut Moyen Age en remploi.

Hormis ces éléments, la quasi-totalité du mobilier actuel a été acquise au moment de la construction du nouveau lieu de culte (auquel fut transféré le vocable de Saint-Hippolyte) en 1885-1886. Comme pour l'édification de l'église elle-même, sa constitution résulte de dons des familles notables du lieu - au premier rang desquelles les châtelains de Lamothe (familles de Batz d'Aurice puis de Laborde-Noguez) et des Granges (famille de Navailles-Banos) - ou de souscriptions paroissiales. Le maître-autel et l'autel de sainte Quitterie sont sortis dès 1886 de l'atelier du sculpteur tarbais Velli, celui de la Vierge d'un atelier de Saint-Sever (peut-être celui de Raymond Peyruquéou). La chaire à prêcher fut installée en 1891 grâce à un legs du curé Lafenêtre. Les verrières, posées en 1886 par le Toulousain Louis-Victor Gesta, furent offertes par les familles déjà citées, par le vicomte de Barry et par l'évêque d'Aire Victor Delannoy. Le décor est complété au tournant du XXe siècle par plusieurs statues de série en plâtre (par les maisons toulousaines Lance et Prat et l'Orléanais Marron) et dans les années 1930 par des peintures murales réalisées dans le chœur par les décorateurs Meyranx de Mugron. La sacristie conserve un vestiaire complet aux couleurs liturgiques, du début du XXe siècle, et plusieurs pièces d'orfèvrerie issues de fabriques parisiennes (Poussielgue-Rusand, P.-H. Favier, E. Chevron) et lyonnaise (H. Nesme). Les trois cloches ont été fondues respectivement en 1893, 1914 (par J.-L.-U. Dencausse, refonte d'une cloche fournie par J. Domercq en 1806) et 1955 (par M. Fourcade, refonte d'une cloche de 1822 par les Delestan père et fils de Dax).

Auteur(s) Auteur : Desvergnes Charles Jean Cléophas,
Charles Jean Cléophas Desvergnes (1860 - 1928)

Sculpteur né le 19 août 1860 à Bellegarde (Loiret) et mort le 4 mars 1928 à Meudon (Hauts-de-Seine). Élève d'Henri Chapu, second prix de Rome en 1887, puis premier prix en 1889, il installe son atelier à Paris (131, rue de Vaugirard) à partir de 1895, où il crée de nombreux monuments commémoratifs et des statues religieuses (essentiellement de Jeanne d'Arc, son sujet de prédilection). Un musée, créé à partir des œuvres offertes à sa ville natale en 1912, porte son nom à Bellegarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, auteur du modèle, signature
Auteur : Marron Marcel,
Marcel Marron

Fabricant de statues ("éditeur") à Orléans.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature
Auteur : Prat P.,
P. Prat

Fabricant de statues à Toulouse (21-30 rue Bayard) dans la première moitié du XXe siècle, successeur des anciennes maisons Moncassin et H. Miquel - E. Camus.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, signature
Auteur : Martin Céline, dit(e) Soeur Geneviève de la Sainte Face,
Céline Martin , dit(e) Soeur Geneviève de la Sainte Face (1869 - 1959)

Carmélite (en religion Sœur Geneviève de la Sainte Face) ; sœur, biographe et portraitiste de sainte Thérèse de Lisieux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, auteur du modèle, signature
Auteur : Chassepot, imprimeur, signature
Auteur : Mame Alfred,
Alfred Mame (1811 - 1893)

Henry-Armand-Alfred Mame (Tours, 17 août 1811 - Tours, 12 avril 1893), fils d'un imprimeur lui-même issu d'une famille d'éditeurs et de libraires originaires d'Angers (maison fondée en 1778), porta à son apogée les éditions Mame, rachetées en 1980 par Desclée de Brouwer.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
imprimeur-éditeur, signature
Auteur : Domercq Jacques,
Jacques Domercq ( - 1814)

Fondeur de cloches à Orthez (Basses-Pyrénées). Probablement mort en 1814 (sa veuve livre en juillet 1815 la cloche fondue pour l'église de Gaas).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches, attribution par source
Auteur : Delestan Jean,
Jean Delestan (1762 - 1828)

Fondeur de cloches à Dax, père de François-Dominique Delestan.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches, attribution par source
Auteur : Delestan François-Dominique,
François-Dominique Delestan (1806 - 1865)

Fondeur à Dax, fils et successeur de Jean Delestan.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur de cloches, attribution par source

Annexes

  • Liste des œuvres disparues

    Cloche (n° 1). Fondue en 1806 par le fondeur orthézien Jacques Domercq (mort en 1814). Signalée dans la monographie paroissiale de l'abbé Dulucq (1887) : "La plus grande fondue en 1806 porte sur le haut : St Hippolyte priez pour nous - parrain M. Jean-Baptiste de Bats d'Aurice - marraine Elisabeth d'Aurice née de Castelnau - Jean Brunet curé - Pierre Laluque maire - André de Lafitte adjoint - sur un écusson : Me fecit Domercq."

    Cloche (n° 2). Fondue en 1822 par les fondeurs dacquois Jean (1762-1828) et François-Dominique (1806-1865) Delestan. Signalée dans la monographie paroissiale de l'abbé Dulucq (1887) : "La petite fondue en 1822 porte en tête : Notre Dame du Mont Carmel priez pour nous - parrain Pierre François Amable de Bats, vicomte d'Aurice - marraine Antoinette Joséphine Adèle de Barbotan, vicomtesse de Carrère - Jean Brunet curé - fondeurs Délestan père et fils."

  • Liste des œuvres non étudiées

    Paire de tableaux commémoratifs des morts (de la guerre de 1914-1918) [façade antérieure, à droite de la porte] (ill. 20184000829NUC2A)

    Vers 1920. Marbre blanc.

    Première plaque rectangulaire horizontale avec crossettes angulaires (soldats de deuxième classe) ; seconde plaque rectangulaire verticale (officiers et sous-officiers) ; croix sommitales rapportées.

    Inscriptions gravées (première plaque) : "Aux Soldats de la Commune de LAMOTHE Morts pour la FRANCE / 1914-1918 / [26 noms sur trois colonnes]." Inscription gravée (deuxième plaque) : "André DAUGREILH / Sergent-chef / Roger / CARDENAU / Capitaine / François / DE LABORDE-NOGUEZ."

    [Jean de Navailles-Banos (1893-1916), propriétaire du château des Granges à Lamothe, tué à Douaumont en 1916, fut le parrain de la grosse cloche de l'église en 1914. Marie Édouard Jean de Laborde-Noguez (Ustaritz 1888 - Chéry, Aisne, 12.9.1914) était le petit-fils d'Amédée de Laborde-Noguez, bienfaiteur de l'église de Lamothe.]

    Fonts baptismaux [collatéral gauche, 1ère travée, chapelle des fonts] (ill. 20184000912NUC2A)

    2e moitié 19e s. Pierre reconstituée.

    Pied-colonne cylindrique à tores sur socle carré ; cuve ovale à décor de canaux.

    h = 96 ; la = 63 ; pr = 54.

    État : couvercle manquant.

    Bénitier d'applique [vaisseau central, porte d'entrée]

    4e quart 19e s. Marbre brèche gris.

    Vasque ovale.

    la = 32.

    État : vasque brisée à droite.

    Ensemble de 2 clôtures de chapelle [collatéraux, dernière travée, "chapelles" de la Vierge et de sainte Quitterie] (ill. 20184000873NUC2A)

    Bois peint (en blanc).

    Clôtures jumelles, de plan droit, avec portillon à battant unique ; décor d'arcs plein cintre entrecroisés reposant sur des colonnettes tournées à fût bombé.

    h = 81 ; la = 239.

    État : extrémités retaillées (remploi probable de l'ancienne église détruite à la fin des années 1880).

    Clôture des fonts baptismaux [collatéral gauche, 1ère travée, chapelle des fonts]

    4e quart 19e s. Fer forgé peint (en gris).

    Deux battants ajourés en fer forgé fixés sur deux panneaux dormants pleins en bois peint en gris (montage). Décor forgé : croix, deux rosaces (manque une).

    h = 210 environ.

    Chaire à prêcher (élément) [escalier du clocher]

    Limite 18e s.-19e s. Bois découpé.

    Seul élément conservé : escalier droit à six marches et rampe à balustres plats découpés, départ en balustre tourné à boule sommitale.

    h = 216 ; la = 143 ; pr = 54.

    [Élément déposé de la chaire à prêcher de l'ancienne église, remplacées en 1891 par un nouveau meuble.]

    Prie-Dieu [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bois fruitier peint en noir (faux ébène), velours rouge (garniture).

    Dossier à décor ajouré : croix à nimbe rayonnant.

    h = 92.

    Paire de chaises prie-Dieu [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bois.

    h = 90.

    Tabouret d'organiste [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Bois, velours rouge (garniture).

    État : assise enfoncée.

    Meuble de sacristie (commode-armoire) [sacristie]

    4e quart 19e s. Loupe de peuplier sauvage de l'Adour, teinté faux chêne.

    Commode-chasublier à quatre battants jumelés deux à deux, ouvrant sur deux séries de sept tiroirs superposés ; plateau d'assemblage ; cave médiane surmontée par une armoire à quatre battants jumelés deux à deux ouvrant sur des étagères en pin ; sous les battants gauches, série de trois petits tiroirs et d'un grand ; corniche d'assemblage à modillons ou consoles.

    h = 294 ; la = 294. Chasublier : h = 104 ; la = 294 ; pr = 89. Armoire : h = 190 ; la = 287 ; pr = 51.

    État : étagères manquantes à l'armoire.

    [N° I/34, inv. 1906 : "une armoire en bois blanc à 4 portes en haut et 4 portes en bas, avec tiroirs". L'essence du bois est une loupe de peuplier sauvage de l'Adour (comm. orale du colonel Jean-Pierre Brèthes).]

    Armoire de sacristie (n° 1) [sacristie] (ill. 20184000953NUC1A)

    Milieu 19e s. (?). Bois peint (marron).

    Armoire à niche centrale entourée de deux corps latéraux à deux placards superposés fermés chacun par un battant. Panneautage des battants : cintré à oreilles.

    h = 191 ; la = 167 (sans la corniche) ; pr = 36.

    [N° I/35, inv. 1906 : "un porte-manteau avec 4 petits placards sur les côtés, bois blanc peint".]

    Armoire de sacristie (n° 2) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bois résineux teinté faux chêne.

    Armoire d'encoignure à battant unique.

    h = 220 ; la = 94.

    Armoire de sacristie (n° 3) [réserve à gauche du chœur]

    19e s. Bois résineux.

    Armoire rustique en planches équarries ; deux battants juxtaposés séparés par un dormant ; corniche emboîtée. Au revers du battant de droite, étiquette collée (déchirée) : "... étoupe... le 19 mai 18[..] / ... d'étoupe 20e 17e - paire / ... 11 / ... / neuves... 4 ..."

    h = 184 ; la = 140 (sans la corniche) ; pr = 51 (sans la corniche).

    État : battant de gauche cloué ; corniche en remploi.

    Ensemble de 3 lustres d'église [chœur, vaisseau central (en 1990)]

    4e quart 19e s. Cuivre ou laiton.

    Lustres à six lumières.

    [Lustres repérés en 1990, supprimés avant 2018. N° 11, 12 et 13, inv. 1906 : "un lustre ordinaire en cuivre, à 12 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille de Laborde-Noguez" ; "un lustre ordinaire en cuivre à 6 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille Desquibes de Lamothe" ; "un lustre ordinaire en cuivre à 6 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille de Navailles de Lamothe".]

    Ensemble de 4 bras de lumière [vaisseau central, 3e travée, de part et d'autre des statues du Sacré-Cœur et de saint Joseph]

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Décor : volutes.

    État : manquent les veilleuses en verre rouge.

    [N° I/9 et I/10, inv. 1906 : "9. Deux bras de lumières à une branche avec veilleuse, en cuivre doré, fixées au mur. / 10. Deux bras de lumières à une branche avec veilleuse, en cuivre doré, fixées au mur. Ces deux bras de lumières sont revendiqués par la famille Lataste Eudore à Lamothe."]

    Croix d’autel [chœur, maître-autel]

    4e quart 19e s. Bronze doré et laiton.

    Style néo-roman. Base triangulaire ajourée, tige tubulaire, nœud torique, croix fondue à bras fleuronnés ; Christ représenté vivant.

    h = 45 environ.

    Ensemble de 2 croix d'autel [collatéraux, autels secondaires]

    Milieu 20e s. Alliage doré.

    Base en demi-globe.

    h = 40 environ.

    Sonnette d'autel [sacristie]

    1ère moitié 20e s. Acier chromé, bronze doré.

    Sonnette à quatre timbres en acier montés sur un support en bronze.

    h = 9.

    Thabor [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton doré.

    Style néogothique. Pieds en forme de pattes de lion. Décor estampé : remplages gothiques à quadrilobes.

    h = 15.

    Ensemble de 2 encensoirs [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style classique. Décor estampé (palmettes) et fondu (angelots).

    h = 22.

    [Monté sur support en bronze décor à décor végétal stylisé. N° 72, inv. 1906 : "3 encensoirs et 2 navettes en métal argenté".]

    Navette à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Style classique. Forme en nef. Décor fondu : godrons (bord du couvercle).

    h = 7.

    [Montée sur support en bronze décor à décor végétal stylisé. N° 72, inv. 1906 : "3 encensoirs et 2 navettes en métal argenté".]

    Ensemble seau à eau bénite et goupillon [sacristie] (ill. 20184000106NUC2A)

    2e moitié 20e s. Alliage doré.

    Seau : h = 21.

    Croix de procession (n° 1) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton et bronze argentés, bois tourné.

    Style néoclassique. Hampe en bois ; douille emboîtante en laiton ; nœud torique godronné ; croix en bronze ; Christ (figuré vivant, yeux au ciel), titulus (écriteau rectangulaire) et fleurons (en forme de lyre) fondus et rapportés. Sur support de croix en bois peint noir et blanc à colonnettes adossées.

    h = 65 (croix avec la douille, sans la hampe) ; h = 190 (hampe).

    [N° I/68, inv. 1906 : "Deux croix de procession en métal argenté avec manche en bois".]

    Croix de procession (n° 2) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton et bronze argentés.

    Style néoclassique. Douille emboîtante en laiton ; nœud en vase godronné à anses ; croix en bronze ; Christ (figuré vivant, yeux au ciel), sainte Madeleine (au revers du montant), titulus (porté par un ange en vol) et fleurons (en forme de lyre) fondus et rapportés. Sur support de croix en bois peint noir et blanc à colonnettes adossées.

    h = 89 (hauteur actuelle) ; la = 33 (largeur actuelle).

    État : hampe manquante ; il manque le fleuron de gauche de la croix.

    [N° I/68, inv. 1906 : "Deux croix de procession en métal argenté avec manche en bois".]

    Chemin de croix [collatéraux] (ill. 20184000900NUC2A)

    2e quart 20e s. (1935 ?). Plâtre peint polychrome et faux bois.

    Cadres peint faux chêne, à décor architecturé de style néo-médiéval (contreforts, tourelles carrées crénelées, gâble à crochets, croix sommitale tréflée). Scènes en bas et demi relief, peintes au naturel ; fonds de paysage peints.

    h = 90 environ.

    [Remplaça vers 1935 le chemin de croix en chromolithographies mentionné dans l'inventaire de février 1906 ("8. Un chemin de croix, 14 tableaux chromos, de 0m40 x 0m35, cadres baguette dorée - 5").]

    Croix de chaire à prêcher : Christ en croix [vaisseau central, 2e pilier à droite]

    4e quart 19e s. Plâtre polychrome (Christ), bois peint et doré (croix).

    h = 160 environ.

    [N° I/20, inv. 1906 : "Un Christ en plâtre sur croix en bois, haut. 1m30, fixé au mur".]

    Paire de chandeliers à branches d'église [sacristie]

    4e quart 19e s. Laiton doré.

    Base circulaire, bouquet de lumières à trois branches avec bobèches et binets ; décor en laiton découpé : lys et pampres de raisin.

    h = 35.

    Ensemble de 6 chandeliers [sacristie]

    19e s. Laiton doré.

    Base circulaire, tige en fuseau, binet en vase.

    h = 29,8.

    Paire de chandeliers [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Verre moulé.

    Base carrée.

    h = 20.

    Ensemble de 12 manuterges [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Coton blanc.

    [N° I/57, inv. 1906 ? : "14 manuterges".]

    Ensemble de 30 corporaux et purificatoires [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Coton blanc.

    [N° I/56 et 58, inv. 1906 ? : "8 corporaux" ; "25 purificatoires".]

    Ensemble de 7 pales [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Coton blanc et dentelles (6), gros de Tours broché (1) sur carton.

    [N° I/59, inv. 1906 ? : "6 pales en fil".]

    Garniture de dais de procession (n° 1) [sacristie] (ill. 20184000955NUC1A)

    4e quart 19e s. Taffetas de coton blanc, filé doré et argenté (passementerie, décor).

    Décor brodé des deux pentes conservées : calice et hostie, Pélican mystique ; rinceaux avec roses, épis de blé et pampres.

    État : deux pentes manquantes.

    Garniture de dais de procession (n° 2) [sacristie]

    4e quart 19e s. Drap lamé doré, filé doré (passementerie).

    État : deux pentes manquantes.

    Chape [sacristie] (ill. 20184000948NUC1A)

    Limite 19e s.-20e s. Damas de coton blanc, bougran de toile rouge (doublure), fil métal doré (passementerie), fil de coton polychrome (décor). Décor (chaperon) : monogramme IHS en gothique textura entouré d'une couronne de fleurs violettes.

    Étole (étole pastorale) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Drap lamé doré, fil métal doré (passementerie, décor).

    Décor (filé or) : croix (en galon), rinceaux avec épis de blé, grappes et feuilles de vigne.

    Ensemble de 11 ornements (chasuble, étole, bourse de corporal, étole, voile de calice) [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. (sauf indication contraire).

    A. Taffetas de coton et soie blanc, bougran de toile violet (doublure), tapisserie au point en coton et laine polychrome (décor), fil métal doré (passementerie, décor). Décor (croix dorsale et orfrois en tapisserie jaune or, brun et violet de la chasuble) : monogramme IHS en gothique textura dans un quadrilobe, médaillons avec fleurons et feuilles de vigne violettes. Étole non retrouvée. Ill. 20184000950NUC1A.

    B. Tissu synthétique blanc, satin doré (doublure), filé or (passementerie), fil de coton rouge et orangé (décor). Chasuble souple de style gothique moderne. Décor brodé (chasuble) : croix, monogramme ATR. Milieu 20e s. Ill. 20184000959NUC1A.

    C. Drap lamé doré, bougran de toile rouge (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Chasuble romaine à découpe "violon". Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : croix fleuronnée avec monogramme IHS, rinceaux, et branches de rosier à grosses roses épanouies, lys, feuilles de vigne, croix fleurdelisées rayonnantes (pièces accessoires). Manipule et voile non retrouvés. Avec étole pastorale et voile de bénédiction assortis (décor : croix fleurdelisées rayonnantes, rinceaux en fil or). Ill. 20184000960NUC1A.

    D. Satin de coton et soie vert, satin vert (doublure), fil de coton rouge, vert et blanc (passementerie), tapisserie au point polychrome (orfrois, décor). Décor (croix dorsale en tapisserie de la chasuble) : monogramme JHS en gothique textura, passiflores et fleurs de lys héraldiques dans des cadres polylobés violets entourés de motifs feuillagés. Étole non retrouvée. Ill. 20184000961NUC1A.

    E. Tissu synthétique vert anglais, satin rouge (doublure), fil de coton et soie rouge bordeaux et fil or (passementerie, décor). Chasuble souple de style gothique moderne. Décor (chasuble) : bandes dorées avec mandorle ornée du chrisme entre l'alpha et l'oméga, croix pattées à croisée carrée. Milieu 20e s. Ill. 20184000963NUC1A.

    F. Damas de coton et soie rouge, satin jaune-or (doublure), fil de soie rouge et or (passementerie, décor). Chasuble de style Art déco. Décor (chasuble) : croix stylisées. Années 1930-1940. Ill. 20134002742NUC1A.

    G. Moire de coton et soie violette, bougran de toile violet (doublure), fil de coton et soie doré et orangé (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : croix constituée de sarments de vigne entrelacés avec des épis de blé et reliées par des palmettes de style Régence en haut et en bas, avec monogramme IHS dans une gloire rayonnante à la croisée. Étole non retrouvée. Ill. 20184000962NUC1A.

    H. Tissu synthétique violet, satin jaune-or (doublure), fil de soie or, rose, vert et blanc (décor). Chasuble souple de style gothique moderne. Décor (chasuble) : bandes à motifs géométriques et végétaux stylisés. Milieu 20e s. Ill. 20184000957NUC1A.

    I. Tissu synthétique violet, satin vert pomme (doublure), fil de soie vert pomme et doré (décor). Chasuble souple de style gothique moderne. Décor (chasuble) : bandes vertes et motifs de boucles dorées. Milieu 20e s. Ill. 20184000958NUC1A.

    J. Velours de coton et soie noir, bougran de toile noire (doublure), fil métal or pâle (passementerie, décor). Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : monogramme IHS entouré de la couronne d'épines. Ill. 20184000956NUC1A.

    K. Tissu synthétique noir (fond), velours de coton et soie noir (orfrois), bougran de toile noire (doublure), fil métal argenté (passementerie, décor). Décor en broderie Cornely (croix dorsale de la chasuble) : monogramme IHS dans un quadrilobe. Ill. 20184000954NUC1A.

    Ensemble de 5 statues

    Limite 19e s.-20e s. (sauf mention contraire). Plâtre polychrome (sauf mention contraire).

    Saint Antoine de Padoue (vaisseau central, 1er pilier à droite ; h = 130 environ ; marque de fabricant peinte en doré sur le socle à droite : "P. PRAT / Statuaire / Toulouse"). Sainte Jeanne d'Arc (plâtre blanc ; vaisseau central, 1er pilier à gauche ; h = 160 environ ; signature et marque de fabricant en creux sur le socle : "Ch. Desvergnes / MARRON ÉDITEUR ORLÉANS" [modèle de 1912] ; sur console en plâtre blanc avec écusson aux armes de la sainte ; ill. 20184000918NUC2A). Saint Joseph (plâtre blanc ; sacristie ; h = 80 environ ; n° I/37, inv. 1906 : "une statuette en plâtre représentant St Joseph"). Christ enfant Roi (sacristie ; h = 70 environ). Sainte Thérèse de Lisieux (sacristie [1990] / autel de la Vierge [2018] ; vers 1930 ; h = 60 environ).

    Estampe : La Sainte Face [vaisseau central, 2e pilier à gauche]

    Vers 1910. Lithographie, bois plâtré et doré (cadre).

    Titre : "Vera effigies Sacri Vultus Domini Nostri Jesu Christi / Que Romæ in Sacrosancta Basilica S. Petri in Vaticano religiosissimi observantur et colitur." Inscription (imprimée sur une étiquette, au revers du cadre) : certificat d'authenticité de l'effigie par le pape Pie IX, 1851.

    Estampe : Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus [vaisseau central, 2e pilier à droite]

    Vers 1925. D'après Céline MARTIN. Lithographie, bois plâtré et doré (cadre).

    Lettre : "Céline 1912 - Chassepot imp. - Carmel de Lisieux pinxit."

    [Estampe d'après le célèbre portrait de la sainte réalisé par sa sœur Céline Martin, en religion Sœur Geneviève de la Sainte Face (1869-1959).]

    Livre : Missel romain [sacristie]

    1892. Alfred MAME, Tours. Papier, carton, cuir.

    Reliure en cuir noir, dos à cinq nerfs, décor gaufré (croix fleuronnée rayonnante [plat supérieur], monogramme MA [plat inférieur], fleurons à la mauresque). Page de titre : "Missale romanum [...] / [armes de Léon XIII] / Turonibus / Typis A. Mame, typographi / Illustrissimi ac Reverendissimi D. N. Archiepiscopi et cleri / M.DCCC.XCII". Vignettes en bandeau des premières pages de chapitres : le Sacré-Cœur entre deux anges. Page intercalée : fête du bienheureux Jean-Marie Vianney (curé d'Ars, béatifié par Pie X en 1905, canonisé par Pie XI en 1925).

    Inscription concernant le propriétaire (manuscrite au crayon, sur la page de garde) : "Mère M. Appollonie / Souvenir de votre fête / 1901 et de votre enfant."

    h = 33 ; la = 24 ; pr = 5.

    _____________________________________

  • Extraits de la monographie paroissiale de Lamothe, par le curé Dulucq, 29 août 1887 (AD Landes, 16 J 18)

    La paroisse compte trois confréries, dédiées au saint Rosaire, au Scapulaire et au Saint-Sacrement.

    "Section première. Histoire. Bâtiments religieux". Avant la Révolution, la paroisse possédait une église et une chapelle dédiée à sainte Catherine (démolie pendant la Révolution).

    L'église Saint-Jean était constituée à la fin du XVIIIe siècle d'une nef, d'un collatéral (le second ne fut ajouté que sous le curé Larroque) et d'un clocher "très modeste, en pain de sucre". Ce clocher renfermait deux cloches. La première avait pour parrain François-Nicolas Delpit et pour marraine Mlle de Laluque ; la seconde, Julien Daverat et Jeanne-Geneviève Fayet.

    L'[ancienne] église en 1887. Détruite sous Charles IX, pendant les guerres de Religion, reconstruite par la suite. Elle possède trois nefs (sic), la nef principale plus élevée que les latérales et séparée d'elles par six arches sur quatre piliers. Les voûtes sont en bois badigeonné. Des deux chapelles, l'une, à droite, est dédiée au Sacré-Cœur, l'autre, à gauche, à la Vierge. Le chœur est plat, les murs recouverts de boiseries "sans valeur artistique". La voûte est "carrée". "L'autel date de quelques années avant la Révolution, il est tout en bois et l'on croit avec quelque raison que l'abbé Larroque l'a confectionné en grande partie. Sur les côtés sont deux anges adorateurs également en bois."

    "La sacristie qui se trouve derrière le chœur n'a rien de remarquable : les boiseries en planche de châtaignier sont parfaitement conservées : elles sont dues à l'habile main de M. Larroque. Avant la Révolution, les plus notables ont été enterrés dans l'église et l'on voyait au sanctuaire le tombeau des anciens curés de la paroisse. Aujourd'hui tout est recouvert au chœur par des pierres de Bidache et dans les nefs par un carrelage en terre cuite du pays."

    L'église actuelle. Patron principal : saint Hippolyte ; patronne secondaire : sainte Quitterie (depuis 1625 au moins).

    "Notre église actuelle, à peu près achevée aujourd'hui, est de style roman : le plan en a été dressé par M. Dupouy, architecte de Mont-de-Marsan ; elle offre un caractère de simplicité qui n'exclut pas l'élégance, elle est remarquée surtout par l'harmonie de ses proportions. Elle a été construite dans des conditions exceptionnelles d'économie et de solidité à la fois ; la dépense totale, en dehors du mobilier, n'a été que de 23.000 francs. Cette somme a été réalisée par des dons et des souscriptions volontaires. Mme de Navailles, tante du Baron actuel son héritier, avait laissé par testament un don de quinze mille francs ; M. de Laborde-Noguez souscrit pour 4000 fr. Le reste est venu par les souscriptions des familles et les dons des principaux propriétaires forains de la paroisse. Les noms en sont précisément consignés et gardés dans les registres de la paroisse.

    Les vitraux et les autels ont été donnés en grande partie par les principales familles, celui de St Hippolyte, patron titulaire, a été acheté avec le produit des souscriptions volontaires de la jeunesse. Tous les vitraux proviennent de la maison Victor Gesta de Toulouse, ceux à personnages sont justement remarqués et appréciés même par les hommes de l'art.

    Nos cloches modestes de proportion mais bien suffisantes pour la paroisse forment accord de tierce mineure et ont une sonnerie des plus agréables. Voici les inscriptions que j'y ai relevées. La plus grande fondue en 1806 porte sur le haut : "St Hippolyte priez pour nous - parrain M. Jean-Baptiste de Bats d'Aurice - marraine Elisabeth d'Aurice née de Castelnau - Jean Brunet curé - Pierre Laluque maire - André de Lafitte adjoint - sur un écusson : Me fecit Domercq." La petite fondue en 1822 porte en tête : "Notre Dame du Mont Carmel priez pour nous - parrain Pierre François Amable de Bats, vicomte d'Aurice - marraine Antoinette Joséphine Adèle de Barbotan, vicomtesse de Carrère - Jean Brunet curé - fondeurs Délestan père et fils."

    "Section deuxième. Archéologie. 1ère partie : bâtiments religieux"

    "Il n'y a qu'une église bâtie dans le courant des années 1885-86-87. Elle a remplacé une église qui tombait en ruines et qui n'offrait rien de remarquable sauf peut-être la chapelle de Ste Quitterie. Cette chapelle ou bas-côté de l'église avait un autel en bois de style ancien avec retable bien sculpté. Il remonterait aux dires des connaisseurs à peu près à l'époque où le culte de la sainte reprit un nouvel éclat vers 1625. Le tabernacle de cet autel et ses deux panneaux ont été conservés ; avec des restes du retable de l'ancien maître-autel et le tabernacle superposé, il a été fait une espèce de tronc sur lequel on a mis la vieille statue de Ste Quitterie. Le tout est placé dans un coin inoccupé de la nouvelle église à côté des fonts baptismaux [...]."

    La maçonnerie de l'église est en pierre de Mugron et en pierre d'Angoulême (contreforts et piliers intérieurs) ; les motifs de la façade, colonnes, moulures, modillons... sont en pierre d'Angoulême.

    Le clocher est une tour carrée. Les deux cloches sont montées sur un beffroi en bois de chêne. Le porche comporte un portail en pierre d'Angoulême.

    L'intérieur : "L'église est de style roman et a trois nefs." Les voûtes sont en briques, en berceau avec arcs doubleaux. Les deux chapelles latérales communiquent avec le chœur, elles sont dédiées à saint Hippolyte et sainte Quitterie. L'autel de sainte Quitterie possède une statue et un vitrail de la sainte. La chapelle de gauche, dédiée à la Vierge, possède "un vitrail gracieux représentant la statue de Notre Dame de Maylis".

    "Le fond du chœur est à trois pans coupés. Sur chaque pan se détache un vitrail de grande dimension. Celui du milieu représente le Sacré-Cœur ; les deux autres, St Hippolyte et St Joseph. Tous ces vitraux ont été fournis par la maison Victor Gesta de Toulouse. Le maître-autel est neuf, en pierre de Chauvigny ainsi que celui de Ste Quitterie, ils sortent des ateliers de M. Velli, sculpteur à Tarbes. L'autel de la Ste Vierge, en bois de cèdre, donné par M. de Laborde-Noguez a été fait et décoré à St-Sever." "Les sacristies à pans coupés n'offrent rien de remarquable."

    Liste des curés : Brunet (1806-1825), Gaye (1825-1833), Darbins (1833-1842), Lafenêtre (1842-1878), Dulucq (1879/...).

    _______________________________________________________

  • Inventaire du mobilier de l'église en 1890 (extrait du registre paroissial de Lamothe, p. 39 [AP Lamothe])

    "Inventaire du mobilier de l'église de Lamothe (année 1890, 5 ans après la construction de la nouvelle église). / Tout le corps du bâtiment de l'église a été construit avec le produit de souscriptions volontaires, surtout d'un legs de 15000 fr. fait à la fab... [surchargé en "commune"] en faveur de l'église par f[eu] Mme la baronne de Navailles du château des Granges. Le détail en est donné dans un registre paroissial. / Autels. Les autels ont été complètement renouvelés. Le maître-autel a été donné par la famille de Laborde-Noguez. L'autel avec les garnitures de la Ste Vierge a été donné par la famille de Laborde-Noguez du château de Lamothe. Celui de Ste Quitterie avec les garnitures est un don de la famille de Navailles, du château des Granges. / Vitraux. Le vitrail du Sacré-Cœur a été donné par le pasteur et M. l'abbé Larrède, paroissien de Lamothe. Le vitrail de St Joseph est un don de M. le Vicomte de Barry (de Bourg sur Gironde), propriétaire à Lamothe. Le vitrail de St Hippolyte, patron de la paroisse, a été donné par les jeunes gens et les jeunes filles de la paroisse. Le vitrail de la Ste Vierge a été donné par la famille de Laborde-Noguez de Lamothe. Celui de Ste Quitterie a été donné par Monseigneur Delannoy, évêque d'Aire et de Dax. Les grisailles ont été payées avec le produit de souscriptions. / La chaire qui n'a été faite qu'en 1891 (janvier) a été payée une somme de 12.500 fr. donnée par Mme Thomazo pour acquit d'une obligation de son mari envers l'église. Cette somme représentait une partie d'un legs fait par M. Lafenêtre mon prédécesseur et dont M. Thomazo avait la charge comme notaire liquidateur de la succession. / Le perron qui a heureusement terminé la façade de notre église a été donné en 1891 par Mr et Mme de Navailles."

    _______________________________________________________

  • Inventaire du mobilier de l'église, novembre 1892 (extrait du registre paroissial de Lamothe, p. 47-48 [AP Lamothe])

    "Inventaire du mobilier de l'église de Lamothe dressé à l'occasion de mon arrivée (novembre 1892). / Vases sacrés. 1 ciboire simple mais convenable. 2 calices à peu près neufs. / Crémières (sic). 2 pour les baptêmes. 1 pour les infirmes. / Autels. Le maître-autel en pierre avec garniture en cuivre : 6 chandeliers, croix assortie. / L'autel de la S. V. en bois de cèdre peint ; statue ; garniture en cuivre : 6 chandeliers, croix. / L'autel de Se Quitterie en pierre ; statue ; garniture en cuivre : 6 chandeliers, croix. / Vitraux. 1 vitrail du Sacré-Cœur. 1 vitrail de S. Hippolyte. 1 vitrail de S. Joseph. 1 vitrail de la Se Vierge. 1 vitrail de Se Quitterie. / Ornements. 4 chasubles blanches. 2 chasubles rouges. 2 chasubles violette[s]. 3 chasubles noires, l'une à galons argentés appartient à la confrérie du St Sacrement. 1 chasuble verte. 1 dais. 2 étoles pastorales. 1 thabor. 3 encensoirs et 2 navettes. 2 draps mortuaires, le plus beau appartient à la confrérie. / Bannières. Une bannière de la Se Vierge. Une bannière de S. Louis de Gonzague. Un étendard du Sacré-Cœur. / Chapes. 2 chapes blanches. Une chape violette. Une chape noire appartenant à la confrérie. / Mobilier. Candélabres : une paire argentés, une paire cuivre doré, une paire id. Chandeliers : 6 paires en verre, 4 paires en cuivre. 3 paires de burettes : une paire en vermeil. 2 troncs pour quête. 2 croix pour processions. 1 sac pour les malades. Livres : 3 missels dont l'un en mauvais état, 1 officium defunctorum, 2 psautiers, 2 vespéraux, 1 graduel. 3 jeux de canons d'autel. Bouquets : 8 bouquets pour le maître-autel, 4 pour la Se Vierge, 2 corbeilles communes. 3 soutanes pour enfants de chœur (rouges). 1 tapis pour le maître-autel. Armoire double à la sacristie faisant corps avec le vestiaire. 1 vestiaire pour suspendre les aubes et les surplis. 1 fauteuil. 1 confessionnal. 1 bénitier avec goupillon. 1 carillon à quatre timbres et une clochette. 1 armoire pour le linge à la sacristie de décharge. Une grande caisse pour les bouquets. Un coffret pour les cierges de la confrérie. / Linge. Aubes : 3 aubes en tulle, 2 en lin, 1 en mousseline d'enfants de chœur, 5 cordons d'aubes. Surplis : pour les offices, pour les confessionnaux, pour les enfants de chœur. 12 manuterges. 24 amicts. 4 douz[ain]es purificatoires. 6 nappes de communion passables. 8 nappes d'autel, 4 pour le maître-autel, 4 pour la Se Vierge. Serviettes. Devants d'autel. / [signatures] Larrat, M. Dabou... (illisible), G. de Navailles, Sarrau..., Dubourg, Lalanne."

    _______________________________________________________

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Lamothe, 19 février 1906 (AD Landes, 70 V 173/7)

    "Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Lamothe.

    L'an mil neuf cent six, le dix neuf février à dix heures du matin, En présence de MM. Daney desservant de la paroisse de Lamothe, Sarraute, Dubourg & Larrat membres du conseil de fabrique, et en l'absence de M. de Laborde-Noguez, président du bureau des marguilliers, bien que dûment convoqué, / Nous soussigné, Georges Cornut, percepteur de Tartas, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique paroissiale de Lamothe.

    Chapitre 1er. Biens de la fabrique. 1ment dans l'église de Lamothe. / § 1. Dans la nef et les bas-côtés. / 1. Un petit bénitier coquille, en marbre, fixé au mur. / 2. Un petit bénitier en pierre, fixé au sol. / 3. Fonts baptismaux en pierre avec couverture bois, fixés au sol. / 4. Deux confessionnaux en bois de chêne, haut. 2m, larg. 2m environ, 3 compartiments, fixés au mur. / 5. Une chaire à prêcher en bois de chêne avec escalier droit et abat-voix, fixée au mur. / 6. Dix bancs en bois blanc, très abîmés - 1,50. / 7. Cinquante chaises en bois blanc, dessus paille, en assez bon état - 25. / 8. Un chemin de croix, 14 tableaux chromos, de 0m40 x 0m35, cadres baguette dorée - 5. / 9. Deux bras de lumières à une branche avec veilleuse, en cuivre doré, fixées au mur. / 10. Deux bras de lumières à une branche avec veilleuse, en cuivre doré, fixées au mur. Ces deux bras de lumières sont revendiqués par la famille Lataste Eudore à Lamothe. / 11. Un lustre ordinaire en cuivre, à 12 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille de Laborde-Noguez, de Lamothe. / 12. Un lustre ordinaire en cuivre à 6 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille Desquibes de Lamothe, maison Halip. / 13. Un lustre ordinaire en cuivre, à 6 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille de Navailles de Lamothe. / 14. Un tronc en bois, fixé au mur. / 15. Deux vitraux, 3 mètres x 0m80 ; Sacré-Cœur et St Hyppolyte (sic). / 16. Un vitrail. 3m x 0m80. St Joseph. Ce vitrail revendiqué par la famille du Barry de Lamothe. / 17. Un vitrail. 3m x 0m80. La Vierge de Maylis. Ce vitrail revendiqué par la famille de Laborde-Noguez. / 18. Une statue du Sacré-Cœur, en plâtre, haut. 1m30, sur socle - 5. / 19. Une statue de St Joseph, 1m30, en plâtre, sur socle. Cette statue est revendiquée par la famille Lataste Eudore de Lamothe. / 20. Un Christ en plâtre sur croix en bois, haut. 1m30, fixé au mur. / 21. Un tableau sur toile, cadre doré, 1m50 x 1m50 environ, représentant le Martyre de St Hyppolyte (sic), fixé au mur. / 22. Un tapis pour le maître-autel, en moquette, usé et rapiécé, 2m x 2m environ - 5. / 23. Un tapis pour l'autel de la Vierge, en moquette, très abîmé, 1m50 x 1m50 environ - 2. / 24. Deux autres moquettes pour le maître-autel, 3m x 1m20 environ - 2. // § 2. Dans le chœur. / 25. Une grille de chœur en bois blanc peint avec main courante en bois, très abimée, fixée au mur & au sol. / 26. Trois tabourets en bois et trois chaises dessus paille pour les chantres et enfants de chœur - 3. / 27. Une stalle à trois places avec accoudoirs en chêne - 20. / 28. Une stalle à une place - id. - 10. // § 3. Dans le sanctuaire. / 29. Un maître-autel en pierre avec le tabernacle et le ciborium en pierre, fixé au sol. / 30. Un autel de la Vierge en cèdre & pin, fixé au sol, et dessus une croix d'autel et six chandeliers en cuivre doré, le tout revendiqué par la famille de Laborde Noguez de Lamothe. / 31. Un autel dit de Ste Quitterie en pierre, fixé au sol. Cet autel est revendiqué par la famille de Navailles. / 32. Une croix pour le maître-autel, en cuivre doré et six chandeliers même métal - 10. / 33. Un ciboire en vermeil - 5. // § 4. Dans la sacristie. / 34. Une armoire en bois blanc à 4 portes en haut et 4 portes en bas, avec tiroirs, 2m75 x 2m50 environ - 30. / 35. Un porte-manteaux avec 4 petits placards sur les côtés, en bois blanc peint - 5. / 36. Un tableau sur toile représentant un Christ, cadre doré, suspendu au mur - 1. / 37. Une statuette en plâtre représentant St Joseph - 0,25. / 38. Une armoire en chêne, vermoulue et presque hors d'usage - 1. / 39. Un brancard en bois blanc peint - 1. / 40. Un catafalque avec tenture en mérinos laine & un pied en bois pour la croix - 5. / 41. Quinze amicts en fil, un certain nombre usés - 1. / 42. Six aubes en assez mauvais état - 5. / 43. Quatre chasubles blanches dont deux très usées en damas et velours - 40. [en marge : avec les manipules] / 44. Quatre chasubles rouges, deux presque hors d'usage - id. - 40. / 45. Deux chasubles vertes - id. - 20. / 46. Deux chasubles violettes - id. - 20. / 47. Deux chasubles noires - id. - 20. / 48. Trois étoles en moire coton - 3. / 49. Trois chapes, une blanche, une violette, une noire, en moire coton - 15. / 50. Huit surplis de prêtre en mousseline coton - 6. / 51. Six cordons ceinture en coton - 0,50. / 52. Six soutanes rouges d'enfants de chœur, usées - 2. / 53. Quatre soutanes noires id. - id. - 1. / 54. Trois couvertures d'autel, usées et hors d'usage - 0,50. / 55. Huit nappes d'autel en fil, certaines très usées - 4. / 56. Huit corporaux en fil - 0,50. / 57. Quatorze manuterges en fil - 0,25. / 58. Vingt-cinq purificatoires en fil - 0,50. / 59. Six pales en fil - 0,50. / 60. Quatre nappes de communion - 3. / 61. Deux draps mortuaires en mérinos laine, usés - 5. / 62. Onze petits chandeliers en cuivre - 5. / 63. Une paire de petits chandeliers, métal argenté - 2. / 64. Un dais avec charpente, damas brodé, galon et franges dorés, panaches imitation cygne, doublure lustrine - 30. / 65. Un étendard du Sacré-Cœur - 1. / 66. Une bannière de la Vierge avec baudrier, en damas blanc - 10. / 67. Une bannière de St Hippolyte avec baudrier, en velours grenat - 10. / 68. Deux croix de procession en métal argenté avec manche bois - 6. / 69. Deux candélabres à 5 lumières, en métal argenté - 5. / 70. Deux candélabres à 3 lumières, en métal argenté - 3. / 71. Un ostensoir en métal verni et vermeil - 10. / 72. Trois encensoirs et deux navettes en métal argenté - 5. / 73. Un bénitier portatif avec goupillon en métal argenté - 2. / 74. Six burettes en verre - 1. / 75. Un baiser de paix en cuivre doré avec Christ argenté - 1. / 76. Une boîte à hosties en fer blanc - 0,10. / 77. Deux boîtes aux saintes huiles en métal argenté - 2. / 78. une boîte id. en métal doré - 1. / 79. Un calice et sa patène en vermeil - 10. / 80. Deux canons d'autel en carton et encadrés - 1. / 81. Une custode pour viatique en métal argenté & doré - 0,50. / 82. Un thabor en cuivre doré - 2. / 83. Un pupitre porte-missel en bois - 0,50. / 84. Deux grands psautiers, abîmés et presque hors d'usage - 0,50. / 85. Deux graduels - 0,50. / 86. Deux vespéraux - 0,50. / 87. Trois missels - 3. / 88. Un pro defunctis - 1. / 89. Une petite sonnette en bronze - 1. / 90. Une petite urne en fer blanc à quêter - 0,25. / 91. Un découpoir à hosties - 0,25. / 92. Fleurs artificielles. Douze bouquets doré, quatre rosiers, quatre blancs et verts, dix lys, douze roses, 2 corbeilles fleurs - 10. / 93. Seize petits vases en faïence - 2. / 94. Diverses oriflammes pour le jour de l'adoration - 5. / 95. Un sac à extrême onction avec bourse, surplis et rituel - 2. / 96. Six aubes pour enfants de chœur, en mousseline - 1,50. / 97. Quatre devant d'autel, en mousseline - 3. / 98. Six linges et huit serviettes en fil - 1,50. / 99. Un confessionnal pour les sourds avec chaise bois - 1. // § 5. Tribunes et clocher. / 100. Deux cloches, haut. 1m environ, et une cloche beaucoup plus petite, fixées à la maçonnerie par une charpente."

    2ment. Deniers et valeurs en caisse. / 1. Deniers : néant.

    Chapitre II. Biens de la commune de Lamothe et dont la fabrique n'a que la jouissance. / 2. L'église de Lamothe affectée à l'exercice du culte catholique a été construite en 1885 à la suite d'une donation de 15000 frs faite par Mme de Navailles et d'une souscription des habitants de la commune (7000 frs). Plus tard, une subvention de 800 frs fut accordée par l'État pour la construction de la flèche. / Le terrain sur lequel l'église est construite est d'une contenance de 4 a. 80 c. et d'une valeur de - 20."

    En annexe, protestation de la fabrique : "Lamothe le 19 février 1906 / Nous membres de la Fabrique Gardiens officiels des biens de l'Église de Lamothe, nous n'entendons assister à cet inventaire qu'à titre de témoins passifs. / Que cet inventaire soit le préliminaire d'une confiscation future ou une simple formalité, nous ne reconnaissons pas la légitimité de votre mandat. / Nous faisons d'avance toutes nos réserves sur les biens que vous allez estimer. / Nous revendiquons en particulier cette église, bâtie grâce au legs d'une famille qui fut la Providence de la paroisse et aux dons généreux des habitants. Ces biens appartiennent donc à Dieu et à l'Église et nul ne peut y toucher sans l'autorisation du Souverain Pontife. / C'est pourquoi nous protestons de toute l'énergie de nos âmes chrétiennes et françaises contre cette mesure qui peine toute la population foncièrement chrétienne. / [signatures] Dubourg - Sarraute - J. Daney curé de Lamothe - Larrat."

    ____________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (19 février 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 173/7
  • Legs à la fabrique (1898-1905) : Alexandrine (1898), Françoise Ducamp (1904-1905), Caussen ou Coussen (1905).

    Archives départementales des Landes : 70 V 173/8
  • Monographie paroissiale de Lamothe, par le curé Dulucq (29 août 1887).

    Archives départementales des Landes : 16 J 18
  • Registre paroissial (XIXe siècle).

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Diplôme d'érection de l'autel de saint Hippolyte en autel privilégié, par Dominique-Marie Savy, évêque d'Aire, 3 décembre 1839.

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Autorisation et diplôme d'érection d'un Via Crucis (chemin de croix), par François Adélaïde Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire, 22 juillet 1839 et 9 février 1840.

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Procès-verbal de la visite pastorale de François Adélaïde Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire, 3 juin 1841.

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Diplôme d'érection de l'autel de saint Hippolyte en autel privilégié, par François Adélaïde Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire, 8 mars 1849.

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Procès-verbal de la visite pastorale de François Adélaïde Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire, 25 mai 1849.

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Diplôme d'érection d'une confrérie du Très Saint Rosaire dans l'église de Lamothe, par Louis Marie Olivier Épivent, évêque d'Aire, 27 octobre 1864.

    Archives paroissiales, Lamothe
Documents figurés
  • Armoire de sacristie (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Garniture de dais de procession : deux pentes (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 193
  • Chape blanche (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement blanc (n° 1) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement blanc (n° 2) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement doré (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement vert (n° 1) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement vert (n° 2) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement rouge (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement violet (n° 1) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement violet (n° 2) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement violet (n° 3) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement noir (n° 1) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
  • Ornement noir (n° 2) (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe