Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame

Lambris et sièges de chœur

Dossier IM40006616 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations lambris de demi-revêtement, stalle de célébrant, banc de choeur
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Audignon
Emplacement dans l'édifice collatéral sud, 1ère travée occidentale, murs nord et sud

Le 6 mai 1761, le marguillier Jean Barrouilhet et le curé François Lalanne firent marché avec le menuisier Jean-Baptiste Gigun, de Saint-Sever (mort vers 1791), pour l'exécution d'un lambris avec sièges de célébrant et "banquette", destiné à garnir les murs nord et sud du chœur, de part et d'autre du maître-autel construit par Chadel en 1724. La mise en place de cet ensemble entraîna la mutilation des colonnes-dosserets du chœur roman et de leurs chapiteaux, qui furent en grande partie arasés (le 23 mai 1761, par le maçon saint-severin Pierre Larrouceau) pour permettre le placage des boiseries. Ce décor demeura en place jusqu'à la redécouverte, derrière le maître-autel classique, de l'ancien retable gothique du XVe siècle. En décembre 1964, tous les éléments du XVIIIe siècle furent déposés et remontés à l'extrémité occidentale du collatéral sud, à peu près dans la configuration qui était la leur précédemment dans le chœur.

Le contrat passé avec Gigun précise que le lambris et les sièges, contrairement à une pratique courante au XVIIIe siècle, n'étaient pas destinés à être peints de couleurs claires (comme, par exemple, ceux de l'église de Laurède dans leur état originel), mais bien vernis "pour donner un lustre", tels qu'ils se présentent encore aujourd'hui.

Le "pupitre pour les chantres", que Gigun s'engageait à fabriquer par le même contrat, ne paraît pas avoir été conservé.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1761, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Saint-Sever
Auteur(s) Auteur : Gigun Jean-Baptiste,
Jean-Baptiste Gigun

Maître menuisier à Saint-Sever (Chalosse) dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il fit son testament à Saint-Sever en 1791 (comm. de l'abbé Dominique Bop).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par source

L'ensemble est composé de deux éléments, plaqués sur les murs nord et sud de la première travée du collatéral. Chaque lambris comporte, à l'extrémité externe, un large panneau plein, en avancée, à l'aplomb de la corniche saillante qui règne sur l'ensemble ; un bras de lumière en bois doré est fixé au sommet du panneau supérieur. Les sièges sont disposés dans des enfoncements du lambris : du côté nord, trois stalles dotées de sièges mobiles sur charnières (sans miséricorde) et de jouées pleines à découpe chantournée formant accotoirs, la stalle centrale (dévolue au célébrant principal) surélevée et pourvue d'un repose-pied supplémentaire s'ajoutant au degré parqueté qui englobe les trois sièges ; du côté sud, un unique banc soutenu par trois consoles à découpe en talon. Les travées du lambris sont scandées de panneaux moulurés (à grand cadre) de style Louis XV, au sommet en arbalète, alternant avec des parcloses ou pilastres à sommet cintré à oreilles (à petit cadre). La disposition actuelle des stalles de l'ensemble nord ne correspond pas à celle des travées du lambris qui les surmonte.

Catégories menuiserie
Structures stalle, 3
Matériaux chêne, mouluré, grand cadre vrai, petit cadre rapporté, vernis
châtaignier
Mesures h : 250.0
la : 370.0
pr : 37.0
Précision dimensions

Dimensions de chacun des deux ensembles nord et sud. Stalle de célébrant (côté nord) : h = 70 ; la = 63 ; pr = 37. Stalles d'acolytes (côté nord) : h = 60. Panneaux supérieurs du lambris : h = 141 ; la = 68. Panneau en saillie : la = 108.

Iconographies ornementation, corps de moulure
Précision représentations

Le lambris est panneauté sur deux registres, les panneaux inférieurs rectangulaires simples, les panneaux supérieurs à sommet chantourné en arbalète de style Louis XV.

États conservations remontage
Précision état de conservation

Le degré des stalles de l'ensemble nord est en mauvais état. La traverse inférieure du panneau en saillie des deux ensembles est rongée par des insectes xylophages.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1970/02/23
Précisions sur la protection

Liste départementale de 1974 : boiseries.

Annexes

  • Extrait du marché passé avec Jean-Baptiste Gigun, menuisier à Saint-Sever, pour la construction d'un lambris et de sièges pour le chœur, 6 mai 1761 (AP Audignon, document annexé à un livre de fabrique, transcrit en 1969)

    "6 mai 1761. Entre nous Jean Barrouilhet, marguillier de l'église d'Audignon, assisté de Monsieur François Lalanne, prêtre, docteur en théologie et curé d'Audignon, et des principaux habitans, et Jean Baptiste Gigun, maître menuisier habitant de la ville de Saint Sever, a été convenu de ce qui sensuit : que le dit Sr Gigun, promet et s'oblige de boiser le santuaire (sic) de ladite église jusques à la hauteur du bas des vitreaux dudit santaire (sic), d'y faire trois places en siège pour le célébrant, diacre et soudiacre, que celle du célébrant sera plus élevée que les autres, avec un petit marchepied reignant lesdites trois places avec ordre et cimettrie, et continuera le siège dans le reste de l'emplacement en banquette. Le reste de la boiserie sera faite avec de grands paneaux et des pilastres et un centre d'un bon goût à chaque paneau assemblé avec un petit cadre. Il coronnera ladite boiserie d'une corniche proprement faite. Tout le susdit ouvrage sera fait en bon bois de chêne et châtaigner (sic), fin et sec, sans aubier n'y aucune sorte de pourriture, même des neuds qui frappent la vue. De plus s'oblige de passer tout ledit ouvrage au vernis pour donner un lustre ; de plus ledit Gigun s'oblige de faire un marche pied au maitre autel de bon bois de chêne bien sec et net en parquet à grands paneaux ; avec deux petites portes aux deux armoires qui sont à la muraille de la chapelle de Ste Catherine. Lequel susdit ouvrage ledit sieur Gigun s'oblige de faire successivement et ce pour le prix et somme de trois cents francs à quoi ledit ouvrage a été convenu entre ledit Barrouilhet, sieur curé, et susdit [...] [Suivent les modalités de paiement]. / Au sur plus encore ledit sieur Gigun s'oblige de faire sur le dit prix un pulpitre pour les chantres à supporter un missel pour chanter les messes qui son propre et d'usage [...]. / Fait en double [liste des témoins et signatures]."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Livre de la fabrique de l'église Notre-Dame d'Audignon, XVIIIe siècle (au presbytère d'Audignon en 1969).

    année 1761 Archives paroissiales, Audignon
  • Dossier de pré-inventaire de l'église d'Audignon, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
Périodiques
  • ROUSSEAU Francis. "Les retables de Notre-Dame en Audignon". Bulletin de la Société de Borda, 1965, n° 320, p. 367-384, et 1966, n° 321, p. 3-14.

    1966, p. 3-14
  • LOBIT Jean de. "Prévôts généraux de la Maréchaussée". Bulletin de la Société de Borda. Dax, 1958, 3e trimestre, n° 291.

    p. 296
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe