Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Ancienne église priorale Saint-Gilles, dite église du cimetière

Le mobilier de l'ancienne église priorale Saint-Gilles

Dossier IM40006746 réalisé en 2017

Fiche

Parties constituantes non étudiées dalle funéraire, bénitier
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Localisation Commune : Montgaillard

Le mobilier de l'ancienne église priorale Saint-Gilles n'est connu qu'au travers de quelques mentions éparses. En 1569, les troupes protestantes du capitaine Montaman dévastent l'édifice et "pillent et emportent" les "ornements, joyaux et livres". Le remeublement dut être progressif, car c'est seulement en 1659 que le curé Daniel Filhot dote le chœur d'un nouveau décor boisé, comprenant un lambris et très probablement un retable. De cet ensemble subsistent actuellement, déposés à l'église du bourg, d'importants vestiges : panneaux de lambris et colonnes. Lors de sa visite pastorale, le 23 mai 1756, l'évêque Sarret de Gaujac trouve "à gauche, sous un collatéral voûté... la chapelle de Notre-Dame de l'Assomption dont le tableau [est] fort crasseux", une "autre chapelle dédiée à Notre-Dame de Pitié ouvrant le collatéral de droite" ainsi qu'une "chapelle de saint Roch au milieu de la nef", où se trouvait le banc d'œuvre. Aux dires de l'abbé Vincent Foix, "le tableau représentant l'Immaculée Conception existe encore à Saint-Gilles [l'église du bourg] dans la chapelle du midi dédiée à la Vierge" - cette œuvre a aujourd'hui disparu. En 1886 et 1889, des fouilles archéologiques menées dans l'église mirent au jour plusieurs vestiges "d'une haute antiquité" : un tombeau d'autel, les débris d'une châsse en bois "ornée de sculptures mérovingiennes ou carlovingiennes", une ancienne pierre tombale "d'aspect gallo-romain" (en fait, une stèle discoïdale moderne), enfin "une pierre cylindrique (...) creusée à l'une de ses extrémités pour recevoir une urne funéraire" (La Porterie, 1889), tous objets aujourd'hui introuvables. L'inventaire dressé en février 1906 après la loi de Séparation recense dans l'église en mauvais état un "autel en bois surmonté d'un dôme doré" (déplacé ensuite à l'église du bourg) avec sa garniture, un second autel avec une statue de la Vierge, six stalles dans le chœur, une chaire en pierre (visible sur une photographie de l'intérieur de l'église en 1935), un confessionnal et deux tableaux détériorés (dont une Assomption). Rien de tout cela n'a survécu, à l'exception du maître-autel précité. Le petit bâtiment moderne accolé au clocher-mur, seul vestige de la vieille église, ne renferme actuellement que trois dalles funéraires de curés de Montgaillard, un autel-tabernacle, un bénitier, une croix discoïdale et un corbillard.

Annexes

  • Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571" (dans Revue de Gascogne, 1860, tome I, p. 319)

    [p. 319] PRIEUR DE MONTGAlLLARD. Le Prieur de Montgaillard est dépendant de l'abbaye séculière et auparavant régulière ordre de St Benoit de Me St Gilles au Diocèse de Nîmes est a la collation du dt Abbé, et est tenu d'aider ou de faire aider le curé du dt Montgaillard a dire les messes parroissialles et administrer les sacremens et autres services divins. — En est Prieur Me Jean Duvignau clerc Mtre ezarts étudiant à l'université de Paris en la faculté de théologie et fait faire le service par un Sacristain qu'il y a commis — Si est ce qu'il y est troublé en la possession et y a procès par devant le Senechal des Lannes au siège de St Sever entre Messire fortis Castay complaignant et le dt Duvignau et Me Dominique de Laborde opposant.

    [p. 320] MONTGAILLARD BOULIN. L'eglise parroissialle de Montgaillard et annexe de Boulin est a la collation de l'Eveque D'Aire et a cure d'ames. En est curé Me Bernard de Ceta prêtre Bachelier en droit chanoine D'Aire, qui réside au dt Aire, et va souvent faire le service et exhorte les peuples, et l'endoctrine au St Evangile. Selon la détermination de notre Mère Ste Eglise Catholique et Romaine et y tient deux vicaires gens de bien savoir est Me Jean de Lalanne et Dominique de Tris qui y font tous les jours le divin Service et administrent les Sacremens comme était accoutumé. L'église parroissialle de Montgaillard et aussi la chapelle qui étoit dans le lieu, ont été ruinées et découvertes, les autres églises démolies — les ornemens joyaux et livres pillés et emportés par les gens de guerre des Vicomtes — Les fruits du dt curé es années 1569 et 1570 jusques à la publication de la paix ont été pris par ceux de la Garnison que le S' de Montaman tenoit et la ville de S' Sever et par un nommé Seris trésorier de la cause en la dte ville, en sorte que le curé n'en a rien joui.

  • Extraits des notes de l'abbé Vincent Foix sur Montgaillard (AD Landes. II F 915)

    [Les notes commençaient à la page 19, qui a disparu.]

    [p. 20] Saint-Gilles devait être un prieuré. En 1569, les protestants ruinèrent l'église paroissiale et une autre chapelle (Revue de Gascogne, 1860, p. 320). Le prieuré valait 2000 livres de rente au XVIIIe siècle (Cazauran, p. 119). Le 4 avril 1531, un prêtre bailla à ferme, au nom de Charles de Gramont, archevêque de Bordeaux, à Johan Noguer, marchand de Saint-Sever, "los fuis et rendes du priorat de Montgaillard" pour 430 francs bordelais (Arch. des Landes, H 50).

    [p. 21] Église Saint-Gilles. La visite épiscopale du 23 mai 1756 indique qu'à gauche, sous un collatéral voûté, s'ouvrait la chapelle de Notre-Dame de l'Assomption dont le tableau était fort crasseux. Autre chapelle dédiée à Notre-Dame de Pitié ouvrant le collatéral de droite. Il y avait une chapelle de saint Roch. Le tableau représentant l'Immaculée Conception existe encore à Saint-Gilles dans la chapelle du midi dédiée à la Vierge (Monographie de Montgaillard).

    Le curé Daniel Filhot (1657) restaura l'église et y fit placer des boiseries encore conservées. Elles portent sur deux cartouches les armes d'un évêque d'Aire et le chiffre du curé restaurateur (M. Daugé, Arch. Soc. de Borda).

    Depuis trente ans on ne fait plus d'offices à Saint-Gilles. En 1854, on restaura l'ancienne chapelle seigneuriale du bourg de Notre-Dame. Elle sert aujourd'hui d'église paroissiale. Saint-Gilles n'est plus qu'une ruine. Une des chapelles latérales a été démolie, le reste va périr qui ne sert plus que pour les offices des morts (Monographie de Montgaillard).

    [p. 22] Découvertes archéologiques. En réparant en 1886 l'église qui dépendait du prieuré, on a trouvé dans le tombeau de l'autel que l'on démolissait, au-dessous de la pierre sacrée, un vase à goulot en terre cuite de couleur gris de cendre et dans l'intérieur de ce vase des ossements humains mêlés à des débris d'une châsse en bois ornée de sculptures mérovingiennes ou carlovingiennes analogues à celles découvertes à Dax avec les ossements attribués à saint Vincent de Xaintes.

    Une ancienne pierre tombale provenant du cimetière qui entoure l'église porte en relief sur les deux côtés les attributs ou la profession de laboureur ayant un aspect franchement gallo-romain.

    A l'extérieur de l'abside on voyait un bandeau seigneurial aux armes de la famille de Montgaillard et d'une autre qui lui était probablement alliée... C'étaient peut-être celles d'un prieur, elles étaient accolées à celles d'un Montgaillard et écartelées aux 1 et 4 d'or, aux 2 et 3 de gueules, à chaque un besant de sable (Dufourcet, Les Landes, p. 263).

    En 1889, M. Joseph de Laporterie découvrit dans les ruines de la chapelle Notre-Dame de Pitié, sur le côté ouest de l'église Saint-Gilles, une pierre cylindrique haute de 40 à 45 cm et ayant de 28 à 30 cm de diamètre, creusée à l'une de ses extrémités pour recevoir une urne funéraire ou même directement des cendres... C'est évidemment un tombeau d'un genre spécial et remontant à l'époque gallo-romaine (Rev. de Borda, 1889, LXXVIII et LXXIX).

    [p. 22 bis-23] Noms de certains prieurs de Montgaillard. Jean de Saint-Orens, signalé en 1513, était moine bénédictin de Saint-Sever (A.D. Landes, H 49). Charles de Gramont, archevêque de Bordeaux, 1531 (A.D. Landes, H 50). Jean Pontac, abbé de Nerbis et prieur de Montgaillard, 1694-1724.

    [p. 23] L'église paroissiale de Montgaillard avait pour annexe Boulin et pour dépendance la chapelle de Notre-Dame de Pitié qui est aujourd'hui paroissiale. L'église paroissiale était de collation épiscopale.

    [p. 23 bis-24] Liste des curés de Montgaillard.

  • Extraits de l'inventaire des biens de la fabrique dans l'ancienne église priorale Saint-Gilles de Montgaillard, 22 février 1906

    - "Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 22 février 1906 (copie). / N° 4927/25 [...] Commune de Montgaillard, canton de St Sever. / Inventaire des biens de la fabrique de Montgaillard, dressé en exécution de la loi du 9 Xbre 1905. / L'an 1906, et le 22 février, à 1h 1/4 du soir, en présence de MM. 1° l'abbé Moncade, curé de Montgaillard, 2° de Laporterie, président du bureau des marguilliers, demeurant le premier à Montgaillard, le second à St Sever, Nous soussigné, Gaillard, sous-inspecteur des domaines à Mont-de-Marsan, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le directeur des domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique de Montgaillard. / [...] Église de St Gilles. / Chapitre II. Biens dont la fabrique n'a que la jouissance. / Sacristie. Néant. / Sanctuaire. / Autel en bois surmonté d'un dôme doré le tout fixe. / 1. Sur l'autel une croix - 1. / 2. 4 chandeliers - 2 f. / 3. Un petit crucifix - 1. / 4. 4 bouquets - 1. / Dans le chœur sont : 6 stalles en bois fixe, revendiquées par Mme la Marquise de Castelnau. / 5. Un dessus d'autel - 0,50. / 6. Un devant noir - 1. / 7. Un lustre en bois - 0,50. / Report : 7. / 8. Un tableau détérioré - 1. / Bas-côté unique : un autel fixe surmonté / 9. d'une statue de la Vierge - 1. / 10. Petite table - 1. / 11. Tableau de l'Assomption - 5. / 12. Un confessionnal - 10. / 13. Un vieux corbillard - 5. / 14. Une armoire très vieille - 2. / La chaire est en pierre, fixe. / 15. Un vieux chemin de croix - 2. / 14. 25 chaises - 11. / 17. 5 bancs de bois - 1. / Total 45 f.

    [...] L'église de St-Gilles, annexe de la précédente [l'église du bourg], et située à 150 mètres environ, est très ancienne. Sa superficie est de deux ares, et la valeur du terrain de 20 f. L'édifice semble appartenir à l'État. [...]

    Observations d'ordre général. Mr Moncade et Mr de Laporterie nous ont lu chacun une protestation que nous avons annexée après l'avoir revêtue de la mention "ne varietur". / MM. Moncade et de Laporterie, requis par nous de déclarer qu'à leur connaissance il n'existe pas d'autres biens susceptibles d'être inventoriés que ceux portés au procès-verbal, ont refusé de faire cette déclaration. En conséquence, nous avons clos le présent inventaire contenant six rôles. 22 février à 5 h du soir, et après lecture faite, nous l'avons signé seul, les comparants ayant refusé de le revêtir de leur signature."

  • Liste des œuvres non étudiées

    Ensemble de 3 dalles funéraires [bâtiment annexe] (ill. 20174000988NUC2A)

    1er quart 20e s. Marbre gris veiné.

    Dalles similaires, sans doute sorties d'une même marbrerie vers 1920 (date de la dalle du curé Layan) ; les dalles des curés Ducourneau de Poy et Mauléon sont certainement rétrospectives.

    A. Épitaphe : + CI-GIT / DUCOURNEAU DE POY / Curé de MONTGAILLARD / de 1786 à 1821. / - / PRIEZ POUR LUI. Dimensions : l = 165 ; la = 58,5.

    B. Épitaphe : + CI-GIT / MAULEON / Curé de MONTGAILLARD / de 1821 à 1824. / - / PRIEZ POUR LUI. Dimensions : l = 165,5 ; la = 58,5.

    C. Épitaphe : + CI-GIT / L'ABBÉ JEAN LAYAN / Curé de MONTGAILLARD / 1907-1920. / - / PRIEZ POUR LUI. Dimensions : l = 175 ; la = 70.

    Bénitier (vasque) [bâtiment annexe] (ill. 20174000989NUC2A)

    17e-18e s. (?). Calcaire.

    Vasque cylindrique à bord mouluré saillant. Manque le pied.

    h = 39,5 ; d = 35.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossier "église (1774-1955)".

    Archives paroissiales, Montgaillard
  • Église de Montgaillard. Réparations (1842, 1846-1849, 1851).

  • Conflit entre la fabrique et la famille de Castelnau au sujet des places occupées dans l'église par la famille Poydenot (1901-1902).

    Archives départementales des Landes : 70 V 230/3
  • Réponse à la circulaire de mai 1905, renseignements sur les églises et le presbytère.

    Archives départementales des Landes : 70 V 230/4
  • Église : secours de l'État pour réparation et acquisition d'ornements (1849, 1883).

    Archives départementales des Landes : 70 V 230/5
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (22 février 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 230/9
  • Legs à la fabrique (1840-1884) : Fauthoux veuve Pafau (1840-1852), Dominique Denis Lamothe (1856-1884), Jean Bonnecarrère (1867).

  • Monographie paroissiale de Montgaillard, 1887.

    Archives diocésaines, Dax
  • Service du patrimoine et de l'Inventaire. Dossier de pré-inventaire de l'église de Montgaillard, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
Bibliographie
  • AD Landes. II F 904. Notes de l'abbé Vincent Foix : vieux clochers, vieilles églises.

    Archives départementales des Landes : II F 915
Périodiques
  • CAZAURAN Jean-Marie (abbé). "Pouillé du diocèse d'Aire", Bulletin de la Société de Borda. Dax, 1884, p. 21-34, 97-119, 201-216 ; 1885, p. 131-162, 229-244, 255-286 ; 1886, p. 1-29, 281-283.

    1884, p. 97-119
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe