Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-André

Le mobilier de l'église paroissiale Saint-André

Dossier IM40003841 réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiées lambris d'appui, croix de cimetière, autel, tabernacle, confessionnal, fonts baptismaux, bénitier, fontaine de sacristie, lutrin, clôture de choeur, clôture des fonts baptismaux, banc de fidèles, banc de choeur, prie-Dieu, fauteuil de célébrant, stalle, chandelier funéraire, lustre d'église, bouquet d'autel, canon d'autel, chandelier d'autel, croix d'autel, sonnette d'autel, vase d'autel, thabor, coquille de baptême, encensoir, navette à encens, croix de procession, croix, chandelier d'église, drap mortuaire, chape, ornement, chandelier, éteignoir, statue, crécelle, harmonium
Aire d'étude et canton Dax nord
Localisation Commune : Gourbera

L'église Saint-André, entièrement reconstruite en 1864-1868, n'a rien conservé du mobilier de l'édifice précédent, d'ailleurs très peu connu. On sait seulement que son clocher renfermait une cloche de 1469 - peut-être celle qui fut transportée du prieuré antonin de Puymartet à la paroisse de Gourbera peu avant 1577 - dont l'inscription d'une cloche refondue en 1896 rappelle l'existence. Avant même l'achèvement du nouveau lieu de culte, des contrats sont passés avec plusieurs artisans locaux pour son ameublement et sa décoration. En septembre 1867, le peintre-verrier palois J.-P. Mauméjean s'engage à fournir 14 verrières "avec leurs treillis", qui sont posées avant le 23 octobre suivant. En janvier 1868, on commande trois autels "en pierre de taille fine ornementée de moulures et de sculptures" au tailleur de pierre Mourguet, de Misson (canton de Pouillon), exécutés d'après des dessins de l'architecte de l'église, Bousquet. Le mois suivant, un contrat est signé avec le menuisier dacquois Getten pour une chaire à prêcher, un confessionnal et un meuble de sacristie, le tout en chêne. Enfin, un récapitulatif des dépenses non daté, mais probablement rédigé cette même année 1868, mentionne la fourniture par le serrurier Prosper Seris de "fermetures en fer" (dont une clôture de sanctuaire) et l'exécution par les peintres Boudet et Dieuzeyde de peintures murales ornementales. Le renouvellement concerne aussi le vestiaire de la sacristie, avec l'achat à la maison Diharce de Bayonne, en 1868, d'un assortiment d'ornements aux différentes couleurs liturgiques. Cet ensemble est complété dans les décennies suivantes, avec le don de plusieurs statues de série en plâtre (des fabricants Raffl et Giscard), la fonte (ou refonte) en 1896 de trois cloches par le fondeur gersois Escoubet, la pose de deux nouvelles verrières à la tribune par le verrier bordelais L. Delmas (vers 1920), l'achat en 1924 d'un chemin de croix (copié d'après le peintre allemand von Führich) et l'exécution la même année d'un nouveau décor mural par le peintre bordelais Ernest Leduc. Les objets du culte, tous du XIXe siècle, sont sortis d'ateliers parisiens (J.-F. Mézard, Poussielgue-Rusand, Demarquet frères, Chevron frères) et lyonnais (G. et P. Gille). Cet ensemble est resté pratiquement inchangé depuis lors, à l'exception de la dépose et du morcèlement de la chaire à prêcher vers 1985.

Auteur(s) Auteur : Séris Prosper, serrurier
Auteur : Mayoux et Honoré, éditeur
Auteur : Diharce,
Diharce

Maison Diharce, marchand d'ornements religieux, fondée à Bayonne en 1804 ou 1824 (les deux dates se retrouvent indifféremment sur des étiquettes). Elle était dirigée vers 1900 par Camille Diharce.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant marchand
Auteur : Giscard,
Giscard

Manufacture de sculptures en terre cuite et plâtre, fondée à Toulouse par Jean-Baptiste Giscard (1818-1906), auquel succédèrent, de père en fils, Bernard (1851-1926), Henri (1895-1985) et Joseph (1931-2005).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues
Auteur : Boudet, peintre, décorateur
Auteur : Dieuzeyde, peintre, décorateur
Auteur : Rodolphe Émile, dit(e) Maison Rodolphe fils et Debain,
Émile Rodolphe , dit(e) Maison Rodolphe fils et Debain

La fabrique d'harmoniums Rodolphe fut fondée à Paris en 1850 par Pierre-Louis-Alphonse Rodolphe, installé avant 1859 au 357, rue Saint-Honoré, puis au 64, rue Amelot, enfin au 15, rue de Chaligny. Les pièces étaient fabriquées à Nogent-sur-Seine (Aube) sous la direction d'Émile Rodolphe, fils du fondateur, puis assemblées dans l'atelier parisien. La maison obtint plusieurs médailles à l'Exposition parisienne de 1855 ainsi qu'aux Expositions universelles de 1862 (Londres), 1867, 1878, 1889 et 1900. Les frères Rodolphe rachètent en 1885 la société Debain et Compagnie. La raison sociale devient alors "Rodolphe fils et Debain" (source : http://harmonium.fr/pages/documentation---rodolphe---histoire.html).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
facteur d'harmonium

Annexes

  • Œuvre détruite.

    Cloche

    Bronze, 1469. Mentionnée dans l’inscription de la grosse cloche refondue par J.-B. Escoubet en 1896 ("Fondue en 1469, refondue en 1896"). Peut-être identifiable à la cloche du prieuré antonin de Puymartet, déplacée à l’église paroissiale de Gourbera pour la préserver des déprédations des troupes protestantes, et dont le prieur Étienne de Paul (oncle du futur saint Vincent de Paul) réclamait la restitution en 1577.

    _______________________________________________________________________

  • Liste des oeuvres non étudiées.

    Croix de cimetière [cimetière] (ill. 20114000245NUC2A et 20114000246NUC2A)

    1906. Ciment.

    Croix sur fût cylindrique, socle à pans coupés et double degré.

    Inscription (gravée sur le fût) : MISSION / 1906 / GLOIRE / A DIEU / PAIX / AUX HOMMES.

    Ensemble lambris d’appui, banc de chœur et 8 fausses stalles [chœur] (ill. 20114000282NUC2A)

    Vers 1868. Pin teinté faux chêne (lambris), chêne (banc, fausses stalles).

    Lambris panneauté incluant, au nord et au sud, les encadrements de porte de la sacristie et de la réserve (à fronton et croix sommitale). Banc de chœur en exèdre épousant le mur de l’abside. Fausses stalles à siège fixe, jouées et piétements découpés en volute.

    Lambris : h = 150 ; fausses stalles : h = 97.

    [Le lambris et les sièges du chœur ne figurent pas dans le contrat passé en février 1868 avec le menuisier dacquois Getten. Il est possible toutefois qu’ils aient été fournis plus tard, hors contrat, par le même artisan. Ils furent recouverts d’une teinture « imitation boiserie chêne » par le peintre bordelais Ernest Leduc en 1923-1924.]

    Autel [chœur]

    Vers 1985 (montage). Bois.

    Table sur quatre pieds en forme de balustre en poire (éléments en remploi : anciennes sellettes).

    h = 103 ; la = 160.

    Tabernacle [escalier du clocher] (ill. 20114000303NUC2A)

    Limite 18e s.-19e s. Bois blanc peint (brun-rouge et blanc).

    Armoire eucharistique de plan trapézoïdal et d’élévation droite ; porte cintrée à oreilles moulurée, panneaux des pans latéraux de même forme ; décor de cannelures sur la totalité du corps du meuble.

    h = 60 environ.

    État : œuvre déposée ; mauvais état.

    [Peut-être le tabernacle du maître-autel de l’ancienne église, remplacé en 1868 par le meuble de Mourguet et Bousquet (réf. IM40003845).]

    Confessionnal [vaisseau central, au sud-ouest, sous la tribune]

    1ère moitié 19e s. Pin teinté faux chêne.

    Trois loges sur plan rectangulaire ; loge centrale : battant à sommet en accolade et à claire-voie (six barreaux découpés) ; loges latérales ouvertes (linteau en volutes affrontées) avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie.

    Dimensions approximatives : h = 190 ; la = 230.

    Fonts baptismaux [collatéral nord, à l’ouest]

    2e moitié 19e s. Pierre tendre.

    Cuve octogonale à bassin circulaire, avec feuillure sur le bord ; pieds et socle octogonaux.

    h = 93 ; d = 62.

    État : il manque un couvercle.

    Bénitier [avant-nef]

    19e s. Pierre peinte.

    Bénitier de milieu ; vasque ovale (quasi rectangulaire) sur pied carré et socle rectangulaire, l’un et l’autre enduits et peints.

    h = 106 ; la = 60.

    Fontaine de sacristie [sacristie]

    20e s. Céramique blanche.

    Lutrin [vaisseau central, à l’ouest]

    19e s. Bois.

    Lutrin à pupitre double sur piétement tripode.

    h = 138.

    Clôture de chœur [déposée dans le collatéral sud, à l’ouest]

    1868. Prosper SERIS, serrurier. Fer forgé et peint (noir et doré), bois (appui).

    Portillon à battant unique, deux panneaux dormants.

    h = 80.

    État : œuvre déposée.

    Clôture des fonts baptismaux [collatéral nord, à l’ouest]

    1868. Prosper SERIS, serrurier ( ?). Fer forgé.

    h = 203.

    État : fer rouillé.

    [Clôture sans doute attribuable au serrurier Seris, qui fournit en 1868 les « fermetures en fer de l’église ». Le même artisan fournira en 1894 les clôtures de chapelles et des fonts baptismaux de l’église Saint-Vincent-de-Xaintes à Dax.]

    Ensemble de 7 bancs de fidèles [collatéraux sud (5) et nord (2)]

    Milieu 19e s. Chêne.

    Dossier à barrettes, accotoirs en volute.

    h = 67 ; la = 232.

    Banc de fidèles (banc de chœur) [collatéral nord]

    Milieu 19e s. Chêne.

    Banc en forme d’exèdre semi-circulaire : sans doute l’ancien banc de chœur, remplacé vers 1868 dans le chœur de la nouvelle église.

    h = 78 ; la = 253.

    État : déplacé dans le collatéral nord.

    Prie-Dieu [chœur]

    2e moitié 19e s. Bois.

    Accotoir-pupitre à abattant porté par quatre colonnettes-balustres fixées sur un agenouilloir rectangulaire.

    h = 83 ; la = 77.

    Fauteuil de célébrant [chœur]

    2e moitié 19e s. Bois fruitier, cuir noir (garniture).

    Style Directoire. Dossier incurvé reposant sur des accotoirs en volute ; garniture du siège et du dossier en cuir noir fixée par des clous de tapissier en laiton doré.

    h = 75 ; la = 60.

    Ensemble de 24 chandeliers funéraires [réserve sud]

    2e moitié 19e s. Bois peint en noir.

    Tige en balustre, bobèche et binet.

    h = 30 (sans le binet).

    Ensemble de 2 lustres d’église (n° 1) [chœur]

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Lustres à 12 lumières (bobèche et binet) réparties sur une couronne de style néo-roman à décor de rinceaux ajourés ; chaînes et croix en pendentif (pour la préhension) fondus et dorés.

    État : lustres électrifiés.

    [N° II/7, inv. 1906 : « cinq lustres cuivre et verre ».]

    Ensemble de 2 lustres d’église (n° 2) [chœur]

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Lustres à 9 lumières (bobèche et binet) réparties sur deux couronnes de style néo-roman à décor de rinceaux ajourés.

    État : lustres électrifiés.

    [N° II/7, inv. 1906 : « cinq lustres cuivre et verre ».]

    Lustre d’église [chœur]

    2e moitié 19e s. Verre transparent moulé et gravé, laiton (armature).

    Pendeloques en verre moulé (balustres, étoiles, perles).

    État : lustre électrifié.

    [N° II/7, inv. 1906 : « cinq lustres cuivre et verre ».]

    Ensemble de 12 bouquets d’autel [réserve sud]

    1ère moitié 20e s. Papier doré et argenté.

    Ensemble de 2 bouquets d’autel [réserve sud] (fig. 05)

    1ère moitié 20es. Laiton découpé, bronze ou régule doré.

    Pied circulaire godronné, tige enveloppée de feuilles en métal découpé, bouquet de lys en laiton.

    Ensemble de 3 canons d’autel [chœur, placard au revers du maître-autel]

    2e moitié 19e s. MAYOUX et HONORÉ, éditeurs à Paris. Chromolithographie, bois peint en noir (cadres). Forme en ogive.

    Lettre des lithographies : « Publié par Mayoux – Honoré & Cie Rue des Francs-Bourgeois 26, à Paris » (canon central) ; « M.H. & Cie – n° 16 » (canons du lavabo et du dernier évangile).

    État : ruinés.

    Ensemble de 6 chandeliers d’autel (n° 1) [chœur, maître-autel]

    2e moitié 19e s. Bronze doré.

    Style néogothique. Pied triangulaire, nœud architecturé, bobèche, broche. Décor : effigies des Vertus théologales sur les faces du pied, gâbles et pinacles sur le nœud.

    h = 59 (sans la broche).

    [N° II/8, inv. 1906]

    Ensemble de 6 chandeliers d’autel (n° 2) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze doré.

    Style néo-roman. Pied triangulaire ajouré, tige tubulaire, nœud torique, bobèche, binet (moderne).

    Décor : rinceaux sur les faces du pied, palmettes sur le nœud.

    h = 60 (sans le binet).

    État : des binets ont remplacé les broches d’origine.

    [N° II/8, inv. 1906]

    Ensemble de 4 chandeliers d’autel [collatéral sud, autel de la Vierge]

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Pied triangulaire, tige cannelée, nœud en vase, bobèche en vase Médicis et broche Décor : volute à feuille d’acanthe, bustes du Christ, de la Vierge et de saint Joseph (pied).

    h = 45 (sans la broche).

    [N° II/8, inv. 1906]

    Ensemble de 6 chandeliers d’autel et d’une croix d’autel (garniture d’autel) [collatéral nord, autel de saint Joseph (chandeliers), sacristie (croix)]

    2e moitié 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néoclassique. Pied triangulaire, tige cannelée, nœud en vase, bobèche en vase Médicis et broche (chandeliers), Christ (représenté vivant), titulus (porté par un ange en vol) et fleurons des bras fondus et rivés (croix). Décor : volute à feuille d’acanthe, bustes du Christ, de la Vierge et de saint Joseph (pied), têtes d’ange (extrémités de la croix).

    Chandeliers : h = 45 (sans la broche) ; croix : h = 56,2 ; la = 25.

    [N° II/8, inv. 1906]

    Croix d’autel (n° 1) [chœur, maître-autel] (ill. 20114000270NUC2A)

    Limite 19e s.-20e s. Laiton et bronze dorés.

    Style néo-roman. Pied circulaire ajouré, tige tubulaire, nœud torique, croix en bronze fondue d’une seule pièce ; Christ (représenté mort) et titulus (en forme de rouleau) fondus et rivés. Décor : empattements en forme de feuille de vigne, ajourage en trèfles sur le pied, cabochons de verroterie colorée sur le nœud, fleurs de lys aux extrémités des bras.

    h = 77.

    Croix d’autel (n° 2) [sacristie] (ill. 20114000256NUC2A)

    1er quart 19e s. Laiton et bronze argentés.

    Montage d’un pied (ovale) et d’une tige (en balustre) de croix d’autel avec la partie supérieure d’une croix de procession. Décor : triangle trinitaire avec Jéhovah sur le pied, feuilles d’acanthe sur la tige ; gerbe de blé à la base de la croix, Christ représenté vivant, titulus en forme de cartouche ovale à cuirs.

    h = 54,5 ; pied et tige : h = 22 ; croix : h = 14.

    État : œuvre composite ; croix de procession mutilée (manquent les fleurons des bras et des éléments du titulus).

    Sonnette d’autel [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze doré, acier.

    Sonnette à quatre timbres.

    h = 17.

    Ensemble de 2 vases d’autel (n° 1) [réserve sud]

    1ère moitié 20e s. Cuivre doré.

    Forme amphore.

    Marque poinçonnée (non identifiée) sous la base : cheval ailé.

    Ensemble de 2 vases d’autel (n° 2) [réserve sud] (ill. 20114000269NUC2A)

    1ère moitié 20e s. Céramique vernissée polychrome.

    Chaque vase est constitué de quatre cornets accolés à décor en pastillage (roses et fleurettes rouges).

    h = 23,4 ; la = 13.

    Thabor [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton ou cuivre doré, verre transparent coloré.

    Pieds en patte de lion enserrant une boule ; faces ajourées à décor végétal stylisé rapporté, cabochons de verre coloré bleu, vert et rouge ; quadrilobe poinçonné sur le plateau.

    h = 14 ; la = 29,5.

    Ensemble de 2 coquilles de baptême [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s. Laiton argenté.

    Pied circulaire, anse soudée.

    h = 6.

    Encensoir (n° 1) [sacristie] (ill. 20114000259NUC2A)

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style néoclassique. Pied circulaire, couvercle emboîtant. Décor fondu en relief et ajouré à l’emporte-pièce : feuilles d’eau et feuilles d’acanthe (réserve), perles et godrons (couvercle).

    h = 26,5 ; d = 11.

    Encensoir (n° 2) [sacristie]

    2e moitié 19e s. Laiton argenté.

    Style néo-rocaille. Pied circulaire, couvercle emboîtant.

    h = 25.

    Encensoir (n° 3) [sacristie]

    1er quart 20e s. Laiton argenté.

    Forme sphérique, décor ajouré de style néo-médiéval.

    h = 21.

    Navette à encens [sacristie]

    2e moitié 19e s. Bronze argenté.

    Forme en nef ; sans décor.

    h = 8.

    Ensemble de 11 santons [réserve sud]

    1ère moitié 20e s. Plâtre polychrome.

    Hauteur moyenne : h = 20.

    Croix de procession [sacristie] (fig. 04)

    Milieu 19e s. et 20e s. Laiton argenté, bronze argenté et doré.

    Style néoclassique. Hampe et douille emboîtante en laiton, nœud en forme d’urne godronnée à anses ; Christ (représenté vivant), effigie de la Madeleine éplorée (au revers du montant) et titulus (porté par un ange en vol) fondus, dorés et rivés.

    h = 83 (avec la douille, sans la hampe) ; la = 35,5.

    État : trois des fleurons (à feuille de vigne) sont des ajouts du 20e s. ; un seul fleuron d’origine (le sommital) est conservé (feuilles en panache).

    [N° II/15, inv. 1906]

    Croix : Christ en croix [collatéral nord]

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome, bois (croix).

    h = 104 (croix).

    État : une main du Christ est brisée.

    Ensemble de 2 chandeliers d’église (n° 1) [réserve sud]

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Six lumières à bobèche et binet ; décor de feuilles de vigne en métal découpé.

    h = 50 environ.

    [N° II/9, inv. 1906 : « 2 candélabres cuivre doré à 6 lumières (...) ».]

    Ensemble de 2 chandeliers d’église (n° 2) [réserve sud]

    4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés.

    Cinq lumières à bobèche et binet disposées sur une tige oblique ; lys en métal découpé.

    h = 50 environ.

    [N° II/9, inv. 1906 : « (...) deux candélabres cuivre doré à 5 lumières ».]

    Ensemble de 3 draps mortuaires [réserve sud]

    1ère moitié 20e s. Velours de coton noir, fil métal argenté (passementerie).

    Ensemble de 3 chapes [sacristie]

    Limite 19e s.-20e s.

    A. Damas de coton et soie blanc, fil métal doré (passementerie, décor).

    B. Damas de coton et soie violet, bougran violet (doublure), fil de soie jaune et blanc (passementerie, décor). Décor brodé et broché (chaperon) : monogramme I.H.S., rinceaux de fleurs. N° II/25, inv. 1906 ?

    C. Velours de coton et soie noir, bougran noir (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Décor (chaperon) : monogramme I.H.S., roses, rinceaux. N° II/25, inv. 1906 ?

    Ensemble de 11 ornements [sacristie] (ill. 20114000539NUC2A, 20114000540NUC2A et 20114000541NUC2A)

    Ornements repérés et photographiés en 1992, non retrouvés lors de l’enquête de 2011 (sauf indication contraire).

    A. Satin et moire de coton et soie blanc, fil de soie rose, vert et jaune, fil métal doré (passementerie, décor). Chasuble de forme « gothique ». Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. en fil doré sur carton, tiges de rosier brodées en fil polychrome. Vers 1950. Ornement conservé en 2011. ill. 20114000539NUC2A.

    B. Satin de coton blanc, fil de soie bleu, vert, rouge et or (passementerie, parements). Chasuble de forme « gothique ». 2e moitié 20e s.

    C. Drap lamé doré, bougran de toile rouge (doublure), fil métal doré (passementerie, décor). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. dans une gloire, croix et clous, roses, épis de blé et pampres en paillons et perles de métal doré. [L’ornement doré acheté en 1868 à la maison Diharce de Bayonne ? N° II/24, inv. 1906 ?]. ill. 20114000539NUC2A.

    D. Drap lamé doré, fil doré (passementerie). Chasuble de forme « gothique ». Milieu 20e s.

    E. Velours de coton et soie rouge, fil métal doré et fil de soie orangé (passementerie, décor). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S. et rinceaux. [L’ornement rouge acheté en 1868 à la maison Diharce de Bayonne ? N° II/24, inv. 1906 ?]. ill. 20114000541NUC2A.

    F. Gros de Tours de coton et soie violet, fil métal doré (passementerie, décor). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S., chardons et rinceaux. [L’ornement violet acheté en 1868 à la maison Diharce de Bayonne ? N° II/24, inv. 1906 ?]. ill. 20114000540NUC2A.

    G. Tissu synthétique violet, fil de coton et soie rouge et or (passementerie, parements). 2e moitié 20e s.

    H. Damas de coton et soie vert, fil doré, vert et brun-rouge (passementerie, parements, décor). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S., motifs de style Art déco. Marque de fabricant (sur le colletin de la chasuble) : DIHARCE – BAYONNE. [Sans doute l’ornement vert acheté en 1868 à la maison Diharce de Bayonne ; parements remplacés au 20e s. N° II/24, inv. 1906 ?]. ill. 20114000540NUC2A.

    I. Rayonne (soie artificielle) verte, fil de coton doré (passementerie, parements). Chasuble de forme « gothique ». 2e moitié 20e s.

    J. Velours de coton et soie noir, bougran noir (doublure), fil métal argenté (passementerie, décor). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S., croix et clous dans une gloire, roses et rinceaux. [L’ornement noir acheté en 1868 à la maison Diharce de Bayonne ? N° II/24, inv. 1906 ?]. ill. 20114000541NUC2A.

    K. Velours de coton et soie noir, bougran noir (doublure), fil métal argenté (passementerie, décor). Décor (croix dorsale de la chasuble) : monogramme I.H.S., rinceaux. ill. 20114000541NUC2A.

    Ensemble de 6 chandeliers [réserve sud]

    2e moitié 19e s. Laiton doré.

    Base circulaire, tige en gaine, binet en vase, bobèche mobile.

    h = 30.

    Éteignoir [réserve sud]

    Limite 19e s.-20e s. Bois, métal.

    Ensemble de 6 statues

    Limite 19e s.-20e s. Plâtre polychrome (sauf mention contraire).

    Saint Vincent de Paul avec un enfant (collatéral nord ; h = 132, la = 34 ; sur console en plâtre polychrome à clef pendante et enroulements feuillagés ; n° II/4, inv. 1906 : « Cinq statues [...] St Vincent de Paul [...] revendiquées par Mme Ducamp à Œyreluy »). Saint Antoine de Padoue (collatéral sud ; h = 130, la = 36 ; sur console en plâtre polychrome à clef pendante et enroulements feuillagés ; n° II/4, inv. 1906 : « Cinq statues [...] St Antoine de Padoue [...] revendiquées par Mme Ducamp à Œyreluy »). Saint Joseph et l’Enfant Jésus (entrée du vaisseau central ; h = 50 environ ; sur console en plâtre polychrome à décor feuillagé ; 2011 : manquent les bras, statue vêtue en saint Jacques le Majeur avec bâton de pèlerin). Sainte Thérèse de Lisieux (vers 1930 ; h = 121, la = 40 ; marque de fabricant : « Mon GISCARD / TOULOUSE » ; sur console en plâtre polychrome avec armoiries du Carmel et feuilles d’acanthe). Immaculée Conception (n° 1) (plâtre blanc ; h = 40 environ ; chœur). Immaculée Conception (n° 2) (plâtre blanc ; h = 59 ; manquent les mains ; sacristie).

    Statue : Saint André apôtre [niche au-dessus du portail nord]

    3e quart 19e s. Métal ( ?).

    h = 120 environ.

    État : métal (?) oxydé.

    Crécelle [sacristie] (ill. 20114000268NUC2A)

    2e moitié 19e s. Bois résineux et bois fruitier.

    h = 21,5 (sans le manche) ; h = 24 (avec le manche) ; la = 12,5.

    Harmonium [chœur]

    1er quart 20e s. RODOLPHE FILS et DEBAIN, Paris. Chêne teinté (caisse), ivoire.

    Décor : consoles cannelées aux angles antérieurs de la caisse.

    h = 98 ; la = 123.

    Marque d’auteur (sur plaque) : RODOLPHE FILS & DEBAIN / 15, rue Chaligny / PARIS / Médaille d’Or 1889 et 1900.

    _______________________________________________________________________

  • Extraits d'archives concernant la constitution du mobilier et du décor peint de l'église (1868, 1923-1924)

    AD Landes. 2 O 832. Église, presbytère, cimetière, 1844-1933.

    1867 (20 septembre) : contrat avec Jules-Pierre Mauméjean, peintre-verrier à Pau, pour la fourniture de "1° Trois vitraux à personnages riches pour le sanctuaire, portant l’emblème de St André, patron de la commune, la Ste Vierge et St Joseph, ces deux derniers placés à droite et à gauche de St André. / 2° Un quatrième pour les fonts baptismaux, dit Baptême de Notre-Seigneur [...] 520 fr. / 3° Dix ouvertures en grisailles riches variées [...] 500 fr." Total : 1.020 fr. (avec les "treillis" : 1.195 fr.). Ils furent posés avant le 23 octobre 1867.

    1868 (6 janvier) : contrat avec Mourguet, tailleur de pierre à Misson, pour « la confection de trois autels » sur les plans de l’architecte Bousquet : "Un maître-autel, tabernacle et ciborium en pierre de taille fine, ornementé de moulures et de sculptures [...] 814 fr. / 2° Deux petits autels pour les bas-côtés en même pierre, tabernacles, moulures, culots et pose comprise... 528 fr."

    1868 (février) : contrat avec Getten, menuisier à Dax, pour la fourniture "d’une chaire à prêcher en bois de chêne avec panneaux, colonnettes aux angles, abat-voix ornementé de frises, clochetons ; les colonnettes à chapiteaux sculptés ; les panneaux à cadres ornementés de trois évangélistes et le panneau supérieur qui soutient l’abat-voix pourvu d’un Christ bénissant et de deux pilastres sur les côtés avec cannelures et chapiteaux également sculptés ; le tout y compris l’escalier à limon et faux-limon, rampe en barreaux tournés ou découpés, main courante, pour la somme de 950 fr. / 2° Un confessionnal en chêne style roman [...] 400 fr. / 3° Une armoire pour la sacristie en bois de chêne, tiroir, tablettes, portes à panneaux... 200 fr."

    Tableau des dépenses totales pour la reconstruction de l’église (s.d. [1868 ?]) :

    - Construction (Philotas, entrepreneur) : 30.228,14 fr.

    - Clôture du cimetière (Philotas, entrepreneur) : 857,53 fr.

    - Peintures (Boudet) : 800 fr.

    - Ornements liturgiques (Diharce, de Bayonne) : 460 fr.

    - Vitraux (Mauméjean, de Pau) : 1.195 fr.

    - Chaire (Getten) : 1.550 fr.

    - Trois autels (Mourguet) : 1.342,17 fr.

    - Mobilier (Getten) : 250 fr.

    - Fermetures fer (Seris) : 810 fr.

    - Peintures et décors (Dieuzeyde) : 420 fr.

    - Décors de l’église (Boudet) : 318 fr.

    - Honoraires de l’architecte Bousquet : 2.245, 67 fr.

    Total : 40.476,51 fr.

    1923 (18.11) : adjudication au peintre Ernest Leduc, de Bordeaux, des travaux de peinture décorative dans l’intérieur de l’église : « peinture à l’huile de tout le chœur et de la coupole (sic) avec décoration appropriée au style de l’église, frise décorative, colonnes et chapiteaux ornementés, stalles et tour du chœur imitation boiserie chêne ; sur la nef et les bas-côtés, peinture à la colle double couche, ton pierre avec filets, clefs de voûte et nervures décorées [...]. »

    1924 (20.6) : réception définitive des travaux de peinture.

    _______________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1844-1933.

    Archives départementales des Landes : 2 O 832
  • Secours de la commune pour acquisition d'ornements nécessaires au culte, 1835.

    Archives départementales des Landes : 70 V 138/3
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 21 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 138/6
Documents figurés
  • Ensemble de 2 ornements (blanc, doré)

    Archives départementales des Landes : 1338 W art. 41 / canton de Dax sud
  • Ensemble de 2 ornements (violet, vert).

    Archives départementales des Landes : 1338 W art. 41 / canton de Dax sud
  • Ensemble de 3 ornements (2 noirs, 1 rouge).

    Archives départementales des Landes : 1338 W art. 41 / canton de Dax sud
Périodiques
  • Écho religieux des Pyrénées et des Landes, Pau.

    1875, n° 32, p. 553
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe